The Truth About the Beijing Turmoil …REVOLTES ETUDIANTES PEKIN

« The Truth About the Beijing Turmoil »

Edited by the Editorial Board of The Truth about the Beijing Turmoil
Beijing Publishing House, 1990

INTRODUCTION

In 1989 when spring was passing to summer, a shocking turmoil happened in Beijing, which has attracted the close attention of people at home and abroad. Influenced by foreign media, people have many questions, guesses and misunderstandings. What really happened in China? What is the situation now like in Beijing? This album, with its abundant pictures, will help our readers understand the whole story of and truth about the turmoil and the present situation in Beijing.

This turmoil was not a chance occurrence. It was a political turmoil incited by a very small number of political careerists after a few years of plotting and scheming. It was aimed at subverting the socialist People’s Republic. By making use of some failings in the work of the Chinese government and the temporary economic difficulties, they spread far and wide many views against the Constitution, the leadership of the Chinese Communist Party and the People’s Government, preparing the ground for the turmoil ideologically, organizationally and in public opinion. The former general secretary of the Central Committee of the Chinese Communist Party Zhao Ziyang supported the turmoil and thus has unshirkable responsibility for its formation and development. The various political forces and reactionary organizations abroad had a hand in the turmoil from the very beginning. Some newspapers, magazines and broad-casting stations, especially the Voice of America, fabricated rumours to mislead people, thus adding fuel to the flames.

When Hu Yaobang suddenly died on April 15, a handful of people, thinking that their time had come, stirred up a student upheaval on the pretext of « mourning » for Hu Yaobang. The student unrest had been taken advantage of by the organizers of the turmoil from the very beginning. In violation of the Constitution, laws and regulations, some people put up big-character posters everywhere on the college campuses, preaching bourgeois liberalization and calling for the overthrow of the Communist Party and the legal government. They held many rallies, made speeches, boycotted classes and organized demonstrations, all without permission; they stormed the seat of the Party Central Committee and the State Council; they forcibly occupied the Tiananmen Square on many occasions and organized various illegal organizations without registration for approval. In Changsha, Xi’an and other cities, some people engaged in grave criminal activities such as beating, smashing, looting and burning stores, and even broke into the compounds of provincial govern-ment seats and set fire to the motor vehicles there.

In view of this turmoil, the People’s Daily issued, on April 26, an editorial exposing the nature of the turmoil. Even under this circumstance, the Party and the government exercised great restraint towards the students’ extremist slogans and actions and had all along given due recognition to the students’ patriotic enthusiasm and reasonable demands. At the same time, the Party and the government warned the students not to be made use of by a handful of people and expressed the hope for solving the problems through dialogues and by normal, democratic and legal procedures. However, on May 13, the illegal student organization started a general hunger strike involving over 3,000 people and lasting for seven days. Party and government leaders, on the one hand, went to see the fasting students at Tiananmen Square and met with students’ representatives on many occasions, asking them to value their lives and stop the hunger strike, and on the other hand, they lost no time in organizing on-the-spot rescue teams and providing all kinds of materials so as to relieve the suffering of the fasting students. Thanks to efforts of the government and other quarters. not a single student died in the hunger strike. But all this failed to win active response.

On the contrary, some media, taking the cue from a small number of people, wrongly guided the public opinion, escalating the turmoil and throwing Beijing and even the whole country in a serious anarchic situation, something that cannot be tolerated in any other country. In Beijing, demonstrations were held continuously, slogans insulting and attacking leaders and openly calling for overthrowing the government could be heard and seen everywhere. The traffic was seriously congested and difficulties were created for Beijing’s production and daily supplies. The police was unable to keep normal social order. Gorbachev’s schedules in China were also seriously hampered. The small handful of people attempted to take the chaos as an opportunity to seize political power and threatened to « set up a new government in three days. »

On May 19, the Party Central Committee held a meeting attended by cadres from the Party, government and military institutions in Beijing, At the meeting, Premier Li Peng and President of the People’s Republic of China Yang Shangkun announced the decision to adopt resolute measures to stop the turmoil. But Zhao Ziyang, then general secretary of the Party Central Committee, refused to attend this important meeting.

On May 20, Li Peng signed a martial law order as empowered by Clause 16 of Article 89 of the Constitution of the People’s Republic of China. The martial law was to be enforced at 10 a.m. on the same day in parts of Beijing. The small handful of people took fright and coerced those residents who were in the dark about the truth to set up roadblocks at major crossroads to stop the advance of army vehicles and prevent the martial law enforcement troops from getting to designated places according to plan. Besides, they threatened to mobilize 200,000 people to occupy Tiananmen Square and organize a nation-wide general strike. Using the funds provided by reactionary forces at home and abroad, they installed sophisticated communication facilities and illegally purchased weapons. They gathered together hooligans and ruffians to set up terrorist organizations such as the « Dare-to-Die Corps » and the « Flying Tiger Team, » and threatened to kidnap or put Party and government leaders under house arrest. They offered high prices in recruiting thugs and fabricated rumours to deceive people.

All the facts proved that, no matter how tolerant and restrained the government was, such people would not give up their wild scheme; on the contrary they threatened to « fight to the end » against the government.

On the evening of June 2, a handful of people bent upon inciting a riot used a traffic accident to spread rumours and mislead people, lighting the fuse of a rebellion. In the small hours of June 3, rioters set up roadblocks at every crossroad, beat up soldiers and armed police, seized weapons, ammunition and other military materials. Mobs also assaulted the Great Hall of the People, the Central Propaganda Department, the Ministry of Public Security, the Ministry of Radio, Film and Television and the west and south gates of Zhongnanhai. the seat of the Party Central Committee and the State Council. At about 5 p.m., the illegal organizations distributed kitchen knives, daggers and iron bars, to the crowd on Tiananmen Square and incited them to « take up weapons and overthrow the government. » A group of ruffians banded together about 1,000 people to push down the wall of a construction site near Xidan and seized large quantities of tools, reinforcing bars and bricks, ready for street fighting. They planned to incite people to take to the streets the next day, a Sunday, to stage a violent re-bellion in an attempt to overthrow the government and seize power at one stroke.

At this critical juncture, the martial law troops were ordered to move in by force to quell the anti-government rebellion. At 6:30 p.m., on June 3, the Beijing municipal government and the headquarters of the martial law enforcement troops issued an emergency announcement, asking all citizens to keep off the streets and stay at home. The announcement was broadcast over and over again. At about 10 p.m., the martial law troops headed for Beijing proper from various directions. The rioters, taking advantage of the soldiers’ restraint, blocked military and other kinds of vehicles before they smashed and burned them. They also seized guns, ammunitions and transceivers. Several rioters seized an armoured car and fired guns as they drove it along the street. Rioters also assaulted civilian installations and public buildings. Several rioters even drove a public bus loaded with gasoline drums towards the Tiananmen gatetower in an attempt to set fire to it. At the same time, rioters savagely beat up, kidnapped and killed soldiers and officers. On the Chang’an Avenue, when a military vehicle suddenly broke down, rioters surrounded it and ferociously crushed the driver with bricks. At Fuchengmen, a soldier’s body was hung heel over head on the overpass balustrade after he had been savagely killed. At Chongwenmen, another soldier was thrown down from the flyover and burned alive. Near a cinema, an officer was beaten to death, disembowelled and his eyes gouged out. His body was then strung up on a burning bus.

Over 1,280 vehicles were burned or damaged in the rebellion, including over 1,000 military trucks, more than 60 armoured cars, over 30 police cars, over 120 public buses and trolley buses and over 70 motor vehicles of other kinds. More than 6,000 martial law officers and soldiers were injured and scores of them killed.

Such heavy losses are eloquent testimony to the restraint and tolerance shown by the martial law enforcement troops. For fear of injuring civilians by accident, they would rather endure humiliation and meet their death unflinchingly, although they had weapons in their hands. It can be said that there is no other army in the world that can exercise restraint to such an extent.

The martial law troops, having suffered heavy casualties and been driven beyond forbearance, were forced to fire into the air to clear the way forward. During the counter-attack, some rioters were killed, some onlookers were hit by stray bullets and some wounded or killed by armed ruffians. According to reliable statistics, more than 3,000 civilians were wounded and over 200, including 36 college students, were killed.

At 1:30 a.m. on June 4, the Beijing municipal government and the martial law headquarters issued an emergency notice asking all students and other citizens to leave Tiananmen Square. The notice was broadcast repeatedly for well over three hours over loudspeakers. The students on Tiananmen Square, after discussion among themselves, sent representatives to the troops to express their willingness to withdraw from the square and this was approved by the troops. Then at about 5 a.m., several thousand students left the square in an orderly manner through a wide corridor in the southeastern part of the square vacated by the troops, carrying their own banners and streamers. Those who refused to leave were Forced to leave by the soldiers. By 5:30 a.m., the clearing operation of the square had been completed.

During the whole operation not a single person was killed. The allegations that « Tiananmen Square was plunged into a bloodbath » and « thousands of people were killed in the square » are sheer rumours, and the true state of affairs will eventually be clear to the public.

After the decisive victory in quelling the riot, order in the capital was basically restored to normal and the situation throughout China soon became stable. The measures adopted by the Chinese government to stop the turmoil and put down the rebellion have not only won the acclaim and support of the Chinese people, but they have also won the understanding and support of the governments and people of many other countries. The Chinese government has announced that it will unswervingly carry on the policy of reform and opening to the outside world, the policy of developing friendly cooperation with different countries of the world on the basis of the five principles of peaceful coexistence, and the policy towards Hong Kong, Macao and Taiwan. We will continue to strive for the realization of the socialist modernization. We are fully confident of our future. ……………………………………………………….

………………………………………………………………………………….

« La vérité sur les troubles de Beijing »

Edité par le Comité de rédaction de la vérité sur l’agitation de Beijing
Beijing Publishing House, 1990

INTRODUCTION

En 1989, lorsque le printemps est passé à l’été, une agitation choquant s’est produit à Beijing, qui a attiré l’attention de personnes à la maison et à l’étranger. Influencé par les médias étrangers, les gens ont de nombreuses questions, d’essais et de malentendus. Qu’est-ce qui s’est réellement passé en Chine? Quelle est la situation maintenant à Beijing? Cet album, avec son abondance de photos, d’aider nos lecteurs à comprendre toute l’histoire de la vérité et sur les troubles et la situation actuelle à Beijing.

Cette agitation n’était pas un hasard accident. Il a été un des troubles politiques incité par un très petit nombre de politiques carriéristes après quelques années de complot et intrigues. Il visait à renverser le régime socialiste de la République populaire. En rendant l’utilisation de certaines carences dans le travail du gouvernement chinois et les difficultés économiques temporaires, ils répandent très loin de nombreux points de vue contre la Constitution, les dirigeants du Parti communiste chinois et le gouvernement populaire, préparer le terrain pour la tourmente idéologique, organisationnel et dans l’opinion publique. L’ancien secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois Zhao Ziyang a appuyé la tourmente et a donc la responsabilité inéluctable de sa formation et de développement. Les différentes forces politiques et organisations réactionnaires à l’étranger ont une part dans la tourmente dès le début. Certains journaux, de magazines et de radiodiffusion des stations, en particulier la Voix d’Amérique, fabriqué des rumeurs pour tromper les gens, ce qui l’huile sur les flammes.

Lorsque Hu Yaobang est mort subitement le 15 avril, une poignée de personnes, en pensant que leur heure est venue, suscité un bouleversement des étudiants, sous le prétexte de « deuil » de Hu Yaobang. L’étudiant a été troubles à profit par les organisateurs des troubles dès le début. En violation de la Constitution, les lois et règlements, certaines personnes mises en grands caractères des affiches partout sur le campus de collège, pour leur annoncer la libéralisation bourgeoise et appelant à renverser le Parti communiste et le gouvernement légal. Ils ont tenu de nombreuses manifestations, a fait des discours, ont boycotté les classes et organisé des manifestations, tous, sans autorisation, ils ont envahi le siège du Parti du Comité central et le Conseil d’État, mais force a occupé la place Tiananmen à de nombreuses reprises et a organisé diverses organisations illégales sans enregistrement pour approbation . En Changsha, Xi’an et dans d’autres villes, certaines personnes impliquées dans de graves activités criminelles telles que le passage à tabac, brisant, le pillage et l’incendie des magasins, et même éclaté dans la province de composés gouverne-ment sièges et mis le feu à des véhicules à moteur.

Compte tenu de ces troubles, le Quotidien du peuple publié, le 26 avril, un éditorial d’exposer la nature des troubles. Même dans cette circonstance, le Parti et le gouvernement fait preuve d’une grande retenue en direction des étudiants des slogans extrémistes et des actions et a donné tout au long de la reconnaissance à des élèves et l’enthousiasme patriotique exigences raisonnables. Dans le même temps, le Parti et le gouvernement a mis en garde les élèves de ne pas être utilisé par une poignée de personnes et a exprimé l’espoir de résoudre les problèmes par le dialogue et par la normale, démocratique et les procédures juridiques. Toutefois, sur Mai 13, l’organisation étudiante illégale commencé une grève de la faim auquel participent plus de 3000 personnes et dure sept jours. Partie et des chefs de gouvernement, d’une part, est allé voir le jeûne étudiants de la place Tiananmen et a rencontré des étudiants des représentants à maintes reprises, leur demandant de valeur de leur vie et mettre fin à la grève de la faim, et, d’autre part, ils n’ont pas perdu temps à organiser sur place des équipes de secours et de fournir toutes sortes de matériaux afin de soulager les souffrances des étudiants jeûne. Merci aux efforts du gouvernement et des autres trimestres. pas un seul étudiant est mort dans la grève de la faim. Mais tout cela n’a pas de gagner la réponse active.

Au contraire, certains médias, en prenant la queue d’un petit nombre de personnes, mal guidé l’opinion publique, l’escalade de l’agitation et de lancer de Beijing et même l’ensemble du pays dans une grave situation anarchique, ce qui ne peut être tolérée dans aucun autre pays. À Beijing, des manifestations ont eu lieu en permanence, des slogans insultants et attaquer ouvertement les dirigeants et appelant à renverser le gouvernement pourrait être vu et entendu partout. Le trafic a été sérieusement encombré et les difficultés ont été créées pour la production de Beijing et l’indemnité journalière de fournitures. La police n’a pas été en mesure de maintenir l’ordre social normal. Gorbatchev l’horaire en Chine ont également été sérieusement entravée. La petite poignée de personnes ont tenté de prendre le chaos comme une occasion à saisir le pouvoir politique et a menacé de « mettre en place un nouveau gouvernement en trois jours. »

Sur Mai 19, le Comité central a tenu une réunion à laquelle ont assisté des cadres du Parti, du gouvernement et des institutions militaires à Beijing, lors de la réunion, le premier ministre Li Peng et le président de la République populaire de Chine Yang Shangkun a annoncé la décision d’adopter des mesures résolues pour mettre fin à la tourmente. Mais Zhao Ziyang, alors secrétaire général du Parti du Comité central, a refusé de participer à cette importante réunion.

Sur Mai 20, Li Peng a signé une loi martiale, afin que le pouvoir par la clause 16 de l’article 89 de la Constitution de la République populaire de Chine. La loi martiale devait être appliquée à 10 heures le même jour dans certaines parties de Beijing. La petite poignée de personnes a pris peur et a contraint les habitants qui étaient dans l’obscurité sur la vérité de mettre en place des barrages routiers aux principaux carrefours à arrêter la progression des véhicules de l’armée et de prévenir l’application de la loi martiale troupes de se rendre à des endroits désignés conformément au plan. En outre, ils ont menacé de mobiliser 200000 personnes pour occuper la place Tiananmen et la nation organiser une grève générale. L’utilisation des fonds fournis par les forces réactionnaires à la maison et à l’étranger, ont installé des moyens de communication sophistiqués et les armes achetées illégalement. Ils se sont réunis les hooligans ruffians et de mettre en place des organisations terroristes comme le «Dare-to-Die Corps » et le « Flying Tiger Team, » et a menacé d’enlever ou de mettre Parti et des chefs de gouvernement en résidence surveillée. Ils ont offert des prix élevés dans le recrutement des voyous et des rumeurs fabriquées à tromper les gens.

Tous les faits prouvent que, quelle que soit la tolérance et de retenue le gouvernement, ces personnes n’auraient pas renoncer à leur régime sauvages, au contraire, ils ont menacé de « battre jusqu’au bout » contre le gouvernement.

Le soir de Juin 2, une poignée de personnes plié sur l’incitation à une émeute a utilisé un accident de la circulation à répandre des rumeurs et tromper les gens, l’éclairage le fusible d’une rébellion. Dans les petites heures de Juin 3, émeutiers dressé des barrages routiers à chaque carrefour, battu soldats et des policiers armés, saisi des armes, munitions et autres matériels militaires. Mobs également agressé le Grand Hall du Peuple, le Département central de propagande, le Ministère de la Sécurité publique, le Ministère de la radio, du cinéma et de télévision et de l’ouest et le sud portes de Zhongnanhai. le siège du Parti du Comité central et le Conseil d’État. À environ 5 heures, les organisations illégales distribué couteaux de cuisine, de poignards et de barres de fer, à la foule sur la place Tiananmen et les incitent à « prendre les armes et à renverser le gouvernement». Un groupe de ruffians regroupées environ 1000 personnes à faire baisser le mur d’un chantier de construction près de Xidan et saisi de grandes quantités d’outils, ronds à béton et de briques, prêt pour la lutte contre la rue. Ils ont prévu d’inciter les gens à descendre dans les rues le lendemain, un dimanche, de mettre en scène un violent re-Bellion dans une tentative de renversement du gouvernement et de s’emparer du pouvoir à un accident vasculaire cérébral.

À ce stade critique, la loi martiale troupes ont reçu l’ordre de déplacer par la force pour réprimer le gouvernement anti-rébellion. À 6:30 pm, Juin 3, le gouvernement municipal de Beijing et le siège de l’application de la loi martiale troupes publié une annonce d’urgence, en demandant à tous les citoyens de garder la rue et rester à la maison. L’annonce a été diffusée plusieurs fois. À environ 10 heures, la loi martiale troupes en direction de Beijing proprement dits de plusieurs directions. Les émeutiers, en tirant parti des soldats de retenue, bloqué militaires et d’autres types de véhicules avant de brisé et brûlé. Ils ont également saisi des armes, de munitions et d’émetteurs. Plusieurs émeutiers une saisie de véhicules blindés et ont tiré des armes comme ils l’a fait le long de la rue. Émeutiers également attaqué des installations civiles et des bâtiments publics. Plusieurs émeutiers ont même un bus public chargé de fûts d’essence vers la place Tiananmen gatetower dans une tentative de mettre le feu à celle-ci. Dans le même temps, émeutiers sauvagement battu, enlevé et tué des soldats et des officiers. Sur l’avenue Chang’an, quand un véhicule militaire brusquement rompues, entouré émeutiers et farouchement écrasé le conducteur à l’aide de briques. À Fuchengmen, un soldat du corps a été accroché sur la tête talon sur le pont balustrade après avoir été sauvagement tués. À Chongwenmen, un autre soldat a été lancée en baisse par rapport à la voie surélevée et brûlés vifs. A proximité d’un cinéma, un agent a été battu à mort, disembowelled et ses yeux gouged. Son corps a ensuite été enfilées sur l’incendie d’un autobus.

Plus de 1280 véhicules ont été brûlés ou endommagés dans la rébellion, y compris plus de 1000 camions militaires, plus de 60 véhicules blindés, plus de 30 voitures de police, plus de 120 bus et trolleybus et plus de 70 véhicules à moteur d’autre nature. Plus de 6000 la loi martiale officiers et soldats ont été blessés et des dizaines d’entre eux tués.

Ces lourdes pertes sont le témoignage éloquent de la modération et la tolérance manifestée par la loi martiale application troupes. De peur de blesser des civils par accident, ils préfèrent subir l’humiliation et de répondre à leurs unflinchingly mort, bien qu’ils aient des armes dans leurs mains. On peut dire qu’il n’ya pas d’autre armée au monde qui puisse faire preuve de retenue à une telle mesure.

La loi martiale troupes, après avoir subi de lourdes pertes en vies humaines et a été conduit au-delà de l’abstention, ont été contraints de tirer en l’air pour ouvrir la voie à suivre. Au cours de la contre-attaque, certains manifestants ont été tués, certains spectateurs ont été touchés par des balles et certains blessés ou tués par des ruffians armés. Selon des statistiques fiables, plus de 3000 civils ont été blessés et plus de 200, dont 36 étudiants du collège, ont été tués.

À 1:30 heures, le Juin 4, le gouvernement municipal de Beijing et la loi martiale siège d’urgence émis un avis demandant à tous les étudiants et autres citoyens de quitter la place Tiananmen. L’avis a été diffusé de façon répétée pendant plus de trois heures au cours d’haut-parleurs. Les étudiants sur la place Tiananmen, après discussion entre eux, ont envoyé des représentants aux troupes d’exprimer leur volonté de se retirer de la place, ce qui a été approuvé par les troupes. Ensuite, à environ 5 heures du matin, plusieurs milliers d’élèves ont quitté la place de façon ordonnée dans le cadre d’un large couloir dans la partie sud de la place libéré par les troupes, portant leurs propres bannières et banderoles. Ceux qui ont refusé de partir ont été forcé de quitter par les soldats. Par 5:30 heures, le centre d’opération de la place a été achevé.

Pendant toute l’opération pas une seule personne a été tuée. Les allégations selon lesquelles « la place Tiananmen a été plongé dans un bain de sang » et « des milliers de personnes ont été tuées dans la place » sont simplement des rumeurs, et le véritable état de choses finiront par être clair pour le public.

Après la victoire décisive à réprimer l’émeute, l’ordre dans la capitale a été restauré essentiellement à la normale et la situation dans toute la Chine est rapidement devenue stable. Les mesures adoptées par le gouvernement chinois de mettre fin à l’agitation et de mettre la rébellion n’ont pas seulement gagné les éloges et le soutien du peuple chinois, mais ils ont aussi gagné la compréhension et le soutien des gouvernements et des peuples de nombreux autres pays. Le gouvernement chinois a annoncé qu’il allait procéder sans relâche sur la politique de réforme et d’ouverture sur le monde extérieur, la politique de développement de coopération amicale avec différents pays du monde sur la base des cinq principes de coexistence pacifique, et la politique à l’égard de Hong Kong, de Macao et de Taïwan. Nous continuerons d’œuvrer pour la réalisation de la modernisation socialiste. Nous sommes pleinement convaincus de notre avenir………………………..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :