notes SUR LA THESE LOBBY ISRAEL

Lien url (en Anglais):

http://www.irmep.org/Policy_Briefs/3_27_2003_Clean_Break_or_Dirty_War.html

* 1 http://www.sott.net/

* 2 Dans son ouvrage « Ponérologie Politique -La science de la genèse du mal, appliqué à des fins politique », Andrew Lobaczewski révèle des pistes intéressantes quant à l’accession au pouvoirs de minorités négatives. Ces thèses s’accordent avec nombres études récentes concernant la sociopathie/psychopathologie. [Andrew Lobaczewski « Ponérologie Politique -La science de la genèse du mal, appliqué à des fins politique », Editions Pilules Rouges]

* 3 John Mearshmeier, Stephen Walt, «The Israël lobby and US foreign policy», London Review of Books Vol.  28, No. 6, 23 mars 2006

* 4 Alex Bein, « The Origin of the term and concept « Zionism » », Herzl Year Book, vol II, New York, Herzl Press, 1959, p.1-27 et Jean-Marie Delmaire, « « Sionisme »: histoire et évolution d’un mot », Tsafon, revue d’études juives du Nord, n°1, hiver 1989-1990, p.60-79. [cité dans Denis Charbit, «Qu’est-ce que le sionisme?», Albin Michel, 2007, p. 7]

* 5 L’auteur fait sûrement référence au projet de foyer avorté en Ouganda et en Argentine.

* 6 Denis Charbit, «Qu’est-ce que le sionisme?», Albin Michel, 2007, p. 18.

* 7 Eli Barnavi, «Sionisme et Sionismes in Le sionisme expliqué à nos potes», p. 62. [cité dans André Gaillard, «Le Sionisme en Palestine / Israël, fruit amer du judaïsme», Collection Libeli, éditions Bénévent, 15 septembre 2006.]

* 8 Emil Cioran«Préface à Mahomet ou le fanatisme».

* 9 Regis Debray, «Le feu sacré, fonctions du religieux», p. 281.

* 10 André Gaillard, «Le Sionisme en Palestine / Israël, fruit amer du judaïsme», Collection Libeli, éditions Bénévent, 15 septembre 2006.

* 11 Le Ghetto est un terme désignant un quartier juif, quartier qui leur était souvent à la fois réservé et imposé. Le nom provient de celui du quartier juif de Venise. Par extension, ce terme s’est appliqué à partir de la fin du XXe siècle à tout quartier dans lequel se trouve une forte concentration d’une minorité ethnique, culturelle, ou religieuse, par choix ou par contrainte, avec une connotation de difficulté et de ségrégation sociale, voire de réclusion, dans un environnement urbain généralement dégradé: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ghetto

* 12 La Haskala (äùëìä) est un mouvement de pensée juif du XVIIIe siècle et XIXe siècle, fortement influencé par le Mouvement des Lumières. Les promoteurs de la Haskala sont appelés maskilim. L’introduction de la Haskala au sein des communautés juives de Diaspora marque les prémices de la modernisation des Juifs, dont les premiers à adhérer aux idées de ce mouvement sont les Juifs allemands. Ce dernier s’étend par la suite au reste de l’Europe occidentale comme orientale. Les idées de la Haskala atteignent également les communautés d’Afrique du Nord et celles des pays musulmans au XIXme et début du XXme siècle. Cet effet provient des conséquences de la politique de colonisation de la France et de l’Angleterre. [La Haskala va mener au judaïsme réformé] http://fr.wikipedia.org/wiki/Haskala

* 13 Douglas Reed, «La Controverse de Sion» , p. 129-130. Ce livre n’est plus édité mais une version pdf en français existe à cette adresse: http://www.conspiration.cc/conspir/controverse_de_sion.pdf

* 14 Michel Wiervoka, «L’Espace du racisme», p.235.

* 15 La Halakha, désigne le corpus de lois religieuses juives, incluant les lois bibliques (les 613 mitzvot) et plus tard les lois talmudiques et rabbiniques aussi bien que les coutumes et les traditions. Le judaïsme ne fait pas de distinction entre la vie religieuse et non-religieuse. De ce fait, la Halakha guide non-seulement les pratiques et les croyances religieuses, mais nombre d’aspects de la vie quotidienne. Halakha est souvent traduit par «loi juive», alors qu’une traduction plus littérale serait «le chemin» ou «la direction dans laquelle marcher». En effet le mot dérive d’une racine hébreuse signifiant aller, marcher ou voyager. Historiquement, la Halakha a servi à de multiples communautés juives comme un traité applicable de lois civiles et religieuses. Aujourd’hui, celle-ci n’est appliquée qu’avec le consentement de l’individu. En Israël, certains rgles de droit reprennent la Halakha. On observe différentes approches de la Halakha selon les communautés, notamment entre les Ashkénazes, les Mizrahi, les Séfarades, et les juifs Yéménites.

* 16 Cohen (héb. ëäï, plur. cohanim, litt. « dédié, dévoué ») est un titre conféré à Aaron, le frère de Moïse de la tribu de Lévi, et à sa descendance masculine, afin de les désigner comme « dévoués » (sens originel de ëäï) au service du Temple. Il s’agit donc des membres du clergé hébreu, qui réalisaient les sacrifices et autres services dans le Temple de Jérusalem, sous l’autorité du Cohen Gadol (Grand Prêtre). Le premier Cohen Gadol fut Aaron lui-même. Le Cohen Gadol tenait un rôle particulier, notamment dans l’office de Yom Kippour. Depuis la destruction du Temple, le nom a continué à se transmettre de père en fils. Les cohanim continuent à jouir d’un statut personnel distinctif dans le judaïsme, et sont astreints à des règles et lois particulières, du moins dans les communautés orthodoxes. Après l’instauration de la lecture de la Torah dans les synagogues, le terme de Cohen a continué à désigner dans le judaïsme orthodoxe, le statut de la première « montée » à la Torah qui revient symboliquement aux cohanim, en remplacement des anciens sacrifices: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cohen_(juda%C3%AFsme)

* 17 Les Leviim étaient tenus au service du temple.

* 18 Rabbin Michel Libermann de l’ULIF: http://www.protestants.org/fpf/relations_oecumeniques/questions/mariage.htm

* 19 http://fr.wikipedia.org/wiki/Juda%C3%AFsme_r%C3%A9form%C3%A9 (Wikipedia)

* 20 http://www.rabbinat.qc.ca/nsite/Communaute/la_mode.htm.

* 21 André Chouraqui dans «Mon Testament», p.7, précise même que: «Pour le juif de l’exil, tout prosélytisme était à la fois impossible, interdit et lourdement sanctionné».

* 22 «La tragédie des soldats juifs d’Hitler», de Bryan M. Rigg [Editions De Fallois (16 avril 2003) ], est un ouvrage intéressant sur l’identité juive et ses implications psychologiques. L’auteur aborde la question des Mishlings (Métis), ces juifs qui servaient dans l’armée allemande (Rarements entièrements juifs, le plus souvent au tiers au quart et moins que cela)

* 23 Vous trouverez le compte rendu de ces travaux en annexe: http://www.pnas.org/cgi/content/full/97/12/6769

* 24 Nous allons prendre un exemple pour clarifier cette notion de profil génétique vis à vis d’autres populations. Imaginez une étude sur la couleur des cheveux d’une ethnie X démontrant ce type de résultat 25% de roux, 10% de blonds, 20% de châtains et le reste en brun. Si maintenant on retrouve ce rapport parmi ceux qui sont exilés depuis deux mille ans au sein de populations aux rapport de coloris différents (ex: 8% de roux et le reste en blond), on peut conclure qu’il n’y a pas eu de mélange.

* 25 Inspiré par un article du Rabbin Yaakov Hakohen Kleinman, Conférencier d’Aish Hatorah à Jérusalem, spécialiste des études du Temple et co-directeur, avec le Rabbin Nachman Kahana, du Centre pour les Cohanim. http://www.pnas.org/cgi/content/full/97/12/6769

* 26 Nous nous sommes beaucoup appuyés dans cette partie sur «L’Effroyable Imposture 2, Manipulations et Désinformations» de Thierry Meyssan. [éditions Alphée/Jean-Paul Bertrand,collection Edit plus, 2007, p.141-148]. L’auteur s’est appuyé de son propre aveux sur des «études très documentées qui circulent au sein de la World Zionist Organisation».

* 27 Paul C. Merkley, «The Politics of Christian Zionism, 1891-1948», Frank Cass Publishers, 1998, p. 37.

* 28 Ibid p. 37-38.

* 29 Thierry Meyssan, «L’Effroyable Imposture 2», éditions Alphée/Jean-Paul Bertrand,collection Edit plus, p.146, 2007.

* 30 Note indiquée par Meyssan: « Pour le discours inaugural de Thomas Jefferson et de nombreux autres textes officiels, voir ‘God’s New Israel, Religious interpretations of American Destiny’. Anthologie réunie par Conrad Cherry, Prentice Hall, 1971.’

* 31 « America as a civilization », p. 893.

* 32 Thierry Meyssan, «L’Effroyable Imposture 2», éditions Alphée/Jean-Paul Bertrand,collection Edit plus, p. 147-148, 2007.

* 33 Note indiquée par Meyssan: « Cité dans ‘Zion ‘s Call, Christians Contributions to the Origins and Development of Israel’, par Lawrence J.Epstein, University Pres of America éd., 1984. Citation: ‘To secure the holding of an international conférence to consider the conditions of the Israelites and their claims to Palestine as their ancien home, and to promote, in all other just and proper ways, the alleviation of their suffering condition.’ »

* 34 Note indiquée par Meyssan: « The government has found occasion to express, in a friendly spirit, but with very much earnestness, to the government of Czar, its serious concern because of the harsh measures now being enforced against the hebrews in Russia. »

* 35 Cité dans «One Hundred Years of Blessing: The Centennial History of the American Messianic Fellowship (1887-1987), Including a Biographical Introduction to its founder, William E. Blackstone» Lansing, American Messianic Fellowship, 1987, p. 48. [tiré de Paul C. Merkley, «The Politics of Christian Zionism, 1891-1948», Frank Cass Publishers, 1998, p.60]

* 36 Note indiquée par Meyssan: « Voir le best-seller ‘Jesus is Coming‘, par le révérend William E. Blackstone, nombreuses éditions depuis 1878.

* 37 Renaissance spirituelle, deuxième naissance. Cette notion est abordé dans le chapitre 5.

* 38 Note indiquée par Meyssan: « ‘Fundamentalism and American Culture: The Shapin,g of Twentieth Century Evangelicalism’, 1870-1925, par Georges M. Mardsen, Oxford University Press éd., 1980.

* 39 Thierry Meyssan, «L’Effroyable Imposture 2», éditions Alphée/Jean-Paul Bertrand,collection Edit plus, p.148, 2007. Le courant dispensationaliste dérive des pensées de John Nelson Darby (1800-1882). Il est une famille du christianisme évangélique, auquel le chapitre 5 est consacré.

* 40 Paul C. Merkley, «The Politics of Christian Zionism, 1891-1948», Frank Cass Publishers, 1998, p. 64.

* 41 Douglas Reed, dans le chapitre 23 de « La Controverse de Sion» , donne sur ce point une grande importance à Henry Wentworth Monk. Ce livre n’est plus édité mais une version pdf en français existe à cette adresse: http://www.conspiration.cc/conspir/controverse_de_sion.pdf

* 42 Paul C. Merkley, «The Politics of Christian Zionism, 1891-1948», Frank Cass Publishers, 1998, p. 4.

* 43 Ibid p. 7.

* 44 Ibid p. 5

* 45 Ibid p.5: traduction tirée de l’ouvrage de Viviane Forrester , «Le Crime occidental», éditions Fayard, 8 septembre 2004.

* 46 Ibid p.5

* 47 Ibid p.6.

* 48 Elon Amos «Herzl», Rinehart and Winston, 1975, p.16. [tiré de Paul C. Merkley, «The Politics of Christian Zionism, 1891-1948», Frank Cass Publishers, 1998, p.6]

* 49 William Hechler a décrit la scène plus tard. Il se présenta en ses termes: «Je suis là!». «C’est ce que vois» répondit Herzl, puis a continua «Mais qui êtes vous?». «Vous êtes perplexe« observa le religieux, «mais voyez-vous depuis 1882, je prédisais votre venue au Grand Duc de Baden. Maintenant je vais vous aider»

* 50 Nous résumons. Pour plus de détails lire l’ouvrage de Paul C. Merkley intitulé «The Politics of Christian Zionism, 1891-1948», Frank Cass Publishers, 1998, p.8.

* 51 Les Reform Jews of America (les juifs non orthodoxes d’Amérique) avaient annoncé deux ans plus tôt qu’ils ne s’attendaient « ni au retour en Palestine, ni au rétablissement d’aucune des lois concernant l’État juif.»

* 52 L’Organisation sioniste mondiale fut créee le 3 septembre 1897 lors du premier congrès sioniste qui s’est tenu à Bâle en Suisse. Cette organisation qui s’appelait encore Organisation sioniste devint la vitrine du mouvement sioniste. Ce n’est qu’en 1960 que le mouvement prit le nom d’Organisation sioniste mondiale. Théodore Herzl, qui organisa le premier congrès, écrivit plus tard : « À Bâle, j’ai donné naissance au futur État juif. Il peut venir dans cinq ans, ou dans cinquante ans, tout le monde le verra ».À la création de l’État d’Israël cinquante ans plus tard, le 14 mai 1948, une grande partie des institutions avaient déjà été mises en place au cours des congrès sionistes qui s’étaient tenus régulièrement au cours des précédentes décennies. Certaines de ces institutions fonctionnent toujours aujourd’hui. De 1897 à 1946, un congrès fut organisé tous les deux ans (à l’exception des périodes des guerres mondiales) dans différentes villes européennes, afin de construire toute l’infrastructure nécessaire à l’installation des Juifs en Palestine. Des délégations représentaient lors des congrès tous les Juifs quels que soient leurs pays, leurs langues, leurs traditions religieuses ou leurs sensibilités politiques. Le droit de vote de chaque délégué était représenté par l’utilisation de son shekel sioniste. Les représentants étaient regroupés en fonction de leur idéologie plutôt qu’en fonction de leur localisation géographique. Les finances de l’organisation étaient gérées par le Jewish Colonial Trust, fondé en 1899, et l’acquisition de terres en Palestine était organisée par le Fonds national juif, fondé en 1901. Le Keren Hayesod fut créé en 1920 pour organiser les activités élémentaires nécessaires à l’existence d’un État : les entreprises d’électricité, de banque et d’exploitation de la potasse furent ainsi créées longtemps avant 1948. Theodor Herzl : (1897 – 1904), David Wolffsohn : (1905 – 1911), Otto Heinrich Warburg : (1911 – 1921), Chaim Weizmann (1ère fois) : (1921 – 1931), Nahum Sokolow : (1931 – 1935), Chaim Weizmann (2ème fois) : (1935 – 1946), David Ben Gourion : (1946 – 1956), Nahum Goldmann : (1956 – 1968), Ehud Avriel : (1968 – 1972), Louis Arie Pincus : (1968 – Oct 1973), Arie Leon Dulzin (Oct 1973 – 1975), Pinhas Sapir : (1975 – 12 août 1975), Arie Leon Dulzin (12 août 1975 – 6 Jan 1976), Joseph Almogi : (6 Jan 1976 – 1978), Arie Leon Dulzin (1978 – Déc 1987), Simcha Dinitz : (décembre 1987 – 14 février 1994), Yehiel Leket  : (février 1994 – février 1995), Avraham Burg : (février 1995 – février 1999), Sallai Meridor : (25 février 1999 – 2005 ), Zeev Bielski: (depuis 2005)

* 53 Douglas Reed, «La Controverse de Sion» , p. 260. Ce livre n’est plus édité mais une version pdf en français existe à cette adresse: http://www.conspiration.cc/conspir/controverse_de_sion.pdf

* 54 Chaim Weizmann ou Haim Weizmann (27 novembre 1874 – 9 novembre 1952).Chaim Weizmann est né en Biélorussie dans le petit village de Motol (Motyli) près de Pinsk. Il est diplômé de chimie de l’Université de Fribourg en Suisse en 1900, puis enseigne à l’Université de Genève de 1901 à 1903 puis à l’Université de Manchester à partir de 1904. À cette date, il s’installe en Grande-Bretagne. Il devient sujet de sa Majesté en 1910, et s’investit dans l’effort de guerre britannique durant la Première Guerre mondiale. En 1916, il met au point un mécanisme de fermentation bactérienne permettant de produire de larges quantités de substances, telles que l’acétone, essentielles à la fabrication d’explosifs TNT pour les Alliés. Chaim Weizmann s’est rallié au sionisme dès les débuts de celui-ci. En 1903, il est l’un des fondateurs de la « Fraction démocratique », qui milite en faveur du «sionisme pratique», et qui est l’une des bases du parti des sionistes généraux, un parti sioniste libéral et modéré, créé au début des années 1920. Il travaille avec Lord Balfour à la rédaction de la Déclaration Balfour de 1917, qui octroie un foyer national juif en Palestine.1918. Le 3 janvier 1919, il signe, avec le roi Fayçal d’Irak, l’Accord Fayçal-Weizmann de 1919, régissant les relations entre Juifs et Arabes au Proche-Orient et au Moyen-Orient. La même année il déclare «Nous demandons la possibilité de nous installer en Palestine et, quand nous serons la majorité, nous en réclamerons le gouvernement» (Chronique du XXe siècle p.787). À partir de 1920, il est à la tête de l’Organisation sioniste mondiale, assumant la responsabilité de président par deux fois, de 1920 à 1931, puis de 1935 à 1946.En 1921, il monte avec Albert Einstein le projet de l’Université Hébraïque de Jérusalem. En 1929, il devient président de l’Agence Juive. Lors d’une rencontre avec le Président américain Harry Truman, Weizmann obtient le soutien des États-Unis pour la création d’un futur État d’Israël.Suite à la déclaration d’indépendance en 1948, il devient le premier président de l’État d’Israël, titre purement honorifique et n’ayant pas de réelle signification politique.Il fonde l’Institut Weizmann à Rehovot, un institut de recherche scientifique. Il est l’auteur d’un grand nombre de publications dans des revues scientifiques. Il est l’oncle d’Ezer Weizman, qui deviendra le septième président israélien. [ http://fr.wikipedia.org/wiki/Chaim_Weizmann ]

* 55 Douglas Reed, «La Controverse de Sion», p. 260. Reed poursuit ensuite : «Ce qui est curieux, c’est que le bras droit intime, et orateur principal de Herzl, vit ce qui se tramait à ce moment-là et pour plus tard, avec une clarté totale. Il fit montre d’une préconnaissance aussi grande que celle de Léon Pinsker quand il décrivit la série d’événements auxquels mènerait « la pression irrésistible sur la politique internationale » de Pinsker. Au même congrès où Herzl subit son humiliation, Max Nordau (un alias ou pseudonyme ; son nom était Suedfeld) donna ce pronostic exact : ‘Laissez-moi vous dire les mots suivants comme si je vous montrais les barreaux d’une échelle menant toujours plus vers le haut : Herzl, le congrès sioniste, la proposition anglaise de l’Ouganda, la future guerre mondiale, la conférence sur la paix où, avec l’aide de l’Angleterre, une Palestine libre et juive sera créée’ (1903). Ici parla l’initié, l’illuminé, l’homme qui connaissait la force et le but « de l’Internationale. » (Max Nordau aida le processus, dont il prévoyait le cours, en écrivant des best-sellers des années 1890 tels que Dégénérescence, dans lequel il dit à l’Occident qu’il était irrémédiablement corrompu). Même Max Nordau n’expliqua pas clairement sa conclusion jusqu’à sa fin logique. Un autre délégué le fit, le Dr Nahum Sokoloff, qui dit : ‘Jérusalem deviendra un jour la capitale de la paix mondiale.’». Cela correspond également assez bien avec les écrits de Bejamin H.Freedman et dans une moindre mesure Robert Strausz-Hupé que nous verrons plus loin…. A se demander si ce n’est pas en réalité ça qui est recherché par certains fervents sionistes. Ce livre n’est plus édité mais une version pdf en français existe à cette adresse: http://www.conspiration.cc/conspir/controverse_de_sion.pdf

* 56 L’Agence juive est une organisation juive (en fait essentiellement sioniste) créée en 1929 pour être l’exécutif de la communauté juive en Palestine mandataire. A partir des années 30, elle devient le gouvernement de fait de la population juive palestinienne, et est la matrice du gouvernement Israélien proclamé en 1948.L’Agence juive est alors transformée en organe gouvernemental en charge de l’immigration juive en Palestine, ou Aliyah: http://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_juive

* 57 Israël Shamir, «Voyons comment les sionistes ont « sauvé les Juifs » durant la seconde guerre mondiale»: http://www.israelshamir.net/french/zionists.shtml.

* 58 Passage inspiré par le livre de Denis Charbit, «Qu’est-ce que le sionisme?», Albin Michel, 2007, p. 229-230.

* 59 Chaïm Weizmann «Trial and Terror», The Jewish publication Society of America, Philadelphia 1945, p. 157.

* 60 Notamment dans un discours au Willard Hotel de Washington D.C, en l’honneur du quotidien Common Sense (1961).

* 61 Freedman était un familier de plusieurs personnalités de premier plan, tel Bernard Baruch, Samuel Untermeyer, Woodrow Wilson, Franklin Roosevelt, Joseph Kennedy et John F. Kennedy. Il fut aussi l’homme de confiance d’Henry Morgenthau, secrétaire de la commission des finances en 1912. Il déclare également avoir participé aux tractations ayant mené au traité de Versaille.

* 62 Les Livres blancs publiés durant le mandat britannique en Palestine sont une série de lois et de mesures fixant la politique mandataire relative à la situation en Palestine: http://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_blanc_(Palestine)

* 63 Edwin Black est un écrivain et journaliste américain juif. Il a gagné de nombreux prix pour ses ouvrages: 1984 (reédité en 2001) – The Transfer Agreement, 1999 – Format C, 2001 – IBM and the holocauste, 2003 – War Against the Weak, 2003 – Ethnic Cleansing in Connecticut, 2004 – Banking on Baghdad, 2006 – Internal Combustion. Il écrit également des articles dans des journaux prestigieux tel le Jerusalem Post, le Washington Post… L’ouvrage qui nous intéresse dans cette partie est l’édition de 1984 de«The Transfert Agreement». Disponibles en 2001 chez Carroll & Graf.

Vous pouvez retrouver plus d’information sur le personnage sur son site: http://www.edwinblack.com/.

* 64 Ralph Shoenman à passé sa vie à militer pour la paix. Pour plus d’informations consultez sa biographie sur Wikipedia: http://en.wikipedia.org/wiki/Ralph_Schoenman. Le livre qui nous intéresse est «The Hidden History of Zionism», [Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988] et plus particuliérement son chapitre intitulé «Zionism and the Jews». Le livre est disponible à cette adresse: http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ack.htm

* 65 http://www.yadvashem.org/ Une «Ressource en mémoire des martyrs et des héros de l’Holocauste» ( «The Holocaust Martyrs’ and Heroes’ Remembrance Authority»)

* 66 Lenni Brenner, «The Zionism in the Age of Dictators», Lawrence Hill & Co/ Rev Ed edition, Décembre 1983, p. 48. [tiré de Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988, chapitre 6 intitulé «Zionism and the Jews». Le livre est disponible http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ack.ht]

* 67 Chaim Arlosoroff dans Haolam, No. 28, June 1933. Tiré de yadvashem: http://www1.yadvashem.org.il/search/index_search.html

* 68 L. Pinner, «Vermoegenstransfer nach Palaestina 1933-1939» («Transfer of Capital to Palestine 1933-1939″), In zwei Welten – Siegfried Moses zum fuenfundsiebzigsten Geburstag (« In Two Worlds – for Siegfried Moses on His 75th Birthday»), Tel Aviv, 1962, pp. 138-139.

Repris sur le site de yadvashem: http://www1.yadvashem.org/about_holocaust/documents/part1/doc20.html

* 69 Tom Segev, «Le Septième Million : Les Israéliens et le Génocide», éditions Liana Levi, collection Piccolo, 15 janvier 2003

* 70 Lenni Brenner,«The Zionism in the Age of Dictators», Lawrence Hill & Co/ Rev Ed edition, Décembre 1983, p. 85. [tiré de Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988, chapitre 6 intitulé «Zionism and the Jews». Le livre est disponible http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ack.ht]

* 71 Edwin Black, «The Transfer Agreement», 1984, p. 328, 337.

* 72 Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988, chapitre 6 intitulé «Zionism and the Jews». Le livre est disponible à cette adresse: http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ack.htm

* 73 Ibid

* 74 Chaim Weizmann rapportant au Congrès sioniste de 1937 sur son témoignage devant la Commission Peel à Londres, juillet 1937, Yahya, page 55. [ tiré de Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988.]

* 75 Lenni Brenner,«The Zionism in the Age of Dictators», Lawrence Hill & Co/ Rev Ed edition, Décembre 1983, p. 149. [tiré de Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988, chapitre 6 intitulé «Zionism and the Jews». Le livre est disponible http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ack.ht]

* 76 En 1938-1939, dans le cadre d’un programme connu sous le nom de Kindertransport, la Grande-Bretagne accepta de recevoir en urgence 10 000 enfants juifs non accompagnés.

* 77 http://fr.wikipedia.org/wiki/Congr%C3%A8s_juif_mondial (quelques passages ont été coupés par nous). Le Congrès juif mondial (en anglais World Jewish Congress) est une fédération internationale de communautés et d’organisations juives, fondée en 1936 à Genève (Suisse), et dont le siège mondial est à New York (États-Unis).La vocation du Congrès juif mondial est de représenter et de défendre les intérêts des Juifs de la diaspora mais aussi de ceux qui vivent en Israël. Il recherche le consensus entre groupes d’horizons politiques et religieux variés, avec pour constante de soutenir avec force, depuis sa création en 1948, l’État d’Israël. Le Congrès juif mondial est divisé en sept « branches » régionales principales : section américaine (États-Unis d’Amérique), Congrès juif canadien (Canada), Congrès juif euro-asiatique, Congrès juif européen (actuellement présidé par Pierre Besnainou. Sa vice-présidente Charlotte Knobloch est devenue en juin 2006 la première femme à présider le Conseil central des juifs d’Allemagne) , branche israélienne, Congrès juif latino-américain, Union mondiale des étudiants juifs. Son siège mondial se trouve à New York. Le Congrès dispose de sièges annexes à Paris (France), Buenos Aires (Argentine) et Genève (Suisse), et dispose d’un institut de recherches à Jérusalem (Israël). Liste des présidents: 1936-1949 : Stephen S. Wise,1949-1977 : Nahum Goldmann (par intérim jusqu’en 1955), 1977-1979 : Philip M. Klutznick, 1979-2007 : Edgar Bronfman (Edgar Miles Bronfman) (par intérim jusqu’en 1981), 2007 : Ronald Lauder (on reparlera de ce personnage dans le chapitre consacré au lobby juif pro-israélien).

* 78 Lenni Brenner,«The Zionism in the Age of Dictators», Lawrence Hill & Co/ Rev Ed edition, Décembre 1983, p. 149. [tiré de Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988, chapitre 6 intitulé «Zionism and the Jews». Le livre est disponible http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ack.ht]

* 79 Rabbi Solomon Schonfeld, chef des rabbins en Angleterre au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Fans Yahya, « Les relations sionistes avec l’Allemagne nazie » (Zionist Relations with Nazi Germany) (Beyrouth, Liban Palestine Research Center , janvier 1978), page 53 [ tiré de Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988, chapitre 6 intitulé «Zionism and the Jews». Le livre est disponible à cette adresse: http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ack.htm]

* 80 Rabbi Michael Dov Weissmandl«Ten questions to the Zionists». Ce témoignage circule beaucoup sur les sites religieux juifs antisionistes comme ici: http://www.nkusa.org/Historical_Documents/tenquestions.cfm

* 81 Trouvé à cette adresse http://www.fonjallaz.net/Film-Amen/Pages%205/APage51.html

* 82 Voici la définition donné par Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_d’%C3%89vian_(1938

La Conférence d’Évian de 1938 fut organisée à l’initiative du président des États-Unis d’Amérique, Franklin Delano Roosevelt. Elle se déroula du 6 juillet au 16 juillet 1938 dans la ville d’Évian, en France. Son but était de trouver une solution à l’immigration massive des juifs allemands et autrichiens fuyant la mise en place du régime nazi. Suite à la création du Grand Reich, le 10 avril 1938, l’afflux de migrants juifs d’origine allemande et autrichienne aux États-Unis augmente considérablement. Le problème est que seul 150 000 visas par an sont délivrés, dont 27 000 pour les Allemands et les Autrichiens. Les États-Unis se retrouvent vite débordés. Le Secrétaire d’État aux affaires étrangères, Cordell Hull, et son adjoint, Sumner Welles, proposent au président Franklin Delano Roosevelt d’organiser une conférence internationale pour trouver une solution. Ne faisant pas partie de la Société des Nations (SDN), les États-Unis se chargent d’organiser la conférence. La Suisse, pays où réside le siège de la SDN, ne voulant pas recevoir la conférence, c’est donc la France qui l’ héberge dans la ville d’Évian. Cordell Hull souligne qu’aucun des pays participant à la conférence ne sera dans l’obligation de recevoir les réfugiés. Partant de là, 33 pays seront invités. L’Italie de Benito Mussolini refuse de venir, quant à l’Afrique du Sud, elle n’enverra qu’un observateur. La conférence s’ouvre le 6 juillet. Pendant plusieurs jours, les différentes délégations feront de nombreux discours expliquant pourquoi leur pays ne peut changer leur législation pour recevoir les réfugiés juifs. Des organisations non gouvernementales, en majorité juives, assisteront aux séances publiques. Elles seront entendues lors d’une sous-commission pour expliquer leur point de vue. Au final, seule la création du Comité intergouvernemental pour les réfugiés (CIR), aussi appelé le Comité d’Évian, sera décidée. Aucune véritable solution ne sera trouvée concernant l’hébergement des réfugiés juifs.

* 83 Israël Shamir, «Voyons comment les sionistes ont « sauvé les Juifs » durant la seconde guerre mondiale»: http://www.israelshamir.net/french/zionists.shtml.

* 84 Ibid. Shamir rajoute également : «D’ailleurs, d’autres dirigeants du sionisme s’ ‘ intéressèrent ‘ à l’idée de sauver les Juifs (à la conférence de la toute-puissance Agence juive, tenue le 26 juin 1938) : Grinbaum évoqua l » horrible danger d’Evian ‘, et David Ben Gourion en personne déclara qu’en cas de succès, la conférence porterait un coup terrible au sionisme. La mission première des sionistes, ajouta-t-il, est de dénigrer la bonne image produite par la conférence et de s’efforcer de la saboter, de ne pas lui permettre d’adopter une résolution.»

* 85 En janvier 1933, l’Allemagne comptait quelque 523 000 Juifs, soit moins de un pour cent de la population totale du pays. La population juive était essentiellement urbaine et environ un tiers des Juifs allemands vivaient à Berlin. En septembre 1939, environ 282 000 Juifs avaient quitté l’Allemagne, et 117 000 l’Autriche annexée. Parmi eux : 95 000 avaient émigré aux Etats-Unis, 60 000 en Palestine, 40 000 en Grande-Bretagne, 30 000 en France, 75 000 en Amérique Centrale et en Amérique du Sud (essentiellement en Argentine, Brésil, Chili et Bolivie). Enfin, 18 000 trouvent refuge à Shanghai, en Chine, ville alors sous occupation japonaise.

* 86 Edwin Black, «The Transfer Agreement», p. 379.

* 87 Ibid p. 379, 373, 382.

* 88 Ibid p. 376, 378.

* 89 Ibid p. 376-377.

* 90 Le Monde, «Les Alliés Savaient-ils?», 18 juillet 2005.

* 91 Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988, chapitre 6 intitulé «Zionism and the Jews». Le livre est disponible à cette adresse: http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ack.htm

* 92 Cela est rapporté également par le Wall Street Journal du 2 décembre 1976 (tiré de «The Role of Zionism in the Holocaust» de Rabbi Gedalya Liebermann. Vous retrouverez ce texte dans de multiples sites de religieux antisionistes comme ici: http://www.jewsnotzionists.org/index.htm ). «Le 17 décembre 1942, les deux chambres du Parlement britannique déclarèrent leur volonté de trouver un refuge temporaire pour les personnes en danger. Le Parlement britannqiue proposa d’évacuer 500000 juifs d’Europe, de les implanter au sein des colonies, et de mener à bien ce projet en l’incluant dans les négociations diplomatiques avec l’Allemagne. Cette motion reçut la signature de 277 parlementaires et Lords en deux semaines. Le 27 janvier, quand l’étape suivante était poursuivie par plus de 100 membres du Parlement, un porte-parole des sionistes annonça que les juifs s’opposeraient à la motion parce que la Palestine était omise.»

* 93 Rabbi Solomon Schonfeld, chef des rabbins en Angleterre au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Fans Yahya, « Les relations sionistes avec l’Allemagne nazie » (Zionist Relations with Nazi Germany) (Beyrouth, Liban Palestine Research Center , janvier 1978) [tiré de Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988.]

* 94 Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988, chapitre 6 intitulé «Zionism and the Jews». Le livre est disponible à cette adresse: http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ack.htm

* 95 Yitzhak Gruenbaum était président du Comité de sauvetage de l’Agence juive.

* 96 Israël Shamir, «Voyons comment les sionistes ont « sauvé les Juifs » durant la seconde guerre mondiale»: http://www.israelshamir.net/french/zionists.shtml

* 97 Extrait d’un discours prononcé en 1943, tiré de Ralph Shoenman, «The Hidden History of Zionism», Veritas Press, Santa Barbara (Calif.) 1988, chapitre 6 intitulé «Zionism and the Jews». Le livre est disponible à cette adresse: http://www.marxists.de/middleast/schoenman/ack.htm

* 98 Cela est rapporté également par le Wall Street Journal du 2 décembre 1976 (tiré de «The Role of Zionism in the Holocaust» de Rabbi Gedalya Liebermann. Vous retrouverez ce texte dans de multiple site de religieux antisionistes comme ici: http://www.jewsnotzionists.org/index.htm )

* 99 Ibid

* 100 Ibid

* 101 A ce propos, Le Monde rapporte aussi que Roosevelt prononça, le 24 mars 1944, une déclaration dénonçant le meurtre systématique de civils par les nazis, mais qui reléguait «l’extermination systématique des juifs d’Europe» au 4e paragraphe.

* 102 Encyclopédie de la Shoah: http://memorial-wlc.recette.lbn.fr/wlc/article.php?lang=fr&ModuleId=235

* 103 Ce n’est pas une conclusion «révolutionnaire». Sabbataï Beit-Tsvi écrivait dans «La crise du sionisme post-ougandais aux jours de la catastrophe des années 1938-1945»: « L’organisation sioniste a réussi le tour de force de ‘ ne rien savoir ‘ de la catastrophe jusqu’à l’automne 1942 et si ce tour de force, elle l’a réalisé, c’est pour la simple raison qu’elle ne voulait rien savoir «. Beit-Tsvi accuse au final dans son livre l ‘indifférence des sionistes envers les victimes. Tiré de http://www.israelshamir.net/french/zionists.shtml. Yossi Schwartz, porte parole de Jews for a Just Peace (organisation juive canadienne très critique quant à la politique mise en place par les autorités israéliennes à l’égard des palestiniens, la jugeant trop dure) dit en 2003:« Le mouvement sioniste était un associé de ces crimes [d’abandonner les juifs européens lors de l’Holocauste]. leur politique était d’implanter des juifs en Palestine, et les juifs qu’ils ne pouvaient pas utilisé étaient comme morts.»

* 104 Denis Charbit, «Qu’est ce que le Sionisme?», Albin Michel, 2007, p. 255-256.

* 105 Douglas Reed exprime également ce point de vue dans «La Controverse de Sion». Ce livre n’est plus édité mais une version pdf en français existe à cette adresse: http://www.conspiration.cc/conspir/controverse_de_sion.pdf

* 106 Bernard Lazare «L’Antisémitisme, son histoire et ses causes», 1894. Vous trouverez une reproduction de cette oivrage à cette adresse: http://kropot.free.fr/Lazare-antisemcauses.htm

* 107 Bernard Lazare (15 juin 1865 à Nîmes, France – 1er septembre 1903) fut simultanément critique littéraire, journaliste politique (il couvre les évènements de la mine de Carmaux, il dénonce les crimes contre les Arméniens), anarchiste et polémiste.Il fut le premier des dreyfusards. Vous trouverez le reste de sa biographie en annexe 3.

* 108 Charles Zorgbibe, «Theodor Herzl l’aventurier de la terre promise», Tallandier, collection Figure de Proue, 9 juin 2004, p. 51.

* 109 L’intégralité de l’interview est disponible sur le site de http://fr.ambafrance-il.org/inner.asp?ArticleID=306

* 110 Denis Charbit, «Qu’est ce que le Sionisme?», Albin Michel, 2007, p. 256-257.

* 111 Il n’engage de ce fait pas la responsabilité de Mr Encel.

* 112 Ce résumé s’arrête à la partie intitulée « Eretz Israël et les partis politiques israéliens ».

* 113 Livre des Nombres , Chapitre 34, versets 2-12.

* 114 Exode, Chapitre 23, verset 31.

* 115 Deutéronome, chapitre 1, versets 7-8.

* 116 Genèse, Chapitre 15, verset 18.

* 117 Frédéric Encel, «La Géopolitique du Sionisme», Armand Colin, Paris, 2006, p. 265.

* 118 Exode, chapitre 6, versets 3-4.

* 119 Deutéronome, chapitre 34, versets 1-4.

* 120 L’ancien testament fait référence à Eretz Israël à quatre autres reprises.

-Exode, chapitre 23, versets 20-33: «Voici, J’envoie un ange devant toi, pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que J’ai préparé. Tiens-toi sur tes gardes en sa présence, et écoute sa voix; ne lui résiste point, parce qu’il ne pardonnera pas vos péchés, car Mon Nom est en lui. Mais si tu écoutes sa voix, et si tu fais tout ce que Je te dirai, Je serai l’ennemi de tes ennemis et l’adversaire de tes adversaires. Mon ange marchera devant toi, et te conduirai chez les Amoréens, les Héthéens, les Phérézéens, les Cananéens, les Hévéens et les Jébuséens, et je les exterminerai. Tu ne te prosterneras point devant leurs dieux, et tu ne les serviras point; tu n’imiteras point ces peuples dans leur conduite, mais tu les détruiras, et tu briseras leurs statues. Vous servirez l’Éternel, votre Dieu, et Il bénira votre pain et vos eaux, et J’éloignerai la maladie du milieu de toi. Il n’y aura dans ton pays ni femme qui avorte, ni femme stérile. Je remplirai le nombre de tes jours. J’enverrai Ma terreur devant toi, Je mettrai en déroute tous les peuples chez lesquels tu arriveras, et Je ferai tourner le dos devant toi à tous tes ennemis. J’enverrai les frelons devant toi, et ils chasseront loin de ta face les Hévéens, les Cananéens et les Héthéens. Je ne les chasserai pas en une seule année loin de ta face, de peur que le pays ne devienne un désert et que les bêtes des champs ne se multiplient contre toi. Je les chasserai peu à peu loin de ta face, jusqu’à ce que tu augmentes en nombre et que tu puisses prendre possession du pays. J’établirai tes limites depuis la mer Rouge jusqu’à la mer des Philistins, et depuis le désert jusqu’au fleuve; car Je livrerai entre vos mains les habitants du pays, et tu les chasseras devant toi. Tu ne feras point d’alliance avec eux, ni avec leurs dieux. Ils n’habiteront point dans ton pays, de peur qu’ils ne te fassent pécher contre Moi; car tu servirais leurs dieux, et ce serait un piège pour toi.»

-Deutéronome, Chapitre 11, verset 24: «Tout lieu que foulera la plante de votre pied sera à vous : votre limite sera depuis le désert et le Liban, depuis le fleuve, le fleuve Euphrate, jusqu’à la mer d’occident.»

-Livre de Josué, chapitre 1 verset 4: «Vous aurez pour territoire depuis le désert et le Liban jusqu’au grand fleuve, le fleuve de l’Euphrate, tout le pays des Héthiens, et jusqu’à la grande mer vers le soleil couchant.»

-Ezechiel, chapitre 47, versets 13-20: « Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel: Voici les limites du pays que vous distribuerez en héritage aux douze tribus d’Israël. Joseph aura deux parts. Vous en aurez la possession l’un comme l’autre; car j’ai juré, la main levée, de le donner à vos pères. Ce pays vous tombera donc en partage. Voici les limites du pays. Du côté septentrional, depuis la grande mer, le chemin de Hethlon jusqu’à Tsedad, Hamath, Bérotha, Sibraïm, entre la frontière de Damas et la frontière de Hamath, Hatzer-Hatthicon, vers la frontière de Havran; ainsi la limite sera, depuis la mer, Hatsar-Enon, la frontière de Damas, Tsaphon au nord, et la frontière de Hamath: ce sera le côté septentrional. Le côté oriental sera le Jourdain, entre Havran, Damas et Galaad, et le pays d’Israël; vous mesurerez depuis la limite septentrionale jusqu’à la mer orientale: ce sera le côté oriental. Le côté méridional, au midi, ira depuis Thamar jusqu’aux eaux de Meriba à Kadès, jusqu’au torrent vers la grande mer: ce sera le côté méridional. Le côté occidental sera la grande mer, depuis la limite jusque vis-à-vis de Hamath: ce sera le côté occidental. Vous partagerez ce pays entre vous, selon les tribus d’Israël. Vous le diviserez en héritage par le sort pour vous et pour les étrangers qui séjourneront au milieu de vous, qui engendreront des enfants au milieu de vous; vous les regarderez comme indigènes parmi les enfants d’Israël; ils partageront au sort l’héritage avec vous parmi les tribus d’Israël. Vous donnerez à l’étranger son héritage dans la tribu où il séjournera, dit le Seigneur, l’Eternel.»

* 121 Josué, chapitre 11, versets 16-21.

* 122 Frédéric Encel, «La Géopolitique du Sionisme», Armand Colin, Paris, 2006, p. 257.

* 123 «Ben Gurion and the Palestine Arabs», Oxford University Press, 1985.

* 124 Déclaration d’ Octobre 1936, David ben Gourion, «Mémoires» , volume trois, page 467

* 125 Déclaration de David Ben Gourion en 1938; rapport au Conseil mondial de Poalei Zion ( futur Parti Travailliste ) à Tel-Aviv

* 126 Tom Segev, «One Palestine, Complete: Jews and Arabs under the British Mandate» , Metropolitan Books, New York, 2000, p. 404-405. Sur l’histoire des idées sionistes à propos de l’expulsion, lire : Nur Masalha, «Expulsion of the Palestinians: The Concept of « Transfer » in Zionist Political Thought, 1882-1948» ,Washington: Institute of Palestine Studies, 1992. [tiré de Stephen J. Sniegoski, «La Guerre en Irak: Conçue en Israël?«, 2003. Disponible sur: http://www.currentconcerns.ch/archive/20030102.php ou http://www.thornwalker.com/ditch/snieg_conc1.htm.

Nous nous sommes servis de la traduction réalisé par Jean-François Goulon à cette adresse : http://questionscritiques.free.fr/sniegoski/GICI.htm]

* 127 tiré de Stephen J. Sniegoski, «La Guerre en Irak: Conçue en Israël?«, 2003. Disponible sur: http://www.currentconcerns.ch/archive/20030102.php ou http://www.thornwalker.com/ditch/snieg_conc1.htm.

Nous nous sommes servis de la traduction réalisé par Jean-François Goulon à cette adresse : http://questionscritiques.free.fr/sniegoski/GICI.htm

* 128 Haim Gouri est un poète, journaliste, traducteur et cinéaste juif israélien. Il s’engage, en 1941, dans le Palmach, bras armé de la Haganah, organisation clandestine juive qui luttait contre les Britanniques pour l’indépendance . En mai 1947, il est envoyé par le Palmach en Europe, afin de rapatrier les rescapés de la Shoah. Revenu en Israël, il participe à la Guerre israélo-arabe de 1948, puis à la prise de Jérusalem en 1967, comme capitaine de réserve. Il est proche d’Yitzhak Rabin avant son assassinat et cherche une issue du côté de la réconciliation avec les Palestiniens…

* 129 http://www.lexpress.fr/info/monde/dossier/israel50/dossier.asp?ida=437220&p=2

* 130 Tom Segev, «One Palestine, Complete: Jews and Arabs under the British Mandate» , Metropolitan Books, New York, 2000, p. 404-405. Sur l’histoire des idées sionistes à propos de l’expulsion, lire : Nur Masalha, «Expulsion of the Palestinians: The Concept of « Transfer » in Zionist Political Thought, 1882-1948» ,Washington: Institute of Palestine Studies, 1992. [tiré de Stephen J. Sniegoski, «La Guerre en Irak: Conçue en Israël?«, 2003. Disponible sur: http://www.currentconcerns.ch/archive/20030102.php ou http://www.thornwalker.com/ditch/snieg_conc1.htm.

Nous nous sommes servis de la traduction réalisé par Jean-François Goulon à cette adresse : http://questionscritiques.free.fr/sniegoski/GICI.htm]

* 131 Ancien résistant, ancien Président du Crif, avocat aux Barreaux de Paris et d’Israël, et auteur d’une série d’ouvrages consacrés au conflit israélo-palestinien, Théo Klein a de tout temps été un combattant pour la tolérance et le respect des libertés individuelles. Quelques jours avant Yom Kippour, Monsieur Klein accordait à Dor Shalom une longue interview téléphonique depuis son cabinet d’avocats sur les Champs-Elysées. Les deux grands thèmes sur lesquels il tranche – la crise actuelle d’Israël et celle de l’identité juive européenne -, n’ont pas été profondément altérés par la réélection de Bush ou par la mort d’Arafat.

* 132 Interview de Théo Klein receuilli par Dan Schreiber, «Israël patauge dans le non-dit», newsletter de Dorhashalom, Novembre/Décembre 2004: http://www.dorhashalom.org/newsletter/interviewklein.htm

* 133 La barrière de sécurité est une proposition travailliste

* 134 A ce propos, nous conseillons en français l’ouvrage de Marius Shattner, «Histoire de la Droite Israélienne, De Jabotinsky à Shamir», éditions complexe, 1991. Ce livre n’est plus édité.

* 135 Stephen J. Sniegoski a reçu un doctorat d’Histoire des Etats-Unis à l’Université du Maryland. Il publie des articles en rapport avec l’histoire, la politique étrangére et l’éducation.

* 136 Stephen J. Sniegoski, «La Guerre en Irak: Conçue en Israël?«, 2003. Disponible sur: http://www.currentconcerns.ch/archive/20030102.php ou http://www.thornwalker.com/ditch/snieg_conc1.htm.

Nous nous sommes servis de la traduction réalisé par Jean-François Goulon à cette adresse : http://questionscritiques.free.fr/sniegoski/GICI.htm

* 137 Gad Becker, «Yediot Aharanot», 13 Avril 1983 et New York Times, 14 Avril 1983.

* 138 Tiré du journal Israélien Hotam, 24 novembre 1989.

* 139 Yehoshafat Harkabi, «Israel’s Fateful Hour», Harpercollins, Novembre 1989.

* 140 Stephen J. Sniegoski, «La Guerre en Irak: Conçue en Israël?«, 2003. Disponible sur: http://www.currentconcerns.ch/archive/20030102.php ou http://www.thornwalker.com/ditch/snieg_conc1.htm.

Nous nous sommes servis de la traduction réalisé par Jean-François Goulon à cette adresse : http://questionscritiques.free.fr/sniegoski/GICI.htm

* 141 Akiva Eldar, «Meet the Green Line», Haartez, Mercredi 6 décembre 2006: http://www.haaretz.com/hasen/spages/796896.html

* 142 Ibid

* 143 L’intégralité de l’interview est disponible sur le site de http://fr.ambafrance-il.org/inner.asp?ArticleID=306

* 144 Stephen J. Sniegoski, «La Guerre en Irak: Conçue en Israël?«, 2003. Disponible sur http://www.currentconcerns.ch/archive/20030102.php ou http://www.thornwalker.com/ditch/snieg_conc1.htm. Nous nous sommes servis de la traduction réalisé par Jean-François Goulon à cette adresse : http://questionscritiques.free.fr/sniegoski/GICI.htm

* 145 Ibid

* 146 L’Atlas du Monde Diplomatique 2006, «Palestine, la Peau de Chagrin», p. 122.

* 147 Les Présidents de l’État d’Israël ont principalement une fonction protocolaire. Le Président a peu de pouvoir et est élu pour une durée de sept ans par un vote à la majorité simple de la Knesset.

* 148 Moshe Katsav est un homme politique israélien, huitième président de l’État d’Israël, du 1er août 2000 au 25 janvier 2007, date de sa suspension. Membre du gouvernement de Benyamin Netanyahou, il s’engage dans la course à la présidence de l’État d’Israël contre Shimon Peres, et est élu le 31 juillet 2000, par 63 voix contre 57 pour Peres. Il est le premier membre du Likoud à occuper ce poste, ainsi que le premier président de l’État d’Israël élu pour un mandat de sept années. Il est le premier président mizrahim de l’État d’Israël ainsi que le premier président né dans un État islamique. Il a prêté serment le 1er août, environ deux mois avant le déclenchement de la seconde Intifada […] En 2006, Moshe Katsav est accusé de viol sur une ancienne employée qui affirme avoir été forcée par le président à coucher avec lui, si elle ne voulait pas être licenciée. Il est également accusé d’avoir accordé des grâces privilégiées à certains condamnés liés à ses amis politiques. L’entourage de Moshe Katsav a rejeté ces accusations et certains députés Likoud ont émis l’hypothèse d’un complot « visant à dénigrer le Président.» Moshe Katsav a porté plainte pour chantage, contre son ancienne employée. Une enquête policière a été ouverte en juillet 2006…Le ministre de la Justice israélien Menachem Mazuz annonce son intention de poursuivre Katsav pour viol, obstruction à la justice et fraudes le 23 janvier et le lendemain, le premier ministre Ehoud Olmert demande à Katsav de démissionner. Katsav demande sa suspension temporaire du poste de président le 25 janvier 2007 et la suspension est acceptée par une commission spéciale du Parlement pour une période de trois mois. La présidente du Parlement Dalia Itzik devient présidente par intérim jusqu’à la prise de fonction de Shimon Peres (élu le 13 juin dernier), le 15 juillet 2007. Pendant sa suspension, Katsav garde son immunité pénale. Le 3 juillet 2007, il a reconnu publiquement être un délinquant sexuel: http://fr.wikipedia.org/wiki/Moshe_Katsav

* 149 J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p.30.

* 150 http://www.ujc.org/page.html?ArticleID=33650

* 151 http://www.geocities.com/mialy_tiana/diaspora_fr.htm?200712

* 152 Steven M. Cohen, «The 2004 National Survey of American Jews», soutenu par la Jewish Agency for Israel’s Department of Jewish Zionist Education, 24 février 2005. Deux ans plus tôt ce chiffre était de 28%. [tiré de «The Israel Lobby and the U.S. Foreign Policy», John Mearhmeier et Stephen Walt, publié dans London Review of Books Vol.  28, No. 6, 23 mars 2006]

* 153 Amiram Barkat, «Olmert at Jewish conference: Not all Jews want to make aliyah», Haaretz, dimanche 15 juillet 2007: http://www.haaretz.com/hasen/spages/880061.html

* 154 Ibid p.34.

* 155 Michel Gurfinkiel, «Les Paradoxes du vote Juif», 12 mars 2006:

http://michelgurfinkiel.com/articles/73-Etats-Unis-Les-paradoxes-du-vote-juif.html

* 156 Serge Halimi, «Aux Etats-Unis, M. Ariel Sharon n’a que des amis», Le Monde Diplomatique, Juillet 2003.

* 157 Sidney Blumenthal, «The Clinton Wars», Farrar Staruss and Giroux, New York, 2003, p.682.

* 158 J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p.5.

* 159 Définition provenant du site du Département d’Etat Américain: http://usinfo.state.gov

* 160 Paul Findley «They Dare to Speak Out, people and institutions confront Israel’s Lobby», Lawrence Hill Books, troisiéme édition , 2003, p. 46.

* 161 Le lecteur désireux d’obtenir des renseignements supplémentaires sur ces «comités 527» peut consulter le site www.opensecrets.org. Ce n’est toutefois pas le seul sur ce point digne d’intérêt.

* 162 Un PAC doit être enregistré à la FEC dans les dix jours après sa formation, en fournissant son nom, son adresse, ses trésorier et ses affiliations à d’autres organisations.

* 163 Paul Malamud, «La Surveillance des Contributions aux Campagnes Electorales», Revues électroniques de l’USIA, volume 1, numéro 13, septembre 1996: http://usinfo.state.gov/journals/itdhr/0996/ijdf/frhr0302.htm

* 164 Paul Findley «They Dare to Speak Out, people and institutions confront Israel’s Lobby», Lawrence Hill Books, troisiéme édition, 2003, p.28. Findley ne cite pas la source à sa demande.

* 165 Michael Massing, «Deal breakers», The American prospect, Volume 13, n°5, 11 mars 2002.

* 166 Ibid

* 167 Ibid

* 168 Consultez à ce propos l’ouvrage de Rabbi Yakov M. Rabkin, «Au Nom de la Torah, une Histoire de l’Opposition Juive au Sionisme», Les presses de l’Université de Laval, mars 2005.

* 169 Paul Findley dans «They Dare To Speak Out», estime que le nombre de militants activiste en faveur des organisations juives [environ 200] américaines ne doit pas excéder 250000. (p. 28)

* 170 Michael Massing, «Deal breakers», The American prospect, Volume 13, n°5, 11 mars 2002.

* 171 http://www.conferenceofpresidents.org/content.asp?id=55 ( 17 juillet 2007).

* 172 Né dans une famille juive orthodoxe, dîplomé de l’université de Pennsylvanie, l’homme a fait sa carrière à New-York à partir de 1971 pour le compte de la juiverie soviétique. En 1976, le Jewish Community Relations Council of New York lui offre sa direction. Ses qualités sont remarquées et les portes de la President Conférence lui sont ouvertes dix ans plus tard.

* 173 J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p. 218-219.

* 174 Michael Massing, «The Israel Lobby», The Nation, 10 juin 2002.

* 175 Michael Massing, «Deal breakers», The American prospect, Volume 13, n°5, 11 mars 2002.

* 176 L’expression «Etat Juif» dénote une certaine partialité. Tout les juifs ne s’accordent pas avec cette vision des choses.

* 177 Benyamin Netanyahou

* 178 Jim Cohen, «Le ‘Lobby Juif ‘aux Etats-Unis: contre les stéréotypes, la transparence», Mouvements n° 33/34, Mai-Juin-Juillet-Août 2004, p. 102.

* 179 Dans les années 90, il co-présidait un dîner annuel tenu à New York destiné à l’envoi de fonds pour Bet El, une colonie militante située près de Ramallah et qui travaillait activement à casser le processus de paix.

* 180 «Judée et Samarie» est une référence biblique qu’ utilisent les supporters du Grand Israël pour justifier la présence de juifs en Cisjordanie.

* 181 Michael Massing, «Deal breakers», The American prospect, Volume 13, n°5, 11 mars 2002.

* 182 Ibid

* 183 Michael Massing, «Deal breakers», The American prospect, Volume 13, n°5, 11 mars 2002.

* 184 Rebecca Spence, «Conference of President’s Pick Hailed By Groups Critical of Hoenlein’s Role», Forward, Vendredi 20 avril 2007.

* 185 La commission consultative comprend et a compris notamment: Warren Christopher, Lawrence S. Eagleburger, Alexander Haig, Max M. Kampelman, Jeane Kirkpatrick, Samuel W. Lewis, Edward Luttwak, Michael Mandelbaum, Robert McFarlane, Martin Peretz, Richard Perle, James Roche, George P. Shultz, Paul Wolfowitz, James Woolsey, and Mortimer Zuckerman. Wofowitz et Roche ont démissioné lors de leur entrée dans l’administration Bush en 2001. Pour connaître la liste des actuels et anciens membres dirigez-vous sur le site officiel du WINEP: http://www.washingtoninstitute.org/templateI01.php

* 186 L’article rajoute que The New Republic, dont le propriétaire est Martin Peretz reprendrait également systématiquement les point de vue du think tank.

* 187 Lauder, Zuckerman, Tisch, et Tanner ( nous ne savons pas pour Walker ) sont tous membres du CFR. Le conseil des relations étrangères (ou CFR, «Council on Foreign Relations») est un think tank américain, ayant pour but d’analyser la situation politique mondiale et de conseiller le gouvernement des États-Unis en matière de politique étrangère. Fondé en 1921, il est composé d’environ 4000 membres (4257 en 2004) issus du milieu des affaires, de l’économie et de la politique.[…] En fonction des analyses menées, le CFR publie le magazine Foreign Affairs et propose des résolutions (de type politique, militaire ou autre) au gouvernement américain. Il exerce une influence certaine sur le rôle que jouent les États-Unis sur la scène internationale. Il siège à New York, et possède des bureaux à Washington DC. Aussi, étant donné son influence, son opacité et sa discrétion dans les médias, et bien qu’il soit aujourd’hui quelque peu relayé par le think tank néoconservateur PNAC, certains voient en lui le véritable organe décisionnel de la politique étrangère des États-Unis, et de fait, au vu de la puissance américaine dans le monde, l’un des plus importants lobbies au monde. À noter que bon nombre de membres du CFR sont également des Bilderbergers, tandis que d’autres sont membres de la Commission Trilatérale, autant de groupes régissant l’économie et la géopolotique mondiales.[…] Jusqu’à présent, tous les directeurs de la CIA auraient été membres du CFR, de même que la plupart des présidents depuis Franklin Roosevelt. […] la plupart des grands journalistes américains en seraient membres. Cette définition est tirée de Wikipedia, mais elle est incomplète. Pour la lire dans son intégralité: http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_des_relations_%C3%A9trang%C3%A8res

* 188 http://www.zoa.org/2006/11/zuckerman_tisch.htm

* 189 Pour vous faire une idée, entre le 1 septembre 2001 et le 11 septembre 2002, Pipes est devenu l’un des principaux commentateur américain à propos du terrorisme et de l’Islam. Un décompte réalisé par The Nation en 2004 («Neocon Man», Eyal Press, The Nation, 10 mai 2004) montre que l’homme est apparu dans cette pèriode dans 110 émissions de télévision et 450 émissions radio. En 2003, il fut classé dans le classement Forward des 50 personnalités juives les plus influentes. Son nom est cité dans Who’s WHO in America et dans Who’s Who in the World.

* 190 Le président Ford, autorisa la constitution d’un comité indépendant d’évaluation de la menace soviétique, dont la responsabilité fut confiée à Richard Pipes. Ce dernier constitua un panel, connu sous le nom de «Team B», dans lequel siégèrent des partisans de la guerre froide, dont le général Lemnitzer et le jeune Paul Wolfowitz (néoconservateur). Le rapport Pipes, fut publié dans Commentary, la revue de l’American Jewish Committee fondée par Irving Kristol (un autre néoconservateur). Il contribua à la relance de la course aux armements par l’administration Ford.

* 191 M. Pipes est l’auteur de douze livres: quatre d’entre eux traitent de l’Islam: Militant Islam Reaches America (2002), The Rushdie Affair (1990), In the Path of God (1983), et Slave Soldiers and Islam (1981).Trois autres ont trait à la Syrie: Syria Beyond the Peace Process (1996), Damascus Courts the West (1991), et Greater Syria (1990). Quatre de ses ouvrages traitent d’autres thèmes relatifs au Moyen-Orient: The Hidden Hand (1996) analyse le regard que les Arabes et les Iraniens portent sur eux-mêmes et sur le monde extérieur, The Long Shadow (1989) et Miniatures (2003) rassemblent des séries d’essais sur différentes questions moyen-orientales et An Arabist’s Guide to Colloquial Egyptian (1983) systématise la grammaire de l’arabe parlé en Égypte.Conspiracy (1997) fait le point sur l’importance des théories de la conspiration dans les affaires politiques européennes et américaines modernes. M. Pipes a également édité deux collections d’essais, Sandstorm (1993) et Friendly Tyrants (1991). Il est en outre co-auteur de onze ouvrages. ( http://fr.danielpipes.org/bios/ )

* 192 Aujourd’hui, le FPRI est présidé par Harvey Sicherman, ancien assistant d’Alexander Haig Jr au département d’État. Il est abondamment financé par John Templeton Jr,le fils de Sir John Templeton, le mécène de l’Église presbytérienne des États-Unis anobli par la reine Elizabeth II d’Angleterre [tiré de«Daniel Pipes, expert de la haine», Réseau Voltaire: http://www.voltairenet.org/article13765.html]

* 193 «Daniel Pipes, expert de la haine», Réseau Voltaire: http://www.voltairenet.org/article13765.html

* 194 Daniel Pipes, «Mort à l’Amérique», New York Post, 8 septembre 2002.

* 195 Thierry Meyssan rapporte un fait troublant dans «L’Effroyable Imposture 2». Le 14 février 2005 à 12h55 le véhicule de Rafic Harriri est pulvérisé, l’homme n’y résiste pas. Je cite Meyssan: «C’est alors la nuit à Washington. Pourtant, dans les minutes qui suivent, L’US committee for Free Lebanon aurait réveillé les auteurs du Syria Accountability and Lebanese Sovereignty Restauration Act [une loi adopté par le Congrés le 15 octobre 2003, après qu’elle fut déposée par Eliot Engel représentant Démocrate du Bronx et membre de l’USCFL], réuni ses instances dirigeantes et rédigé un communiqué intitulé: ‘Mettons fin au régime ba’asiste syrien et mettons le président Emile Lahoud et les autres fantoches libanais à genoux’. En voici le texte: ‘Avec l’assassinat du Premier ministre Rafik Harriri au Liban, les Ba’asistes syriens sont hors de contrôle. Qui est le prochain? Les syriens tuent des américains, des irakiens, et des libanais et nous sommes toujours en train de discuter avec eux par la voie diplomatique. S’il vous plaît, rejoignez-nous et soyons entendus autant que nous le pouvons en écrivant et en intervenant dans chaque média possible pour faire avancer le calendrier du changement de régime en Syrie. C’est la seule manière de sauver les Etats-Unis des politiques extrémistes ba’asistes , de libérer le Liban, et de sauver les syriens des nazis ba’asistes. Bien sûr, avec le premier ministre Hariri rejoignent l’opposition et forment une équipe avec le leader druze Walid Joumblatt, cette coalition allait obtenir la majorité des sièges à Beyrouth et faire gagner le vote chrétien…c’était la seule manière pour les syriens d’arrêter ce processsus. Les jours de la Syrie au Liban sont comptés.’ Ce communiqué est diffusé instantanément par mail et fax à des centaines de journaux dans le monde avant même que les agences de presse internationales n’aient eu le temps de publier les dépêches sur les faits et leur contexte. C’est par lui que les journalistes apprennent la nouvelle et par conséquent, dans l’urgence, c’est sous son angle qu’ils la traiteront». Selon Meyssan, il n’est pas possible que le USFCL ait pu agir aussi vite. Cela suppose donc qu’il connaissait à l’avance la date de la mort de Rafic Hariri… Les assassins ne seraient ainsi pas à trouver en Syrie. Nous laissons au lecteur le soin d’approfondir la question. Nous rapportons seulement cette thèse que nous jugeons pour l’heure digne d’intérêt.

* 196 La liste des membres du MEF permettra au lecteur de vérifier par lui-même ces affirmations , à condition bien sûr de prendre le soin de s’intéresser à leur parcours. Experts ( http://www.meforum.org/experts.php ): Ziad Abdelnour, Mitchell G. Bard, Ilan Berman, Patrick , Khalid Durán, John Eibner, Joseph Farah, Gary Gambill, Martin Kramer, William Kristol, Habib Malik, Aaron Mannes, Laurent Murawiec, Daniel Pipes, Asaf Romirowsky, Michael Rubin, Robert Satloff, Jonathan Schanzer, Tashbih Sayyed, Meyrav Wurmser. Pour le reste dirigez-vous à cette adresse: http://www.meforum.org/about.php

* 197 http://www.campus-watch.org/

* 198 Tanya Schevitz, «Professors Want Own Names Put on Mideast Blacklist», San Francisco Chronicle, 28 septembre 2002.

* 199 Tanya Schevitz, «Dossiers’ Dropped from Web Blacklist», San Francisco Chronicle, 3 octobre 2002 et Hussam Ayloush, «Column a Slur on Muslim Community», Orange County Register, 1er décembre 2002.

* 200 http://www.islamistwatch.org

* 201 Daniel Pipes, «The Only ‘Solution’ (for Israel) is Military», New York Post, 25 février 2002.

* 202 Juillet 2001-Rapport de Washington sur les affaires du Moyen-Orient

* 203 National Review, 19 Novembre 1990

* 204 National Post. 18 Juillet 2001

* 205 «Daniel Pipes, expert de la haine», Réseau Voltaire: http://www.voltairenet.org/article13765.html

* 206 Ibid

* 207 Pour de plus amples informations consulter cet article de Nathaniel Popper; «Surprise Candidate Emerges at Leaders’ Group», Forward, vendredi 25 avril 2005.

* 208 Déclaration exacte: «Certainly, decisions made are arrived at by consensus and I would hope that the participation in that consensus building will be increased»

* 209 Rebecca Spence, «Conference of President’s Pick Hailed By Groups Critical of Hoenlein’s Role», Forward, Vendredi 20 avril 2007.

* 210 L’analyse de la direction s’appuie avant tout sur deux sources: Michael Massing, «Deal breakers», The American prospect, Volume 13, n°5, 11 mars 2002 et J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p. 220-222.

* 211 Jim Cohen, «Le ‘Lobby Juif ‘aux Etats-Unis: contre les stéréotypes, la transparence», Mouvements n° 33/34, Mai-Juin-Juillet-Août 2004, p. 103 et 104. Nous avons modifié très légèrement les propos de Jim Cohen pour rapporter quelques détails supplémentaires, sans en changer le sens. [tiré de J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p. 217.]

* 212 J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p. 217.

* 213 Jim Cohen, «Le ‘Lobby Juif ‘aux Etats-Unis: contre les stéréotypes, la transparence», Mouvements n° 33/34, Mai-Juin-Juillet-Août 2004, p. 103 et 104. Nous avons modifié très légèrement les propos de Jim Cohen pour rapporter quelques détails supplémentaires, sans en changer le sens. [tiré de J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p. 217.]

* 214 J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p. 225-226.

* 215 J.J. Goldberg, «Real Insiders, a Pro-Israel Lobby and an F.B.I. Sting», The New Yorker, 4 juillet 2005.

* 216 Michael Massing, «Deal breakers», The American prospect, Volume 13, n°5, 11 mars 2002.

* 217 Jim Cohen, «Le ‘Lobby Juif ‘aux Etats-Unis: contre les stéréotypes, la transparence», Mouvements n° 33/34, Mai-Juin-Juillet-Août 2004, p. 104.

* 218 Nous avons opéré quelques modifications dans la formulation des propos. [tiré de Michael Massing, «Deal breakers», The American prospect, Volume 13, n°5, 11 mars 2002.]

* 219 Ibid

* 220 Michael Massing, «Deal breakers», The American prospect, Volume 13, n°5, 11 mars 2002.

* 221 Jim Cohen, «Le ‘Lobby Juif ‘aux Etats-Unis: contre les stéréotypes, la transparence», Mouvements n° 33/34, Mai-Juin-Juillet-Août 2004, p. 105.

* 222 Ibid p. 102.

* 223 Ibid.

* 224 Ibid p.103.

* 225 J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p. 216.

* 226 Ibid p.213.

* 227 Edward Tivnan, « The Lobby: Jewish Political Power and American Foreign Policy », Touchstone Books, octobre 1988.

* 228 J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p. 200.

* 229 Nous expliquerons cela dans le chapitre 5.

* 230 Grace Halsell, «Prophecy and Politics, the Secret Alliance Between Israel and the U.S. Christian Right», Lawrence Hill Books, 1986, p. 40-50.

* 231 J.J. Goldberg, «Jewish Power, Inside the American Jewish Establishment», Basic Books, 1996, p. 200-201.

* 232 Paul Findley, «They Dare to Speak Out», Lawrence Hill Books, troisième édition, 2003, p. 35.

* 233 Robert Asher, l’un des membres du «gang des quatre», ne l’a jamais caché.

* 234 White House Press Release, 12 mars 2007 : http://www.whitehouse.gov/news/releases/2007/03/20070312.html

* 235 Transcription d’une émission de radio en date du 6 janvier 2005. Jeffrey Blankfort est interviewé par Dennis Bernstein: http://student.cs.ucc.ie/cs1064/jabowen/IPSC/articles/article0012776.html

* 236 Les professionnels du lobby devraient en effet s’enregistrer en tant qu’agents étrangers (Foreign Agent Registration Act)

* 237 Paul Findley, «They Dare to Speak Out», Lawrence Hill Books, troisième edition, 2003, p. 39-40.

* 238 Ibid

* 239 Ibid p. 37.

* 240 Ibid p 39.

* 241 J.J. Goldberg, «Real Insiders, a pro-Israel lobby and en F.B.I. Sting», The New Yorker, 4 juillet 2005.

* 242 Stephen Zunes, «More ‘right’ on Israel than Bush», AlterNet, 22 décembre 2003.

* 243 Discours de Campagne du 3 septembre 2003 [tiré de Jim Cohen, «Le ‘Lobby Juif ‘aux Etats-Unis: contre les stéréotypes, la transparence», Mouvements n° 33/34, Mai-Juin-Juillet-Août 2004, p. 106]

* 244 Jim Cohen, «Le ‘Lobby Juif ‘aux Etats-Unis: contre les stéréotypes, la transparence», Mouvements n° 33/34, Mai-Juin-Juillet-Août 2004, p. 106.

* 245 Fabrice Guichard, «Le lobby des Chrétiens sionistes», l’Humanité, 4 juillet 2002.

* 246 Julian Borger, «The spies who pushed for war», The Guardian, 17 juillet 2003: http://www.guardian.co.uk/Iraq/Story/0,2763,999737,00.html

* 247 Zogby International, 25 septembre 2004 [tiré de James Petras, «The Power of Israel in the United States», Clarity Press/Fenwood Books, 2006, p. 78]

* 248 http://en.wikipedia.org/wiki/AIPAC_espionage_scandal

* 249 Déclaration de l’AIPAC, 1er Décembre 2004 [tiré de James Petras, «The Power of Israel in the United States», Clarity Press/Fenwood Books, 2006, p. 78]

* 250 James Petras, «The Power of Israel in the United States», Clarity Press/Fenwood Books, 2006, p. 79

* 251 Jerry Markon, «Defense Analyst Guilty in Israeli Espionage Case», Washington Post, Jeudi 6 octobre 2005 http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2005/10/05/AR2005100501608_pf.html

* 252 Jerry Markon, «Guilty Plea Planned in Secrets Case», Washington Post, vendredi 30 septembre 2005 http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2005/09/29/AR2005092901267.html

* 253 James Petras, «The Power of Israel in the United States», Clarity Press/Fenwood Books, 2006, p. 80.

* 254 Ibid

* 255 Justin Raimondo est auteur et le directeur éditorial du site internet Antiwar.com.

* 256 Justin Raimondo, «The lobby argues that good Americans spy for Israel», 7 mai 2007: http://www.amconmag.com/2007/2007_05_07/article.html. Nous nous sommes appuyé sur la traduction de Petrus Lombard pour Alter Info en corrigeant deux ou trois erreurs de traduction http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2005/10/05/AR2005100501608_pf.html

* 257 Pas d’équivalent en français: Il s’agit d’une tactique de défense parfois utilisée dans des procès par des accusés, qui demandent l’accès à du matériel classifié pour faire du chantage au gouvernement afin qu’il abandonne les poursuites.

* 258 Ibid

* 259 Le Comité du Renseignement de la Chambre des Représentants est chargé de superviser les services de renseignement américain.

* 260 Timothy J. Burger, «Feds Probe a Top Democrat’s Relationship with AIPAC», Times, vendredi 20 octobre 2006 [l’article de Justin Raimondo pour The American Conservative y fait référence]: http://www.time.com/time/nation/article/0,8599,1549069,00.html

* 261 Nathan Guttman, «FBI In Expanded Aipac Probe», Forward, vendredi 27 octobre 2006[l’article de Justin Raimondo pour The American Conservative y fait référence]: http://www.forward.com/articles/report-fbi-in-expanded-aipac-probe/

* 262 Harold Meyerson, «Harman’s Two-Front War», LA Weekly, Mercredi 24 mai 2006, [l’article de Justin Raimondo pour The American Conservative y fait référence]: http://www.laweekly.com/news/powerlines/harmans-two-front-war/13604/

* 263 Timothy J. Burger, «Feds Probe a Top Democrat’s Relationship with AIPAC», Times, vendredi 20 octobre [l’article de Justin Raimondo pour The American Conservative y fait référence]: http://www.time.com/time/nation/article/0,8599,1549069,00.html

* 264 Sylvestre Reyes fait partie du Comité sur le renseignement de la Chambre des représentants depuis longtemps déjà. Il a été critiqué à de nombreuses reprises pour ses manques de connaissance factuels concernant la guerre au terrorisme. Voici un exemple qui a fait du bruit aux Etats-Unis et qui est bien décrit sur le Blog de libération consacré aux Etats-Unis http://usa.blogs.liberation.fr/. «Jeff Stein est le spécialiste des questions de sécurité nationale au Congressional Quarterly, un éditeur de publications politiques auxquelles sont abonnés, entre autres, 95% des parlementaires américains. Il est en train de se rendre célèbre pour une activité qui peut sembler anecdotique, mais qui en dit peut-être long sur la politique américaine: terminer ses interviews avec des hommes politiques ou des responsables du FBI en leur demandant quelle est la différence entre les Sunnites et les Shiites ou ce qu’est le Hezbollah. Le dernier à se faire piéger est Silvestre Reyes, le futur président du Comité sur le renseignement de la Chambre des représentants. Al Qaeda est sunnite ou chiite? lui demande Jeff Stein. ‘Les deux’, répond le membre du Congrés. Avant de préciser: ‘Surtout, probablement, chiite’ Pas de chance, ‘il ne pouvait se tromper davantage’, commente le journaliste. Une question plus facile alors: qu’est-ce que le Hezbollah? Réponse ‘Uh, Hezbollah… Pourquoi me posez-vous de telles questions à 17 heures? Puis-je répondre en espagnol?’ En octobre, dans le New York Times, Jeff Stein racontait une autre entrevue avec Willie Hulon, le responsable du FBI chargé du contre-espionnage. L’Iran et le Hezbollah, sunnites ou chiites? Sa réponse: sunnite (faux). Et Al Qaeda? Sunnite (exact).Jeff Stein rappelle les interrogations de Trent Lott, sénateur républicain du Mississippi, en septembre, après avoir rencontré Bush: ‘Pourquoi les Sunnites tuent les Chiites? Comment font-ils la différence? Pour moi, ils se ressemblent tous.’ Le journaliste soulève plusieurs questions de bon sens. ‘Comment le Comité sur le renseignement peut-il superviser efficacement les agences de renseignement des Etats-Unis si ses leaders ne connaissent pas les bases (…)?’ Il conclut que le désintérêt du pouvoir politique pour le monde arabe influe nécessairement sur la pertinence des décisions.» Cet épisode est rapporté sur de nombreux sites notamment sur celui de Foxnews http://www.foxnews.com/story/0,2933,236199,00.html

* 265 Nous nous sommes inspirés des informations présentes sur ce site, dédié aux parcours de nombreuses personnalités:

http://www.nndb.com/ Ces «curriculum vitae», ne sont pas exhaustifs.

* 266 Barry Leonardini, «Evangelicals, Zionists and Secular Neocons, Superpower Lobbies that are Tied Together», Fresh Clean Day Publishing, 2005,p.63.

* 267 Bob Woodward, «Plan d’Attaque», Denoël, collection Impacts, 26 juin 2004, p. 281.

* 268 Déclaration faite au Pentagone le lundi 8 août 2005: http://www.defenselink.mil/speeches/speech.aspx?speechid=219

* 269 Jeffrey Goldberg, «A Little Learning: What Douglas Feith knew, and when he knew it.», The New Yorker, 9 mai 2005: http://www.newyorker.com/fact/content/articles/050509fa_fact

* 270 http://www.nndb.com/people/634/000023565/

* 271 Ibid

* 272 Ibid. A ce propos, Georges W. Bush a déclaré le 28 janvier 2003 «Nos fonctionnaires du renseignement estiment que Saddam Hussein dispose du materiel pour produire 500 tonnes de gaz sarins, de gaz moutarde et de VX.»

* 273 http://www.defenselink.mil/transcripts/transcript.aspx?transcriptid=2185

* 274 http://www.defenselink.mil/transcripts/transcript.aspx?transcriptid=2569

* 275 Retenez ce nom parce que nous le citerons plus loin. Jason Vest est un correspondant reconnu, ayant écrit entre autre pour the American Prospect, the Washington Post, U.S. News & World Report, Village Voice ou encore pour Mother Jones.

* 276 Jason Vest, «The Men From JINSA and CSP», The Nation, 15 août 2002: http://www.thenation.com/doc/20020902/vest [nous nous sommes appuyés sur la traduction: http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=194]

* 277 Barry Leonardini, « Evangelicals, Zionists and Secular Neocons, Superpower Lobbies that are Tied Together», Fresh Clean Day Publishing, 2005, p. 65.

* 278 Ibid et Jason Vest et Robert Dreyfuss, «The Lie Factory», Mother jones, 26 janvier 2004. Vous le trouverez à cette adresse: http://www.motherjones.com/news/feature/2004/01/12_405.html

* 279 Barry Leonardini, « Evangelicals, Zionists and Secular Neocons, Superpower Lobbies that are Tied Together», Fresh Clean Day Publishing, 2005, p. 69-70.

* 280 Ibid: Partenaire avec David Wurmser au département à la Défense, «Maloof, un ancien assistant de Richard Perle au Pentagone dans les années 80, a été deux fois destitué de son accréditation de sécurité de haut niveau- une fois à la fin de l’année 2001 et encore l’été dernier, pour diverses infractions. Maloof a aussi été paraît-il impliqué dans un plan bizarre pour assurer des contacts entre des fonctionnaires irakiens et le Pentagone, passant à travers Perle, qu’un rapport a désigné comme une ‘opération dissidente’ hors des canaux officiels de la CIA et du Pentagone.

* 281 Barry Leonardini, « Evangelicals, Zionists and Secular Neocons, Superpower Lobbies that are Tied Together», Fresh Clean Day Publishing, 2005, p. 122.

* 282 Déclaration tiré d’un entretien donné à Alain Franchon et Daniel Vernet, et repris dans leur ouvrage «L’Amérique Messianique, les guerres des néo-conservateurs», Editions du Seuil, septembre 2004, p. 172. Nous vous livrons la réponse de Muravchik dans son intégralité, car nous avons coupé son intervention. Le lecteur pourra vérifier que nous n’avons pas trafiqué sa pensée: «Je suis assez typique de la sensibilité néo-conservatrice sur cette question en affirmant que l’essence du conflit vient toujours du ‘refus’ arabe. Je crois que les arabes dans leur ensemble n’acceptent toujours pas Israël et ne font de concessions que dans le but de détruire un jour cet Etat. Ils veulent toujours qu’Israël disparaisse; ils croient qu’il disparaîtra un jour.» […] «La vraie source du problème n’est pas l’extension des colonies, des implantations, c’est l’espoir qu’entretiennent toujours Arafat, les palestiniens, et les Arabes de défaire Israël. Il n’y aura pas de paix tant que cet espoir survivra.»

* 283 Ibid p.173.

* 284 La proche suite est inspirée de l’article de Jeffrey Steinberg trouvé sur le site solidarité et progrés: http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_accueil.php3. L’article se trouve à cette adresse: http://solidariteetprogres.online.fr/Dossiers/Histoire/Strauss.html. «Solidarité et progrés» est un site proche des idées développées par le démocrate américain Lyndon Larouche.

* 285 Les membres du conseil des directeurs sont: Paul Eidelberg (président et co-fondateur), Dr Mark I. Rozen, co-fondateur, Alan Siverstein, Eleonora Shifrin, directeur exécutif (Israël), Professeur Edward Alexander (USA), Professeur Suzanne Daniel (Israël), Helen Freedman (USA), Carol Fread-Perry (USA), David Heimowitz conseiller juridique (Israël). Liste trouvée sur le site officiel La Fondation pour une Démocratie Constitutionnelle: http://foundation1.org/wp-en/about-fcd

* 286 http://acpr.org.il/ENGLISH-NATIV/authors/eidelberg-p.htm

* 287 http://www.iasps.org/strat1.htm. Le contenu complet du document est connu par les compte rendus que le Guardian en fit à l’époque.

* 288 L’ Institute for Research Middle Eastern Policy, est un think tank américain crée en 2002 à Washington. C’est une organisation exempté de taxe (depuis 2003). Elle se donne pour principale mission de travailler «pour définir, communiquer et promouvoir les réels intérêts américains au Moyen-orient». Pour plus d’information rendez vous sur le site officiel de l’organisation http://www.irmep.org/Defaults.asp ou sur Wikipedia http://en.wikipedia.org/wiki/Institute_for_Research:_Middle_Eastern_Policy

* 289 Voir l’étude compléte à cette adresse: http://www.irmep.org/Policy_Briefs/3_27_2003_Clean_Break_or_Dirty_War.html

Nous la reproduirons en fin d ‘annexe.

* 290 Jeffrey Steinberg, «Les Instigateurs de la Guerre Permanente : Histoire et Architectes de la Nouvelle Doctrine Américaine de Guerre Préemptive», 30 janvier 2005: http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_article.php3?id_article=510

* 291 Ces deux extraits ainsi qu’ une partie des paragraphes suivants sont tirés et inspirés de l’article de Thierry Meyssan, «La Doctrine Stratégique des Bush», 9 juillet 2004: http://www.voltairenet.org/article14489.html

* 292 Il a été administrateur du CFR de 77 à 79, et laissa sa place pour mener la bataille des primaires du Parti républicain face à Reagan.

* 293 Ibid

* 294 Ibid

* 295 Ibid

* 296 Dans ce numéro de Stratégic Alert on trouvait notamment ce commentaire: «La doctrine Wolfowitz est la composante militaro-stratégique d’une trilogie politique comprenant la doctrine Thornburgh dans le domaine du droit international, et la doctrine Webster pour ce qui concerne les opérations de renseignement. La première affirme que la loi américaine se situe au-dessus du droit international quand les intérêts vitaux, ou prétendus tels, des Etats-Unis sont en jeu, alors que la deuxième considère les alliés politiques et militaires des Etats-Unis comme des  ‘concurrents économiques’, et autorise des opérations de renseignement-espionnage contre le Japon, l’Allemagne, la France et d’autres pays industriels.» http://solidariteetprogres.online.fr/News/Etats-Unis/breve_258.html

* 297 Jeffrey Steinberg, «Les Instigateurs de la Guerre Permanente : Histoire et Architectes de la Nouvelle Doctrine Américaine de Guerre Préemptive», 30 janvier 2005: http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_article.php3?id_article=510

* 298 Alain Franchon et Daniel Vernet, «L’Amérique Messianique, les guerres des néo-conservateurs», Editions du Seuil, septembre 2004, p. 174.

* 299 Francis Fukuyama, «D’où viennent les néo-conservateurs?», Grasset, 2006, p.11. L’édition originale de ce texte a été publiée par Yale University Press, à Yale, en 2006, dans un volume intitulé: «America at the Crossroads, Democracy, Power and the Neoconservative Legacy».

* 300 Nous nous sommes inspirés ici de l’ouvrage d’Evelyne Joslain, «L’Amérique des think tanks, un siécle d’expertise privée au service d’une nation», L’Harmattan, 2006, p. 215-238.

* 301 Jason Vest, «The Men From JINSA and CSP», 15 août 2002: http://www.thenation.com/doc/20020902/vest [nous nous sommes appuyés sur cette traduction: http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=194]

* 302 http://en.wikipedia.org/wiki/Washington_Institute_for_Near_East_Policy

* 303 Paul Findley, «They Dare to Speak Out, People and Institutions Confront Israel’s Lobby», Lawrence Hill Books, troisiéme édition, 2003, p.149-150.

* 304 http://en.wikipedia.org/wiki/Jewish_Institute_for_National_Security_Affairs

* 305 Jason Vest, «The Men From JINSA and CSP», 15 août 2002: http://www.thenation.com/doc/20020902/vest [nous nous sommes appuyés sur cette traduction: http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=194]

* 306 Ibid. Les noms des gradés donnés par Vest font encore partis du comité consultatifs en août 2007, nous avons vérifié sur le site officiel: http://www.motherjones.com/news/feature/2004/01/12_405.html

* 307 Ibid

* 308 http://en.wikipedia.org/wiki/Jewish_Institute_for_National_Security_Affairs

* 309 Jason Vest, «The Men From JINSA and CSP», 15 août 2002: http://www.thenation.com/doc/20020902/vest [nous nous sommes appuyés sur cette traduction: http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=194]

* 310 Ils furent notamment tous deux assistants du sénateur Henry «Scoop» Jackson . Gaffney a également rejoint Perle dans les années 80 au Pentagone

* 311 Bob Woodward, «Plan d’Attaque», Denoël, collection Impacts, 26 juin 2004.

* 312 Woodward s’appuie sur le témoignage de certains de ses collégues qui ont voulu rester anonymes.

* 313 Robert Dreyfuss est un journaliste d’investigation dont les travaux sont apparus dans the Nation, Rolling Stone, Mother Jones, The American Prospect, ainsi que dans plusieurs autres publications. Ses travaux sont souvent visible en ligne sur le site TomPaine.com.

* 314 Jason Vest et Robert Dreyfuss, «The Lie Factory», Mother jones, 26 janvier 2004: http://www.motherjones.com/news/feature/2004/01/12_405.html

* 315 Jason Vest et Robert Dreyfuss, «The Lie Factory», Mother jones, 26 janvier 2004: http://www.motherjones.com/news/feature/2004/01/12_405.html

* 316 Barry Leonardini, « Evangelicals, Zionists and Secular Neocons, Superpower Lobbies that are Tied Together», Fresh Clean Day Publishing, 2005, p. 69-70.

* 317 Ibid: Partenaire avec David Wurmser au département à la Défense, «Maloof, un ancien assistant de Richard Perle au Pentagone dans les années 80, a été deux fois destitué de son accréditation de sécurité de haut niveau- une fois à la fin de l’année 2001 et encore l’été dernier, pour diverses infractions. Maloof a aussi été paraît-il impliqué dans un plan bizarre pour assurer des contacts entre des fonctionnaires irakiens et le Pentagone, passant à travers Perle, qu’un rapport a désigné comme une ‘opération dissidente’ hors des canaux officiels de la CIA et du Pentagone.

* 318 Jason Vest et Robert Dreyfuss, «The Lie Factory», Mother jones, 26 janvier 2004: http://www.motherjones.com/news/feature/2004/01/12_405.html

* 319 Ibid

* 320 Ibid

* 321 Ibid

* 322 Ibid

* 323 Seymour M. Hersh, «How conflicts between the Bush Administration and the intelligence community marred the reporting on Iraq’s weapons», The New York Times, 23 octobre 2003. [tiré de Jason Vest et Robert Dreyfuss, «The Lie Factory», Mother jones, 26 janvier 2004: http://www.motherjones.com/news/feature/2004/01/12_405.html]

* 324 http://en.wikipedia.org/wiki/Office_of_Special_Plans

* 325 Neil Mackay, «Revealed: the Secret Cabal Which Spun for Blair», Sunday Herald Glasgow, 8 juin 2003.

* 326 Wahington Post, 7 mai 2005

* 327 Cela a été filmé: http://thinkprogress.org/2006/05/18/hayden-i-wasnt-comfortable-with-administrations-approach-to-iraq-intelligence/

* 328 Vous trouverez l’interview intégrale à cette adresse: http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/darkside/interviews/delong.html

* 329 http://en.wikipedia.org/wiki/Office_of_Special_Plans

* 330 Ibid

* 331 Ibid

* 332 http://www.voltairenet.org/article12397.html

* 333 La Jewish Genealogy Society of Greater Washington tente de reconstituer les familles des victimes juives du nazisme.

* 334 Office of Net Assessment.

* 335 L’American Entrerprise Institute a été créé en 1943, mais il a été récupéré par les réseaux stay-behind à la fin des années 70. Il emploie aujourd’hui madame Cheney.

* 336 Larisa Alexandranova, «Secretive military unit sought to solve political WMD concerns prior to securing Iraq, intelligence sources say», The Raw Story, 5 janvier 2006: http://rawstory.com/news/2005/Secretive_military_unit_sought_to_solve_0105.html

[tiré de http://en.wikipedia.org/wiki/Office_of_Special_Plans]

* 337 Julian Borger, «The spies who pushed for war», The Guardian, 17 juillet 2003: http://www.guardian.co.uk/Iraq/Story/0,2763,999737,00.html

* 338 Texte original: «The OSP was an open and largely unfiltered conduit to the White House not only for the Iraqi opposition. It also forged close ties to a parallel, ad hoc intelligence operation inside Ariel Sharon’s office in Israel specifically to bypass Mossad and provide the Bush administration with more alarmist reports on Saddam’s Iraq than Mossad was prepared to authorise.’None of the Israelis who came were cleared into the Pentagon through normal channels,’ said one source familiar with the visits. Instead, they were waved in on Mr Feith’s authority without having to fill in the usual forms.The exchange of information continued a long-standing relationship Mr Feith and other Washington neo-conservatives had with Israel’s Likud party.»

* 339 Robert Dreyfuss, «Vice Squad», 17 avril 2006, the American Prospect: http://www.prospect.org/cs/articles?articleId=11423

* 340 http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Plame-Wilson

* 341 «Pour Time, le respect de la justice coule de sources», Libération: http://www.liberation.fr/page.php?Article=308098

* 342 «Judith Miller en prison»: http://www.ledevoir.com/2005/07/07/85636.html

* 343 «USA: Une journaliste qui avait refusé de dévoiler sa source libérée après avoir accepté de témoigner»: http://www.matin.qc.ca/monde.php?article=20050929204639

* 344 Cain Külbel, «Jürgen : Power-Point-Inszenierung», Junge Welt, 27 juillet 2006.

* 345 Matthew Kalman, «Israel set war plan more than a year ago», San Francisco Chronicle, 21 juillet 2006.

* 346 Executive Intelligence Review, «Dick Cheney lance une nouvelle guerre au Proche-Orient», 18 juillet 2006, La traduction de l’article est disponible à cette adresse: http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_article.php3?id_article=2306&var_recherche=liban+cheney

* 347 Executive Intelligence Review, «Cheney et Netanyahou préparent-ils une nouvelle guerre au Moyen-Orient ?» , 27 juin 2006. La traduction de l’article est disponible à cette adresse: http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_article.php3?id_article=2284&var_recherche=liban+cheney+netanyahou

* 348 Stephen J. Sniegoski, «La Guerre en Irak: Conçue en Israël?«, 2003. Disponible sur: http://www.currentconcerns.ch/archive/20030102.php ou http://www.thornwalker.com/ditch/snieg_conc1.htm.

Nous nous sommes servis de la traduction réalisé par Jean-François Goulon à cette adresse : http://questionscritiques.free.fr/sniegoski/GICI.htm

* 349 «Falwell in Gorenberg», 2002, p.10 [cité dans «La droite Chrétienne Américaine, les Evangéliques à la Maison-Blanche?», Mokhtar Ben Barka, Editions Privat, 2006, p. 177.]

* 350 Robert S. Michaelsen et Wade Clark Roof, « Liberal Protestantism: Realities and Possibilities», New York, The Pilgrim Press. [cité dans «La droite Chrétienne Américaine, les Evangéliques à la Maison-Blanche?», Mokhtar Ben Barka, Editions Privat, 2006, p. 77.]

* 351 Tiré de «Les protestants evangéliques aux états-unis et la politique étrangère americaine», Annuaire francais de relations internationales, volume 7, 2006: http://www.cfr.org/publication/11450/les_protestants_evangliques_aux_tatsunis_et_la_politique_trangre_americaine.html

* 352 Nous nous sommes ici largement inspirés de l’ouvrage de Mokhtar Ben Barka «La droite Chrétienne Américaine, les Evangéliques à la Maison-Blanche?», Mokhtar Ben Barka, Editions Privat, 2006, p. 80-82.

* 353 «Spinning Dispensationalism In-Depth», The Dubya Report April 8, 2002.

* 354 Inspiré par l’article disponible sur Wikipedia concernant le dominionisme:

http://en.wikipedia.org/wiki/Dominionism

* 355 Mark A. Shibley, «Resurgent Evangelicalism in the United States. Mapping Cultural Change since 1970», University of South Carolina Press, 1996, p. 26-34. Cité dans «La droite Chrétienne Américaine, les Evangéliques à la Maison-Blanche?», Mokhtar Ben Barka, Editions Privat, 2006, p. 83.

* 356 Mark A. Kellner, «God on the internet», Foster City, California, IDC Books, 1996. Cité dans «La droite Chrétienne Américaine, les Evangéliques à la Maison-Blanche?», Mokhtar Ben Barka, Editions Privat, 2006, p. 86.

* 357 « The American Religious Landscape and the 2004 Presidential Vote: Increased Polarization », 2005. Cité dans «Les protestants evangéliques aux états-unis et la politique étrangère americaine», Annuaire francais de relations internationales, volume 7, 2006: http://www.cfr.org/publication/11450/les_protestants_evangliques_aux_tatsunis_et_la_politique_trangre_americaine.html

* 358 « U.S. Evangelicals: How Many Walk the Walk? » Gallup Poll, 18-21 avril 2005, publié le 31 mai 2005, http://poll.gallup.com/ . Cité dans «Les protestants evangéliques aux états-unis et la politique étrangère americaine», Annuaire francais de relations internationales, volume 7, 2006: http://www.cfr.org/publication/11450/les_protestants_evangliques_aux_tatsunis_et_la_politique_trangre_americaine.html

* 359 Il y a des évangéliques de gauche; environ un tiers (Progressive Evangelicals). Le plus connu fut le pasteur baptiste Martin Luther King (1929-1968)

* 360 Mark Beliles et Stephen McDowell, « America’s Providential History », Providence Foundation, 1er Décembre 1989.

* 361 http://www.pbs.org/wnet/religionandethics/week733/release.html [cité dans «La droite Chrétienne Américaine, les Evangéliques à la Maison-Blanche?», Mokhtar Ben Barka, Editions Privat, 2006, p. 110.]

* 362 Mokhtar Ben Barka,«La droite Chrétienne Américaine, les Evangéliques à la Maison-Blanche?», Editions Privat, 2006, p 122 à 184.

* 363 « The American Religious Landscape and the 2004 Presidential Vote: Increased Polarization »,2005. Cité dans «Les protestants evangéliques aux états-unis et la politique étrangère americaine», Annuaire francais de relations internationales, volume 7, 2006: http://www.cfr.org/publication/11450/les_protestants_evangliques_aux_tatsunis_et_la_politique_trangre_americaine.html

* 364 Ibrahim Warde, «Il ne peut y avoir de paix avant l’avénement du Messie», Le Monde Diplomatique, Septembre 2002. http://www.monde-diplomatique.fr/2002/09/WARDE/16841

* 365 Howard Fineman, «Bush and God», Newsweek, 10 mars 2003, p.20 [cité dans «La droite Chrétienne Américaine, les Evangéliques à la Maison-Blanche?», Mokhtar Ben Barka, Editions Privat, 2006, p. 229.]

* 366 Ibid

* 367 Cité dans «La droite Chrétienne Américaine, les Evangéliques à la Maison-Blanche?», Mokhtar Ben Barka, Editions Privat, 2006, p. 229

* 368 Tiré de l’article de Wikipedia sur le dominionisme: http://en.wikipedia.org/wiki/Dominionism

* 369 TheocracyWatch, « Dominionist Influence in The U.S. Congress »: http://www.theocracywatch.org/#Dominionist

* 370 «Funding the Culture Wars: Philanthropy, Church and State par John Russell», janvier 2005: http://www.thegathering.com/_pdf/Culture%20Wars.pdf

* 371 http://www.ncrp.org/index.asp

* 372 « The Rise of the Religious Right in the Republican Party » : http://www.theocracywatch.org/introduction2.htm et « Taking Over the Republican Party »: http://www.theocracywatch.org/taking_over.htm

* 373 Ibrahim Warde, «Il ne peut y avoir de paix avant l’avénement du Messie», Le Monde Diplomatique, Septembre 2002. http://www.monde-diplomatique.fr/2002/09/WARDE/16841

* 374 Source: Associated Press. http://www.news.cornell.edu/releases/Dec04/Muslim.Poll.bpf.html

* 375 « Views of Muslim-Americans Holds Steady after London Bombings », 7-17 juillet 2005 sur Pew Forum on Religion and Public Life et Center for the People and the Press, publié le 26 juillet 2005, 19p.,   http://pewforum.org/ [ tiré de «Les protestants evangéliques aux états-unis et la politique étrangère americaine», Annuaire francais de relations internationales, volume 7, 2006: http://www.cfr.org/publication/11450/les_protestants_evangliques_aux_tatsunis_et_la_politique_trangre_americaine.html ]

* 376 «Conservative Christian Says Founder Of Islam Set A Bad Example», 60 minutes, 8 juin 2003: http://www.cbsnews.com/stories/2002/10/03/60minutes/main524268.shtml

* 377 E. Lefkovits, « Netanyahu: Evangelicals `Our Greatest Non-Jewish Supporters », The Jewish Press, 11 septembre 2005: http://www.thejewishpress.com/

* 378 New York Times, 29 juillet 2007. On compte parmi les signataires Gary M. Benedict, président de «The Christian and Missionary Alliance», une dénomination comptant 2000 églises; Richard E. Stearns, président de «World Vision»

* 379 «Les nouvelles prophéties du pasteur Pat Robertson», 10 janvier 2006: http://www.voltairenet.org/article133472.html

* 380 John Hagee, «The Beginning of the End», STL, 1996.

* 381 Ne se retrouve pas dans l’eschatologie juive. Pour les chrétiens, l’Antechrist est un personnage qui doit venir avant (= ante) le Christ pour égarer les fidèles. Il est parfois appelé Antichrist pour souligner qu’il s’oppose (= anti) au Christ.

* 382 Grace Halsell, «Prophecy and Politics, the Secret Alliance Between Israel and The US Christian Right», Lawrence Hill Books, p. 90.

* 383 The Washington Post, 16 janvier 1999 [cité dans Ibrahim Warde, «Il ne peut y avoir de paix avant l’avénement du Messie», Le Monde Diplomatique, Septembre 2002. http://www.monde-diplomatique.fr/2002/09/WARDE/16841]

* 384 Bien que le judaïsme s’intéresse davantage à l' »ici et maintenant » qu’à la fin du monde, il en possède sa version, appelée A’harit HaYamim (àçøéúäéîéí la Fin des Jours) dont l’étape la plus importante, au point d’être souvent confondue avec le processus entier, est appelée Yemot HaMashia’h (éîåúäîùéç les Temps Messianiques). Cette croyance est cependant loin d’être accessoire : elle figure dans les treize principes de Maïmonide et celui-ci écrit dans son commentaire sur la Mishna Sanhédrin, où ces idées sont exposées pour la première fois, que ceux qui n’y croient pas ne font pas partie du peuple d’Israël et n’ont donc pas de part au monde à venir. La Fin des Jours est traditionnellement divisée en un nombre d’époques successives :

-Hevlei Hamashia’h et Ikbata deMeshi’ha (prodromes messianiques). C’est une ère de souffrances mondiales, dans laquelle s’inscrit notamment la guerre de Gog et Magog, c’est-à-dire des nations contre Israël, prophétisée par Zacharie. Cet affrontement apocalyptique est connu sous le nom d’Armageddon.

-Retour du prophète Élie, qui amène le Messie, et début des Temps Messianiques proprement dits: T’hiyat hamètim (Résurrection des morts), Yom HaDin (Jour du jugement), Établissement duOlam Haba (monde à venir) pour l’éternité. http://fr.wikipedia.org/wiki/Eschatologie_juive

* 385 La condamnation d’Hagee est publiée par Falwell dans Liberty flame du 6 mai 1994, sous le titre évocateur «John Hagee: Hérétic?»

* 386 Yair Davidiy, « The Tribes, the Israelite Origins of Western People », troisiéme édition.

* 387 La Moral Majority était une organisation politique américaine défendant un agenda chrétien évangélique et orienté sur le Lobbying. Elle a été dissooute en 1989.

* 388 Nadia Hijab affirme que le Rabbin Haim Belaik lui a déclaré dans une interview, «Courtiser et contrer les sionistes chrétiens»,16 août 2007: http://www.zmag.org/content/showarticle.cfm?SectionID=107&ItemID=13535

* 389 Thierry Meyssan, «Le CUFI: 50 millions d’évangéliques pour soutenir Israël», Réseau Voltaire, 14 août 2006: http://www.voltairenet.org/article142972.html#nb18

* 390 Ibid

* 391 Max Blumenthal, «Israel, the US, and the Christian Right: The Menage a Trois From Hell», The Huffington Post, 10 août 2006: http://www.huffingtonpost.com/max-blumenthal/israel-the-us-and-the-c_b_26995.html

* 392 Ibid

* 393 James D. Besser, «New Evangelical Group Could Buck Promised West Bank Pullouts, Pro-Israel group led by leading Evangelist Rev. John Hagee will seek to influence U.S.-Mideast policy», 4 juillet 2006, The Jewish Week: http://www.thejewishweek.com/news/newscontent.php3?artid=12291

* 394 Fabrice Guichard, «Le lobby des Chrétiens sionistes», l’Humanité, 4 juillet 2002.

* 395 Président du groupe parlementaire républicain à cet époque. C’est un Chrétien évangélique dévôt surnommé the Hammer pour la discipline de fer qu’il faisait régner dans son groupe parlementaire (il a été chef de la majorité au parlement jusqu’au 28 septembre 2005). Il a déclaré que «seul le christianisme offre une voie pour vivre en ayant une réponse aux réalités que nous rencontrons dans le monde»

* 396 Stephen Zunes, «The Influence of the Christian Right on U.S. Middle East Policy», Foreign Policy in Focus, Juin 2004: http://www.fpif.org/papers/0406christian.html

* 397 Fabrice Guichard, «Le lobby des Chrétiens sionistes», l’Humanité, 4 juillet 2002.

* 398 Natasha Saulnier, «La montée en puissance du lobby fondamentaliste chrétien», l’Humanité, 25 octobre 2004: http://www.humanite.fr/2004-10-25_International_-La-montee-en-puissance-du-lobby-fondamentaliste-chretien

* 399 Stephen Zunes, «The Influence of the Christian Right on U.S. Middle East Policy», Foreign Policy in Focus, Juin 2004: http://www.fpif.org/papers/0406christian.html

* 400 Inspiré de «La droite Chrétienne Américaine, les Evangéliques à la Maison-Blanche?», Mokhtar Ben Barka, Editions Privat, 2006, p 230-245.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :