ART GRAPHISM

Posted in PDF ART MAGAZINES with tags on mars 14, 2008 by rodolphepilaert63



Greatest Book Covers - Bust
Bust
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Cool It
Cool It
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Bambi vs. Godzilla
Bambi vs. Godzilla
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Gentlemen of the Road
Gentlemen of the Road
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Human Groups
Human Groups
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Gay Fiction
Gay Fiction
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Boy in the Bush
The Boy in the Bush
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Plague
The Plague
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Like You'd Understand, Anyway
Like You’d Understand, Anyway
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Beasts of No Nation
Beasts of No Nation
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Nation of Secrets
Nation of Secrets
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Beowulf
Beowulf
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Unmarketable
Unmarketable
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Hangman's Holiday
Hangman’s Holiday
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - A Taxonomy of Barnacles
A Taxonomy of Barnacles
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Closed Circuit
Closed Circuit
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Überpower
Überpower
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Philosophy in the Boudoir
Philosophy in the Boudoir
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The World Without Us
The World Without Us
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - A Temple of Texts
A Temple of Texts
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Art
Art
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Car Driving In 2 Weeks
Car Driving In 2 Weeks
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Black's Law Dictionary
Black’s Law Dictionary
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Blind Willow, Sleeping Woman
Blind Willow, Sleeping Woman
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Integrated Craft and Design
Integrated Craft and Design
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - A Short History of Tractors in Ukrainian
A Short History of Tractors in Ukrainian
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - I Am Legend
I Am Legend
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Day of the Dolphin
The Day of the Dolphin
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Ace of Spades: A Memoir
Ace of Spades: A Memoir
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - A Disorder Peculiar to the Country
A Disorder Peculiar to the Country
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Certainty
Certainty
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - House of Meetings
House of Meetings
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - In God We Doubt
In God We Doubt
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Gravity's Rainbow
Gravity’s Rainbow
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - 'Til Death
‘Til Death
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - A Little Book on Poverty & Glory
A Little Book on Poverty & Glory
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Final Exits
Final Exits
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Parallel Universes
Parallel Universes
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Stranger
The Stranger
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - A Clockwork Orange
A Clockwork Orange
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Improve Your Cricket
Improve Your Cricket
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Integrity of the Personality
The Integrity of the Personality
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Exile and the Kingdom
Exile and the Kingdom
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - 8
8
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Cryptozoology
Cryptozoology
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Creative Time
Creative Time
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Londonstani
Londonstani
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Darkness at Noon
Darkness at Noon
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Eat Pray Love

#1-49 #50-99 #100-149 Next


Greatest Book Covers - An Illustrated Short History of Progress
An Illustrated Short History of Progress
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Murder, Maestro, Please
Murder, Maestro, Please
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - She Came to Stay
She Came to Stay
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Kindness of Women
The Kindness of Women
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Rant
Rant
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Cards on the Table
Cards on the Table
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Applied Thermodynamics
Applied Thermodynamics
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Dead Boys
Dead Boys
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Dead Beat
Dead Beat
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Chairs: A History
Chairs: A History
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - U.S. v. Bush
U.S. v. Bush
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Arboretum
Arboretum
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - By George
By George
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - All For Love
All For Love
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Go-Away Bird
The Go-Away Bird
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Chess Machine
The Chess Machine
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Anchor Book of New American Short Stories
The Anchor Book of New American Short Stories
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Charity Girl
Charity Girl
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - John Gall in Pittsburgh
John Gall in Pittsburgh
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Introducing Science
Introducing Science
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Company She Keep
The Company She Keep
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Fortress of Solitude
The Fortress of Solitude
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Spalding's Word Tour
Spalding’s Word Tour
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - A Photographer's Life 1990-2005
A Photographer’s Life 1990-2005
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - 31 Days: The Crisis That Gave Us the Government We Have Today
31 Days: The Crisis That Gave Us the Government We H…
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Strawberry Fields
Strawberry Fields
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Brief Wondrous Life of Oscar Wao
The Brief Wondrous Life of Oscar Wao
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Dead Man's Float
Dead Man’s Float
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Colorful Apocalypse
The Colorful Apocalypse
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Island
Island
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - 1491
1491
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Gulag
The Gulag
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Noodle Maker
The Noodle Maker
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Slaughterhouse Five
Slaughterhouse Five
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Cloudspotter's Guide
The Cloudspotter’s Guide
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Death in the Andes
Death in the Andes
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Famous Trials 6
Famous Trials 6
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Against the Day
Against the Day
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Alter Ego
Alter Ego
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Secrets of a Fire King
The Secrets of a Fire King
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Deluxe: How Luxury Lost Its Luster
Deluxe: How Luxury Lost Its Luster
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Human Voice
The Human Voice
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - None So Blind
None So Blind
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - English As She Is Spoke
English As She Is Spoke
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Small Is Beautiful
Small Is Beautiful
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Brave New World
Brave New World
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Him Her, Him Again, the End of Him
Him Her, Him Again, the End of Him
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - The Amalgamation Polka
The Amalgamation Polka
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Radio and Television
Radio and Television
via | buy | add to my collection


Greatest Book Covers - Johnny Mad Dog
Johnny Mad Dog
via | buy | add to my collection

 

ART MAGAZINES

Posted in PDF ART MAGAZINES with tags on mars 14, 2008 by rodolphepilaert63

180 style art fashion art style

2008 March
Kate and James Lina Scheynius
Untitled, Nevada 2007 Samantha Casolari
In from Out of the Rain Kristiina Wilson
Protectors Sabine Pigalle
From a Strange Dream Luke Duval
Collage Frank Rheinboldt
Dreams Made in the Past Leo Lam
A Particular Form of Beauty Johannes Schwab
A Bit of Magic Renat Touichev
An Afternoon Out Kim Taylor
The Dream Girl Wolf189
New Faces : Cait
New Faces: Sarah

2008
February

Something Compelling Christina Richards
Colour and Surface Kalle Gustafsson
Georgian Bay Erika Jacobs
Visual Stimulation is Fundamental Ollie Smith
Districts of the Memory Yaniv Waissa
Take the Plunge Pascale Therien
The Effect of Gamma Rays on Man-in-the-Moon Marigolds Miklos Legrady
Off Ramp Kristiina Wilson
Holiday Visits Kim Taylor
New Faces: Amber R
New Faces: Melissa H

2008 January
Tell Me Another One Nik Mirus
Welcome to… Ram Bhat
Mel is In Wonderland Elisabeth Hoff
Red By Wolves Lena Lipp
Children from the Dogon Country William Ropp
Milk Kim Taylor
Agency Focus: Artists and Creatives Nicholas Jbara
Dominique Palombo
Chadwick Tyler
Ashton Worthington

2007
December

Dark Forests and Big Mushrooms Pawel Fabjanski
Consumed by Photography Markus Puustinen
Secret Garden Matteo Bertolio
Between Us Mario Sughi
Beauty in a Box Craig McKenzie
It’ll Happen Here Jan von Holleben
Five Rivers Carrie Schechter
Air Guitar Wolf 189
It’s Curtains Kim Taylor

2007
November

From Scratch Chris Anthony
Kegelbahn Kubicfoto3
A Nostalgia for Naivety Marlene Marino
Winter Sonata Mikael Wardhana
Ring Cycles: The Jewelry of Ninaki Priddy Kim Taylor
A Quiet Way of Working Allan Jenkins
Bardo Time Jacek Gąsiorowski
Recurrent Fame Remco van den Bosch
Medieval Kristine Chin

2007
October

Human Relations David Stewart
Life in the Frame Todd Norwood
Sinister Siblings Liz Dungate
Viking Visions Klaus Thymann
Leopold Francesco Brigida
If You Lived Here You’d be Home Now… Ruth Emily Hanson
Net Return Kim Taylor
Hybrids New book from Klaus Thymann

2007 September
An Off Day in an Empty House Wolf189
London Sonia Marin
The Rest is Just Play Joey L.
Forms and Lines Maria Candler
Short Stories Krzysztof Falcman
Cinemascape Aaron Hobson
The Lazy Painter Kevin Convery
Self Portrait with… Kim Taylor

2007 August
Love Me Kerstin zu Pan
Images in the Head Marianne Taylor
Organized Insanity Kim Taylor
Alone Together Leo Lam
Love, Images and Words Rod Stewart
It Comes Kim Taylor

2007 July
News
School Days Joyce Lee
A Small Light in the Darkness William Ropp
Hope, Urban Melancholy Tina Winkhaus
Dreams Speak August Bradley
Her Biggest Fan Tom McFarlane
Lace Kim Taylor
Special Agency Focus One Naked Egg Nicholas Jbara

Julian Hibbard
Mariano
Natasha Papadopoulou
Sabine Scheer

2007 June
Naked / Noir Richard Harvey
La femme d’Anmee Keti Nikolova and Nicolas Laborie
The Places Between Giedrius Varnas
The Narcissist Kristine Chin
Life and Love Sonia Hensler
Things I Never Told You Denise Prince Martin
Boxing Match Kim Taylor

2007 May
News
Signs of Spring Diana Bezanski
Strange Creatures Kim Taylor
Rite of Passage Tom Chambers
Invasive / Beauty bREALinc
Dawn Patrol Kim Taylor
Happy Carts Craig Robinson
Plugged In – Tuned Out Dungate and Fraser
Between the Light and the Darkness Anne-Julie Aubry
An Uncomfortable Place Alison Brady

2007 April
What It Takes Benjamin Kanarek
Rheinboldt’s Paris Frank Rheinboldt
regression Nicholas Jbara
Want Janusz Miller
Chic Visions Chique
Northern Tales Natasha Gudermane
Broken Doll Kim Taylor

2007 March
The Altis Martin Cooper
Chic Chess Chique
Risky Relations Evgeny Freeone
Unplanned Babies Miss Aniela
A Day in the Life Rik Scott
Revealing Fantasy Zwerchwerk
Down to the Empty Shore Jacek Gąsiorowski
It’s always a Dame Kim Taylor

2007 February
Unknown Destination Jill Coleman
Hold Your Breath Zena Holloway
Fall Kim Taylor
Transitions Adam Makerenko
Dreams of Flying Jan von Holleben
Drawing a Line of Passion Mikael Wardhana
Kat Dancing Kim Taylor

2007 January
This is What I’m Doing Leonard Nimoy
Always Dreamed of Landscapes Al Magnaldo
Skin Tales Gaetano Belverde
Houdini in Amsterdam George Otigbah
Only Ordinary Pictures Darek Siatkowski
Inconnu Cyril Lagel
Don’t Just Stand There Kim Taylor

2006 December
Saut Créative Ben Goossens
Everybody Has a Story Jennifer Zhou
Uncovering the Past Liz Dungate
Naked Faces Oleg Dou
November Rain Viet Nguyen
Spectral Fred Hunsberger
It’s in the Air Elena Kulikova
Love, Longing and Fragility Kevin Rolly
Lost Colours of the Fall Leo Lam
Iconography Kim Taylor
Nobuyoshi Araki: Self, Life, Death review

2006 November
Muga Miyahara Muga Miyahara
4 days in NYC:
Downtown Corners George Otigbah
4 days in NYC:
Uptown Streets George Otigbah
Fembot Eric Striffler
Something to Explore Francesco D’Isa
Good as Gold Sean Azar
Kate’s Closeup Tabb and McNeese
Mondrian Mod Kim Taylor
Tacita Dean review by Kim Taylor

2006 October
Hero and the Dark Wave Gundega Dege
Lynn Bianchi: Exploring the Universe
Belle de Nuit Nicolas Laborie
Verolite Robert Alvarez
Warrior in White Liz Dungate and Fred Fraser
Water and Woods Julia Fullerton-Batten
B7 Eric Striffler
Eternal Ephemeral Kim Taylor
The « Hair » Apparent Kimea Blake
Egon Schiele (book review)

2006 September
Urchins Andrejs Vahrusevs
Not About the Obvious John Casado
Boys Will Still be Boys Johan Pinto
Emotional Beauty Michael David Adams
Five Decades: Jean-Jacques Andre
The Tease Darryl Martin
What’s Beneath Kim Taylor
Shoes and Twos Style Bites
Body Basic Kimea Blake
Shadow Chamber Roger Ballen, book review
Teun Hocks book review
Media Received new books, videos etc.

2006 July
Images from the Hidden Realm Martin Reeves
A Creative Odyssey Stephen Nicholls
Odd Bodies Peter van Stralen
Get Real George Otigbah
Roadkill Kim Taylor
The Finer Things In Life Are Free Natalie Cushing
Style Bites The Photographer is (not) God
The Basics of Big Bag Chic Kimea Blake
Toronto Model Bookings
Bantam Belle: Amabelle Singson Model of the Month

2006 May
Refractive David Mitchell
Red Orchids Annabelle Verhoye
Incantations Virgil Brill
InCorporation Kim Taylor
A Sea Story Toro Art Studio
L’Oréal Fashion Week Toronto Steve Daunheimer
Model Man: Gordon Hysen Model of the Month
Find That Perfect Vintage Piece Natalie Cushing

2006 April
Line and Flow Ira Bordo
We All Look Different Sarah Underhill
the underwear Eric Scot
Mouth of the Wolf Nicola Ranaldi
Life at 1/60th Second Howard Dion
Primary Kim Taylor
RULES: The ones we want to keep George Otigbah
Natural Makeup Rita Kanarek
Fashion Spring 2006 Kimea Blake
Incarnate: Your Guide to the Ultimate Spring Collection Kimea Blake
Man on a Mission: Joshua Hyman
Singular Images: Essays on Remarkable Photographs
Tina Modotti
Abelardo Morell

2006 March
There’s Always a Story John Argentsinger
Hotel Rossia Gulliver Theis
I never knew her name David Mitchell
Femme Derek Caballero
To and Fro David Stith
No Parking Jarod Lam
Frankie and Johnnie Kim Taylor
Hair and Makeup Thomas Wright
Drive By Sarah Underhill

Media Received

Gabriel Basilico
reGeneration 50 photographers of tomorrow

2006 February

The Glamour Issue

Letter from the Editor: Lindsay Jolly
Colors of Life Serg Shushyn
Amour De Glamour Cait Mizzi
Winter is Tomorrow Jean-Sebastien Monzani
Style and Culture Toronto Lindsay Durney
Pinup Glenn Specht
the sensuality of film Rene August
Glamour: Magic Spell(s) Makeup Rita Kanarek
Sweater Bob House
Model’s Secrets Pierre Thomas Karkau
The Presence of Sizzle George Otigbah
Vargas Ephotique
Scantily clad young ladies:In High Heels Kim Taylor
Rebuilt Michelle Blioux

2006 January
Never Tasted Coffee Andrzej Dragan
Moscow Trafic Frampol & Tasher
Escape George Vucak
Water Sebastian Szwajczak
Sore Eyes CAB
By Beauty Bitten Sev Seven
Face Time Rita Kanarek
Black Magic Woman Frank Hoefsmit
Will Adams’ Girl Kim Taylor
Fashion Supremacy Kimea Blake

2005 December
The Rules A. Brito
Smooth Light Davolo
Girls at Play Viet Nguyen
Poker Pizzazz Kimea Blake
Bella Gypsy Karen Evans
Nevada Working Girls Marbel
Castaway Kim Taylor
Camera Addicted Kimea Blake
Style and Culture Toronto Lindsay Durney

2005 November
Vermeer and the Art of Digital Sensors Editor
Juju and the Boys Stéfan Bourson
Omote Ura Hiromi Iguchi
Alice Kim Taylor
Ahayo Fernando Freudenthal
A Quality of Light Julia Gerace
Eyes West Dexter Quinto
Conceal and Reveal Pierre Thomas Karkau
Style and Culture Toronto Lindsay Durney

2005 October
Business Trip Eric Striffler
On the Beach Kim Taylor
Inside Outside Nico
Dancers Pamela Reed
Street Wear is Chic Wear Kimea Blake
One Night Only Darryl Martin
Mooishi shoots Tasha Tilberg Mooishi
Bead Dazzled Kimea Blake
Style and Culture Toronto Lindsay Durnay
Eager for More Kim Gorenko, by Kimea Blake

2005 September
Mayan Civilization Bryan Steffy
Past Present and Future Tense Michal Barteczko
Patterned Response Koby
Head, Heart and Hands Jochen van Eden
The Glorious Dream Kim Taylor
Behind Glass Bogdan Zwir

2005 August
The Fashion Idea George Otigbah
Country Life, City Life Adrian Samson
Take one white shirt.. Cleon Manz
Blue and for breakfast… Bernard Radvaner
Geometry Lesson Brian Ypperciel
All Eyes On Her Kimea Blake
Style Me Invincible Steven Emberton
Deja Vu Andres Hernandez
Frames Johan Sorensen
Lost in ‘Transitional Forms’ Robert Cheshire
Concrete Kim Taylor

2005 June
Rear Garde Sean Armenta
Spring Trends Kimea Blake
Renaissance Light Sin Vida Padre
Elena Bulik Kimea Blake
Nuclear Spring Kim Taylor
Extra Warm Rony Kaula

2005 May
Inside the Grid Annabelle Verhoye
Jesse Ship Kimea Blake
Raven Jean-Sébastien Monzani
boulevard of broken dreams Ewa Brzozowska
Erotic Butterflies Bogdan Zwir
Body of Work Kurtay
In the Raw Kimea Blake

2005 April
the Self Portrait issue

letter from the editor
Balazs Borocz
Lilya Corneli
Nicholas DeSciose
Paco Ferrer
Sirena Firaz
Jeanette Hägglund
Dinu Lazar
Johann Pinto
Donatella Tandelli
Ilona Wellmann

2005 March
Ventures in Art Kimea Blake
Plant/Predator Bryan Steffy
Montreal Eldor Gemst
Pearls Before Crime Jaques Bagios
Vested Interest Kim Taylor

2005 February
Consumerism Stefan Fekete
Stairway to… Rene Asmussen
Dolly Antony Green
Barsoom Boys Kim Taylor

2005 January
Paco’s Friends Paco Ferrer
Noir City Jaques Bagios
The Future is Now Kim Taylor
Pink Satin Guy and Orlanda Devine

francafrique SOCIOLOGIE SCANDALES

Posted in AFRIQUE, géopolitique, scandales, sociologie with tags , , , on mars 14, 2008 by rodolphepilaert63

Éric Decouty [10 octobre 2003]

« Nous sommes potentiellement face à l’affaire Elf à l’échelle mondiale », commente un magistrat du pôle financier. Le procureur de la République de Paris a en effet décidé d’ouvrir une information judiciaire pour « corruption d’agents publics étrangers, abus de biens sociaux, complicité et recel », visant notamment la société française Technip mais surtout l’américaine Halliburton.

L’affaire, révélée par Le Figaro (voir nos éditions du 2 juin dernier), est d’une ampleur insoupçonnée sur le plan tant judiciaire que diplomatique, le président d’Halliburton à l’époque des faits incriminés étant Dick Cheney, l’actuel vice-président des États-Unis.

L’enjeu de l’enquête, dont sera chargé le juge Renaud Van Ruymbeke, est d’identifier les destinataires d’environ 180 millions de dollars (154 millions d’euros) de commissions occultes versées à partir du milieu des années 90 à l’occasion d’un contrat gazier au Nigeria.

L’histoire se noue à l’automne dernier, en marge de l’affaire Elf et d’une procédure visant notamment Georges Krammer, ancien directeur général de Technip, puissante société d’ingénierie aujourd’hui dénommée Technip-Coflexip. Interrogé par la justice, Krammer révèle l’existence d’une « caisse noire » constituée sur l’île de Madère, « servant à alimenter les commissions offshore » (nos éditions du 2 octobre 2002). Prudent, le procureur de la République de Paris décide alors d’ouvrir une simple enquête préliminaire, confiée à la brigade financière.

Le résultat des investigations peut se résumer ainsi.

Fin 1995 est décidée la construction de la plus importante unité de liquéfaction de gaz dans la partie orientale du delta du Niger, à Bonny Island. Initiateur de ce projet, la Nigeria Liquified Natural Gas (NLNG) rassemble quatre actionnaires principaux : la Compagnie nationale des pétroles du Nigeria (49%), Shell (25,6%), TotalFinaElf (15%) et Agip international (10,4%). Cette association décide ensuite des entreprises qui vont construire le complexe industriel. Le français Technip, l’italien Snamprogetti, le japonais JGC et l’américain Kellog Brown and Root (KBR), filiale de Halliburton, sont choisis et réunis dans un joint-venture baptisé TSKJ (pour les quatre initiales des groupes concernés). Mais, selon les investigations policières, KBR est « l’incontestable maître d’oeuvre ».

Ce joint-venture a deux particularités : il est constitué à Madère, ce qui lui permet d’être une société de droit portugais au statut fiscal avantageux, mais surtout il a signé un mystérieux « contrat d’assistance ». Le bénéficiaire, une société parfaitement identifiée, ainsi que son dirigeant, domiciliée dans un paradis fiscal, aurait perçu entre 1995 et 2002 180 millions de dollars de commissions. Cette rémunération correspondant à un peu moins de 10% du marché serait justifiée par les facilités que cet intermédiaire aurait obtenues pour le joint-venture auprès des autorités nigérianes. L’enquête a également permis de déterminer que l’essentiel de ces commissions aurait ensuite été distribué sur de nombreux comptes offshore, dont les détenteurs demeurent inconnus.

Ce sont ces éléments qui ont motivé la décision du parquet de Paris d’engager des poursuites pour « corruption d’agents publics étrangers » et « abus de biens sociaux ». La justice française soupçonne en effet les sociétés opérationnelles, telles Halliburton et Technip, d’avoir organisé un montage permettant de dégager des fonds occultes.

Du côté de Technip et de ses avocats, on se refuse à tout commentaire, renvoyant aux déclarations faites il y a plusieurs mois affirmant que « l’opération était parfaitement régulière », même si le montage était le fait exclusif de KBR, la filiale de Halliburton.

C’est d’ailleurs bien celle-ci qui semble la première visée par l’information judiciaire dans la mesure où l’enquête préliminaire a établi qu’elle avait le rôle principal dans la construction de l’usine de Bonny Island et les montages qui y étaient liés.

Le juge Renaud Van Ruymbeke va donc enquêter sur les pratiques d’une société proche de George W. Bush, connue du grand public international pour avoir obtenu du gouvernement américain 1,7 milliard de dollars de marchés de remise en route de l’exploitation pétrolière en Irak et pour avoir été dirigé jusqu’en 2000 par Richard Cheney.

Il convient également de souligner qu’au moment où la justice américaine accentue sa pression sur des personnalités françaises dans l’affaire Executive Life une procédure française menace à son tour les dirigeants d’une compagnie proche du gouvernement Bush.

Une première judiciaire en France [10 octobre 2003]

L’information judiciaire ouverte pour « corruption d’agent public étranger » par le procureur de la République de Paris dans l’affaire Technip-Halliburton est une première en France..

En fait, cette décision judiciaire est possible depuis l’adoption en 1997 de la convention de l’OCDE « sur la lutte contre la corruption d’agents publics étrangers dans les négociations commerciales » par les 29 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), ainsi que l’Argentine, le Chili, le Brésil, la Bulgarie et la Slovaquie. Cette convention n’a cependant connu de traduction juridique concrète qu’en 2000, quand la loi française a prévu de telles poursuites.

C’est donc la première fois que la justice utilise cet outil destiné à traquer la grande corruption internationale. Techniquement, le délit est défini comme le fait de proposer « directement ou indirectement des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques pour obtenir d’une personne dépositaire de l’autorité publique ou investie d’un mandat électif public dans un Etat étranger qu’elle accomplisse ou s’abstienne d’accomplir un acte de sa fonction en vue d’obtenir ou de conserver un marché ». Hasard de l’histoire, au moment de la signature de cette convention, les Américains, qui soupçonnaient la France de tiédeur à l’égard du projet, avaient tenu à marquer l’importance qu’ils attribuaient au texte en dépêchant à Paris Madeleine Albright, alors qu’elle dirigeait la diplomatie américaine.

 

Françafrique

Pokou : Les assignés

mardi 12 février

Quand nous étions petits, nous les africains à qui l’on enseignait, avant les indépendances, notre histoire de France, celle de nos ancêtres les Gaulois, nos instituteurs nous avaient bien enseigné les causes de la révolution française de 1789. La (…) LE PRINCE POKOU

Françafrique : la guerre des réseaux

Pré carré / jeudi Novembre 2007

C’est la fin d’une époque, celle des rescapés des réseaux Foccart et autres Bourgi. Mais la France n’abandonne pas son pré carré africain et d’autres ont pris le relais. Avec comme toujours avec des proches du chef de (…) MONDE

Idriss, un dictateur à haut Déby

Arche de Zoé et autres pieds nickelés / mardi Novembre 2007

Régulièrement taquiné du canon par des rebelles qui en ont après lui, Idriss Déby a sauté sur l’affaire de l’Arche de Zoé pour se rappeler au bon souvenir de Paris. Et dire que le président tchadien n’en est pas à son coup d’essai… (…) AFRIQUE

Clignotant vert !

mardi Novembre 2007

Depuis l’Afrique potentiellement prospère nous sommes toujours éberlués par l’optimisme verbal des hautes autorités françaises. Déjà, sous Tonton Mitterrand, nous pouffions de rire, lorsque le Premier ministre Pierre Mauroy, que les impudents gaulois (…) LE PRINCE POKOU

Super Marioles

jeudi Octobre 2007

Ah ! Ils ont bien de la chance les Gaulois d’avoir à la tête de leur très grand pays un petit Kaiser à qui tout réussi : la croissance, la coordination gouvernementale, l’exceptionnelle présence de Céci-Impératrice qui rassure tout le peuple et ses (…) LE PRINCE POKOU

Robert Bourgi : « bonne chance mon papa ! »

Héros moderne / mercredi Octobre 2007

Vétéran de la Françafrique, Robert Bourgi agite encore le marigot. Petit portrait et documents qui en appellent d’autres, au cours des prochaines parutions de « Bakchich » AFRIQUE

Inaudible et confus

jeudi Octobre 2007

Au moment où, à Paris, capitale de nos petits frères frangaulois, le ministre Bockel, socialiste repentit, reçoit pour un lunch sympa les anciens ministres de la coopération, genre Charbonnel (67), Aurillac (87) ou Darcos et Girardin (007), avant de (…) LE PRINCE POKOU

Scoumoune

jeudi Septembre 2007


Adieu compagnon

jeudi Septembre 2007


Quand Total et BNP veulent faire loi

Nord/Sud / lundi Juillet 2007


Le Joly conte d’Eva

Souvenir / lundi Mai 2007


Le faucon maltais

jeudi Mai 2007


Les soucis bancaires d’Omar B.

Gabon / mercredi Mai 2007


Kouchner au Kärcher

Casserole / vendredi Mai 2007


Les amis africains du Président Sarkozy

Françafrique / mercredi Mai 2007


Surprise surprise

jeudi Avril 2007


Légionnaires chirafricains, dernière cuvée

Françafrique / mardi Avril 2007

Clignotant vert !

mardi Novembre 2007

Depuis l’Afrique potentiellement prospère nous sommes toujours éberlués par l’optimisme verbal des hautes autorités françaises. Déjà, sous Tonton Mitterrand, nous pouffions de rire, lorsque le Premier ministre Pierre Mauroy, que les impudents gaulois (…) LE PRINCE POKOU

Super Marioles

jeudi Octobre 2007

Ah ! Ils ont bien de la chance les Gaulois d’avoir à la tête de leur très grand pays un petit Kaiser à qui tout réussi : la croissance, la coordination gouvernementale, l’exceptionnelle présence de Céci-Impératrice qui rassure tout le peuple et ses (…) LE PRINCE POKOU

Robert Bourgi : « bonne chance mon papa ! »

Héros moderne / mercredi Octobre 2007

Vétéran de la Françafrique, Robert Bourgi agite encore le marigot. Petit portrait et documents qui en appellent d’autres, au cours des prochaines parutions de « Bakchich » AFRIQUE

Inaudible et confus

jeudi Octobre 2007

Au moment où, à Paris, capitale de nos petits frères frangaulois, le ministre Bockel, socialiste repentit, reçoit pour un lunch sympa les anciens ministres de la coopération, genre Charbonnel (67), Aurillac (87) ou Darcos et Girardin (007), avant de (…) LE PRINCE POKOU

Espoir

jeudi Mars 2007


Françafrique vu du sud

jeudi Février 2007


Sur la route de Cannes

mercredi Février 2007


Jacques et le caillou Bamiléké

mercredi Février 2007


Chirac, une retraite au Sommet

vendredi Février 2007


Les émules de madame Claude

vendredi Février 2007


Changement ? Sopi ?

mercredi Février 2007


« Entre un Bamiléké et un serpent… »

mercredi Février 2007


Luanda

mercredi Février 2007


Règlement de Comte

mercredi Janvier 2007

Idriss, un dictateur à haut Déby

Arche de Zoé et autres pieds nickelés / mardi Novembre 2007

Régulièrement taquiné du canon par des rebelles qui en ont après lui, Idriss Déby a sauté sur l’affaire de l’Arche de Zoé pour se rappeler au bon souvenir de Paris. Et dire que le président tchadien n’en est pas à son coup d’essai… (…) AFRIQUE

Clignotant vert !

mardi Novembre 2007

Depuis l’Afrique potentiellement prospère nous sommes toujours éberlués par l’optimisme verbal des hautes autorités françaises. Déjà, sous Tonton Mitterrand, nous pouffions de rire, lorsque le Premier ministre Pierre Mauroy, que les impudents gaulois (…) LE PRINCE POKOU

Super Marioles

jeudi Octobre 2007

Ah ! Ils ont bien de la chance les Gaulois d’avoir à la tête de leur très grand pays un petit Kaiser à qui tout réussi : la croissance, la coordination gouvernementale, l’exceptionnelle présence de Céci-Impératrice qui rassure tout le peuple et ses (…) LE PRINCE POKOU

Robert Bourgi : « bonne chance mon papa ! »

Héros moderne / mercredi Octobre 2007

Vétéran de la Françafrique, Robert Bourgi agite encore le marigot. Petit portrait et documents qui en appellent d’autres, au cours des prochaines parutions de « Bakchich » AFRIQUE

Inaudible et confus

jeudi Octobre 2007

Au moment où, à Paris, capitale de nos petits frères frangaulois, le ministre Bockel, socialiste repentit, reçoit pour un lunch sympa les anciens ministres de la coopération, genre Charbonnel (67), Aurillac (87) ou Darcos et Girardin (007), avant de (…) LE PRINCE POKOU

Nanar s’affaire

Affaires/Politique / dimanche Avril 2007


Soro arrive, Gbagbo comble

jeudi Avril 2007


Bayrou l’Africain

lundi Avril 2007


Dieu qu’on…

jeudi Avril 2007


Vers une crise de l’immobilier africain à Paris…

mardi Avril 2007


Le Jules camerounais de Sarkozy

vendredi Mars 2007


Chirac en Côte d’Ivoire

jeudi Mars 2007


Sarkoco-Segogo

jeudi Mars 2007


Chantal Biya, l’amie noire de Mme Le Pen

vendredi Mars 2007


Bravo l’artiste

jeudi Mars 2007

Inaudible et confus

jeudi Octobre 2007

Au moment où, à Paris, capitale de nos petits frères frangaulois, le ministre Bockel, socialiste repentit, reçoit pour un lunch sympa les anciens ministres de la coopération, genre Charbonnel (67), Aurillac (87) ou Darcos et Girardin (007), avant de (…) LE PRINCE POKOU

Sorciers blancs, magie noire

Rencontre / lundi Janvier 2007


Le calvaire immobilier de la veuve Habyarimana

lundi Janvier 2007


Rompre

mercredi Janvier 2007


Déchets ivoiriens : malaise à Salaise

lundi Janvier 2007


Ne réveillez pas l’Ofpra qui dort

vendredi Janvier 2007


Employabilité

jeudi Janvier 2007


Scènes of the beach

jeudi Janvier 2007


0007

samedi Janvier 2007


Débadidé

mercredi Décembre 2006


Une jurisprudence Tarallo ?

lundi Décembre 2006

Robert Bourgi : « bonne chance mon papa ! »

Héros moderne / mercredi Octobre 2007

Vétéran de la Françafrique, Robert Bourgi agite encore le marigot. Petit portrait et documents qui en appellent d’autres, au cours des prochaines parutions de « Bakchich » AFRIQUE

Inaudible et confus

jeudi Octobre 2007

Au moment où, à Paris, capitale de nos petits frères frangaulois, le ministre Bockel, socialiste repentit, reçoit pour un lunch sympa les anciens ministres de la coopération, genre Charbonnel (67), Aurillac (87) ou Darcos et Girardin (007), avant de (…) LE PRINCE POKOU

Le clan Sarko-Si

mercredi Décembre 2006


Saint Nicolas (en retard)

jeudi Décembre 2006


Villepin, fromage fin

mercredi Décembre 2006


La France, ses nounous, son gendarme

mercredi Décembre 2006


Bakchich #12 à télécharger !

vendredi Décembre 2006


Les malheurs de tonton André

jeudi Décembre 2006


Retour de Chine

jeudi Décembre 2006


Bakchich # 11 à télécharger !

vendredi Décembre 2006


Pas de Bakchich pour Bolloré

jeudi Novembre 2006


Décolonisation : on nous aurait menti ?

Débats / jeudi Novembre 2006
A debattre

France-Afrique, l’heure du grand deballage?

Par Pierre Haski (Rue89)    14H45    08/03/2008

Il a suffi d’un incident hélas routinier -l’expulsion brutale de deux Gabonais en situation administrative irrégulière en France- pour ouvrir les vannes. Après le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, l’affaire de l’Arche de Zoé au Tchad, les rancoeurs accumulées par la politique française d’immigration, l’heure du grand déballage est-elle arrivée entre le continent noir et l’ancienne métropole? La suite
 
TRIBUNE

France-Afrique: les Etats-voyous ne sont pas ceux que l’on croit

Par Axel Ozangué (journaliste au Gabon)    14H25    08/03/2008

On était dans les années 1980, un cow-boy du nom de Ronald Reagan siégeait à la Maison Blanche. Convaincu d’être le représentant du bien sur terre, il avait décidé d’affubler du qualificatif d’Etat voyou (rogue state en anglais), tous les pays dirigés par des gens dont la tête ne lui revenait pas. Il en était ainsi du régime du colonel Kadhafi. La suite
 
A debattre

Expulsion de Français: le Gabon tend un miroir à la France

Par Pierre Haski (Rue89)    13H25    07/03/2008

Omar Bongo a beau être l’un des personnages les plus caricaturaux de la Françafrique, il vient d’offrir à la France un miroir déformant dans lequel il ne fait pas bon de se voir. Furieux des conditions d’expulsion de France de deux étudiants gabonais en situation administrative irrégulière, il a décrété que tout Français dans la même situation au Gabon serait mis dans le premier avion La suite
 
droit de suite

Asile en France pour un opposant au régime tchadien

Par Rue89 Droit de suite    16H38    04/03/2008

François Fillon a annoncé mardi que la France allait accorder l’asile politique à l’opposant tchadien Ngarlejy Yorongar qui a refait surface au Cameroun après une longue période d’incertitude sur son sort. Une décision qui ne fera pas plaisir au président tchadien Idriss Déby, dont le régime a longtemps nié avoir la moindre information sur son sort avant qu’on ne découvre qu’il était détenu et torturé par l’armée tchadienne. La suite
 
A debattre

Sarkozy va-t-il vraiment chambouler la Françafrique?

Par David Servenay (Rue89)    20H18    29/02/2008

Moins de militaires, plus de transparence: le Président annonce une nouvelle politique africaine. Sans préciser sa méthode. La suite
 
L’edito

Pour une nouvelle politique africaine de la France

Par Rue89 Edito    08H34    28/02/2008

Nicolas Sarkozy s’est arrêté quelques heures au Tchad, mercredi, sur le chemin de l’Afrique du Sud. Cette étape n’était pas facile, survenant après l’épisode controversé de l’Arche de Zoé, puis celui des combats à N’Djaména entre des éléments rebelles et les partisans du président Idriss Déby, auquel la France a apporté un soutien discret mais décisif. La suite
 
A debattre

Sarkozy et l’Afrique: retour sur un rendez-vous raté

Par Rue89    15H15    27/02/2008

Dans son discours à Dakar cet été, le Président dissertait sur les handicaps de « l’homme africain ». Deux livres lui répondent. La suite
 
Revue de blogs

La France caillassée par les blogs tchadiens

Par Zineb Dryef (Rue89)    12H43    13/02/2008

Entre le soutien à Déby et le sort de l’Arche de Zoé, les « maudits Français » sont au coeur des préoccupations tchadiennes. La suite
 

SOCIOLOGIE, geopolitique,

Posted in .... ATERMONDE ......, scandales, sociologie with tags , on mars 14, 2008 by rodolphepilaert63
Complété le 4 mars 2008. A VOIR, LES 2 PDF EN BAS DE PAGE Mise en ligne d’origine le 24 septembre 2007.
« Le sceptique, c’est celui qui ne se doute de rien… ».
De retour d’une visite en Israël, et relayant sans doute les préoccupations de ses interlocuteurs, Bernard Kouchner, déjà partisan à l’époque d’une intervention musclée en Irak (pour cause d’armes de destruction massive…*), n’a pas écarté l’hypothèse d’une guerre contre l’Iran, rejoignant en cela les thèses néoconservatrices du Président.Rappelons que NS est déjà l’auteur d’une équation aussi sommaire que rudimentaire : « pas de bombe iranienne ou le bombardement de l’Iran », seul dirigeant au Monde à adopter ouvertement un lexique identique aux israéliens.
Mais ne dit-il pas qu’il se sent plus chez lui en Israël qu’en France…?
*Quel crédit accorder aux allégations présentes de ces mêmes personnages ?

Les pions sont à présent en place

– La France, seule grande opposante aux thèses sionistes des néoconservateurs US, a désormais à sa tête un ultra sioniste.
 
   
  La photo ci-dessus a été publiée par la LDJ (Ligue de Défense Juive) sur son site internet accompagnée d’un article très favorable à NS et sa police. La LDJ est un groupuscule de l’extrême droite sioniste militarisé. Ce groupuscule ultra sioniste est tellement ultra et tellement dangereux qu’il est interdit en Israël même ! Ce qui n’empêche pas NS de lui accorder sa protection en France. Il a même prêté des locaux de la police à la LDJ, pour qu’elle puisse y faire en toute tranquillité son entraînement militaire !– L’investiture de Kouchner au poste de Ministre des Affaires Etrangères est certes due en partie à son absence totale de scrupules à mener des opérations militaires en les camouflant derrière de prétendues opérations « humanitaires » (déjà vu au Liban), mais elle est surtout due à son sionisme et au fait qu’il avait publiquement pris parti pour la guerre US contre l’Irak.
– Robert Bruce Zoellick, sioniste néoconservateur, qui est à la tête de la Banque Mondiale
– DSK, autre sioniste notoire, nouveau Directeur Général du Fond Monétaire International
L’IRAN ET LE NUCLEAIRE
Dominique Lorentz est l’auteur de révélations inédites sur la prolifération nucléaire.
Elle nous a fait découvrir que la dissémination des armes atomiques est le fruit d’une stratégie délibérée des grandes puissances visant à armer leurs alliés régionaux.
Cette jeune femme, a découvert des secrets sur la prolifération nucléaire. Or, bien que soutenue par le Colonel Bommier chargé d’étudier la contre-prolifération nucléaire, et de Généraux de l’armée, « on » lui a interdit de poursuivre son travail avec lui, pour avoir expliqué comment le nucléaire à précisément proliféré.
Contrairement à la légende, la France n’a pas trouvé seule les secrets nucléaires. Ce sont les USA qui les lui ont donné (les USA les ayant eux-mêmes reçu de transfuges allemands fuyant le régime nazi).
L’idée des USA était de ne pas assumer seuls cette dissuasion nucléaire, et donc de faire collaborer (de « mouiller » ?) ses alliers.
C’est ainsi, qu’après avoir « donné » ces secrets à la France et à l’Allemagne (de l’ouest), ils ont chargé ces 2 pays de les donnés à leur tour à d’autres pays (les USA n’y étant alors pour « rien »…).
La France les a notamment donné à Israël et… à l’Iran (au Shah à l’époque), et a même fait des accords importants avec ce pays, dans le cadre d’EURODIF.
C’est pour cela que la France a participé à l’hébergement de l’Ayatollah Khomeiny à Neuphle le Château, pour essayer de « garder la main ».
Peine perdue, et la volonté de la France de ne pas honorer ses engagements lui a valu des attentats à Paris et des prises d’otages.
Alors, évidemment, les occidentaux ont « bonne mine » à présent de s’offusquer des « risques » de voir le régime Iranien aller vers le nucléaire militaire…
En tout, c’est 40 alliers qui ont bénéficiés de ces secrets, dont l’Egypte.

Les moyens pour organiser cette prolifération « contrôlée » et secrète, tout en criant à la non-prolifération ?
Eh bien, c’est en jouant sur « nucléaire civil » (énergie), et « nucléaire militaire », compte tenu de la facilité qu’il y a à passer de l’un à l’autre, quoique les états en disent officiellement.

L’organisme pour gérer tout cela ?
C’est l’AIEA, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, eh oui, celle précisément officiellement chargée de veiller à la non-prolifération nucléaire !
Cocasse non ? Ces gens sont pleins d’humour, et plus encore, l’AIEA n’a-t-elle pas reçu le prix Noble de la paix ?

Qui est Mahmoud Ahmadinejad ?
C’est le Président de la République Islamique d’Iran.
Il est l’autre grand épouvantail agité par l’équipe Bush, avec Oussama Ben Laden*
Seulement, ce qu’il faut savoir et que l’on se garde bien de nous dire, c’est qu’en Iran, le Président n’est que le 5e personnage de l’Etat…
Pour comparer (approximativement), voici l’ordre protocolaire français :
1) Président de la République
2) Premier Ministre
3) Président du Sénat
4) Président de l’Assemblée Nationale
5) Anciens Présidents de la République, dans l’ordre de préséance déterminé par l’ancienneté de leur prise de fonction
(donc VGE, oui, cela prête à rire…).

*Nous avons montré que ce n’était qu’un pantin de la CIA, d’ailleurs, alors que Bush met en garde ses concitoyens contre le danger
« d’Al-Qaïda en Irak », qui formerait des cellules pour attaquer les États-Unis, des officiers supérieurs états-uniens ont admis que cette organisation n’existait pas. Les généraux Casey et Kimmitt ont reconnu qu’Al-Zarkaoui était une fabrication de leurs services de guerre psychologique et le général Bergner a déclaré que son successeur, Al-Baghdadi, était un acteur.

PAR AILLEURS :
Propagande : CNN, pris sur le fait, s’excuse auprès de l’Iran
La chaîne de télévision états-unienne CNN s’est excusée auprès de la république islamique d’Iran pour avoir, lors d’une conférence de presse du président Mahmoud Ahmadinejad, retransmise en direct le 14 janvier 2006, falsifié les propos du président iranien.
L’interprète de CNN lui avait fait dire : « nous croyons que toutes les nations doivent être autorisés à posséder les armes nucléaires » et que l’Occident ne devrait pas « empêcher l’Iran d’avoir des armes nucléaires », alors que ce dernier avait déclaré que « l’Iran a le droit à l’énergie nucléaire ». Le président iranien avait pourtant bien précisé que l’Iran était une nation suffisamment « riche culturellement et historiquement » pour ne pas avoir à se doter d’armes nucléaires. La chaîne de télévision estime cependant qu’il s’agit d’une simple « erreur de traduction ».
Les États-Unis tentent de persuader la communauté internationale que l’Iran cherche à se doter secrètement de l’arme nucléaire, mais les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) attestent qu’aucun élément concret ne corrobore cette accusation.
La communauté chiite d’Iran s’est toujours opposée au développement, à la détention et à l’usage de la bombe atomique qui est, selon elle, contraire à l’Islam.

20 octobre 2005, le service de traduction de l’ONU participe à une autre intox US :
On ne change pas les bonnes recettes. Lorsque les États-Unis lancèrent leur campagne d’intoxication à propos du prétendu programme nucléaire militaire iranien, ils fabriquèrent de fausses confirmations officielles iraniennes de leur mensonge. Ainsi, le 14 janvier 2006, CNN inventa une déclaration du président Ahmadinejad, qui fit le tour de la planète, avant d’être discrètement démentie ; la chaîne d’Atlanta reconnaissant qu’il s’agissait d’une « erreur » de traduction.
Cette fois, il s’agit d’attribuer à la Syrie un programme nucléaire militaire. La fausse déclaration a été attribuée à un diplomate syrien à l’ONU. Lors d’une réunion de la Commission du désarmement de l’Assemblée générale, mardi 9 octobre 2007 à New York, celui-ci aurait reconnu que l’action entreprise dans son pays par l’armée de l’air israélienne en septembre avait pour objet de bombarder un réacteur nucléaire. Là encore, on découvrit une « erreur ». L’administration de l’ONU, qui se targue d’avoir le meilleur service de traduction au monde, a présenté ses excuses à Damas le mercredi 17 octobre et le traducteur fautif a reçu un avertissement. Il aura fallu 8 jours pour vérifier les enregistrements et rétablir la vérité, pendant ce temps, l’intox a été diffusée par le Jerusalem Post et le New York Times, puis reprise dans le monde entier, et bien peu de gens auront connaissance du démenti.
Que l’on juge de « l’erreur » ! Le diplomate avait déclaré : « Israël est le quatrième exportateur d’armes au monde (…) il viole l’espace aérien d’États souverains et mène des agressions militaires contre eux, telle celle survenue le 6 septembre dernier contre mon pays ». Sa phrase fut traduite « par inadvertance » : « Le 6 septembre dernier, Israël a violé l’espace aérien de mon pays et bombardé un de nos réacteurs nucléaires ».Rappelons que la Syrie, un petit pays pauvre (50 milliards d’euros de PIB), n’a pas les moyens de financer un programme nucléaire militaire. Rappelons également que le raid aérien du 6 septembre 2007 avait pour but de tester les nouvelles défenses anti-aériennes du pays et que le retour précipité des avions israéliens a montré la fin de la dominance de l’État hébreu en la matière.

Et l’opinion française ?
Problème, très gros problème, même si elle a bien voté pour le bon Président (candidat aidé par les néoconservateurs, et non sans avoir utilisé des méthodes disons… « particulières »).
Notre analyse :
Vu la situation économique internationale, notamment aux USA, vu que les néoconservateurs US seront encore à la Maison Blanche en 2008, vu leur obstination à vouloir régler le sort de l’Iran avant leur départ (la nouvelle base française permanente en Arabie Saoudite est prévue pour cela, alimentée par le contingent en Côte d’Ivoire, qui va être divisé par deux), vu les menaces d’attentats de plus en plus pressantes et visant clairement la France, vu l’accent mis sur le christianisme, de façon très insistante, par un président d’origines judaïques, vu que l’opinion française n’est absolument pas prête à cautionner une guerre, et encore moins à y participer activement (mais les états-uniens étaient-ils prêts à accepter toutes ces guerres avant le 11 septembre 2001… ? Eh oui, l’opinion publique se manipule, et aux grands objectifs, les grands moyens.), que faudrait-il pour « débloquer la situation » et donc retourner l’opinion publique française ?
Un grand, un très grand choc !
Madrid (11 mars 2004) et Londres y ont eu droit, à qui le tour ?
Mais pour la France, il faudra plus, et un choc qui frappera le monde entier, si l’on veut que l’opinion internationale accepte un bombardement de l’Iran avec des missiles nucléaires (voir la rubrique « ACTUALITE – NEWS »).
Alors, à partir de là, toutes les suppositions sont possibles, à vous d’imaginer ce que ces grands stratèges de la manipulation pourront bien trouver (rappelons qu’il a été démontré que l’attentat contre Jean-Paul II n’était pas le fait de la Bulgarie, comme on a voulu le faire croire, mais organisé à l’époque par la CIA pour jeter le discrédit sur les pays de l’Est…).
Un très gros attentat contre un haut lieu du christianisme, touchant les pèlerins du monde entier, aurait « l’avantage » de mobiliser aussi l’Europe Communautaire et le reste du monde…
Rappel : 2008 est le jubilé des apparitions à Lourdes (150 ans), 8 millions sur l’année, dont une visite du Pape.
NB : La Basilique souterraine, peut contenir 27.000 personnes.

COMMUNIQUE D’ACDN* DU 5/10/07
*Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
Des personnalités états-uniennes appellent l’armée U.S. à refuser les ordres d’attaquer l’Iran
Des musiciens ou des chanteurs de légende comme Willie Nelson, des écrivains, des mères de soldats tués comme Cindy Sheehan, le révélateur des « papiers du Pentagone » Daniel Ellsberg, des officiers hors-cadre comme le colonel de l’U.S. Army Ann Wright, des députés, des sénateurs, des rabbins, des écrivains, des animateurs de radio, et des dizaines d’éminentes personnalités américaines viennent d’appeler les chefs d’Etat-Major et l’ensemble des militaires US à refuser d’obéir aux ordres d’attaquer l’Iran.
Cette initiative inouïe, préventive, probablement unique dans les annales de l’histoire, atteste de l’extrême gravité de la situation et de « l’imminence » d’une attaque contre l’Iran, que d’aucuns considèrent comme le point de départ possible d’une 3e Guerre mondiale (World War III) qui serait pire que les précédentes. Elle montre que la désobéissance civique est le dernier recours contre le totalitarisme montant (voir le texte de Daniel Ellsberg), et qu’elle prend toute sa portée quand ce sont les militaires eux-mêmes qui refusent d’obéir à des ordres illégaux ou immoraux.
Les militaires US n’ont d’ailleurs pas attendu cet appel pour opposer une résistance de plus en plus marquée aux projets criminels des néoconservateurs encore au pouvoir à la Maison Blanche. Sans les fuites organisées par eux ou par certains membres de la communauté du renseignement, les préparatifs guerriers de l’administration Bush auraient été moins connus.
Le dernier de ces actes de résistance ayant défrayé la chronique a eu lieu le 30 août dernier, quand des officiers de l’US Air Force ont révélé dès qu’ils l’ont appris le transfert illégal de 6 missiles nucléaires d’une base à une autre, d’où ils auraient dû partir pour le Moyen-Orient, faisant ainsi échouer l’opération.
Il est temps qu’en France et en Europe, l’opinion publique donne de la voix et apporte son soutien aux résistants états-uniens.
Nous proposons qu’en France un appel du même ordre soit lancé, pour décourager toute velléité de soutien de la France à une nouvelle aventure militaire de l’administration Bush au Moyen-Orient, réduisant d’autant le risque de voir celle-ci s’y lancer.
ACDN, le 5 octobre 2007

http://acdn.france.free.fr/spip/article.php3?id_article=358〈=fr

17/10/2007 – 21:42
Bush évoque une 3ième guerre mondiale
« Si l’Iran parvenait à acquérir l’arme nucléaire, le monde serait confronté à la menace d’une Troisième Guerre mondiale »,
a déclaré mercredi 17 octobre 2007, le président US George Bush (propos confirmés depuis par le vice président Dick Cheney).
La veille, Vladimir Poutine a affirmé à Téhéran que Moscou n’accepterait aucune attaque contre la république islamique…

En savoir plus sur Bush : http://esaie.free.fr:80/niveau1/bush.htm

L’espace aérien sous contrôle impérial
par Jean-Claude Paye
Malgré quelques vélléités du Parlement européen, l’Union européenne a cédé aux exigences des États-Unis :
l’espace aérien transatlantique est désormais largement sous le contrôle de Washington.
L’administration états-unienne a non seulement placé sous surveillance ses propres ressortissants et a interdit à des dizaines de milliers d’entre eux de se déplacer, mais les passagers européens sont aussi directement sous son contrôle. Les États-Unis ont la possibilité de faire évoluer unilatéralement les accords signés et ainsi, à terme, si il n’y a aucune réaction, de refouler ou d’empêcher des ressortissants européens de s’embarquer vers les USA, même si leurs papiers sont en règle.

Lire à ce sujet, le premier PDF en bas de page…

 
  ______________________________18 novembre 2007
Crise au sein de l’état-major interarmes des États-Unis
La Maison-Blanche sacrifiera-t-elle la Ve flotte pour justifier la destruction nucléaire de l’Iran ?
par Michael Salla
Le plan d’attaque de l’Iran par les États-Unis prévoit de sacrifier la Cinquième flotte afin de justifier une réplique nucléaire.
Il ne s’agit pas là d’un scénario hypothétique, mais d’une option discutée au sein de l’état-major interarmes US. Selon nos informations, l’amiral William Fallon a fait savoir que si un tel ordre était donné, il refuserait de le suivre et présenterait sa démission, ainsi que celle de l’ensemble de l’état-major du Centcom. C’est pour le moment la résistance des officiers supérieurs de la Navy et de l’Army qui ont empêché les néoconservateurs et l’Air Force de lancer les opérations.

La suite ici :
http://www.voltairenet.org/article153012.html#article153012

 
   
  Une attaque nucléaire des Etats-Unis contre l’Iran a été déjouée par la destruction d’un satellite Des agents secrets de l’armée russe informent qu’un des plus secrets satellites d’espionnage américain, le KH-13, s’est écrasé dans une région éloignée au Pérou. Le satellite était censé observer l’Iran. Il aurait été « détruit en orbite », mais le générateur du courant principal avec l’isotope radioactif PU-238 a survécu à l’entrée dans l’atmosphère. D’après des rapports, plusieurs centaines d’habitants sont tombés malades suite à une irradiation. Selon la presse occidentale, les débris du satellite d’espionnage auraient été une météorite. Mais cela est invraisemblable. La dimension du cratère de 30 mètres démontre que c’est seulement une météorite d’une énergie équivalante à une arme nucléaire stratégique d’une kilotonne. Un tel impact aurait dû être enregistré par des stations sismiques autour du monde.
Le plus étonnant est que selon ces informations les états-uniens eux-mêmes auraient détruit leur satellite d’espionnage. L’attaque aurait été exécutée par les « United Space Air Forces’ 30th Space Wing » qui sont stationnées en Californie sur la
« Vandenberg Air Force Basis ».
Cet incident alimente l’intrigue entre les leaders US qui projettent une guerre contre l’Iran, et leurs opposants à l’intérieur.
Selon les déclarations des experts du service secret de l’armée russe une fraction des leaders de l’armée US « importante et influente » s’est opposée à la tentative de submerger le Moyen-Orient entier par une guerre totale.
Cette affirmation est soulignée par la récente annonce sans précédent de l’US Air-Force que six Cruise Missiles nucléaires ont été déplacés sans autorisation des dépôts sécurisés de la « Minot Air Force Base » au North Dakota, pour arriver ensuite par avion dans la « Barksdale Air Force Base » en Louisiane où ils sont restés « presque dix heures sans surveillance ».
Il est aussi intéressant de mentionner que c’était la « Barksdale Air Force Base », où le président américain a été « commandé »
le 11 septembre 2001 par « l’US-Air Force Strategic Command ». De là, il a été transporté, accompagné d’une « escorte armée » à « l’Offutt Air Force Base Strategic Command Center » dans les environs d’Omaha au Nebraska.
A ce moment-là, le premier « armistice » entre les seigneurs de guerre US et ses instances militaires a été « négocié ».
C’est là que le président a rencontré le multimilliardaire Warren Buffett qui jouait le rôle d’intermédiaire entre les blocs de puissance rivaux.
C’est seulement par le fait que les blocs de puissance US rivaux ont – semble-t-il – maintenu leur armistice gênant, que de nouvelles attaques ont pu être empêchées à l’intérieur des Etats-Unis.
Les événements récents sont alors un indice que l’armistice est en train de s’effondrer.
Les menaces et les plans des seigneurs de guerre américains en sont la cause.
Alors une attaque de l’Iran surviendrait, que la Russie qualifie de « catastrophique ».
Il reste encore peu clair, de quels autres plans les seigneurs de guerre disposent en réserve pour atteindre leurs buts de guerre contre l’Iran.
De l’autre côté les militaires US « ont signalisé clairement », qu’ils s’opposeraient à l’emploi d’armes nucléaires.
Maintenant ils sont allés jusqu’à détruire un des plus importants satellites d’espionnage des seigneurs de guerre.
Il aurait pu servir à guider les missiles nucléaires vers les buts iraniens.

Mais il semble que le peuple américain n’est plus prêt à soutenir la guerre et que les sondages actuels montrent que la popularité du président et du congrès est « au niveau le plus bas ».
Info mise en ligne le 21 décembre 2007
USA : projet de loi empêchant la liberté
http://www.newstarget.com/022308.html
“SENATE BILL 1959 TO CRIMINALIZE THOUGHTS”

LE PROJET DE LOI 1959 DU SENAT VA CRIMINALISER LES PENSEES, LES BLOGS, LES LIVRES ET LA LIBERTE D’EXPRESSION DANS TOUS LES USA

La fin de la liberté d’expression en Amérique est arrivée à nos portes. Il s’agit d’une nouvelle loi appelée « Violent Radicalization and Homegrown Terrorism Prevention Act » (loi sur la prévention de la radicalisation violente et du terrorisme domestique),
et elle est rédigée de façon habile et qui pourrait permettre au gouvernement américain d’arrêter et d’incarcérer toute personne qui ose parler contre l’administration Bush, la guerre en Irak, le ministère du Homeland Security ou toute agence gouvernementale (y compris la FDA).

La loi a déjà été adoptée par la Chambre sur un vote traître de 405 contre 6, et elle est actuellement examinée par le Sénat, où un vote est imminent. Partout sur l’Internet, les gens intelligents qui se préoccupent de la liberté dénoncent cette loi extrêmement dangereuse : Philip Giraldi au Huffington Post, Declan McCullagh chez CNET News.com, Kathryn Smith chez OpEdNews.com et, bien sûr, Alex Jones sur PrisonPlanet.com.

Ce projet de loi est le début de la fin de la liberté d’expression en Amérique. S’il est adopté, toutes les sources d’information que vous connaissez et auxquelles vous faites confiance pourraient être fermées et leurs auteurs emprisonnés. News Target pourrait être déconnecté de l’Internet et je pouvais être arrêté en tant que « terroriste ». Jeff Rense, de chez http://www.Rense.com, pourrait être étiqueté en tant que « terroriste » et arrêté. Byron Richards, Len Horowitz, Paul Craig Roberts, Greg Palast, Ron Paul, et même Al Gore pourraient tous être arrêtés, réduits au silence et emprisonnés. Ce n’est pas une exagération. Il s’agit d’une lecture littérale de la loi, que vous pouvez vérifier vous-même ici : http://thomas.loc.gov/home/gpoxmlc110/h1955_rfs.xml

Le projet de loi stipule : la violence fondée sur l’idéologie signifie l’utilisation, l’utilisation planifiée, ou la menace d’utilisation de la force ou de la violence par un groupe ou un individu afin de promouvoir les croyances politiques, religieuses ou sociales de ce groupe. Notez bien que cela signifie que « l’utilisation planifiée de la force afin de promouvoir une conviction politique ou sociale » serait considérée comme un acte de terrorisme. Cet ensemble repose sur la définition de « la force », bien sûr.
Basé sur l’utilisation très libre de la logique à Washington de nos jours, et l’interprétation glissante de la signification des mots, le mot « force » pourrait signifier :
-Une campagne de terrain afin de faire barrage au Congrès en envoyant des fax.
-Une protestation non violente dans la rue.
-Une campagne massive d’écriture de lettres qui engloutit le Sénat sous trop de courrier.
-Un sit-in de protestation qui bloque l’accès à une entreprise ou une organisation.
-Une campagne d’envoi de e-mail qui surcharge les serveurs de messagerie de toute agence ou ministère gouvernemental.

La « force » pourrait être définie comme pratiquement n’importe quoi. Et puisque « l’utilisation planifiée de la force » serait considérée comme un acte de terrorisme, toute personne qui pense simplement à une campagne ou une action de terrain serait impliquée dans des actes terroristes.

Les États-Unis sont sur la voie du fascisme, et le Congrès travaille avec les traîtres de dirigeants de cette nation afin de criminaliser toute pensée, parole ou discours qui est en désaccord avec la politique actuelle du gouvernement en ce qui concerne la guerre, le terrorisme, la surveillance des citoyens et les libertés civiles. Le simple fait de se prononcer contre la guerre en Irak pourrait bientôt être considéré comme un crime. Le simple fait d’avoir des pensées contre la guerre en Irak pourrait être considéré comme un acte criminel.
Information transmise par : http://www.verites.org/

Le 15 février 2008
Bush légalise la torture
Washington a annoncé que les Etats-Unis pourront à l’avenir infliger le supplice de la baignoire pour interroger les personnes suspectées de terrorisme.
Le président US se réserve, pour la première fois officiellement, le droit de torturer. Le porte-parole de la Maison Blanche, Tony Fratto, a annoncé que les Etats-Unis pourront à l’avenir infliger le supplice de la baignoire pour interroger les personnes suspectées de terrorisme. Il s’est refusé à qualifier de « torture » cette pratique désignée sous l’euphémisme « waterboarding ». Celle-ci consiste à faire suffoquer un supplicié avec de l’eau jusqu’au seuil de la mort.
Le supplice sera infligé de manière arbitraire « selon les circonstances », a poursuivi Fratto. « Si l’on croit qu’une attaque pourrait être imminente, cela pourrait être une circonstance dont on voudra vraiment tenir compte (…).
Le président (Bush) écoutera le jugement averti des professionnels du Renseignement et le jugement du ministre de la Justice en termes de conséquences légales de l’emploi d’une technique particulière ».
Le directeur de la CIA, Michael Hayden, a reconnu devant le Congrès, que ses agents avaient jusqu’alors utilisé le supplice de la baignoire, ou ce qu’il appelle d’autres « techniques d’interrogatoire poussées » dont il n’a pas précisé la nature.
Les trois principaux candidats à la Maison Blanche, qu’il s’agisse d’Obama et Clinton côté démocrate, ou John McCain côté républicain, se disent opposés à toute forme de torture, et veulent fermer le camp de détention de Guantanamo Bay.

Selon l’Otan, une attaque nucléaire préventive est une option-clé
Selon un manifeste radical pour une nouvelle Otan, écrit par cinq des plus hauts officiers et stratèges militaires, l’Ouest doit être prêt à se résoudre à une attaque nucléaire préventive pour stopper la propagation « imminente » des armes nucléaires et autres armes de destruction massive ADM].
Appelant à une réforme complète de l’Otan et à un nouveau pacte rapprochant les Etats-Unis, l’Otan et l’Union Européenne, vers une « stratégie spectaculaire » pour maîtriser les défis posés par un monde de plus en plus brutal, les anciens chefs des forces armées des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de la France et des Pays-Bas, insistent sur le fait que l’option d’une « primo attaque » nucléaire reste un « instrument indispensable » puisqu’il n’y a « simplement aucune perspective réaliste d’un monde dépourvu d’armes nucléaires ».
Ce manifeste a été écrit à la suite de discussions entre des commandants d’active et des décideurs politiques, dont beaucoup sont incapables ou ne veulent pas faire connaître publiquement leurs points de vue. Il a été présenté au Pentagone à Washington et au secrétaire général de l’Otan, Jaap de Hoop Scheffer, au cours des dix derniers jours.

Ces propositions seront probablement discutées au sommet de l’Otan, qui se tiendra à Bucarest en avril.

« Le risque d’une plus grande prolifération nucléaire] est imminente et, avec elle, le danger que le combat nucléaire, bien que limité dans son étendue, puisse devenir possible », ont argumenté les auteurs dans un projet de 150 pages appelant à des réformes urgentes de la stratégie et des structures militaires occidentales. « L’usage en premier d’armes nucléaires doit rester, lors de frémissements d’une escalade, comme l’instrument ultime pour empêcher l’utilisation d’armes de destruction massive ».

Les auteurs – le Général John Shalikashvili, ancien président des forces interarmées des Etats-Unis, l’ex-commandant suprême de l’Otan en Europe, le Général Klaus Naumann, ancien chef de l’armée allemande, l’ex-président du comité militaire de l’Otan, le Général Henk van den Breemen, ancien chef d’état-major hollandais, l’Amiral Jacques Lanxade, ancien chef d’état-major français, et Lord Inge, maréchal et ancien chef d’état-major du Royaume-Uni – ont dressé un tableau alarmant sur les menaces et les défis auxquels l’Ouest est confronté dans le monde de l’après 11 septembre et ils ont livré un verdict cinglant sur la capacité à y faire face. Les cinq chefs militaires soutiennent que les valeurs et la façon de vivre occidentales sont menacées, mais que l’Ouest lutte pour appeler à la volonté de les défendre.
Les menaces-clés sont les suivantes :
Le fondamentalisme politique et religieux
Le « côté sombre » de la mondialisation, c’est à dire le terrorisme international, le crime organisé et la propagation des ADM
Le changement climatique et la sécurité énergétique, entraînant une compétition pour les ressources et une migration « environnementale » potentielle sur une échelle massive
L’affaiblissement de l’Etat-nation, ainsi que celui des organisations telles que l’ONU, l’Otan et l’UE.

Pour convaincre, ces généraux appellent à une révision des méthodes de prise de décision de l’Otan et à un nouveau « directoire », constitué des dirigeants étasuniens, européens et de l’Otan.
Parmi les changements les plus radicaux exigés se trouvent :
Un changement dans la prise de décision dans les organes d l’Otan, passant du consensus au vote à la majorité, signifiant une action plus rapide avec la fin des vétos nationaux
L’abolition des notifications d’opposition nationales dans les opérations de l’Otan, comme celles qui ont empoisonné la campagne afghane
Aucun rôle dans la prise de décision sur les opérations de l’Otan pour les membres de l’alliance qui ne prennent pas part aux opérations
L’usage de la force sans l’autorisation du Conseil de Sécurité de l’Onu, lorsqu’une « action immédiate est nécessaire pour protéger un grand nombre d’êtres humains ».

Dans le sillage de la dernière querelle sur la performance militaire en Afghanistan, déclenchée lorsque le secrétaire US à la défense, Robert Gates, a dit que certains alliés étaient incapables de conduire la contre-insurrection, les cinq personnages de premier plan au cœur de l’establishment militaire occidental déclarent aussi que l’avenir de l’Otan est sur la brèche dans la province du Helmand.
« La crédibilité de l’Otan est en jeu en Afghanistan », a déclaré Van den Breemen.
« L’Otan est à un carrefour et encourt le risque de l’échec », selon le manifeste.

Naumann a livré une attaque cinglante contre la performance de son propre pays en Afghanistan. « Le temps est venu pour l’Allemagne de décider si elle veut être un partenaire fiable ». En insistant sur les « règles spéciales » concernant ses forces en Afghanistan, le gouvernement de Merkel à Berlin a contribué à la « dissolution de l’Otan ».
Ron Asmus, le chef du groupe de réflexion du Fonds Marshall Allemand à Bruxelles et ancien haut fonctionnaire du département d’Etat américain, a décrit ce manifeste comme « un appel à se réveiller ». « Ce rapport signifie que le cœur de l’establishment de l’Otan dit que nous avons des problèmes, que l’Ouest est à la dérive et que nous ne faisons pas face aux défis ».
Naumann a concédé que le maintien du projet de l’option d’une primo attaque nucléaire était « controversée », même parmi les cinq auteurs. Inge a argumenté que « nous lier les mains avec une primo utilisation ou non supprime un pan énorme de la dissuasion ». Se réserver le droit d’initier une attaque nucléaire était un élément central de la stratégie occidentale de la Guerre Froide pour vaincre l’Union Soviétique. Les détracteurs soutiennent que ce qui était un instrument productif pour intimider une superpuissance n’est plus approprié.
Robert Cooper, un façonneur influent de la politique étrangère et de sécurité européenne à Bruxelles, a dit qu’il était « déconcerté ». « Peut-être allons-nous utiliser les armes atomiques avant les autres, mais je montrerais de la circonspection pour le dire à voix haute ». Un autre responsable de l’UE a dit que l’Otan avait besoin de « repenser sa posture nucléaire parce que le régime de non-prolifération nucléaire est énormément sous pression ».
Naumann a suggéré que la menace d’une attaque nucléaire était le conseil du désespoir.
« La prolifération s’étend et nous avons très peu d’options pour l’arrêter. Nous ne savons pas comment la traiter ».
L’Otan avait besoin de montrer qu’il y a « un gros bâton que nous pourrions utiliser s’il n’y a aucune autre option », a-t-il déclaré.
Les Auteurs :
John Shalikashvili
Militaire le plus important des Etats-Unis sous Bill Clinton et ancien commandant de l’Otan en Europe, Shalikashvili est né à Varsovie de parents géorgiens et à émigré aux Etats-Unis à l’apogée du stalinisme en 1952. Il est le premier émigré aux Etats-Unis à avoir gravi les échelons pour devenir un général quatre étoiles. Il a commandé l’Opération Apporter du Confort, au nord de l’Irak, à la fin de la première guerre du Golfe. Ensuite il est devenu Saceur, le commandant suprême des alliés de l’Otan en Europe, avant que Clinton ne le nomme président de l’état-major interarmées en 1993, un poste qu’il a tenu jusqu’à sa retraite en 1997.
Klaus Naumann
Considéré comme l’un des tout premiers stratèges militaires de l’Allemagne et de l’Otan, Naumann a servi en tant que commandant des forces armées de son pays entre 1991 et 1996, lorsqu’il est devenu président du comité militaire de l’Otan. Sous son mandat, l’Allemagne a surmonté son tabou d’après Deuxième Guerre Mondiale concernant les opérations de combat, avec la Luftwaffe qui s’est envolée pour la première fois depuis 1945 dans la campagne aérienne de l’Otan contre la Serbie.
Lord Inge
Le Maréchal Peter Inge est l’un des tout premiers officiers de Grande-Bretagne, qui a servi en tant que chef d’état-major entre 1992 et 1994, puis comme chef de l’état-major de la défense entre 1994 et 1997. Il a aussi servi dans l’enquête Butler sur les armes de destruction massive de Saddam Hussein et dans les services secrets britanniques.
Henk van den Breemen
Organiste accompli qui a joué à l’Abbaye de Westminster, Van den Breemen est l’ancien chef d’état-major néerlandais.
Jacques Lanxade
Amiral français et ancien chef de la navale, il a été aussi chef d’état-major de la défense française.

UTILISER L’ARME NUCLEAIRE POUR NE PAS AVOIR A L’UTILISER… C’EST EXACTEMENT LA POLITIQUE DE GRIBOUILLE,
QUI SE JETTE A L’EAU POUR NE PAS ETRE MOUILLE PAR LA PLUIE…
UN PEUPLE AVERTI EN VAUT DEUX…

La répression politique s’étend aux USA, de façon oppressante
lire le premier PDF ci-dessous, un témoignage poignant et capital !

Le second PDF ci-dessous est un nouvel essai personnel à faire circuler, non pour alarmer, mais pour alerter et faire mentir notre analyse…

CHARLES ENDERLIN

Posted in géopolitique, INVESTIGATIONS, scandales, sociologie with tags , , on mars 14, 2008 by rodolphepilaert63

CHARLES ENDERLIN

ar le feu et par le sang. La critique de Régis Debray dans le Nouvel Obs

Le combat clandestin pour l’indépendance d’Israël. 1936-1948
Albin MichelNote de C.E.: Le titre: « Israël: Quand les terroristes étaient juifs  » est de l’Obs.. David Ben Gourion qualifiait l’Irgoun et le Groupe Stern de « Terroristes »Voici l’intégrale de la critique, légèrement raccourcie dans l’Obs pour des raisons de place:Une mine de renseignements déconcertants, pour les candides comme vous et moi ; et au second degré, une source d’enseignement pour nos cours d’éducation morale et civique chapitre « fin et moyens » : Jusqu’où est-il permis d’aller pour faire triompher une juste cause ? Le récit enlevé et dru de Charles Enderlin qui traverse les années noires de la préhistoire d’Israël, son combat clandestin pour l’indépendance, depuis la révolte arabe de 1936 jusqu’à 1948, comblera l’amateur d’insolite autant que les chercheurs de vérités. « On n’offre pas d’État à un peuple sur un plateau d’argent », disait Chaïm Weizmann, le premier président de l’État d’Israël. Malraux voyait dans cette phrase « une plainte amère ». Ce n’est qu’un sobre constat, d’application universelle, et toujours contemporain, voir le Kosovo et la Palestine. Les hommes de bronze qui forgent un pays par le feu et par le sang, le leur et celui des autres, figurent rarement, après les fanfares du triomphe, sur le livre d’or des annales officielles. Ces ouvriers de la première heure, plus proches du Sartre des Mains sales que du Camus de L’Homme révolté, Charles Enderlin s’est retroussé les manches pour les tirer du clair-obscur, en interrogeant les derniers témoins, en exhumant les dossiers, en raboutant les pièces d’un sidérant puzzle.
Au Levant, où le passé ne passe pas, où les mémoires souterraines explosent en flash d’actualité, un historien du présent tant soit peu rigoureux ne peut pas ne pas se faire mi-archiviste mi-spéléologue. Journaliste conséquent et bien documenté, ce familier des coulisses à qui on doit la meilleure histoire aujourd’hui disponible des récentes négociations de paix au Proche-Orient ne se distingue de l’historien que par la facture : il raconte l’histoire passée au présent, donnant ainsi au lecteur l’effroi des romans réalistes. Noir et policier, en l’occurrence, puisqu’il s’agit de la lutte clandestine menée par ceux que les occupants Britanniques appelaient au début des « gangsters », d’un genre très particulier, il est vrai : intellectuels pour la plupart, portés par une foi messianique, et prêts à se suicider pour la Cause. L’enquête sur les organisations paramilitaires sionistes qu’étaient avant l’indépendance, l’Irgoun, le groupe Stern et les débuts de la Haganah, l’ancêtre de Tsahal, révèle quelques lourds secrets de famille, mais n’a rien d’une démystification scandaleuse, tant l’auteur montre d’empathie pour cette piétaille du sacrifice. C’est l’histoire vraie de son peuple, et il l’assume.
Begin, Juif polonais, rescapé du Goulag, Moshé Dayan en jeune volontaire à qui une balle pétainiste arrache un œil sur le front syrien, en 1942, le Paris d’après-guerre où gaullistes et socialistes, la DST aidant, offrent une base arrière à la Haganah et au Mossad, l’odyssée pathétique de l’Exodus : voilà, entre cent autres, des rappels illustres. N’oublions pas non plus l’assassinat en pleine rue de Bernadotte, le médiateur de l’ONU et le terrible attentat de l’hôtel King David. Oui, une chanson de geste se fait aussi à coups d’hold-up, de colis piégés, d’exécutions sommaires, de tueries d’innocentes, de grenades dans des boutiques et sur des bus de civils (et pas seulement sur les postes de police). Il y a eu un terrorisme juif, assumé par maints « révisionnistes » résolument pratiqué par l’Irgoun, et le Bétar, créé en 1935 par Jabotinsky, leader de la droite nationaliste et chantre de « la nation absolue, fondée sur l’unicité de la race ». Ce dernier demanda à ses hommes, après un massacre à l’aveugle, d’épargner autant que possible les femmes et les enfants arabes. « Le baratin contre le terrorisme » fut méthodiquement réfuté par un article, signé de Shamir et d’autres, en juillet 1943. Un texte très argumenté, qui expédierait aujourd’hui ses auteurs du côté de l’axe du Mal.
Cette plongée en eaux profondes, nuisible au confort intellectuel des prisonniers du noir et blanc, nous rappelle utilement quelques vérités immémoriales et dérangeantes. Mentionnons d’abord : la férocité dont peut faire preuve, dans ses colonies ou protectorats, une métropole libérale et démocratique, britannique en l’espèce. Ensuite, l’intensité des luttes inter-juives d’alors, tant il est vrai qu’une guerre de libération nationale se double toujours, à l’intérieur, d’une lutte fratricide entre mouvances rivales, où tous les coups sont permis. Ajoutons l’éternel réflexe du « l’ennemi de mon ennemi est mon ami », qui amena certains militants du judaïsme radical, avant la découverte de la Shoah, à prendre langue avec l’Axe, l’Italie fasciste et le Reich nazi (comme le feront d’ailleurs, pendant la deuxième guerre mondiale, la plupart des leaders des mouvements d’indépendance dans l’Empire britannique, depuis le mufti de Jérusalem Husseini jusqu’à Chandra Bose en Inde, en passant par Sadate en Égypte, et le père d’Aung Sui en Birmanie). Et finissons par une note plus optimiste : des gentleman terroristes, quand ils ne sont pas sommairement exécutés comme le fut Abraham Stern par l’inspecteur Morton de la police anglaise, en 1942, peuvent toujours, sur le tard, faire de respectables Premiers ministres devant qui leurs anciens geôliers dérouleront le tapis rouge. Changez les noms. Mettez ici à la place de Yitzhak Shamir et de Menahem Begin, anciens terroristes promus chefs de gouvernement, quelques noms de Palestiniens emprisonnés ou pourchassés, et vous ne perdrez pas tout espoir de voir un jour la paix.
Qu’on se rassure. Le romantisme révolutionnaire n’a pas eu, en Israël, le dernier mot. Car le singulier, le plus admirable de cette histoire un peu partout répétée, c’est la façon dont Ben Gourion et les responsables syndicaux et politiques ont, in fine, fait rentrer dans le rang tous ces groupes d’activistes, en ramenant, manu militari, en faisant couler au large des côtes un navire rebelle de l’Irgoun, l’Altalena, leurs fanatiques à la raison – d’État. Celle-ci exige le monopole de la violence légitime.
Ce retour au classicisme, heureux pour l’avenir démocratique du peuple hébreu, eut son prix : un voile pudique, parfois injustement jeté sur la mémoire tragique des immolés de l’ombre. Maintenant, et en français du moins, grâce à Charles Enderlin, justice leur est rendue.
Régis DEBRAY

la présentation de l’éditeur

Charles Enderlin nous livre le récit captivant du combat des Juifs de Palestine depuis la révolte arabe des années 1930 jusqu’à la fondation d’Israël.

Un combat qui fut aussi une guerre totale. Notamment à partir de 1944, lorsque les trois organisations paramilitaires juives (Haganah, Stern, Irgoun), après avoir fédéré leurs forces contre l’occupant anglais, lancent des commandos armés contre les postes de police et les bases militaires, détruisent l’Hôtel King David, multiplient les attentats en Palestine et à l’étranger. Les Britanniques ripostent par des exécutions et des déportations. En ce temps-là, les têtes de Menahem Begin, d’Yizhak Shamir et de bien d’autres futurs responsables politiques de l’Etat sont mises à prix pour faits de terrorisme. Et après l’Indépendance, en mai 1948, ce sont eux que l’on retrouvera logiquement à la pointe du combat contre les forces arabes.

Car c’est par le feu et par le sang qu’Israël a vu le jour.

Fondé sur une enquête auprès des derniers témoins de cette aventure, sur des sources souvent inaccessibles en français et sur de nombreux dossiers inédits, ce document éclaire d’un jour décisif un épisode crucial, et pourtant des plus mal connus, de l’histoire contemporaine.

correspondant permanent de France 2 à Jérusalem depuis 1981Charles Enderlin est l’auteur d’une biographie d’Yitzhak Shamir et d’une trilogie qui a fait date : Paix ou guerres. Les secrets des négociations israélo-arabes- 1917-1995 ; Le rêve brisé. Histoire de l’échec du processus de paix au Proche-Orient. 1995-2002 ; Les années perdues. Intifada et guerres au Proche-Orient : 2001-2006.

La table des matières

Le sommaire des 358 pages
INTRODUCTION ……………………………………. 11
OEIL POUR OEIL……………………………………. 15
Offensive ou retenue?…………………………….. 21
Vers le partage? …….. …………………………… 23
Refus arabe ………………………………………… 29
Refus juif …………………………………………… 32
Le dimanche noir ………………………………….. 34
Avraham Stern, gentleman terroriste …………… 36
Ben Yossef sera exécuté …………………………. 39
Naissance du terrorisme juif ……………………… 41
Après la Nuit de cristal ……………………………. 46
Feu contre les Britanniques! ……………………… 47
On torture des Juifs
dans les caves de Sa Majesté ……………………. 49
HITLER OU CHURCHILL? ………………………. 53
Moshe Dayan en prison ……………………………. 56
Quand l’Irgoun travaille
pour les Britanniques ……………………………….. 59
La révolte juive …………………………. …………. 61
La scission d’Avraham Stern ………………………. 64
Un pacte avec le diable ……………………………. 70
Rivages interdits ……………………………………. 76
Le Yishouv au combat ……………………. ………. 78
Le groupe Stern entre en crise …………… ……… 82
Le groupe Stern règle ses comptes ………………. 88
Begin quitte le Goulag ……………………………… 90
L’assassinat de Stern ………………………………. 91
STERN APRÈS STERN ……………………… …… 95
Struma, le cargo maudit ……………………………. 98
Seuls contre tous …………………………………… 100
Vers un État juif en Palestine ……………………… 103
Des Juifs à Bir Hakeim ………………………………. 105
Une étrange visite à la prison de Mizra …………… 106
La grande évasion ………………………………. …. 109
Michael, alias Yitzhak Yzernitzky ………………….. 114
Le LEHI recrute …………………………………… … 117
Shoah ………………………………………………. .. 118
Michael, règle ses comptes ……………………….. . 122
Mais quand donc les Alliés se décideront-ils… ……. 124
Apologie du terrorisme ……………………………… . 126
Une nouvelle évasion ………………………………… 128
La Haganah marque des points ……………………….131
L’IRGOUN DÉCLARE LA GUERRE ………………………..135
La fusion impossible …………………………………… 141
Il faut tuer le haut-commissaire! ……………………. 143
Être tué peut-être, mais jamais capturé …………… 145
Se cacher, oui, mais où? …………………………….. 148
Des Juifs devant les tribunaux britanniques ……….. 151
«Avons-nous besoin de l’autorisation
des Britanniques pour sauver des Juifs?» …………… 153
Les noces de Michael ………………………………… 155
S’en prendre aux symboles,
Exécuter les responsables …………………………….. 157
Un ministre en sursis …………………………………… 159
L’Irgoun et la Haganah
au bord de la rupture …………………………………. . 161
«Les assassins seront juifs» …………………………… 166
Ultimatum à Begin ……………………………………… . 167
Un assassinat au Caire …………………………………. 170
Churchill va-t-il basculer? ………………………………. 173
La chasse à l’Irgoun est ouverte ………………………. 176
Réquisitoires au Caire ……………………………………. 178
En attendant la capitulation de l’Allemagne …………… 180
LA RÉVOLTE……………………………………………….. 183
L’Amérique monte en ligne ……………………………….. 188
Fin de saison en Palestine ……………………………….. 190
Une taupe à l’Agence juive? ……………………………… 192
Paris, capitale du soutien à la cause sioniste ………….. 193
Ben Gourion visite les camps …………………………….. 196
Fédération des forces militaires ……………………………198
Le Yishouv contre Bevin …………………………………… 202
L’escalade …………………………………………………… 205
Mauvaise presse ……………………………………………. 207
La Spezia ……………………………………………………. 211
Cent mille réfugiés? ………………………………………… 214
Eldad s’évade ……………………………………………….. 216
Vers le «shabbat noir» ……………………………………… 218
L’attentat du King David ……………………………………. 220
Frapper à la caisse! …………………………………………. 224
Shamir est capturé ………………………………………….. 226
Les sionistes acceptent le partage ………………………… 230
LE PARTAGE …………………………………233
L’émir et les sionistes ………………………………………… 237
Une explosion à Rome, des contacts à Paris ……….. …. 239
Un comité d’évasion fort actif ……………………………….. 242
Haïm Weizmann est écarté,
Ben Gourion triomphe ……………………………………… . 244
Les fesses des Britanniques,
Le décolleté de Rita ……………………………………………. 247
Bevingrad ……………………………………………………….. 250
L’amant de MmeCarlo ………………………………………….. 252
Micmac à Djibouti ………………………………………………. 254
Les sternistes à Paris ………………………………………….. 256
État de siège ……………………………………………………. 257
Les terroristes seront pendus …………………………………. 259
Nouvel attentat à Londres …………………………………….. 261
Shamir et le Vietnam ……………………………………………. 262
Un scoop raté ……………………………………………………. 264
L’inventeur des lettres piégées ………………………………. 266
Begin à Paris ……………………………………………………… 267
Exodus …………………………………………………………….. 269
Nouvelles pendaisons, nouvelles représailles …………………. 271
Vers le partage de la Palestine ……………………………….. …275
Abdallah revendique la Cisjordanie ……………………….. ……. 277
LA GUERRE ……………………………………281
De bien étranges machines agricoles ………………………….. 285
Deir Yassin ………………………………………………………… 291
Un projet d’attentat bactériologique ………………………….. 295
«Ils tiendront!» ………………………………………………….. 297
Le groupe Stern veut adhérer au Kominform …………………. 299
L’exil, pire que la mort ………………………………………….. 300
Stern à visage découvert …………………………………….. ..301
Bernadotte, l’homme de paix ……………………………………. 305
Paris équipe l’Irgoun …………………………………………. ….308
L’assassinat de Bernadotte ……………………………………. 312
Se lamenter pendant des générations ………………………… 317
La dernière cavale du LEHI ……………………………………. 321
La débâcle des activistes …………………………………. ….324
Ce qu’ils sont devenus ………………………………….. …..326
CHRONOLOGIE …………………………………………… 329
POINTS DE REPÈRE…………………………………………..333
CARTE ………………………………………………………337
NOTES……………………………………………………..339
Sortie en librairie le 6 mars.
Plus de détails aux cours des prochains jours

Le processus d’Annapolis Février 2008

Les négociations israélo-palestiniennes progressent mais dans le plus grand secret. Il ne faudrait pas que les adversaires de la paix aient vent des sujets abordés. Au sein du gouvernement Olmert, le parti orthodoxe séfarade menace de quitter la coalition parlementaire si la question d’une division de Jérusalem est abordée au cours de ces rencontres. Chez les Palestiniens, si le Hamas a l’impression qu’un accord est proche, il pourrait commettre de nouveaux attentats suicides comme il l’a fait dans le passé. Déjà, le processus d’Annapolis est à la merci des roquettes Qassam tirées depuis Gaza. Si un des ces engins devait, par exemple, exploser sur un jardin d’enfants à Sderot faisant de nombreuses victimes. Israël n’aurait pas le choix et déclencherait une opération majeure à Gaza. Le bilan en serait nécessairement très élevé de part et d’autre, cela entrainerait la fin des pourparlers.
Dans ces conditions, accorder une année pour parvenir à un accord, c’est offrir douze mois à tous les extrémistes de la région pour qu’ils torpillent toute possibilité de parvenir à la paix. Il faudrait aller vite d’autant plus que Mahmoud Abbas et Ehoud Olmert sont des leaders faibles, peu populaires. Le président palestinien ne peut donner l’ordre à ses maigres forces de police de lutter contre « le terrorisme pour la sécurité d’Israël ». Le premier ministre israélien ne parvient pas à obtenir de l’armée dirigée par le ministre de la Défense, Ehoud Barak, qu’elle lève des barrages en Cisjordanie ou évacue des colonies importantes. Tous deux font face à une opposition qui rejette l’idée même d’un état palestinien indépendant sur l’ensemble de la Cisjordanie. Pour le Hamas, une solution définitive ne peut être qu’islamique. La disparition d’Israël. Sur le mode « gestion du conflit » il accepterait un cessez le feu de longue durée, comme la droite et l’extrême droite israéliennes qui sont en faveur de l’annexion de Jérusalem Est et de tout ou partie des territoires occupés.Alors, pourquoi ne pas aller vite? Réunir Messieurs Abbas et Olmert, et les obliger à négocier un accord en quelques semaines, en un mois ou deux. En fait, tous les diplomates du Proche Orient et les membres du Quartet connaissent parfaitement les grandes lignes d’une paix. Les Israéliens ne signeront pas d’accord dans lequel les Palestiniens ne s’engageraient pas à renoncer à toute revendication dans l’Israël d’avant 1967 : pas de retour en masse de réfugiés palestiniens, seulement des réunifications de familles limitées. Le droit au retour se ferait dans l’état de Palestine, des compensations financières généreuses étant accordées à tous les réfugiés. Les dirigeants palestiniens savent que c’est la ligne rouge de tous les gouvernements israéliens, même de gauche. Mais ils ne signeront un tel engagement qu’en échange d’un état viable et indépendant sur la totalité de la Cisjordanie – avec si nécessaire un échange de territoire s’il s’avère impossible d’évacuer les colonies les plus peuplées- la souveraineté sur les quartiers arabes de Jérusalem Est et une solution satisfaisante pour les saintes mosquées, qui se trouvent sur le lieu saint du judaïsme, le Mont du Temple.La plupart des dossiers d’une paix future ont déjà été largement exploré. Pendant et après le sommet de Camp David en 2000, lors des pourparlers de Taba en janvier 2001. Les négociateurs pourraient également s‘inspirer de l’initiative de Genève proposée par les modérés des deux camps en décembre 2003. Mais, les néoconservateurs américains veulent-ils d’une telle paix entre Israéliens et Palestiniens? Probablement pas, si on en juge par cette information publiée par le Figaro le 9 février dernier : Elliott Abrams, le numéro deux du Conseil national de sécurité américain, a déclaré à des diplomates européens à propos des négociations d’Annapolis «Les États-Unis vont laisser les deux camps négocier jusqu’à la fin de cette année. Nous ne nous impliquerons pas dans les discussions. Mais si, à la fin des pourparlers, les Israéliens nous disent : “Nous sommes prêts à accepter zéro réfugié palestinien”, nous les suivrons ; et s’ils nous disent : “Jérusalem-Est, c’est aux Israéliens”, nous ne les contredirons pas, non plus.» Commentaire désabusé d’un diplomate : «Les Américains sont revenus sur leur engagement d’être les juges et les surveillants du processus d’Annapolis. Mais s’ils espèrent tordre le bras de Mahmoud Abbas, ils rêvent. Jamais ce dernier n’acceptera de liquider la cause palestinienne». Effectivement, si aucun accord n’est conclu d’ici la fin 2008, Mahmoud Abbas et son équipe quitteront la scène politique. Les Palestiniens et le monde arabe en tireront la conclusion que la communauté internationale ne veut ou ne peut réaliser la paix au Proche Orient et aura laissé la colonisation se poursuivre en Cisjordanie et à Jérusalem Est. Ce sera une nouvelle victoire pour l’Islam radical.

Charles Enderlin

Opinion

Bonjour à tousJ’ai terminé l’écriture de mon nouveau livre et n’attends plus que les épreuves. Le sujet surprendra. Il y aura un cahier photo. Ce n’est pas un nouvel ouvrage sur le processus de paix et l’Intifada… Publication fin février, début mars.En attendant la fin des procédures judiciaires en France et en Israël, je ne ferais pas de nouveaux commentaires sur les campagnes de diffamation en cours, contre France 2 et moi-même dans l’affaire A Dura.

Je reprends donc le chemin de mon blog.

Voici un billet « Opinion »

Est-il possible d’acheter la paix au Proche Orient avec 7,4 milliards de dollars. C’est la somme accordée à l’Autorité palestinienne, le 20 décembre 2007, par les 87 délégations d’états et d’organisations internationales lors de la Conférence de Paris. Ces fonds sont destinés à relancer l’économie de la Cisjordanie et ainsi, renforcer le soutien au Président Mahmoud Abbas. Mais, pour cela il faudrait la libre circulation des biens et des personnes, ce qui serait possible si l’armée israélienne lève la majeure partie des 570 barrages militaires installés en Cisjordanie. A l’heure où ces lignes sont écrites, ils sont toujours en place.

Les négociateurs palestiniens exigent, avant toute discussion sur les problèmes fondamentaux du conflit, l’arrêt de la construction dans les implantations israéliennes. Quelques jours après la conférence d’Annapolis, l’annonce d’un appel d’offre pour la mise en chantier de plus de 300 unités de logements à Har Homa le nouveau quartier juif au sud de Jérusalem sur la colline d’Abou Ghneim en secteur conquis par Israël en 1967. Après de vives réactions de Condoleezza Rice et Mahmoud Abbas, le gouvernement Olmert avait annoncé l’annulation du projet. Depuis, Palestiniens et Américains ont découvert que le budget israélien pour 2008 prévoit 750 nouvelles unités de logement, 250 à Maale Adoumim et 500 à Har Homa. Résultat les pourparlers lancés par la Conférence d’Annapolis sont dans l’impasse.

Les Israéliens, pour leur part, exigent des Palestiniens une lutte sérieuse contre le terrorisme. A cela, l’entourage de Mahmoud Abbas répond que la remise sur pied des services de sécurité palestiniens prend du temps. Ils ont été détruits par Tsahal durant les premières années de l’Intifada. Certains chefs du Fatah ajoutent que ce n’est pas leur rôle puisque l’armée israélienne occupe de fait toutes les zones autonomes de Cisjordanie, par des incursions régulières, des barrages et des barrières.

Donc, à priori, les négociations ne pourront avancer que lorsque les Israéliens cesseront de construire dans les implantations et les Palestiniens lutteront contre le terrorisme. C’est-à-dire, au train où vont les choses, jamais!

Là se trouve la faille dans le processus d’Annapolis. L’Administration Bush, Ehoud Olmert et les généreux donateurs de la Conférence de Paris ont voulu acheter du temps. La denrée la plus rare et la plus chère au Proche Orient. L’échec du processus d’Oslo a démontré que trop de temps était contreproductif. Yitzhak Rabin pensait que cinq années d’autonomie devaient permettre de stabiliser la situation et parvenir à la négociation sur le statut définitif dans les meilleures conditions. Il a été assassiné. Shimon Peres a perdu les élections en 1996, Benjamin Netanyahu a relancé la colonisation. Ehoud Barak n’a pas réussit à conclure un accord avec Yasser Arafat. L’intifada, les attentats suicides et la répression israélienne ont tout remis en question.

A Annapolis, Ehoud Olmert et Mahmou Abbas ont proclamé 2008, l’année de la paix. Or, douze mois dans cette région cela peut être très long. Une reprise du terrorisme, des élections anticipées en Israël brouilleraient les cartes. Alors, pourquoi attendre ? Tous les dossiers ont déjà fait l’objet de négociations. Il y a les paramètres de Bill Clinton du 23 décembre 2000 qu’Ehoud Barak, premier ministre à l’époque a d’abord accepté puis refusé. Il y a les avancées des négociations de Taba en janvier 2001. Le rapport du sénateur Mitchell d’avril 2001.L’initiative de Genève d’octobre 2003, négociée par des modérés des deux camps. En quelques semaines, voire tout au plus quelques mois, il devrait être possible de parvenir à un accord. Car le temps presse. Le calme au Proche Orient est trompeur.

Jérusalem 26 Décembre 2007

Message à Clément

En général je n’accorde aucune importance aux gens qui m’attaquent en publiant leur prose sous des pseudonymes. Par exemple l’article paru dans le dernier numéro d’Actualités Juives et qui flingue France 2 et votre serviteur. L’auteur est un certain Daniel Vavinsky. Pour autant que je sache, aucune carte de presse n’a été remise à un journaliste de ce nom. On ne trouve ce monsieur que dans Actualités Juives et sur divers blogs.
Mais, attendez… Ne serait-ce pas un confrère qui a habité rue Vavin à Paris ? Mais oui ! Clément Weill Raynal, rédacteur en chef adjoint à France 3 qui écrit également des papiers au vitriol sous le pseudo de Martin Perez.
Puisque nous appartenons à la même maison, je vais m’adresser directement à lui :Cher Clément
Si tu voulais faire un travail sérieux dans cette affaire limpide qu’est la mort du petit Mohammed à Gaza le 30 septembre 2000, tu traverserais le couloir et viendrais demander des explications à la direction de l’Info de la rédaction sœur à France 2. Tu m’appellerais ou profiterais de l’occasion d’un de mes passages à Paris pour me rencontrer. Tu pourrais aussi faire les choses à fond. Venir à Jérusalem au bureau de France 2 (Je t’assure que tous les confrères de France 3 sont les bienvenus !), tu assisterais pour la première fois au travail du correspondant à l’étranger. Tu pourrais même aller à Gaza enquêter sur place, interviewer Talal Abou Rahmeh, Jamal A Dura et tous les témoins. Avec ton passeport français tu passeras sans problème.
Mais veux-tu affronter la réalité ? Etre correspondant à Jérusalem cela signifie, après un attentat suicide, appeler hystériquement les enfants, l’épouse, les amis pour vérifier s’ils n’étaient pas sur les lieux de l’explosion. C’est contempler la mort, les corps déchiquetés étendus sur le sol, la douleur des blessés. Le deuil. Filmer les accrochages en Cisjordanie. Entendre les balles siffler. Non, les affrontements ne sont jamais mis en scène. Cela veut dire être dans Gaza pendant une frappe aérienne israélienne. Assister au transport des enfants blessés à l’hôpital Shifa. Selon B’tselem, l’ONG israélienne, depuis le début de l’Intifada 850 enfants et adolescents palestiniens ont été tués par l’armée israélienne. 130 enfants et adolescents israéliens par des Palestiniens.
Cela dit, il est quand même curieux qu’un rédacteur en chef adjoint de France 3 (qui instruit depuis des années le procès en déontologie de nombreux confrères), s’abrite courageusement derrière un pseudo pour attaquer publiquement un journaliste et la rédaction d’une chaîne appartenant au même groupe que lui.
Ce journalisme n’est pas le mien.
Charles Enderlin

Al Dura

Je suis personnellement extrêmement satisfait du souhait de la cour d’appel de Paris de visionner les rushes tournés le 30 septembre et le 1 octobre 2000 par Talal Abou Rahmeh le correspondant de France 2 à Gaza. Nous avons toujours affirmé que nous ne communiquerons ces images de la mort de Mohammed Al Dura que dans le cadre d’une procédure judiciaire en bonne et due forme. Pas à des militants ou a un organisme qui serait partie prenante dans cette affaire. De mon point de vue, le tribunal français donne toutes les garanties de sérieux et d’indépendance. Cela permettra de crever l’abcès, de montrer l’authenticité des images et, je l’espère, mettre un terme à l’ignoble campagne de diffamation dont France2 et moi même sommes les victimes depuis bientôt sept ans. Charles Enderlin

Pesrpectives

Ainsi, au cours de leurs rencontres régulières, Ehoud Olmert et Mahmoud Abbas discutent de la rédaction d’une nouvelle déclaration de principe israélo-palestinienne. Un texte court de quatre pages au maximum, définissant les éléments du statut définitif c’est-à-dire d’une future paix entre les deux nations. Aux dernières nouvelles ces négociations étaient dans l’impasse. Yasser Abed Rabbo, proche conseiller du Président palestinien accuse Mr. Olmert de refuser d’aborder les éléments essentiels du statut définitif. Pour sa part l’entourage du Premier ministre israélien affirme que Mr. Abbas, ne renonce pas au droit au retour des réfugiés palestiniens et, donc, bloque ce nouveau processus. En fait, c’est la quadrature du cercle. Les négociateurs palestiniens estiment ne pouvoir accorder aux Israéliens leur concession ultime que lorsqu’ils auront la certitude d’avoir un état viable avec les quartiers arabes de Jérusalem et une forme de souveraineté sur les saintes mosquées, acceptable par le monde musulman. Détail, c’est Mahmoud Abbas qui, à Beyrouth le 28 mars 2002, a personnellement rédigé l’article concernant les réfugiés palestiniens de l’initiative saoudienne adoptée par la Ligue arabe : Israël devait parvenir à une solution juste et agréée au problème des réfugiés palestiniens conformément à la Résolution 194 (III) de l’Assemblée générale des Nations unies. Le terme de droit au retour n’y était pas mentionné et la fameuse résolution 194 est sujette à diverses interprétations.
Messieurs Abbas et Olmert ont jusqu’à novembre pour parvenir à un accord qu’ils devraient présenter à la conférence internationale organisée par George Bush. Ce sera peut être la dernière fenêtre d’opportunité pour parvenir à une solution à deux états. Mais, au Proche Orient, trois mois cela peut être une éternité! Et le Hamas veille. Actuellement l’organisation islamiste fait patte de velours envers les occidentaux. En l’espace d’un mois après des visites à Damas deux personnalités – un européen et un américain- sont passées par Jérusalem avec un discours pro-Hamas : Il faut encourager les éléments pragmatiques au sein du Hamas ! (ces discours pragmatiques n’existent pas dans les mosquées et les écoles tenues par le Hamas) Les attentats suicides commis par les fondamentalistes depuis 1996 étaient des ripostes à des actions israéliennes (un argument pour le moins curieux : systématiquement les attentats du Hamas sont intervenus à des instants clés des négociations entre Israël et l’OLP) ! Le Hamas est prêt à une trêve de longue durée (et Israël poursuivrait l’occupation de la Cisjordanie ?) Il ne faut pas aller à l’encontre de la démocratie palestinienne ! (Démocratie ? à Gaza, le Hamas a fermé les médias du Fatah et appréhende les critiques…) L’OLP aussi avait une charte inacceptable pour Israël ! (à nouveau, la charte de l’OLP si elle prônait la disparition d’Israël, ne faisait pas référence aux infâmes protocoles des sages de Sion et n’appalait pas l’assassinat de Juifs.)En l’occurrence la tactique du Hamas est de parvenir à une gestion du conflit et empêcher tout accord conduisant à une solution à deux états. Les chefs islamistes sont prêts à des accords ponctuels pour aménager la vie quotidienne de la population de Gaza. Permettre les livraisons de nourriture, de matières premières, la réouverture des points de passage etc. mais pas question de contacts politiques directs avec Israël.
L’échec des négociations entre Israël et le Fatah, l’absence de tout accord lors de la conférence prévue pour le mois de novembre constituerait une victoire majeure pour le Hamas surtout si la situation sur le terrain ne change pas. Si Israël ne lève pas comme il l’a promis des barrages militaires en Cisjordanie. Si aucune implantation dite sauvage n’est évacuée.

La confiance renaît-elle

De passage à Paris ce jeudi 9 aout, je découvre la une du Monde: Proche Orient, la confiance renaît. Les contacts s’intensifient entre Israéliens et palestiniens. M. Pérès présente un plan de paix Certes, l’article est beaucoup plus prudent que le titre le laisse suggérer mais donne l’impression d’un changement fondamental au Proche-Orient.Vingt quatre heures plus tard, c’est la douche froide. Yedihot Aharonot révèle que Ehoud Barak, ministre de la Défense et président du parti travailliste exclu tout retrait de l’armée israélienne en Cisjordanie avant cinq ans au moins et se montre sceptique quant à la possibilité d’un accord avec les Palestiniens. Israël n’a pas d’interlocuteur. Le Fatah et le Hamas, c’est la même chose… Les discussions actuelles ne sont que de l’air… Le public israélien réagit sainement en ne croyant pas en de telles fantaisies car il ne sera pas possible d’envisager une séparation d’avec les Palestiniens avant d’avoir trouvé les moyens de protéger la population contre des tirs de roquettes ou de missiles avant cinq ans .Ce qui compte, c’est la réalité. Mahmoud Abbas et Salam Fayad sont-ils capables de réaliser quoi que ce soit en Cisjordanie.. La réponse est « non ». Et Barak d’affirmer qu’il n’autorisera pas la levée de barrages militaires en Cisjordanie. Ces déclarations contredisent l’optimisme qu’Ehoud Olmert, Mahmoud Abbas et l’administration Bush veulent d’injecter au Proche Orient. Et, à Washington Tom Casey, le porte parole du département d’Etat de réagir: Je ne pense pas que ces commentaires tels qu’ils sont rapportés soient le reflet du point de vue du Premier ministre Ehoud Olmert, ni de la politique israélienne en cours Samedi, Saeb Erekat, le principal négociateur palestinien tente de reprendre la main en révélant qu’au cours de leur rencontre en début de semaine le Premier ministre israélien a promis à Mahmoud Abbas de publier dans les prochains jours la liste des barrages principaux qui seront levés. Réaction immédiate de Benyamin Ben Eliezer, un proche de Barak: Oui, le ministre de la Défense envisage bien une telle mesure mais il s’agit de barrages peu importants…

Le problème est fondamental. En Cisjordanie, la population palestinienne ne croira en la possibilité d’une relance du processus de paix que si elle constate une réelle amélioration de sa vie quotidienne. C’est-à-dire, avant tout la liberté de circulation. Actuellement toutes les villes palestiniennes sont bouclées et, en raison des barrages militaires, il est difficile pour un palestinien de se rendre, par exemple, de Jenine à Hébron. Si tel n’est pas le cas, le Hamas aura marqué un nouveau point et pourra répéter son principal argument : Le Fatah et Mahmoud Abbas n’obtiennent rien d’Israël. Le processus d’Oslo a eu pour conséquence un appauvrissement catastrophique de la société palestinienne.. La dernière fois que monsieur Olmert a décidé de lever des barrages, l’armée israélienne en a rajouté…

Les palestiniens n’ont accès à Jérusalem Est que s’ils sont munis d’un permis spécial délivré par l’armée israélienne.La construction dans les implantations se poursuit et Israël termine la mise en place de deux systèmes de routes en Cisjordanie. Pour les Israéliens et pour les Palestiniens. Ce territoire est, de fait, découpé en trois enclaves palestiniennes principales.

Point de vue perso

Rien n’y a fait, le mandat accordé par le quartet à Tony Blair ne sera pas élargi à l’ouverture de « négociations sans préalable sur le statut final », et d’obtenir d’Israël « des mesures concrètes et immédiates » en faveur du président Mahmoud Abbas et de créer « une force internationale robuste » dans les territoires palestiniens comme le demandaient dix ministres européens des affaires étrangères conduits par Bernard Kouchner. Les Etats-Unis y sont opposés et l’ancien Premier ministre britannique devra se contenter « d’œuvrer à la mobilisation de l’assistance internationale à l’Autorité Palestinienne et à la mise en place d’un Etat palestinien. ». Un mandat identique à celui qui fut accordé à son prédécesseur, James Wolfensohn jusqu’à sa démission en janvier 2006. Dans le quotidien Haaretz du 20 juillet, il décrit comment l’entourage de George Bush a torpillé ses efforts pour le développement économique de Gaza. Il accuse en particulier Eliott Abrams le N°2 du Conseil national de sécurité à la Maison blanche qui, opposé à l’accord sur l’ouverture des points de passage entre ce territoire et Israël, œuvrait dans l’ombre contre sa mission. En novembre 2005, son staff de 18 personnes a subitement été licencié, ses bureaux fermés, et Mr. Wolfensohn n’avait plus d’autre choix que de faire ses valises. En d’autres termes, le fameux quartet qui réunit les représentants de l’Europe, de l’ONU, de la Russie et des Etats-Unis n’est qu’une opération sous contrôle américain.. Tony Blair a intérêt à s’en souvenir. Eliott Abrams a toujours été proche du Likoud, opposé à la création d’un état palestinien indépendant. La clé de la paix au Proche Orient se trouve bien à Washington dans un coffre fort tenu par les néoconservateurs.Car, il n’est d’expert ou de diplomate qui ne connaisse les paramètres d’un accord israélo palestinien. Ils ont été définis pour la première fois par Bill Clinton en décembre 2000 puis lors des négociations de Taba en janvier 2001 et dans l’initiative de Genève en décembre 2003. Il suffirait de quelques semaines de négociations pour rédiger les textes du traité et un engagement international pour organiser un referendum en Israël et dans les territoires palestiniens avant de l’appliquer. Selon tous les sondages les deux populations devraient approuver un accord garantissant la sécurité d’Israël et la création d’un état palestinien indépendant, viable avec Jérusalem Est pour capitale. C’est la solution à deux états régulièrement évoquée par George Bush… Mais – et la technique est aussi vieille que la politique – les discours et les promesses ne collent pas à la réalité. Sur le terrain cela signifie l’annexion de fait de Jérusalem Est le développement des implantations israéliennes en Cisjordanie dont 40% n’est plus – selon l’ONU – accessible aux Palestiniens..Une solution à deux états paraît impossible. En prenant le contrôle de Gaza, le Hamas a enfoncé les derniers clous dans le cercueil du processus d’Oslo. L’organisation islamiste a toujours lutté contre toute possibilité d’accord entre Israël et l’OLP. Dans ce contexte les prises de position de personnalités de gauche mais aussi de Colin Powell, l’ancien secrétaire d’état, en faveur d’un dialogue avec le Hamas sont hallucinantes. La charte du Hamas fait référence à l’infâme protocole des sages de Sion et stipule l’assassinat de Juifs. Une théologie enseignée dans les écoles et répétée dans les mosquées contrôlées par le mouvement. Certains la comparent à la charte de l’OLP. Là encore l’analyse est fausse. Le texte de l’OLP n’était pas religieux mais politique et, s’il prévoyait la disparition d’Israël ne prônait pas le meurtre de Juifs. Yitzhak Rabin aurait-il accepté des négociations avec une organisation prêchant les protocoles des sages de Sion ?

Point de vue personnel!

Sauver le soldat Abbas?lire la suite

Quand Israël favorisait le Hamas. paru dans le Monde 4 Février 2006

Seules quelques Cassandre isolées avaient lancé des mises en garde : la politique israélienne contribue à l’islamisation de la société palestinienne.Déjà, en 1976, les dirigeants israéliens ne parvenaient pas à appréhender la réalité. Shimon Pérès était à l’époque ministre de la défense du premier gouvernement Rabin. Espérant une victoire des candidats projordaniens, il avait permis la tenue, le 12 avril, d’élections municipales en Cisjordanie. Las, le calcul s’était avéré faux. Les électeurs avaient massivement voté en faveur de l’OLP et de la gauche palestinienne laïque.Quelques jours plus tard, pour favoriser l’émergence d’une nouvelle force politique à Gaza, l’administration militaire israélienne avait approuvé la création d’une « Association islamique », dont le but déclaré était la diffusion de la religion musulmane par des activités culturelles et sportives. Le chef spirituel de ce mouvement lié aux Frères musulmans était un cheikh infirme d’une quarantaine d’années : Ahmed Yassine. Il était le favori des gouverneurs militaires qui, régulièrement, venaient lui rendre visite. Les généraux expliquaient : « Il est préférable que les Palestiniens prient et ne s’occupent pas de politique ! » L’arrivée au pouvoir du Likoud ne changera pas cette attitude bienveillante d’Israël envers la confrérie.

En 1981, après l’assassinat d’Anouar El-Sadate, les autorités égyptiennes ont expulsé des dizaines d’étudiants islamistes palestiniens qu’Ariel Sharon, ministre de la défense, a autorisés à revenir s’installer à Gaza. Ils deviendront des dirigeants du Hamas et du Djihad islamique. L’année suivante, Israël donne le feu vert – et, affirment certains, une contribution matérielle – à la construction de l’immeuble de l’Association islamique dont les membres vont régulièrement saccager les bureaux du Croissant rouge palestinien, dirigé par Haïdar Abd Al-Shafi, proche du Parti communiste et de l’OLP. La bienveillance israélienne ira jusqu’à juguler l’opposition aux islamistes. Les étudiants qui osent leur porter la contradiction au cours de débats publics se retrouveront derrière les barreaux. Ils sont dirigés, à Gaza, par Mohammed Dahlan, futur patron de la sécurité préventive de l’Autorité autonome. A l’époque, il était le chef, à Gaza, de la Chabiba, le mouvement de jeunesse du Fatah, et sera arrêté à onze reprises. Son homologue en Cisjordanie est Marouan Barghouti, étudiant à l’université de Bir Zeit. Lui aussi effectue des séjours réguliers dans les prisons israéliennes.

En 1984, les services de sécurité israéliens ont une mauvaise surprise. Les islamistes ne sont pas d’innocents religieux. Au cours d’une perquisition chez Ahmed Yassine, ils découvrent des dizaines de fusils d’assaut. Le Cheikh est passé à l’étape suivante de son projet secret : la constitution de cellules militaires. Il est condamné à treize ans de prison mais retrouve la liberté en mai 1985 dans le cadre d’un échange de prisonniers entre Israël et l’organisation palestinienne d’Ahmed Jibril. L’accord avait été négocié par Itzhak Rabin, alors ministre de la défense…

En décembre 1987 éclate la première Intifada. Les dirigeants israéliens estiment que l’OLP pourrait retirer des gains politiques du soulèvement et la priorité dans la répression va au démantèlement des comités populaires du Fatah. MM. Barghouti et Dahlan, considérés comme de dangereux agitateurs, sont expulsés en Jordanie. A Gaza, le cheikh Yassine a mis sur pied le Hamas, auquel les militaires israéliens ne prêtent d’abord pas attention. Il ne sera arrêté que l’année suivante, après l’assassinat d’un soldat enlevé par le commando Azzedine El-Kassam, la branche armée du Hamas, qui ne comptait à l’époque que quelques dizaines de combattants.

Il faudra attendre 1993 pour qu’Israël change de politique et accorde la préférence au Fatah en signant les accords d’Oslo. L’organisation de Yasser Arafat prend le contrôle, à tous les niveaux, de l’administration autonome en Cisjordanie et à Gaza. Des responsables venus de Tunis s’installent aux postes-clés, distribuent à leurs proches fonctions et sociétés économiques. Le Hamas, qui s’oppose à toute négociation avec Israël, décide de torpiller le processus de paix par des attentats-suicides anti-israéliens particulièrement meurtriers, en 1995 et 1996. Ces attaques ont une double conséquence. L’opinion publique israélienne bascule et élit Benyamin Nétanyahou, le candidat Likoud, principal opposant aux accords d’Oslo, alors que l’armée israélienne durcit le bouclage de la Cisjordanie et de Gaza.

Pour le Palestinien moyen, l’arrivée au pouvoir du Fatah se traduit donc par de longues files d’attente aux barrages, pendant que les notables du cru se distribuent les bénéfices d’une gestion opaque et que les Israéliens renforcent leur colonisation. La popularité du Hamas s’accroît d’autant plus rapidement qu’en 1997, après une monumentale bavure du Mossad en Jordanie, Benyamin Nétanyahou remet en liberté le cheikh Yassine.

Le grand tournant interviendra à la fin de l’année 2000 avec l’effondrement du processus d’Oslo et la seconde Intifada. Face au soulèvement palestinien, l’armée israélienne applique de nouvelles tactiques dont le but est de « graver dans la conscience » des Palestiniens qu’ils n’obtiendront « rien par la violence ». Bouclages hermétiques des villes, couvre-feu, interdiction de circuler. En parallèle, Tsahal impose une pression militaire continue sur l’Autorité autonome palestinienne et les militants du Fatah, dans l’intention de leur faire cesser les attentats.

Résultats : la population de Cisjordanie et de Gaza fait face à une crise économique et sociale qu’elle n’avait pas connue depuis les années 1950. Israël, par ailleurs, démembre systématiquement les institutions de l’Autorité palestinienne sans ouvrir aucune perspective politique. L’Etat juif et la communauté internationale affaiblissent considérablement les services de sécurité palestiniens, qui auraient pu, s’ils leur en avaient donné les moyens, ramener le calme.

A Gaza, selon les services israéliens, le Hamas est désormais militairement plus puissant que la police de Mahmoud Abbas. Quelques analystes du Shin Beth et des renseignements militaires avaient lancé des mises en garde contre des telles conséquences. Ils n’ont pas été écoutés.

En février 2006, face à un Fatah usé par le pouvoir et la corruption, les arguments du Hamas ne pouvaient que convaincre une population exsangue. Le processus entamé en 1976 est parvenu à son terme. La politique de tous les gouvernements israéliens, les erreurs et les fautes de l’OLP et du Fatah ont donné le pouvoir aux Frères musulmans.

La paix était possible au Proche-Orient. Article paru dans Libération le 26 février 2001

Face aux arguments de propagande, aux mensonges publiés au sujet de ces pourparlers, j’estime devoir apporter mon témoignage sans enfreindre la promesse de secret faite à mes interlocuteurs
Préparant un documentaire sur le processus de paix, j’ai été le témoin privilégié des négociations israélo-palestiniennes depuis le mois de septembre 1999. Des dirigeants, des négociateurs, des médiateurs ont accepté de témoigner en temps réel devant ma caméra, avant et après chaque rencontre importante officielle ou secrète. La seule condition était que ces confidences ne soient pas diffusées avant la fin de l’an 2001. Mais, face aux inexactitudes, aux arguments de propagande, aux mensonges publiés au sujet de ces pourparlers, j’estime devoir apporter mon témoignage sans enfreindre la promesse de secret faite à mes interlocuteurs.L’accord était possible. Il n’a pas été conclu en raison d’erreurs stratégiques et tactiques commises par les deux parties. Pendant dix-huit mois, l’abîme de méfiance qui existait entre les leaders a hypothéqué le processus de paix pour, finalement, le mener à l’échec. Craignant de perdre la face dans le cas où Arafat lui ferait une promesse personnelle pour ensuite la renier, Barak a limité au minimum ses contacts avec le chef de l’OLP et n’a jamais participé directement aux négociations. A Camp David, les Palestiniens ont fini par demander à Bill Clinton et Madeleine Albright pourquoi Barak refusait de rencontrer Arafat le soir pour faire le bilan de la journée et prendre des décisions. Les Américains ont répondu: «Le Premier ministre ne travaille pas ainsi!» Durant les quinze jours de ce sommet, les deux hommes n’ont pas eu une seule discussion sur le fond. Les autres rencontres entre Arafat et Barak n’ont porté que sur des généralités et la logistique du processus de paix.

Le retour à la technique des négociations parallèles, secrètes, a encore avivé la suspicion du président palestinien. Déjà, pendant près de trois ans, Benyamin Netanyahou l’avait utilisé pour temporiser, tout en faisant croire que les pourparlers avançaient. Arafat, leader arabe de la génération des Nasser, Hussein et Hassan II, voulait être traité comme tel. C’est avec lui que les accords devaient être finalisés, personne d’autre.

Le 28 juillet 1999, lors de leur première rencontre après son élection, le nouveau Premier ministre israélien expliquait au président palestinien qu’il voulait passer directement aux pourparlers sur le statut définitif. Arafat, lui, voulait, avant toute chose, l’application des accords intérimaires suspendue huit mois plus tôt par Benyamin Netanyahou. Ses conseillers expliquaient à leurs interlocuteurs israéliens que la situation sur le terrain se détériorait, tant au plan économique et social que politique. La popularité de l’Autorité autonome était en chute libre. Le moindre incident risquait de dégénérer. Des émeutes avaient eu lieu en janvier et en février 1999 à Khan Younes et à Rafah. Les manifestations de colère se multipliaient en Cisjordanie contre la police et les fonctionnaires palestiniens, contre les Israéliens. En février 2000, à l’université de Bir Zeit, Lionel Jospin en fera les frais. L’intifada couvait. Il y avait urgence.

Ehud Barak l’a compris trop tard. Endormi par les rapports rassurants de ses renseignements militaires pour qui la situation sur le terrain n’était pas inquiétante, il était surtout préoccupé par l’instabilité de sa coalition gouvernementale, persuadé qu’il ne parviendrait pas à faire accepter par sa majorité parlementaire l’application des derniers articles de l’accord intérimaire: le transfert de nouveaux territoires à l’Autorité autonome, la libération de centaines de prisonniers du Fatah encore emprisonnés en Israël. Pour rétablir la confiance de la rue palestinienne envers sa politique de paix, Arafat avait besoin de tels gestes de la part d’Israël. Conseillé par les Américains, Barak a tenté d’amadouer le chef de l’OLP en lui promettant, en février 2000, Anata, une petite localité située à l’est de Jérusalem. Le chantage des ministres religieux a fait annuler cette concession. En avril, il récidivait, décidait un retrait de 12 % de la Cisjordanie avec en prime cinq faubourgs arabes de Jérusalem-Est, mais renonçait un mois plus tard. Pendant ce temps, la construction dans les implantations se poursuivait sans discontinuer. Barak esquivait des votes de censure au Parlement. Pour Arafat, il manquait à sa parole.

Durant toute l’année écoulée, les négociateurs israéliens et palestiniens m’ont régulièrement cité le manque de communication personnelle entre leurs leaders comme un de leurs principaux handicaps. Malgré cela, ils ont réalisé des progrès. A Taba, en janvier, jamais l’accord n’a été aussi proche.

Sur le droit au retour des réfugiés palestiniens. C’est une insulte à l’intelligence d’imaginer, comme l’affirme une certaine propagande, que les dirigeants palestiniens croyaient possible de conclure un accord de paix comportant le retour en Israël de trois millions sept cent mille réfugiés. La vérité est qu’ils ne pouvaient accepter de renoncer à cette revendication historique de l’OLP qu’en échange d’un Etat palestinien viable sur la quasi-totalité de la Cisjordanie et de Gaza, avec pour capitale la partie arabe de Jérusalem.

C’était là le compromis historique que Yasser Arafat aurait pu présenter à son peuple qui compte 60 % de réfugiés. L’appel à la nouvelle génération de Palestiniens aurait été: «Abandonnez votre rêve irréalisable, ne cherchez pas à devenir israéliens mais venez construire votre pays.» Car les réfugiés auraient eu quatre possibilités: recevoir des compensations financières pour s’installer soit dans le nouvel Etat de Palestine, soit là où ils se trouvent actuellement ou encore dans un autre pays qui les accepterait ou, enfin, en Israël, selon les lois de l’Etat hébreu, c’est-à-dire en recevant la nationalité israélienne et selon un programme de réunification des familles dont le nombre exact était à négocier. Les négociateurs palestiniens ont posé en premier le problème grave des réfugiés au Liban et suggéré un quota de dizaines de milliers de personnes autorisées à revenir dans un délai de plusieurs années. Les pourparlers sont allés dans cette direction, tournant autour des formules de préambule à l’accord.

Il manquait du temps pour aboutir car, sur les autres volets de la négociation, pour la première fois Israéliens et Palestiniens sont tombés d’accord sur le concept de base permettant d’aboutir à la solution du problème territorial posé par le maintien en Cisjordanie de blocs d’implantation juives. Le principe était de réduire le plus possible le territoire annexé par Israël autour de ces colonies et donc de laisser un maximum de villages palestiniens sous la souveraineté palestinienne. Le résultat, selon la carte proposée par les émissaires de Yasser Arafat, était un Etat palestinien viable qui ne serait pas coupé en deux ou trois cantons comme le suggéraient les cartes présentées jusqu’alors par les négociateurs israéliens. Seuls 3 à 4 % auraient été annexées par Israël. C’est seulement lors de cette rencontre, moins de dix jours avant les élections israéliennes, que les Palestiniens ont pour la première fois présenté leur proposition de règlement du problème territorial. Leurs interlocuteurs israéliens ont amèrement regretté qu’ils ne l’aient pas fait beaucoup plus tôt.

Sur la question de Jérusalem-Est, les deux parties ont fini par accepter le principe de base défini par les propositions de Bill Clinton: les quartiers arabes seraient sous la souveraineté palestinienne et les quartiers juifs sous souveraineté israélienne. C’était une concession majeure de la part des Palestiniens qui acceptaient ainsi les nouveaux quartiers juifs construits sur des territoires annexés après la guerre de 1967. La ville resterait réunifiée, les secteurs arabes étant administrés par les Palestiniens. Par manque de temps, les détails n’ont pas été négociés. La continuité territoriale entre les divers quartiers enclavés, les patrouilles de police mixtes israélo-palestiniennes… Une formule de compromis a été discutée au sujet du statut du Haram El Sharif, l’esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l’Islam qui est aussi le Mont du Temple, le principal lieu saint du judaïsme. Pour des raisons politiques, elle ne peut être révélée actuellement.

La dernière rencontre secrète entre le Palestinien Saeb Erekat et l’Israélien Gilaad Sher a eu lieu le 31 janvier 2001. Ils ont tenté de préparer un ultime sommet entre Arafat et Barak qui, peut-être, aurait changé le cours de l’histoire. Mais les jeux étaient faits, l’élection d’Ariel Sharon, six jours plus tard, ne faisait plus de doute. Il ne reste plus qu’à classer les procès verbaux de Taba en attendant des temps meilleurs.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 499 autres abonnés