ANALYSE DE LA CRISE FINANCIERE

La crise systémique globale expliquée en mille mots
Communiqué public GEAB N°17 (15 septembre 2007)

Comme l’a expliqué à plusieurs reprises, depuis le début 2006, l’équipe de chercheurs de LEAP/E2020, le moteur principal de la crise systémique actuelle se trouve aux Etats-Unis. Cette « fin de l’Occident tel qu’on le connaît depuis 1945 » annoncée par LEAP/E2020 en Février 2006, c’est avant tout l’effondrement dans toutes ses dimensions (économique, monétaire, financière, diplomatique, intellectuelle et stratégique) du pilier de l’ordre mondial du XX° siècle qu’ont été les Etats-Unis. Et c’est bien ce pays qu’on retrouve au coeur de la crise financière et bancaire affectant de manière visible depuis cet été l’ensemble de la planète. Pour prendre une image simple, le pilier repose désormais sur des sables mouvants. Ce qui évidemment conduit toute l’architecture globale à s’affaisser dans son ensemble d’abord, puis à s’effondrer par pans entiers.

Dans ce GEAB N°17, l’équipe de chercheurs de LEAP/E2020 a donc décidé de se concentrer sur l’analyse de la nature de la crise systémique globale en cours (une réflexion déjà bien avancée depuis de nombreux mois pour les abonnés du GEAB) (1) et de publier une explication en mille mots seulement de la crise actuelle et de son articulation avec l’ensemble de la crise systémique. Nous espérons que cette explication sans jargon de spécialiste aidera le plus grand nombre à mieux comprendre les évènements des mois et années à venir. Car, et c’est un point essentiel, nous estimons que plus aucun centre de pouvoir n’est en mesure d’arrêter la crise systémique en cours, ni même de limiter son impact globalement (2).

Depuis 1945, et de manière accrue après l’effondrement du bloc soviétique à partir de 1989, l’économie américaine est devenue le pilier unique de l’ensemble du système financier et bancaire mondial. La déconnection le 15 août 1971 (3) de la valeur de la devise US avec l’or (ou de tout autre contrepartie physique, donc disponible en quantité limitée) a ouvert la voie à une croissance exponentielle de la quantité de Dollars US en circulation. L’émergence croissante de nouveaux pôles de production industriels, technologiques ou de services dans le monde, sur fond d’affaiblissement croissant de la formation des ressources humaines aux Etats-Unis et donc de la compétitivité de la production US, a entraîné un accroissement sans équivalent historique de la dette américaine (publique et privée). Cette dette est donc progressivement devenue, grâce à l’inventivité des opérateurs financiers et à la complicité plus ou moins naïve de toute la chaîne banco-financière (banques centrales, agences de notation, médias financiers, politiciens, économistes, etc…), la principale production des Etats-Unis.

Evolution du ratio d’endettement des ménages américainsSource Contraryinvestor.com
Evolution du ratio d’endettement des ménages américains
Source Contraryinvestor.com

L’arrivée de G.W. Bush au pouvoir et de ses co-équipiers idéologues ou affairistes a entraîné une explosion phénoménale de la production de ce type de « valeurs », les dettes (4), avec la bénédiction très active du président de la Réserve fédérale du moment, Alan Greenspan (5) : dette publique, dettes immobilières, dettes automobiles, dettes de cartes de crédit (6),… partout la dette s’est imposée comme le bien le plus « produit » par l’économie dite dominante. Et le reste du monde a continué de plus belle à acheter ce nouveau produit « made in USA », les élites occidentales en particulier étant fascinées par l’incroyable inventivité de Wall Street et de son annexe, la City londonienne.

Pourtant depuis plusieurs années, n’importe quelle personne possédant deux yeux pour voir (c’est-à-dire ni un expert ni un décideur dont les yeux ne servent, semble-t-il, qu’à lire des rapports sur la réalité ou des communiqués de presse) et traversant les Etats-Unis pouvait constater qu’à la différence de l’Europe ou de l’Asie, le pays était en plein appauvrissement généralisé : infrastructures en déshérence (7), éducation en chute libre, immigration croissante à faible niveau d’instruction, dépendance énergétique extérieure croissante, retards technologiques multiples,… Ce constat soulevait immanquablement une question fondamentale : qui va rembourser, et comment, cette dette colossale en expansion constante ?

Encours de la dette américaine par secteurs (1974-2006)Sources : Federal Reserve / ITulip.com
Encours de la dette américaine par secteurs (1974-2006)
Sources : Federal Reserve / ITulip.com

Mais, jusqu’au 11 Septembre, à l’invasion catastrophique de l’Irak, à Katrina et la destruction partielle de la Nouvelle-Orléans, et plus récemment à l’effondrement du pont sur le Mississipi, tout le monde semblait, à l’instar des experts, ne voir que les chiffres publiés par le système lui-même qui leur vendait le produit « dettes », des chiffres qui bien entendu assuraient que tout allait bien et que le débiteur moyen était solvable.

Et puis, progressivement, avec une accélération croissante depuis une année environ, la réalité, ce paramètre gênant de toutes les équations pondues par les experts et les idéologues, s’est invitée dans le système banco-financier. Bulle après bulle (Internet, immobilier, subprime), les tentatives pour augmenter la production de dettes ont donc continué, avec l’espoir que soit l’économie réelle rattraperait le niveau de dette produite, soit le reste du monde continuerait indéfiniment à acheter de la dette US en se re-finançant avec de nouvelles dettes US (toujours plus sophistiquées comme les fameuses CDOs, Collaterized Debt Obligations, censées partager les risques alors qu’elles infectaient de facto tout le système de ces mêmes risques).

Mais l’éclatement de la bulle immobilière déclencha un enchaînement fatal, comme l’avait anticipé mois après mois le GEAB depuis Février 2006, qui progressivement nous a conduit à la mi-2007 et à la prise de conscience par les grands opérateurs banco-financiers que le débiteur ultime de cette immense usine à produire de la dette que sont devenus les Etats-Unis, à savoir le consommateur américain moyen, était soit déjà insolvable, soit en passe de le devenir prochainement (Cool sur fond de récession US déjà entamée (9).

A partir du Printemps 2007 (point d’inflexion de la crise systémique globale (cf. GEAB N°12 – Février 2006), ces grands établissements ont commencé à essayer d’évaluer leur exposition sans prendre réellement la mesure de la crise car, là encore, l’habitude, le conformisme, ont laissé pensé qu’il y aurait un « rebond de l’économie US », que « la chute des prix de l’immobilier serait brève », que l’« emploi tiendrait », que l’ « investissement des entreprises repartirait », que « les revenus boursiers pallieraient les conséquences de l’effondrement des prix immobiliers », etc… Chacun a pu lire ou entendre cette litanie de « voeux pieux » présentés comme des analyses sérieuses dans les grands médias financiers ou par les banques centrales elles-mêmes.

Au milieu de l’été 2007, les grandes banques internationales ont dû se rendre à l’évidence : une proportion très importante (mais encore inquantifiable, faute de prendre la mesure exacte de la crise en cours) de toutes ces dettes ne seraient jamais remboursée. L’évolution du marché des billets de trésorerie (« Commercial Papers »), gagés sur des actifs (essentiellement financiers), qui sert au financement des entreprises et qui est au coeur de la crise banco-financière actuelle, est très significatif. Comme l’illustre le graphique ci-dessous, c’est en effet un effondrement pur et simple qui a commencé en Août dernier.


Encours des billets de trésorerie US gagés sur actifs au 22/08/2007

Au vu des échéances à venir, et de leurs engagements incontournables, les grandes banques ont donc décidé de se mettre à amasser des liquidités réelles (et non plus de pseudo-liquidités comme la plupart des produits financiers vendus ces dernières années à des millions d’épargnants, fondés in fine sur des dettes américaines) (10), et donc de cesser de financer des opérations potentiellement porteuses de pertes massives. En la matière, elles ont notamment cessé de se prêter mutuellement des fonds puisque, chacune ayant largement plongé dans la spéculation basée sur les dettes américaines, elles se suspectent les unes et les autres d’être encore plus exposées et donc de risquer la faillite.

Car il s’agit bien de cela. Et c’est pour cela que la BCE inonde littéralement les banques européennes de liquidités. Jean-Claude Trichet doit se souvenir de l’effondrement du Crédit Lyonnais (11). La crise du subprime n’est qu’un détonateur. C’est en effet l’ensemble de la bulle financière fondée sur la dette américaine qui est en train d’éclater, car le consommateur US est exsangue alors même que l’économie américaine entre en récessflation comme décrit par LEAP/E2020 dans le GEAB N°16 (Juin 2007). Derrière les prêts immobiliers à risque, ce sont désormais tous les prêts immobiliers américains, les prêts automobiles, les prêts des cartes de crédit US, … qui font désormais face à une hausse exponentielle de leurs taux de non-remboursement (la dette publique suit la tendance avec la baisse du Dollar et celle des Bons du Trésor US).

Autrement dit, les plus avisés dans la sphère banco-financière mondiale (ce qui exclut notamment la plupart des actuels dirigeants des grandes banques internationales) savent que dans les 6 mois à venir, ce sont des pans entiers de leur activité et de leurs bilans qui vont soit s’évanouir en fumée, soit afficher des pertes records.


Répartition par pays de la dette Publique USSource : US Department of the Treasury / Dollardaze

Et comme la contagion à l’économie réelle est déjà en cours non seulement aux Etats-Unis mais également sur l’ensemble de la planète, c’est désormais l’effondrement des marchés immobiliers britannique, français et espagnol qui est au programme de cette fin d’année 2007, tandis que l’Asie, la Chine et le Japon vont devoir faire face simultanément à la chute de leurs exportations vers le marché américain et à la baisse rapide de la valeur de tous les actifs en Dollars US (devise US comme bons du trésor, actions d’entreprises US, etc…). D’ailleurs, le graphique ci-dessus indique très clairement les pays qui vont subir les chocs les plus brutaux suite à l’explosion de la bulle d’endettement US, à savoir Japon, Chine, Royaume-Uni et pays pétroliers exportateurs en Dollars US.

Sur la suite des évènements, l’équipe de LEAP/E2020 n’a en fait actuellement que deux interrogations pour lesquelles elle n’a pas d’élément précis de réponse : combien d’experts, de banquiers centraux, de journalistes financiers, de politiciens américanistes fascinés par l’Amérique seront capables de comprendre cet enchaînement de phénomènes qui remet en cause leur vision du monde ? Et le feront-ils à une vitesse suffisante, sans attendre les « Godots » qui n’arriveront plus (à savoir les « sursauts », les « rebonds » censés être programmés dans une Amérique d’aujourd’hui qui n’a plus rien à voir avec celle du milieu du XX° siècle).

La course de vitesse entre la réalité et la théorie est désormais ouverte. Une crise systémique, c’est finalement ce type de course dont le vainqueur est toujours in fine la réalité. Les décideurs, s’ils sont conscients, peuvent quant à eux au moins éviter la collision brutale et frontale avec les faits, épargnant ainsi de grands dommages à leurs populations. Les mois qui viennent, sur toute la planète, vont trier le grain de l’ivraie en la matière.

Ce qui est certain pour LEAP/E2020 en revanche, c’est que la « Très Grande Dépression US » annoncée pour 2007 est bien au rendez-vous de l’Histoire et qu’elle va avoir des conséquences sans commune mesure avec la crise de 1929, même si certains indicateurs communs aux deux crises sont passés au rouge depuis des mois, et même si 1929 reste le dernier point de comparaison possible dans l’Histoire moderne (12).
[modifier] Notes

1) Concernant la phase d’impact de la crise systémique globale, LEAP/E2020 estime désormais que la troisième période de cette phase décrite dans le GEAB N°8 (Novembre 2006) sera en fait beaucoup plus longue que prévue par nos équipes et qu’elle s’étalera en fait jusqu’au début 2009.

2) Et ce n’est pas l’impuissance de la Réserve fédérale à empêcher une récession US, un accélérateur de la crise en cours, qui va modifier l’analyse de LEAP/E2020 en la matière. Source : CNNMoney, 13/09/2007

3) Pour plus d’information : Université de Sherbrooke, Canada.

4) Pour une vision très illustrée de cette explosion des dettes US, il est utile de consulter le site US National Debt Clock.

5) Aujourd’hui Alan Greenspan aimerait réécrire l’histoire et prétendre qu’il n’est pour rien dans la débâcle financière qui est en train d’emporter son pays (source : New York Post, 14/09/2007) ; pourtant, il a été l’un des ardents promoteurs de l’un des principaux détonateurs de la crise actuelle, à savoir les prêts immobiliers à taux variable (source : Slate, 27/02/2004).

6) Et la ruée des consommateurs américains sur leurs cartes de crédit pour essayer de maintenir leur niveau de vie, après la fin du rêve du prêt hypothécaire ad aeternam, va se traduire dans quelques mois par de nouvelles déconvenues pour les grands établissements financiers. Source : Sioux City Journal / AP, 14/09/2007

7) A titre d’exemple, l’Association Américaine des Ingénieurs Civils estime à 1.600 milliards USD sur cinq ans les investissements nécessaires uniquement pour remettre en bon état les infrastructures (routes, ports, aéroports, adduction d’eau, barrages, … ) des Etats-Unis. Des décennies d’impérities collectives se sont ainsi transformées en une facture gigantesque pesant sur l’avenir de tous les Américains. Source : American Society of Civil Engineers.

Cool L’insolvabilité du consommateur US a été décrite dans le GEAB N°9 (Décembre 2006).

9) L’exemple du marché automobile aux Etats-Unis, qui simultanément s’effondre et voit monter les incidents de paiement sur les ventes antérieures, est très éloquent. Source : The Colombus Dispatch, 02/09/2007

11) Cf. à ce sujet, les Recommandations de LEAP/E2020 dans le GEAB N°17 (Septembre 2007)

11) Cf. GEAB N°17

12) Cf. GEAB N°17 pour la comparaison entre la crise de 1929 et celle de 2007 Revenir en haut Aller en bas

<!–
if ( navigator.userAgent.toLowerCase().indexOf(‘mozilla’) != -1 && navigator.userAgent.indexOf(‘5.’) == -1 && navigator.userAgent.indexOf(‘6.’) == -1 ) {document.write( »);} else {document.write(‘

‘);}//–>

Admin
Admin

Inscrit le : 19 Jan 2008
Messages : 130

MessageSujet: Re: Excellente analyse de la crise en cours Lun 3 Mar – 20:19

C’est de plus en plus grave ! Très grave… Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Revenir en haut Aller en bas

<!–
if ( navigator.userAgent.toLowerCase().indexOf(‘mozilla’) != -1 && navigator.userAgent.indexOf(‘5.’) == -1 && navigator.userAgent.indexOf(‘6.’) == -1 ) {document.write( »);} else {document.write(‘

‘);}//–>

CELINE

Age : 29
Inscrit le : 03 Mar 2008
Messages : 10
Localisation : sud toulousain

MessageSujet: Re: Excellente analyse de la crise en cours Mar 4 Mar – 8:47

petites nouvelles de france Info – je n’ai plus la télé -Ford aux USA…
Baisse sensible des ventes de Ford et GM aux États-UnisCHUTE DE 16% DES VENTES GENERAL MOTORS EN FÉVRIER AUX ÉTATS-UNIS
par Ben Klayman et Kevin KrolickiDETROIT (Reuters) – General Motors et Ford Motor ont annoncé une baisse sensible de leurs ventes aux États-Unis en février et ils ont réduit leur prévision de production du deuxième trimestre dans un contexte de ralentissement économique et d’essence chère.Les ventes de GM ont baissé de 16%, en tenant compte d’un ajustement du nombre de jours ouvrés, et le constructeur a dit qu’il réduirait sa production de 5% au deuxième trimestre par rapport à la période comparable de 2007. La clientèle a snobé les gros véhicules comme les pickups ou les 4×4.Février 2008 comptait un jour ouvré de plus par rapport à février 2007. »Février a été un mois très décevant commercialement pour le secteur et je pense que la plupart seront en recul », a déclaré à Reuters le vice-président de GM Bob Lutz, lors du salon automobile de Genève. « Nous continuons de penser que l’économie se redressera au second semestre. Notre boule de cristal n’est pas plus claire que celle de tout un chacun », a-t-il ajouté.Les ventes de Ford ont reculé de 10% et dans son cas la production du deuxième trimestre sera diminuée de 10%. Là encore, les gros véhicules gros consommateurs d’essence ne sont plus en faveur.

Les constructeurs japonais aussi sont à la peine: les ventes de Toyota Motor ont baissé de 6,6% en février et celles de Nissan Motor de 3%. En revanche, Honda Motor signe la meilleure performance chez les grands constructeurs avec une hausse de près de 1%.

Chrysler, le troisième grand constructeur américain et non coté, a lui fait état d’une baisse de 14% de ses ventes sur une base non ajustée du nombre de jours ouvrés.

Les analystes estiment que les ventes automobiles prolongeront cette année une tendance à la baisse qui s’est amorcée au second semestre de l’an passé, conséquence du marasme du marché immobilier, de la flambée des prix de l’essence et d’un crédit devenu plus difficile d’accès.

Certains experts n’hésitent pas à prédire que les ventes seront en 2008 au plus bas depuis 15 ans.

Conséquence de la situation présente, Ford a annoncé qu’il éliminerait des équipes dans quatre usines aux USA, résultant en la perte de 2.500 emplois, soit près de 5% des effectifs restants, dans le but de réduire ses coûts et de rétablir la profitabilité l’an prochain.

Le constructeur propose déjà des départs volontaires ou des préretraites à l’ensemble de ses 54.000 ouvriers aux USA pour récupérer d’une année 2007 noire qui a vu ses comptes afficher une perte de 2,7 milliards de dollars.

Les ventes étant médiocres, les constructeurs ont souvent eu tendance à augmenter les ristournes. Le site Edmunds.com signale ainsi que les remises ont augmenté de 17% à 2,95 milliards de dollars le mois dernier et les trois grands constructeurs de Detroit ont représenté près de 71% de ce montant.

Version française Wilfrid Exbrayat

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?&news=5218917

Ford en France …

Les salariés de Ford bloquent l’usine de Blanquefort menacée de fermeture

sam 16 fév, 18h11

BLANQUEFORT, Gironde (AP) – Les salariés de l’usine Ford Aquitaine Industries de Blanquefort (Gironde) ont entamé samedi un blocage de leur site industriel menacé de fermeture à l’horizon de la fin mars 2010. Environ 200 d’entre eux ont également distribué des tracts pour alerter les automobilistes au péage de l’A10 à Virsac, au nord de Bordeaux. « Deux mille emplois directs sont menacés, et 10.000 à 15.000 si l’on tient compte des sous-traitants et des emplois induits », selon Jean-Claude Conte, délégué CGT de l’intersyndicale. L’usine Ford Aquitaine Industries fabrique des boîtes de vitesse automatiques pour les modèles 4×4 Ranger et Explorer et la Ford Mustang pour le marché américain. Les ventes de ces véhicules sont en forte baisse et la nouvelle génération va être équipée de boîtes à six rapports, pour lesquelles Ford n’a pas investi dans son unique usine française, mais en Slovaquie. AP xsau/mw
http://fr.biz.yahoo.com/16022008/5/les-salaries-de-ford-bloquent-l-usine-de-blanquefort-menacee.html

MORT D’UN SUICIDE

Un banquier de Villefranche de rouergue vient de se suicider DANS SON AGENCE BANCAIRE car sa hierarchie allait le mettre au placard: il n’avait pas assez vendu de produits financiers – ceux qu’on connaît – à ses clients. il ne voulait pas les anarquer…

http://www.leparisien.fr/home/info/economie/articles/SUICIDE-AU-TRAVAIL-D-UN-SALARIE-DE-BNP-PARIBAS_296105371

Revenir en haut Aller en bas

<!–
if ( navigator.userAgent.toLowerCase().indexOf(‘mozilla’) != -1 && navigator.userAgent.indexOf(‘5.’) == -1 && navigator.userAgent.indexOf(‘6.’) == -1 ) {document.write( »);} else {document.write(‘

‘);}//–>

Fleurb

Inscrit le : 02 Mar 2008
Messages : 12

MessageSujet: Re: Excellente analyse de la crise en cours Mar 4 Mar – 12:39

Oui excellente analyse !Si je comprend bien, c’est le Japon qui devrait lacher en premier.Regarder ce documenthttp://www.24hgold.com/viewarticle.aspx?langue=fr&articleid=225082_L_implosion_de_l_etoile_noire_du_Yen_Bob_Chapman

Revenir en haut Aller en bas

<!–
if ( navigator.userAgent.toLowerCase().indexOf(‘mozilla’) != -1 && navigator.userAgent.indexOf(‘5.’) == -1 && navigator.userAgent.indexOf(‘6.’) == -1 ) {document.write( »);} else {document.write(‘

‘);}//–>

Conscience

Age : 22
Inscrit le : 23 Jan 2008
Messages : 95

MessageSujet: Re: Excellente analyse de la crise en cours Mar 4 Mar – 12:51

C’est pas avéré que toutes les pertes encore dissimulés se situent uniquement au japon. Le crédit agricole par exemple n’a pas redonner de signe depuis les 2 milliard de parte d’une filiale en décembre on aimerait bien savoir ou s’en est aujourd’hui.
L’article date de au moins 15 jours et depuis il y a une banque qui a changé de directeur au japon car elle avait aussi des souci avec les subprimes si je ne me trompe pas.
A mon avis il y en a un peu partout des pertes et on va le découvrir bientôt… ou pas Laughing

Revenir en haut Aller en bas

<!–
if ( navigator.userAgent.toLowerCase().indexOf(‘mozilla’) != -1 && navigator.userAgent.indexOf(‘5.’) == -1 && navigator.userAgent.indexOf(‘6.’) == -1 ) {document.write( »);} else {document.write(‘

‘);}//–>

Conscience



http://www.daily-bourse.fr/news.php?news=AFP080304144557.za9vso5b
Qu’est ce que je disais ? Laughing

Aller en bas

udydeschamps

Inscrit le : 19 Jan 2008
Messages : 46

MessageSujet: Re: ExcelMessage

http://www.europe2020.org/spip.php?article525〈=frCrise systémique globale / Septembre 2008
Phase d’effondrement de l’économie réelle aux Etats-UnisCommuniqué public GEAB N°22 (15 février 2008)
15/02/2008Selon LEAP/E2020, la fin du 3° trimestre 2008 marquera un nouveau point d’inflexion dans le développement de la crise systémique globale. A cette date en effet, l’impact cumulé de l’ensemble des différentes séquences de la crise (voir tableau ci-dessous) attendra sa puissance maximale et affectera donc de manière décisive le coeur même des systèmes concernés, au premier rang desquels se trouvent les Etats-Unis, épicentre de la crise actuelle. Aux Etats-Unis, ce nouveau point d’inflexion se traduira par un effondrement de l’économie réelle, ultime étape socio-économique de l’explosion en série des bulles immobilières et financières [1] et de la poursuite de la chute de la valeur du Dollar. L’effondrement de l’économie réelle US représente tout simplement l’arrêt quasiment complet de la machine économique américaine : faillites privées et publiques en très grand nombre, fermetures massives d’entreprises et de services publics [2], …Signe avant-coureur, il est intéressant de noter qu’à partir de Mars 2008, le gouvernement américain interrompra la publication de ses indices économiques pour des raisons de contraintes budgétaires [3]. Les lecteurs du GEAB N°2 et de l’alerte connexe, gardent certainement en mémoire notre anticipation qui avait notamment corrélé la chute à venir du Dollar avec la fin de la publication de M3 par la Réserve fédérale US. Voici à notre avis un nouveau signal clair que les dirigeants américains s’attendent dorénavant à de bien sombres perspectives économiques pour leur pays.Perspective temporelle des 7 séquences de la phase d’impact de la crise systémique globale, anticipée depuis la mi-2007 – Source LEAP/E2020, GEAB N°18 (10/2007)
Dans ce GEAB N°22, les experts de LEAP/E2020 tentent notamment d’anticiper les conséquences concrètes de cet effondrement de l’économie réelle américaine sur les Etats-Unis eux-mêmes, et sur les autres régions de la planète. Parallèlement, notre équipe développe une série de cinq recommandations stratégiques et opérationnelles pour se prémunir face à l’aggravation de la crise systémique globale des mois à venir.A l’occasion du deuxième anniversaire de la publication de sa fameuse « Alerte crise systémique globale » qui avait fait le tour de la planète en Février 2006 [4], LEAP/E2020 souhaite néanmoins rappeler que nous entrons désormais de plain-pied dans une période sans aucun précédent historique. Comme l’a souligné à maintes reprises depuis deux ans notre équipe de chercheurs, les comparaisons avec les crises précédentes de l’économie moderne sont fallacieuses. Il ne s’agit en effet ni d’un « remake » de la crise de 1929 ni d’une répétition des crises pétrolières des années 1970 ou boursières de 1987. Il s’agit bel et bien d’une crise systémique globale, c’est-à-dire affectant l’intégralité de la planète et touchant directement aux fondements du système international qui sous-tend l’organisation planétaire depuis des décennies.

Pour LEAP/E2020, il est également édifiant de constater que deux ans après la publication de sa fameuse « Alerte crise systémique globale » qui avait simultanément suscité l’intérêt de millions de lecteurs dans le monde entier et l’ironie condescendante de la plupart des « experts » et « responsables » du monde économique et financier, tout le monde est désormais convaincu qu’il y a bien une crise, qu’elle est bien globale et pour la plupart qu’elle est peut-être bien systémique. Cependant, notre équipe reste toujours étonnée par l’incapacité qu’ont ces mêmes experts et responsables à appréhender la nature même du phénomène que nous vivons actuellement. A les lire, cette crise systémique globale ne serait qu’une sorte de crise, « classique » mais en plus « gros ». C’est ainsi que les médias financiers reflètent d’ailleurs les interprétations dominantes de la crise en cours. Pour notre équipe c’est là une démarche non seulement intellectuellement paresseuse [5] mais moralement coupable car elle a pour principale conséquence de ne pas permettre aux lecteurs (qu’ils soient simples citoyens, investisseurs individuels ou responsables d’institutions privées ou publiques) de se préparer aux chocs à venir [6].

Ainsi, contrairement à ce que l’on peut lire ces dernières semaines dans les médias dominants, toujours prompts à tenter de camoufler la réalité pour servir les intérêts qui les dominent, LEAP/E2020 souhaite rappeler que c’est avant tout aux Etats-Unis que cette crise systémique globale prend avant tout une forme sans précédent (la « Très Grande Dépression US » comme l’a appelée notre équipe dès Janvier 2007 [7]) puisque c’est autour d’eux, et d’eux seuls, que s’est progressivement organisé le monde issu de la Seconde Guerre Mondiale. Les différents numéros du GEAB ont largement expliqué cette situation. Pour résumer, nous jugeons utile de souligner que ce n’est ni l’Europe ni l’Asie qui ont un taux d’épargne négatif, une crise immobilière généralisée jetant à la rue des millions de citoyens, une devise en chute libre, des déficits publics et commerciaux abyssaux, une économie en récession et pour couronner le tout, des guerres coûteuses à financer.

Ce ne sont donc ni l’Asie ni l’Europe (plus exactement ‘la zone Euro’) qui subiront les conséquences les plus brutales, les plus durables et les plus négatives de la crise en cours ; mais bien les Etats-Unis et les pays/économies fortement corrélé(e)s aux Etats-Unis (ce que nos experts appellent désormais le « risque américain ») [8]. Il y a bien en effet « découplage » entre l’économie US et celles des autres grandes régions du monde. Mais « découplage » ne signifie pas « indépendance ». Il est bien évident, comme l’a anticipé LEAP/E2020 depuis de nombreux mois, que l’Asie et l’Europe seront affectées par la crise. « Découplage » signifie en revanche que les évolutions de l’économie US et celles des autres grandes régions du monde ne sont désormais plus synchronisées, que l’Asie et l’Europe évolueront dorénavant selon des trajectoires qui ne seront plus déterminées par celles de l’économie US.

La crise systémique globale marque en fait le début du « découplage » entre l’économie US et celles du reste de la planète. Les économies non « découplées » seront d’ailleurs celles qui vont être entraînées dans la spirale négative américaine.

Chute brutale du nombre des emplois indépendants aux Etats-Unis – Source Bureau of Labor Statistics / Merril Lynch (les zones ombrées représentent les périodes de récession)

Les exemples d’explosion des bulles immobilière (2006) et financière (2007) sont éloquents. En effet, l’immense majorité des opérateurs (non-spécialistes du secteur concerné) a découvert que la « fête était finie » bien après le renversement de tendance. Durant toute la période de retournement (qui dure en général 6 mois à 1 an maximum), la parole dominante a continué à prétendre que rien ne changeait et que les incertitudes naissantes n’avaient aucune raison d’être ; puis, que les problèmes resteraient confinés au secteur concerné et aux seuls Etats-Unis. Ceux, aux Etats-Unis et dans le reste du monde, qui ont écouté ce discours s’en mordent les doigts aujourd’hui car ils sont désormais prisonniers de maisons invendables (ou en passe d’être saisies) ou voient chaque jour un peu plus que la veille la valeur de leurs actions s’effriter [9].

Concernant les marchés boursiers, notre équipe avait anticipé dès Octobre 2007 que les bourses mondiales perdraient entre 20% et 60% selon les régions au cours de l’année 2008. Aujourd’hui, nous devons réévaluer nos anticipations en direction d’une baisse encore plus forte puisque, d’une part, les places boursières ont en général déjà perdu entre 10% et 20% depuis le début de l’année [10], et que, d’autre part, l’effondrement de l’économie réelle aux Etats-Unis d’ici la fin de l’été 2008 va entraîner toutes les bourses mondiales dans une spirale infernale. Pour LEAP/E2020, c’est vers une baisse de 50% en moyenne par rapport à 2007 que s’orientent désormais les bourses mondiales (y compris dans les pays émergents) [11].

Ce type de réévaluation est typique du travail d’anticipation réalisé par LEAP/E2020. Nous cherchons chaque mois à discerner les tendances qui se renforcent ou au contraire s’affaiblissent afin d’en tirer les conséquences nécessaires pour améliorer la pertinence de nos évaluations. Nous ne cherchons pas à « avoir raison » [12], à « vendre » ou « promouvoir » quoi que ce soit. Nous cherchons simplement et sans a priori à décrire à l’avance les conséquences concrètes des grandes tendances à l’oeuvre dans notre monde du début du XXI° siècle et à faire part à nos lecteurs des moyens permettant de se prémunir des conséquences les plus négatives.

Dans ce numéro 22 du Global Europe Anticipation Bulletin, avec notamment notre alerte sur l’effondrement de l’économie réelle aux Etats-Unis à partir de Septembre 2008, nous tentons à nouveau de prévenir ceux qui sont concernés par les conséquences de cet événement majeur qui va générer des troubles socio-politiques très graves aux Etats-Unis [13] dont l’économie est véritablement en train de s’écrouler [14], ce qui aura bien entendu des retombées très lourdes sur l’ensemble des marchés financiers et monétaires et pour l’économie mondiale. Nous n’avons toujours pas atteint le coeur de la crise. Selon LEAP/E2020, il sera atteint dans la deuxième moitié de 2008.


i


http://www.europe2020.org/spip.php?article530〈=frCrise systémique globale – Fin 2008 :
Déroute des fonds de pension
Communiqué public GEAB N°23 (15 mars 2008) –
15/03/2008Selon LEAP/E2020, d’ici la fin de 2008, nous allons assister à une formidable déroute de l’ensemble des fonds de pension de la planète, mettant en péril tout le système des retraites par capitalisation. Ce cataclysme financier aura une dimension humaine dramatique puisqu’il correspond à l’arrivée à la retraite de la première vague des baby-boomers aux Etats-Unis, en Europe et au Japon : les revenus des fonds de pension s’effondrent au moment même où ils doivent commencer à effectuer leur première grande série de versements aux retraités. Dans ce numéro 23 du GEAB, notre équipe anticipe l’évolution de cette prochaine crise des fonds de pension, précise les pays les plus touchés (notamment en Europe) et présente des recommandations opérationnelles et stratégiques pour y faire face.Parallèlement, dans ce GEAB N°23 (sur abonnement), LEAP/E2020 anticipe les prochains mois de cette crise systémique globale qui est désormais une évidence pour tous, s’attachant à anticiper les effets pervers des prêts de la Réserve fédérale américaine qui sont en train de fragiliser encore plus l’ensemble du système financier américain, et analysant les risques à venir qui pèsent sur les établissements bancaires aux Etats-Unis et dans certains pays européens particulièrement exposés. Parallèlement notre équipe analyse l’impact de la crise économique et financière US actuelle sur les probabilités et les conséquences d’une attaque de l’Iran par Israël et les Etats-Unis avant les prochaines élections présidentielles américaines.En tout état de cause, avec l’annonce d’un plan de sauvetage d’urgence de la cinquième banque d’affaires US, Bear Stearns [1] (prélude à sa vente ou à sa mise en liquidation dans les prochaines semaines), on assiste bien à la faillite d’un grand établissement financier dès le premier trimestre 2008, comme anticipé par notre équipe dans le GEAB N°19 [2].Simultanément, le Dollar US a repris sa chute libre par rapport à l’Euro, au Yen, au Yuan ; l’or est à plus de 1.000 USD/once, le pétrole à plus de 110 USD/baril, les bourses mondiales en baisse de 20% en un trimestre, et la dernière tentative de stopper la crise financière avec le prêt de 200 Milliards USD aux banques par la Réserve fédérale américaine a déjà montré qu’il avait échoué … tous les fondements de l’ordre économico-financier de ces dernières décennies s’écroulent sous nos yeux, à un rythme de plus en plus rapide. Ce sont bien tous les signes d’une crise systémique [3].La prise de conscience désormais généralisée que le monde fait face à une crise d’une ampleur et d’une nature nouvelles permet déjà à nos chercheurs d’affiner certaines de leurs anticipations. Ainsi, en ce qui concerne les devises, notre équipe a entrepris de revoir ses estimations sur la valeur du Dollar US par rapport aux trois autres monnaies mondiales stratégiques, à savoir l’Euro, le Yen et le Yuan. Ainsi, LEAP/E2020 estime désormais que le taux EURUSD atteindra 1,75 à la fin 2008 (au lieu de 1,70 comme l’avait anticipé notre équipe dès 2006) ; le taux USDYEN tombera à 90 et le taux USDYUAN à 6 [4].

Evolution du Dollar Index (panier de monnaies références [5]) au 14/03/2008 / Source FxStreet

Devant l’ampleur de la Très Grande Dépression US désormais en plein développement [6], LEAP/E2020 se félicite de constater que les autorités américaines, suite aux nombreuses protestations [7], ont finalement décidé de maintenir la parution synthétique des indicateurs économiques US sur le site EconomicIndicators.Gov. Dans une période aussi troublée, il est en effet important que l’information statistique sur l’économie des Etats-Unis reste aisément et largement disponible. Les finances d’une multitude d’acteurs privés et publics, individuels et collectifs en dépendent.

Dans cette même logique, la Réserve fédérale d’Atlanta fait oeuvre utile en diffusant gratuitement un DVD intitulé « Se préparer à la crise : reconnecter son flux financier vital » (« Crisis Preparedness : Reconnecting the Financial Lifeline »), qui permet aux opérateurs de toute nature d’anticiper la crise, et donc de mieux s’y préparer [8]. Dans la perspective de la phase d’effondrement de l’économie réelle aux Etats-Unis, prévue pour Septembre 2008 par LEAP/E2020 [9], ces conseils officiels prennent tout leur sens. Notamment, comme nous le soulignons depuis des mois, en cas de crise grave, « le liquide est roi » (« Cash becomes king » comme le répète ce DVD), et ce que la crise soit liée à un désastre naturel ou provoqué par les hommes comme l’illustre parfaitement le fait que les assureurs américains ont désormais perdus plus d’argent à cause de la crise des subprimes qu’à cause du cyclone Katrina, pourtant le pire désastre naturel de l’histoire des Etats-Unis [10].

Réserves propres des établissements de dépôts américains (1950 – 02/2008) / Source Réserve fédérale de Saint Louis

Pour finir, des courbes comme celle ci-dessus illustrent de manière frappante combien la situation est infiniment plus grave que ne peuvent même l’imaginer les dirigeants les plus intelligents (et ils sont peu nombreux). Elle montre à quel point le système financier américain, et derrière lui celui d’une grande partie de la planète, est atteint mortellement. Les banques US n’ont plus d’argent ; c’est aussi simple et dramatique que cela. La contagion va maintenant entrer dans une seconde étape de son développement et va donc bien générer une nouvelle série de faillites bancaires d’ici l’été, comme anticipé dans le GEAB N°20, entraînant la rupture du système financier mondial dans la seconde moitié de 2008.

BON EH BIEN LA C EST UN PASTEUR QUI EXPLIQUE A SA FACON ( biblique malheuresement) LA DETTE AMERICAINE …ASSEZ REALISTE TOUT DE MEME ..

_fh_insertFavicon("http://" + "video.google.fr", "favicon1", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "video.google.fr", "favicon2", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "www.youtube.com", "favicon3", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "www.guba.com", "favicon4", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "www.youtube.com", "favicon5", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "video.google.fr", "favicon6", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "stage6.divx.com", "favicon7", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "video.aol.com", "favicon8", 16, 16, 68, 8);
_;
_fh_insertFavicon("http://" + "video.google.fr", "favicon11", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "www.youtube.com", "favicon12", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "www.youtube.com", "favicon13", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "video.google.fr", "favicon14", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "video.google.fr", "favicon15", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "video.google.fr", "favicon16", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "www.youtube.com", "favicon17", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "video.google.fr", "favicon18", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://" + "www.youtube.com", "favicon19", 16, 16, 68, 8);
_fh_insertFavicon("http://"

Ceci est un “flux” dont le contenu du site change fréquemment.

Vous pouvez vous abonner à ce flux pour recevoir les mises à jour lorsque ce contenu change.

Erreur de traitement du flux

Il y a eu une erreur lors du traitement de ce flux. Ceci est de notre faute. :-( Vous pouvez toujours vous abonner à ce flux si vous le connaissez. Pour référence, l'erreur était :



Google Video - Recherche de vidéos [conquering federaL BANK]

Résultats de la recherche : [conquering federaL BANK]

Conquering the Spirit of Debt

Conquering the Spirit of Debt

49 mn - 27 sept. 2007


Conquering the Spirit of Debt

This amazing sermon given in Sept 2003 by Pastor Rod Parsley at Breakthrough Church in Columbus Ohio details the story of how Paul Warburg, John D. Rockefeller, and J.P. Morgan met with Senator Aldridge at a conference in Jekyll Island to create the Federal Reserve Banking System in America circa 1913.

Most people hear about the "national debt" but few ask what it means or who we owe.

This was the best quality video I could get, but I hope this gets the message through.

Search words: IRS gold silver rothschild interest usury bank notes fiat currency economy budget deficit surplus cashflow money bills conspiracy coinage stock market scam new world order illuminati occult shorting

Re: MARTIAL LAW 9-11: RiseOfThePoliceState - Selling Torture

Re: MARTIAL LAW 9-11: RiseOfThePoliceState - Selling Torture
saintrambone
10 mn - 4 janv. 2008


I, Kurt Brown, alias Saint Ram Bone, was tortured after working as a federal bank examiner. I was attacked for reporting money laundering and murder in the federal government of the United States. The regime had the now terminated Sheriff Jack Tillman of Mobile Alabama take my gun permit. I fled Alabama due to fear for my life and that of my family.

I went to Los Angeles where I had been stationed in the Navy 17 years earlier. I parked at a federal facility with a Uhaul. I was arrested and my video tapes were destroyed in my investigations of a replacement regional director of the FDIC in San Francisco. His predecessor had been murdered with his own gun and labeled suicide. The replacement was part of a money laundering syndicate. I do not believe the predecessor Regional Director was involved in crime, according to my research.

My guns were taken from my Uhaul and truck. I was forcibly injected, tortured, and forced medical procedures.

I was jailed and forced to sign documents. I was given a one million dollar bail, I was sick from the injections and drugs the government had give me, so I had to agree to their demands. The Secret Service came to the LA County Jail. The guard said they were my attornies. They told me I would serve at least 6 months in Jail. The Secret Service is under the same crime infested union as the FDIC and other agencies, the National Treasury Employees Union (NTEU).

Collusion and technology is how they took over the United States. They now want to conquer the Earth. Let us hope they never succeed. Let us welcome global war and global death of all humane humans if they or it is to succeed.

I was injected in Flagstaff Arizona in 2004. I had been in forced exile, forced to live in California. My mother was dieing in Alabama and I had visited her. Enroute back to California I witnessed a Hazmat Crew on the Highway in New Mexico and a burn on my neck.

I reported it at Flagstaff Arizona Medical Center.
I was detained and forcibly injected. I was held five hours before the injections and was compliant. I resisted, but not enough. I was knocked unconscious.

I was then put in their insane asylum section. The next day, a man was put into my room. That night, I remember being injected again. I felt I had been raped during that night. The man who was in the room said about my snoring, "We took care of it" and smiled. I was traumatized even if I was not raped. The Chapter 36 law "Crazy Clause" allows forced injections since 2001 in the crime syndicated states of Arizona, New Mexico, and Nevada. You can not sue the hospitals for this Nuremberg concentration camp style atrocity. The federal government injected me forcibly in Los Angeles. They had done the same thing and forced experiments on other veterans at the facility in 1999.

I was released on the third day from Flagstaff Medical Center. The staff or a federal agent had "allegedly" lost my keys to my vehicle. It was in retaliation for my reporting money laundering and murder.

I have been attacked numerous times on the highways, not only in the USA, but in Canada on one trip to that nation. The border patrol is under the NTEU and they know when I left. Their casinos also launder money in American banks I would wager.

My life has been a living Hell since 2001 on many occassions. I encourage the American people to beware with retaliatory strikes. It is a technological war they or IT is waging.

Let us hope they release the prisoners of war, and remove their war crimes from other nations and the American people.

I work on behalf of the American people and in particular the Humane Humans of Earth. If I or we do not succeed, let us welcome global death of our species. If we are beyond on other planets, let us welcome our deaths universally if we are to be tortured, robbed, raped, and imprisoned.

You can find my entire story at Mobile Audit Club, found by searching the web or the link on the home page of saintrambone videos on Youtube.

I encourage young people to stay off of the drugs and alcohol. You are being used. Get good educations. Protect your young. The inhumane need to take a back seat in government involvement.

We are in a technological war. You can not believe your eyes at all times. Bush is likely an imposter or a servant to a group of inhumane beasts, serial killers, and sociopaths of the worst variety. Randy Kraft was my first encounter with a serial killer. I never thought I would see America and the world come to this. I should have seen what was coming after our forced consignment in the Vietnam war. We are the lower caste. We are the humane humans. We are the outcasts from government.

Protect your young.

Mahatma Gandhi : Film : MAHATMA - Life of Gandhi (1934-1938, Part 09 of 14)

Mahatma Gandhi : Film : MAHATMA - Life of Gandhi (1934-1938, Part 09 of 14)
The Gandhi National Memorial Fund
21 mn - 31 janv. 2006


Call Of The Villages, 1934-1938:
This 20 min 33 sec film depicts how Mahatma Gandhi settled in a village and dedicated himself to the cause of village-reconstruction through the revival of arts and industries to make the village self-reliant. It also explains his theory of education aiming at producing the whole man and highlights the reaction of the apostle of non-violence to the bursting of war-clouds over Europe.

Read the commentary at
http://www.gandhiserve.org/video/mahatma/commentary09.html

Film id: ma_07_09_viewing

Courtesy: GandhiServe Foundation – Mahatma Gandhi Research and Media Service, http://www.gandhiserve.org

For personal, institutional and commercial use contact: media@gandhimail.org

Zeitgeist Part 3 - Hearing Impaired [english subtitles]

Zeitgeist Part 3 - Hearing Impaired [english subtitles]

47 mn - 17 janv. 2008


Zeitgeist Part 3 - Hearing Impaired [english subtitles]

Zeitgeist, The Movie | Final Edition [ ENGLISH subtitles ]

Zeitgeist, The Movie | Final Edition [ ENGLISH subtitles ]
GMP LLC
2 h 2 mn - 11 mars 2008


Zeitgeist, The Movie | Final Edition [ ENGLISH subtitles ]

WKJO: Who Killed John O'Neill?

WKJO: Who Killed John O'Neill?
a dead art film
1 h 40 mn - 5 août 2006


One Actor, One Room, Seven Characters: 9/11.

Traumatized by the September 11th attacks, one man struggles to dismantle official history, at the expense of his sanity and even his life. Grappling with multiple realities - and multiple personalities - he must retreat into his mind in pursuit of the truth. In a fictional film about non-fictional events, there is a place where belief and faith will blind you, where nothing is sacred, and to get there all you have to do is ask:

"Who Killed John O'Neill?"

a dead art film by ty rauber and ryan thurston

Mahatma Gandhi : Film : MAHATMA - Life of Gandhi, 1869-1948 (5hrs 10min)

Mahatma Gandhi : Film : MAHATMA - Life of Gandhi, 1869-1948 (5hrs 10min)
The Gandhi National Memorial Fund
5 h 9 mn - 2 oct. 1968


This is a 5 hrs. 10 min. documentary biography of Mohandas Mahatma Gandhi. All events and principles of Gandhi's life and thought are viewed as integrated parts of his truth-intoxicated life depicting permanent and universal values.
The purpose of the film is to tell the present and the future generations "that such a man as Gandhi in flesh and blood walked upon this earth", to acquaint them with his life and work and to spread his message of peace and universal brotherhood to the war-weary and fear-stricken world. The film brings together a mass of visual record not only of 78-year life of Gandhi but also of an important period of India's history.
The aim of the film being education and not entertainment, there is no attempt at dramatization of those exciting times. The story is told with an eye to truthful documentation of the main events within the limits of available documentary visual material…

Read more about the film: http://streams.gandhiserve.org/mahatma.html

Film id: mahatma_full_640x480

Courtesy: GandhiServe Foundation – Mahatma Gandhi Research and Media Service, http://www.gandhiserve.org

For personal, institutional and commercial use contact: media@gandhimail.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s