SCANDALE pedophilie eglise PAPE

Bienvenue dans le monde de la pédophilie !
Écrit par Nobel & Aurel
02-10-2006

Imaginez un ministre de l’Education Nationale

 envoyant une directive secrète à tous les

chefs d’établissements leur imposant

d’étouffer les affaires de pédophilie

dont leurs professeurs se rendraient

coupables à l’encontre de leurs élèves

. Laisseriez-vous votre enfant partir

 à l’école en toute sérénité ou au

 contraire, exigeriez-vous la poursuite

en justice de ce ministre ainsi que

des professeurs coupables de

 crimes sexuels ? La réponse vous semble

sûrement évidente,

mais elle ne l’est point pour le Vatican…

Le Vatican et les Crimes sexuels

Un document secret du Vatican dit

comment procéder dans

 les cas de scandales de pédophilie

au sein de l’Eglise Catholique.

Avant de devenir pape, le cardinal

Joseph Ratzinger a fait

appliquer le document intitulé

« Crimen Sollicitationis ».

Il enseigne aux évêques sur la

manière de procéder en cas

d’allégations de crimes pédophiles

contre des prêtres.

Les critiques dissent que ce

document a été utilisé afin

d’échapper aux poursuites pour

 viol sur enfants.

Crimen Sollicitationis a été écrit

 en 1962 en latin et donné

aux évêques du monde entier

 qui ont reçu l’ordre de la tenir

enfermé dans leur Eglise !

Il leur enseigne la façon de

 procéder en cas de « crime de

sollicitation » par les prêtres

dans le cadre du confessionnal.

 Il évoque également

Il impose le secret absolu

tant de l’enfant victime que

du prêtre mais aussi d’éventuels

témoins extérieurs.

Briser ce serment signifie une

 excommunication de l’Eglise

Catholique

Colm O’Gormann, reporter pour

l’émission Panorama

de la BBC, a trouvé sept prêtres accusés d’abus sexuels

 sur mineurs et vivant dans ou autour de la cité du Vatican.

L’un des prêtres, le Père

Joseph Henn, a été poursuivi

pour 13 cas de molestations

par un « grand jury » aux Etats-Unis.

Durant le « tournage » du reportage

« Sex Crimes and the Vatican »,

 Colm a trouvé que le Père Henn

 se battait pour ne pas être

extradé du Vatican.

Le Vatican ne l’a pas force à

retourner aux Etats-Unis afin

de faire face aux accusations

 retenues contre lui.

Après le reportage, le Père Henn

 a perdu son combat contre

 son extradition. Mais il a fui le

Vatican et on pense qu’il

se cache quelque part en Italie

pendant qu’un mandat d’arrêt

international a été lancé contre lui.

Colm O’Gorman a été violé par un

prêtre catholique lorsqu’il

avait 14 ans dans le diocèse de

Ferns dans le comté de

Wexford en Irlande.

Le Père Fortune a été accusé de

 66 cas d’agressions

sexuelles et d’une autre offence

sexuelle relatant un

enfant de 8 ans. Mais il s’est suicidé

 à la veille de son procès.

Colm a débuté une investigation

avec la BBC en mars 2002

qui a conclu à la démission du

Docteur Brendan Comiskey,

l’évêque à la tête du diocèse

de Ferns.

Colm a fait pression pour que

le gouvernement ouvre

une enquête, ce qui a débouché

sur le rapport Ferns.

Il a été publié en octobre 2005

 et révéla que :

 » Une culture du secret et la peur

du scandale a

mené les évêques à placer les

intérêts de l’Eglise

Catholique au-dessus de la sécurité

 des enfants »

L’Eglise Catholique a de par le

monde 50 millions

 d’enfants dans sa congrégation

mais aucune politique

 universelle de protection de l’enfant ;

 bien qu’au

Royaume-Uni il y ait le bureau

catholique de la protection

 des enfants et adultes vulnérables.

Cela signifie que dans certains pays

le Crimen Sollicitationis

 est la seule politique appliquée

Le Vatican a refusé de répondre

aux requêtes répétées

 de Panoama concernant les

différents cas montrés dans

le reportage.

(Source B.B.C :

Sex crimes and the Vatican, 29 septembre

2006 , traduit de l’anglais par Athétürk).

Crimen Sollicitationis: Une interprétation.

Le père Tom Doyle est juriste en droit canon. Il a eu une carrière diplomatique avec le Vatican mais fut viré après avoir critiqué la manière dont l’Eglise traite les cas d’abus sexuels sur enfants. Il donne son interprétation du Crimen Sollicitationis dans le documentaire Panorama.

 » Crimen Solicitationis est l’instruction d’une politique mondiale sur le secret et le contrôle absolu de tous les cas d’abus sexuels du clergé.

Mais ce que vous avez réellement ici est un écrit explicite afin de dissimuler les cas d’abus sexuels sur enfants par le clergé en punissant ceux qui voudraient attirer l’attention sur ces crimes commis par des hommes d’église.

Vous avez une politique écrite qui dit que le Vatican contrôlera ces situations et vous avez aussi je pense l’évidence claire écrite du fait que tout ce dont ils se préoccupent est de contenir et de contrôler le problème.

Nulle part dans aucun de ces documents il n’est fait mention d’une aide aux victimes.

La seule et unique chose qui y est dite est qu’ils peuvent imposer la peur aux victimes et les punir pour avoir discuté ou divulgué ce qui leur est arrivé.

Tout est contrôlé par le Vatican, et au sommet du Vatican est le pape. Donc Joseph Ratzinger était au centre la plupart du temps où ce document était en application. Il créa une suite à ces documents et maintenant il est le pape. Tout ceci signifie que la politique et l’approche systématique du problème n’ont pas changés.

Le Cardinal Ratzinger, maintenant Pape, pourrait dire demain :  » Voici notre politique : dorénavant nous révèlerons toute affaire aux autorités civiles, nous isolerons et destituerons tous les ecclésiastiques accusés et prouvés coupables.

Une complète ouverture et transparence, une complète ouverture de toutes les situations financières, arrêter toutes les barrières pour la procédure légale et coopérer complètement avec les autorités civiles. »

Il pourrait faire cela.

( Source orignale B.B.C, Crimen Sollicitationis, an interpretation, 29 septembre 2006, traduit de l’anglais par Athétürk )

Immunité papale contestée

Alors que les projecteurs internationaux sont braqués sur Benoît XVI, le Parti radical italien a donné la parole à l’avocat et exséminariste américain Daniel Shea. Celui-ci a rappelé, mercredi à Rome, que Joseph Ratzinger a été personnellement appelé dans un procès à la Cour du district de Harris County (Texas). Trois plaignants s’opposent au Père Juan-Carlos Petino-Arango, accusé d’actes pédophiles. Il est reproché à Joseph Ratzinger d’avoir signé et envoyé en 2001 une lettre disciplinaire aux évêques sur «les délits les plus graves réservés à la Congrégation pour la doctrine de la foi» dont il était le patron. Cette lettre précisait les huit délits réservés au Tribunal de la congrégation. Outre ceux contre les sacrements d’eucharistie et de pénitence, y figurent les délits des prêtres contre des mineurs. Ces délits sont couverts par le secret pontifical, les évêques se chargeant de la seule enquête préalable.

Selon l’avocat américain, l’inscription de Joseph Ratzinger sur la liste des accusés vise à mettre fin à la couverture par le Vatican des abus sexuels commis par des prêtres. Depuis son élection, Benoît XVI aurait fait une demande formelle d’immunité diplomatique en tant que chef d’Etat: «La réponse est désormais dans les mains du président Bush», a expliqué Daniel Shea. «Nous n’avons aucune haine envers les prêtres coupables d’actes pédophiles, ce sont aussi des victimes», dit Daniele Capezone, secrétaire des radicaux italiens. Au soir du 16 août, le Parti radical et l’association «anticlericale.net» ont manifesté devant la place Saint-Pierre, avec des pancartes: «Président Bush, pas d’immunité pour Ratzinger», «Stop au secret sur les abus sexuels commis par le clergé!»

Source APIC/La Liberté – 20 aout 2005

Notre conclusion : En ce début d’année 2006, l’effort était mis par l’Eglise Catholique,en la personne d’André XXIII, archevèque métropolitain d’Île de France, pour remettre à la mode le catéchisme. 26 000 affiches vinrent souiller les murs de la capitale, 405.000 dépliants, ainsi qu’une lettre adressée à 100.000 familles. Pour un coût total de l’opération de 200.000 €. L’archevèque entendait «Annoncer aux enfants cet amour de Dieu pour les hommes, les ouvrir au respect d’autrui et au don de soi, voilà le service que nous pouvons leur rendre». Ainsi, nous sommes en droit de nous interroger sur l’amour porté par l’Eglise catholique sur les enfants confiés à son entière responsabilité.

Il n’est pas dans nos idées de faire croire que tout prêtre est pédophile, comme tout musulman n’est pas islamiste. Néanmoins, tout parent aimant ses enfants, et ne pensant qu’à leur bien, devrait avoir la présence d’esprit de les retirer du catéchisme, tout comme il le ferait à n’en point douter, si le ministre de l’éducation nationale avait envoyé une telle directive avant que son représentant ne soit jugé. Comme doivent être les autorités vaticanes, ainsi que Benoit XVI.

A l’heure où certains, à l’instar de Benoît XVI, voudraient nous imposer l’idée d’un ‘ choc des civilisations ‘ et d’une Europe aux racines chrétiennes, il convient de s’interroger et de remettre en question les rapports étroits entretenus entre les différents Etats Européens et l’Eglise Catholique. Rappelons que le projet de Constitution Européenne accordait, dans l’article I-52, une place privilégiée au statut des églises:

« 1. L’Union européenne respecte et ne préjuge pas du statut dont bénéficient en vertu du droit national, les églises et les associations ou communautés religieuses dans les Etats membres.

2. L’Union respecte également le statut dont bénéficient en vertu du droit national, les organisations philosophiques et non confessionnelles.

3. Reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique, l’Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces églises organisations. »

L’Union Européenne doit-elle continuer le dialogue avec les Eglises, tout en sachant que l’Eglise catholique viole les droits des enfants supposés être sous sa protection ? Ni l’Europe, ni tout autre Etat du monde arabo-musulman, n’ont de leçons à recevoir d’un Etat, ainsi que de son représentant Benoit XVI, ayant mis en place un système protégeant les violeurs d’enfants depuis 1962.

Archive : Le Crimen Sollicitationis, disponible en ligne, en latin & en anglais.

Hits: 4395

Commentaires (2)
 

Ecrit par kitty, le 08-06-2007 16:40 venant de la part d’un pays islamiste et prenant exemple sur le beau modèle mahomet, les régimes mollahs, les ayatollahs qui TOUS prêchent le mariage des petites filles « avant qu’elles aient leurs premières règles » et souvent avec des vieux, cette critique, bien que juste.. devrait être complétée.. il ne faut pas montrer la paille dans l’oeil du voisin pour essayer de cacher la poutre qui se trouve dans le sien.

Ecrit par N’importe quoi, le 22-05-2007 20:33 Ce document porte la signature du cardinal pro-préfet du Saint-Office sous Pie XII et Jean XIII, à savoir le cardinal Ottaviani. Son but n\’est absolument pas d\’énoncer un principe de protection des prêtres fautifs. Il s\’agit d\’un guide de procédure en droit canonique pour orienter le traitement judiciaire (interne) des cas de \ »sollicitation\ », étant définis comme n\’importe quelle situation où un prêtre se sert de son ministère pour tenter un(e) pénitent(e), majeur ou non. Ce n\’est donc pas restreint aux affaires de pédophilie ni même aux péchés consommés. Ce document s\’adresse aux évêques du monde entier, à qui le Saint-Office rappelle qu\’il est de leur responsabilité de juger ces affaires. Ce guide juridique utilise un langage spécialisé qui n\’a rien pour engager le lecteur à se rendre au bout de ses 39 pages, ce qui facilite la tâche de ceux qui lui font dire n\’importe quoi. Il est bien vrai que la règle du secret de ces enquêtes y est fortement soulignée, cependant il ne s\’agit pas là d\’une politique adoptée en un temps oû le Saint-Siège aurait, par hypothèse, commencé à voir venir de sérieux problèmes sur le front de la moralité des prêtres, mais plutôt du rappel d\’une norme édictée par une précédente instruction du Saint-Office qui remontait à 1867. Surtout, ce texte dit \ »de peur que ces crimes demeurent cachés et impunis avec un grand dommage pour les âmes…\ » et affirme (en rappelant à ce propos une norme édictée par Benoît XIV en 1741) que les victimes ont le devoir en conscience de dénoncer le prêtre fautif en confession. On ajoute que celui qui ne dénonce pas le prêtre qui l\’a tenté après avoir été averti de son devoir est automatiquement excommunié après un mois et ne peut être absous tant qu\’il ne l\’a pas fait. Le document poursuit plus loin en précisant de quelle façon les dénonciations doivent être recueillies, la règle étant par écrit, sauf en des circonstances exceptionnelles où il serait difficile ou impossible pour la victime de rencontrer un officiel. On traite même des dénonciations anonymes qui ne doivent qu\’exceptionnellement être considérées. Lors de l\’enquête il est spécifié qu\’on ne doit pas demander à la victime si elle a consenti à la sollicitation et s\’il le faut, on doit même lui dire expressément qu\’elle n\’a pas à le dire. Il s\’agit donc d\’une désinformation à des fins cathophobes, pour déstabiliser le pape dans son gouvernement de l\’Eglise.

HOT TOPICS: The Pedophile Crisis Tradition In Action

 
A Manual for Pedophiles by a Brazilian Priest

Marian T. Horvat, Ph.D.

 

A01p_Istoe_Priest.jpg - 13472 Bytes
The November 16 issue of Istoé that exposes the diary of pedophile priest Fr. Spricigo (at left) All pictures from Istoe online, November 16 and 30 issues

A recent report about the pedophile scandal in the Catholic Church in Brazil might have gone unnoticed but for a significant and scintillating detail. The article, published in the November 16 issue of the Brazilian newsmagazine Istoé, reported the arrests of two Brazilian priests accused of sexually abusing boys. The scandalous detail was the diary of a convicted pedophile priest that related his sexual experiences and included a list of guidelines on how to select and conquer victims. The story came to international attention when the leading Italian daily newspaper Corriere della Sera published excerpts from the diary in its November 21 issue. The priest in question is Fr. Tarcisio Spricigo, age 48, convicted in 2003 of sexual abuse of a 5-year-old boy. His diary is a veritable “how-to” book for soliciting and seducing boys. Notably, he observed that “little rich boys” should be avoided. Rather, the priest should seek out street boys who are “safer” because it is easier for them “to maintain total secrecy.” He numbered conditions to look for in potential victims, and then gave tips on how the priest should present himself to the targeted boys. The list follows: a)  1. Age – 7, 8, 9, 10 ] 2. Sex – Masculine 3. Social conditions – poor 4. Family conditions – preferably a boy without a father, alone with a single mother – or with her sister. 5. Where to find – In the streets, schools, families 6. How to hook – guitar lessons, choir, altar-boy 7. Most importantto keep the family of the boy hooked 8. Possibilities – a boy who is affectionate, calm, without inhibitions, lacking father, without moral qualms b) My attitudes 9. His point of view – To see what the boy enjoys and based on this premise, give it to him asking in retribution that he deliver himself to me 10. How to present oneself – Always certain, serious, dominating, paternal, never ask questions, always have certainties (Istoé, “Memorias da perversão,” November 16, 2005).

A01p_capa_pedo_10.gif - 39577 Bytes
An excerpt from the diary of convicted pedophile Fr. Spricigo  

Other notes in his diary emphasized techniques for winning a boy’s affection and making sure he will remain silent about the crimes. “Only act sexually when I have absolute certainty that the boy will keep it secret,” he wrote. And further, “They [the boys] are everywhere – it is enough to have a clinical eye and act following [these] secure rules in the social sphere …. After applying the rules correctly, the boy will fall directly in my hands …. we will be happy forever.” (ibid). In the priest’s eyes, both he and the boy will share satisfaction in these criminal and obscene acts against nature. He also offers a kind of justification for his actions and a lesson learned: “After my weakness in the sexual field, I learned a lesson!!! And this is my solemn discovery: ‘God always pardons, but society never!' » (see excerpt from diary below)

A01p_GodPardons.gif - 8850 Bytes
 

A Pedophile Manual It is a strange kind of diary, with detailed rules. It does not seem to be the simple meanderings of a lone psychopath priest. The diary is patently not a confession of personal vices of a man seeking forgiveness. Why would the priest write these “norms” if not with the idea of passing them on to others? With whom would he share the results of his experiences? The probable readers of such a macabre manual would be other priests is the first answer that comes to mind. Then, we would be facing a veritable manual for pedophile priests. A01p_FatherFelix.jpg - 27786 Bytes Fr. Carreiro being taken from the hotel room where he was found with 4 boys

Such suspicions are heightened by the report in the same article of the arrest of a Brazilian priest in early November, caught in a hotel room with four boys. Trying to defend his action, the 43-year-old priest Fr. Felix Carreiro stated, “I know 12 other priests who do the same thing” (“Confissões obscenas”, Istoé, November 16, 2005) The diary is sure to remind Catholics in the U.S. of the case of sadly famous pedophile priest Paul Shanley. In 1,600 pages of documents on Fr. Shanley that the Archdiocese of Boston was obliged to hand over by a court order, it became clear that in a speech during a NABLA (North American Boy Love Association) conference held in 1977, he advocated love between men and boys, along with other perversions – incest and bestiality (A.S. Guimaraes, Vatican II, Homosexuality and Pedophilia, pp. 228-9). At the same meeting, Fr. Shanley “shared” a story of a boy “who was rejected by family and society but helped by a boy-lover.” According to Shanley’s perverted reasoning, the boy would be induced to have gratitude for the aggressor (USAToday online, April 8, 2002). It was found that the Archdiocese ignored warnings of Fr. Shanley’s involvement with NABLA. These public statements by Shanley sound similar to the same perverted thinking expressed in the diary of Fr. Spricigo. That is both are trying to give citizenship to their macabre vice against nature. Progressivists and conservatives like to present the crimes of pedophile priests as psychological problems to be resolved with clinical solutions on a case-by-case basis. Rather, it appears that what we are facing is a kind of doctrine, a thinking that not only promotes the seduction and abuse of children, but shamelessly justifies it in order to spread the perversion. This shocking revelation of this diary should waken parents of the targeted group of boys – especially single or divorced mothers – to be wary of dangers. Will it also rouse the public to acknowledge the strong possibility of a network of pedophile priests who prey without remorse on poor boys? Mantle of Silence In its report on the Brazilian scandal, the Italian daily Corriere della Sera pointed out that the case clearly shows that sexual abuse by priests is not a uniquely American phenomenon, as some Church organs might lead one to believe. A shocking panorama emerges from statistics of a recent Vatican investigation in Brazil. According to the same Istoé exposure, a recent inquiry found 10 percent of the country’s 17,000 priests to be involved in sexual misconduct. In only three years, 200 priests were sent to psychological institutions to be « cured » of pedophilia. The report was not denied by the Vatican representative in Brasilia, who refused comment on the topic. This broad pattern of sexual abuse of minors among Brazilian clergy is normally hidden by the Brazilian ecclesiastical hierarchy who maintain a strict “policy of silence,” the article continued. Unlike in the United States, Church archives are tightly closed, there are no reparations to victims. Instead, Church authorities “snuff out the denouncements and protect the aggressors” (“Confissões obscenas,” Istoe, November 16, 2005.) Why are the religious authorities silent? Could it be, the article asks, because the victims are not only children, but also dozens of seminarians who suffer homosexual crimes at the hands of their superiors? (“Até tu, Bispo!”, Istoe, November 16, 2005). A01p_pedo.jpg - 26104 Bytes The accusations of Fr. Alberto Pereira, above, that a Bishop sexually abused him have been ignored for 14 years

There is, for example, the case of Fr. Alberto Pereira against the Bishop Antonio Sarto of the Diocese Barra da Garça. He alleges that when he was a seminarian he was abused by him. Fr. Pereira’s case has been pending for 14 years in a Diocesan Court without any result. In 2003, he sent a letter to the Vatican – normally directed to the Congregation for the Doctrine of the Faith headed by then Cardinal Ratzinger – that provided full details of the abuse he had suffered at the hands of the Bishop. The Holy See confirmed receiving the account, but until today no solution has been offered. A mantle of silence is also being dropped over the Brazilian scandal. The National Conference of Brazilian Bishops refuses to speak about the denunciations or the investigation made by the Vatican. The Vatican has carefully dodged the scandal. “Naturally, the sad case is being followed with due attention,” a note released by the Vatican Press Office laconically affirmed (“Cortina de fumaça,” Istoé, November 30, 2005). A Tactic to Hush the Scandal? There is another suspicious facet to this story. When the Corriere della Sera reprinted excerpts from the Brazilian priest’s diary on November 21, the article shocked Italian public opinion. Then, suddenly – two days later – the long-awaited document on homosexuals in the clergy was published before its scheduled date. Indeed, someone “leaked” it to Adista bulletin, which published it on November 23 six days ahead of the scheduled release. Italian public attention immediately turned from the escalating scandal to the document. It seems a good tactic to avoid facing the problem of pedophilia. One could object: But at least the Vatican document was against homosexual priest. Therefore, it already provides a solution for part of the problem. But did the document really attack homosexuals in the seminarians? I don’t think so. Rather, it seems to me it left the situation in the exact same condition it was before this recent Vatican document. The scandalous facts revealed in the Brazilian clergy – added to those we know in the American clergy – seem to speak of a “subculture” of pedophilia that could well exist among priests, similar to the so-called “gay subculture.” Who is protecting both of these sordid blocs?

Universal Decalogue of Impunity

The general policy of Church authorities
regarding crimes of pedophilia committed
 by the clergy was summarized
in this “Universal Decalogue of
Impunity”
published by Istoé newsmagazine,
November 16, 2005 (Isto é, is the
 Portuguese for « That’s it »).

  1. Make a discrete investigation of
  2. what occurred.
  3. After acknowledging the sexual
  4. abuse and agreeing that the image
  5. of the Church would be damaged,
  6.  initiate talks with the aggressor and victim.
  7. The Bishops should strive to convince the
  8. victims and their families that the aggressor
  9. was punished and will be stopped and to
  10. persuade them not to continue with the
  11. denunciation in order not to damage the
  12. reputation of the Church or themselves.
  13. Cover the facts and the aggressor before
  14. the public.
  15. Take measures to insure secrecy.
  16. The
  17. Hierarchy should adopt a canonical
  18. measure against the aggressor, only
  19. in order to defend itself from an eventual
  20. accusation of passivity.
  21. Deny that it occurred, using the argument
  22. that the priest, called by God, is a man of
  23. virtue, a holy figure. When it is not possible
  24. to deny the fact, treat it as an exception.
  25. Make a public defense of the aggressor, emphasizing his good services rendered
  26. to the Church. Appeal to the Christian
  27. sentiment of pardon for the repentant sinner.
  28. Make a public disqualification of the
  29. victims and their conditions.
  30. Attribute the denunciations to paranoid
  31. campaigns orchestrated by “enemies
  32. of the Church”
  33. Consider the possibility of negotiation
  34. with the victim.
  35. Protect the aggressor priest.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

burbtn.gif - 43 Bytes
Related Articles of Interest: burbtn.gif - 43 Bytes The Prodigal Fathers

burbtn.gif - 43 Bytes Their Gifts and Experience burbtn.gif - 43 Bytes The Pedophile Crisis burbtn.gif - 43 Bytes Sophisms about Homosexuality/Pedophilia in the Church and Responses burbtn.gif - 43 Bytes The Common Good and the Criminal

 

 

 

 

 

 

 

 

3 Réponses to “SCANDALE pedophilie eglise PAPE”

  1. Luisa mancini Says:

    Bonjour,
    cette page ne s’affiche pas correctement car le texte est coupé sur un côté.
    Je suis très intéressée par ce sujet, sur lequel je cragnais un silence presque total en France.
    Comment lire le texte de l’article en entier?

  2. My name is Saiom Shriver. For 8 years I was a member of Pravda’s English forum. My user id was sb11 and I see that some of my Sai Baba thread has been included here by someone else who used my ID sb11. What I object to is that I would not have posted anything by Brian Steele, the Australian
    attacker of Baba, nor would I have posted any other attack on the Poornavatar. I have consciously been Baba’s follower since 1978.
    His devotee numbers have increased since His death beyond the over 100 million who followed His embodied form.

  3. DIAMONDS ON VELVET

    When Baba was asked about the attack books written about Him by those who have received money, or who out of anger at being ejected from the ashram for propositioning married men or boys, He replied “diamonds shine more brightly foiled by black velvet”.

    AN INFINITE AURA

    Frank Baranowski, who has been a teacher at the Univ of Arizona, went around the world examining auras. Through his eyes the average person’s aura was a few inches. 200 masters around the world, he examined, he said had auras from 1 to 3 feet.When he saw Baba, this Catholic knelt down, for Baba’s primary aura of blazing light, with pink and gold, through Frank’s eye prism was over 40 feet and His secondary aura had no end to it. He said the aura had thick bands of gold and silver which he had never seen in any other human being’s.
    *

    PROJECTION ONTO THE SUN

    Some look at the sun
    when he is approachable
    on the horizon
    before his rising
    and falsely project onto
    his blazing sunfire
    that he has earthly desire

    -saiom shriver-

    Footnote:

    (to the perjuring criminals
    of the international pedophile
    rings, billionaire butchers, profiteering
    warmongers, search
    engine, tv, radio, wire service
    warjock and government prevaricators,
    conducting the attacks
    on the Poornavatar)

    (Like the truthmuzzling campaign
    regarding the murder of John F Kennedy,
    the cause of the World
    Trade Center bombing, and of the
    Oklahoma City bombing, this
    campaign has big money and violent
    objectives)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :