SCANDALE ORIGINE JUIVE MAROCAINE DE YASSER ARAFAT

Yasser Arafat est juif marocain


Jeudi, 14 aout 2003
Décès au Caire de la sœur de Arafat
L’une des sœurs du président de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat, Youssra al-Qidwa, est décédée hier au Caire, a annoncé une source officielle égyptienne.
Youssra al-Qidwa, 77 ans, qui est aussi la mère du délégué palestinien à l’Onu Nasser al-Qidwa, est décédée à l’hôpital Palestine de Héliopolis, dans la banlieue nord du Caire, des suites d’une maladie.
Elle avait résidé en Égypte jusqu’en 1994 puis regagné les territoires palestiniens en compagnie de son époux, Jarir al-Qidwa, cousin du président Arafat et son conseiller pour l’Éducation.
Des contacts sont en cours entre la famille de la défunte et l’Autorité palestinienne pour rapatrier le corps dans la bande de Gaza, où Youssra al-Qidwa devrait être enterrée aux côtés de sa sœur aînée Inaam, décédée en 1999, selon les sources officielles égyptiennes.
Ses funérailles auront lieu aujourd’hui dans la ville de Khan Younès, dans la bande de Gaza, où elle y sera enterrée, selon l’agence officielle palestinienne Wafa. Un registre de condoléances sera disponible au QG de M. Arafat à Ramallah en Cisjordanie, où il est bloqué par l’armée israélienne
YASSER ARAFAT SERAIT JUIF!!!Le Docteur Ghazi Hussein, Palestinien, secrétaire du bureau juridique et politique de l’OLP, dévoile dans son dernier livre « Yasser Arafat, et la solution sioniste de la crise en Palestine », chez l’éditeur Azzarhi, Damas, que Yasser Arafat n’est pas de la famille El Husseini de Al Quds, comme il l’affirme depuis toujours. Yasser Arafat a des origines juives marocaines, son véritable nom étant Abd Raouf Al Qoudouwa.Yasser Arafat est juif, il vient de la famille Al Qoudouwa, du nom du village d’origine de son père au Maroc. A la fin des années soixante, on a interrogé Ahmed Djibril Al Hadj Amin Al Husseini, mufti de Palestine, mais résidant à Beyrouth, au Liban, sur les déclarations de Yasser Arafat, et de son appartenance à la noble famille Al Husseini Al Maqdissiya. Selon le mufti, Arafat n’a jamais appartenu à la famille Al Husseini, et ses véritables origines étaient au Maroc. En effet, le mufti Hadj Amin Al Husseini avait demandé des renseignements à Allal el Fassi, ancien ministre des affaires étrangères marocain, sur Abd Raouf al Qoudouwa, le vrai nom de Yasser Arafat, l’ancien ministre avait alors répondu que sa famille venait d’un village, peuplé de juifs en majorité, du nom de Al Qoudouwa, au Maroc.
D’après l’enquête du Dr Ghazi, Moussa Al Maghrebi, le cousin de Yasser Arafat, a précisé que celui-ci avait changé de nom pour devenir Moussa Al Husseini, et qu’il avait délaissé une fortune de 200 millions de dollars lorsqu’il avait émigré vers le Moyen Orient. Moussa Al Maghrebi a également confirmé les origines juives marocaines de Arafat. D’après un officier militaire de l’armée de libération de la Palestine, Moussa Al Maghrebi lui avait confirmé que lui et sa famille, étaient venus du Maroc, et qu’ils s’étaient installé au Caire, en Egypte, juste à cote d’une synagogue. De plus, la sœur de Yasser Arafat, Oum el Mouminine, a informé le Dr Ghazi que son frère Yasser passait toutes ses journées dans un quartier juif du Caire, lorsqu’il était plus jeune.

Le Dr Ghazi Hussein écrit a la page 13 de son livre: »J’ai lu une fois le livre « Fatah » en anglais, j’y ai aperçu le nom d’un ingénieur français, Roger Al Qoudouwa, qui travaillait au Koweït. Quand Roger Al Qoudouwa a appris qu’un certain Abd Raouf al Qoudouwa (Yasser Arafat) dirigeait le mouvement Fatah, il a quitté le Koweït pour aller à sa rencontre et lui demander des explications ». Arafat, ayant appris cela, et pour ne pas se faire démasquer, a organisé l’élimination de Roger al Qoudouwa. D’après les récits à ce sujet, l’ingénieur français Roger était membre de la famille Al Maghrebi, qui avait immigré en France. Selon le Dr Ghazi qui cite l’auteur du livre « Trente ans de gâchis », le meurtre de Roger al Qoudouwa a été confirmé par deux résistants soudanais du mouvement Fatah. Ces deux hommes venaient du camp d’entraînement de Al Ghouwar, près de As Sulta au Soudan, ils ont décrit comment ils ont assassiné l’ingénieur français, à l’aide d’une mine anti-personnelle, déposée sous son lit.

Yasser Arafat est né dans le quartier à majorité juive du Caire, dit As-Sakakine. Son père est venu de Al Qoudouwa, au Maroc, il s’était marié à une femme arabe, proche de la famille Al Husseini, et puis ils avaient émigré vers le Caire (El Watan, 11 décembre 1996). La mère de Yasser Arafat est morte en 1933, laissant derrière elle sept enfants, quatre garçons et trois filles, Abd Raouf (Yasser), Khaled, Mustapha, Fathi, Inham, Khadidja, et Yassar.

En 1966, le haut comité de l’organisation Fatah décide de mener une enquête contre Yasser Arafat, et ordonne son expulsion du mouvement pour les raisons suivantes:

-Arafat a présenté de faux rapports de son travail, et il a émis de faux documents au nom de l’organisation.
-Arafat s’est rebellé contre les ordres et les décisions prises par le mouvement, il ne les respectait pas et faisait tout pour les saboter.
-Il imposait sa politique aux autres et il payait en argent et soudoyait d’autres membres pour qu’ils acceptent de suivre ces décisions afin de mettre en minorité le haut comité de l’organisation Fatah.
-Il gaspillait l’argent qui lui était attribué pour des missions afin que l’organisation n’atteigne jamais ses objectifs
-Il donnait des secrets de l’organisation Fatah à des éléments étrangers
-Il effectuait des voyages vers Chypre, clandestinement, sans l’autorisation des ses supérieurs.

Lors de cette crise, au sein de l’organisation Fatah, Arafat s’en est sorti, en éliminant son rival, Youssef Arabi, chef de l’aile militaire du Fatah. Arafat a également écarté Adel Abd el Karim, Abd Allah Danan, il a fait emprisonner en Jordanie ses adversaires au sein de l’organisation, Abd Salam el Hamouri, Mahmoud Moussada, Ghaleb Barakak, Walid Abu Shaaban. En octobre 1973, l’état sioniste a assassiné les trois hauts dirigeants du mouvement Fatah, Abu Youssef Annajar, Kamal Al Oudwan, Kamal Nasser dans leurs maisons, toute située sur la rue Ferdane, à Beyrouth. Arafat était au courant de l’opération israélienne, depuis une semaine, mais n’a rien fait de concret pour empêcher les assassinats. D’après le Dr Ghazi, Djamal Sourani, représentant de l’organisation au Caire, affirme que le chef des services de renseignements d’un pays arabe avait informé personnellement Yasser Arafat, à Beyrouth, sur les projets de l’entité sioniste d’éliminer les hauts dirigeants du Fatah, il avait même donné la date de l’opération. Arafat n’a rien fait et il s’est tu à ce propos, il a contribué à couvrir l’opération israélienne.

Le responsable du renseignement militaire du Fatah, Abu Zahim, qui travaillait avec Arafat, confirme aussi que celui-ci était au courant de l’opération, et il savait aussi que le chef du commando israélien était Ehud Barak. Un autre membre important du Fatah, Abu Iyad, confirme les témoignages précédents, il déclare que Arafat est allé rendre visite aux trois hauts dirigeants du Fatah, juste avant l’arrivée des israéliens, comme pour s’assurer qu’ils étaient bien là. Abu Iyad a alors averti clairement les gardes d’un danger imminent, il a même entendu Arafat dire aux dirigeants que peut-être un sous marin israélien viendrait les enlever à Beyrouth, ceux-ci lui répondirent par des sourires. Quelques minutes après, Ehud Barak et son commando arrivaient dans des voitures de locations et ils éliminaient les cerveaux du mouvement Fatah. Il faut noter que cette opération arrivait à point nommé pour Yasser Arafat, il était en conflit avec Abu Annajar, conflit qui était sur le point de tourner en un affrontement militaire au sein du Fatah entre Arafat et Abu Annajar pour le contrôle de l’organisation.

Le 5 mars 1973, l’élimination de Abu Youssef, un autre membre imminent du Fatah, donnait le contrôle total de l’organisation à Yasser Arafat. Dans les pages 18, 19, 20, le Dr Ghazi Hussein affirme que Yasser Arafat a éliminé d’autres membres influents de l’organisation Fatah, Zain Mohsen, Madjid Abu Sharar, Saad Sail, Abu Djihad a lui été assassiné à Tunis par Ehud Barak et son commando. Arafat s’en est trouvé renforcé, il avait les pleins pouvoirs sur l’organisation, tous ses opposants avaient été tués ou emprisonnés. Abu Iyad, l’un de ses fidèles a lui aussi était tué ainsi que Abu el Houl. Tous les successeurs ou rivaux potentiels avait été écarté de la scène, seul restait Arafat. Afin de dissiper les doutes qui pesaient sur lui, Arafat a alors entamer une campagne de diffamation et de calomnie sur toutes les personnes qui osaient douter de lui ou qui se demandaient comment Arafat avait pour échapper à l’hécatombe et aux massacre des principaux dirigeants du Fatah. Arafat a ainsi fait croire qu’une menace permanente planée sur lui et qu’il devait changer tous les jours de lieux , ses déplacements étaient tenus secrets, et ses gardes gouttaient ses repas avant lui, de peur qu’il ne soit empoisonné. En vérité, ce fut une stratégie pour éloigner les regards indiscrets sur ce qu’il faisait et créer le Mythe Arafat, le champion, l’intouchable, le fugitif pourchassé par les israéliens, auquel il ne fallait plus poser de questions sur ses anciens camarades, qu’il avait soigneusement pris soin d’éliminer, celui qui s’en sortait toujours, alors que ses compagnons avaient été décimés. Cette stratégie lui a permis de dissiper les soupçons de ses collaborateurs et tirer profit de la situation pour le contrôle d’une des plus grande faction de la résistance Palestienne, désormais entièrement contrôlée par l’entité sioniste.

A cette époque là, selon la presse internationale, Golda Meir, alors premier ministre de l’entité sioniste a fait rayer le nom de Yasser Arafat, de la liste noire des personnalités Palestienne à abattre par le Mossad. Lors de l’invasion du Liban en 1981, pour les troupes du terroriste, criminel de guerre Sharon, celui-ci avait ordonné à ses troupes d’avertir Yasser Arafat, à Beyrouth, lorsque les tanks israéliens seraient à portée de canon de lui, afin de lui laisser le temps de s’échapper.

Le livre du Dr Ghazi Hussein dévoile aussi d’autres secrets sur les relations entre Abu Mazen et les israéliens, et son clan qui dirige et domine de manière dictatoriale la bande de Gaza, ils sont tous exposés dans le livre du Dr Ghazi Hussein « Yasser Arafat, et solution sioniste de la crise en Palestine ».

Selon Ahmed Mansour, journaliste égyptien de la chaîne quatariote satellitaire Al Jazeera, Yasser Arafat est un sioniste. Le journaliste a commence son investigation sur lui il y a deux ans, et il révèle dans son nouveau livre des faits troublants. En 1993, lors de la signature des accords de Oslo, à Washington, Bill Clinton avait organisé une réception juste avant la signature officielle des accords d’Oslo. Etaient présents ce jour là, Moubarak, le roi Hussein de Jordanie, Arafat, Peres, Rabbin, des hommes d’affaires, des diplomates et des journalistes triés sur le volet. Rabbin a alors pris à parti Arafat devant tout le monde en lui disant: »Je me demande si tu es juif? ». Arafat a paru extrêmement gêné, mais toute l’assistance a rit et a applaudi quelques minutes. Rabbin a continué en déclarant que Arafat avait tout les traits de caractères d’un juif: « dans la tradition juive, on reconnaît un juif dans l’art qu’il a de parler! Je pense vraiment que tu ne peux être que juif, tu en as les traits. » Rabbin savait ce qu’il faisait, et ses paroles étaient choisies, et calculées, il a essayé de dévoiler les véritables origines de Yasser Arafat, Rabbin a été éliminé quelques mois plus tard…

D’après le journal L’Opinion Publique du Koweït, daté du 12 décembre 1996, un des membres de l’OLP, Fayçal Al Husseini a découvert un rapport secret, lors de l’un de ses voyages à Damas. Le rapport faisait état d’un compte rendu d’une réunion secrète, qui s’était tenue à Beyrouth, entre le secrétaire général du Front Populaire de la Palestine, et le mufti Ahmed Djibril Al Hadj Amin Al Husseini, qui avait alors parlé des véritables origines de Yasser Arafat. Lors de ce voyage à Damas, Fayçal al Husseini, neveu du mufti, a appris que son oncle avait refusé de signer l’accord de la partition de la Palestine en deux états proposé par les allemands, et s’était réfugié au Liban, ou il est mort. Le rapport décrit aussi comment le mufti a dévoilé la véritable origine de Yasser Arafat, « ses racines sont au Maroc, pas Al Quds comme il le prétend…son père vient du Maroc, il s’est installé dans Al Quds, il a travaillé pour la famille Al Husseini, et il s’est marié avec une femme, arabe, proche de la famille Al Husseini, avec laquelle il est parti au Caire, et il a eut Yasser Arafat. »

Selon Ahmed Mansour de Al Jazeera, l’enquête continue et risque de révéler et mettre à jour des événements beaucoup plus importants qui se sont produits dans la région, dans les mois à venir…
En filant la métaphore, l’on pourrait même cyniquement affirmer qu’Arafat est mort comme il a vécu, en Juif errant, loin de la terre de ses ancêtres. Tous comme jadis les Juifs, lui aussi était un fils de l’exil. Au sens propre comme au sens figuré. Contrairement à ses allégations qui lui font voir le jour à Jérusalem, le futur président de l’Autorité palestinienne est en effet né en Egypte, au Caire, le 29 août 1929. La date en elle-même est un clin d’oeil à l’Histoire. Ce jour-là, les Palestiniens de Hébron et de Safed massacraient les communautés juives locales.
Qu’on ne se méprenne pas sur son lieu de naissance. Mohammed Yasser el Koudouah Arafat el Husseini – c’est son vrai nom – est bel et bien palestinien bien qu’il ait conservé en arabe un accent égyptien prolongé. Son père, Abder Raouf, est apparenté à Hadj Amine Husseini, le Grand mufti de Jérusalem. Quant à sa mère, Zaoua, elle st issue de la famille Abou Saoud de Jérusalem que la tradition fait descendre du prophète Mohammed. Si l’on s’en tient à cette version, Arafat est donc un parent très éloigné de Mohammed VI du Maroc, du roi Abdallah de Jordanie ou de Saddam Hussein qui prétendait, lui aussi, descendre du Prophète
En 1937, Arafat est de retour au Caire. Les retrouvailles avec son père son difficiles. Abder Raouf s’est remarié et la marâtre n’aime guère ce gamin turbulent, toujours en vadrouille dans les rues de cette ville cosmopolite, où les Egyptiens côtoient les Grecs, les Italiens, les Britanniques, les Arméniens, les Ethiopiens et les Juifs. Selon sa soeur Inam, Yasser Arafat ne dédaigne pas de fréquenter les Juifs, voire d’assister aux offices religieux dans les synagogues du Harat-al-Yahud, le quartier juif du Caire. “ J’étudiais leur mentalité”, dira-t-il plus tard. La fascination sera durable. L’un des premiers gestes, chaque jour, de Yasser Arafat sera de consulter un résumé de la presse israélienne et, lors d’une interview, quand il apprenait que son interlocuteur était juif, il ne manquait pas, je puis en témoigner, de manifester, par une citation ou une anecdote, sa connaissance, en fait très superficielle, du judaïsme. Plus d’un se laissa prendre à cet habile piège qui démontrait les qualités politiques du Raïs.

ARAFAT : UN DES HOMMES LES PLUS RICHES AU MONDE !
Par contre, les Palestiniens vivant à Gaza et en Cisjordanie sont parmi les plus pauvres.
M. Arafat possède un portefeuille de plus de 1 milliard de dollars (US) en comptes privés. Entre lui et les membres de son entourage immédiat, les portefeuilles s’élèvent à plus de 6 milliards !
Ces faits ont été dévoilés par Jim Price (de la chaîne américaine CBS) et une équipe de comptables américains engagés par M. Fayyad, Ministre des finances palestinien. Arafat a été forcé d’accepter M. Fayyad à la suite des protestations faites par les Palestiniens eux-mêmes !
Arafat ne se gêne pas pour tranférer une partie des revenus douaniers et des taxes palestiniennes dans ses comptes personnels en Suisse. Un de ses comptes à la Banque Lombard Odier contenait 300 millions ! Sans mentionner les 50 millions que Saddam Hussein avait offert au Parti en retour pour son support pendant la Guerre du Golfe. D’autres revenus proviennent du KGB et de l’Arabie saoudite, sans compter ceux qui n’ont pas encore été dévoilés.
Grâce à un système corrompu, Arafat et ses acolytes se partagent les monopoles afin d’exploiter les Palestiniens. Le ciment et la farine, des denrées de base, sont taxés outrageusement. Dans le cas de la Corporation de Pétrole Générale, non seulement la population devait payer des prix exorbitants, mais en plus l’essence était diluée, ce qui résultait dans des bris mécaniques importants des véhicules. « Arafat a reçu de gros pot de vins » a déclaré M. Fayyad quand il a mis fin à cette arnaque.
Bien qu’Arafat vit modestement à Ramallah, on ne peut en dire autant de sa femme Suha qui, elle, vit royalement à Paris avec une allocation de 100 000 $ (US) par mois provenant les deniers du budget palestinien.
Si cet argent avait servi à ce à quoi il etait destiné, les enfants palestiniens auraient des écoles pour s’éduquer au lieu de déambuler dans les rues. Si cet argent avait été placé comme il faut, les Palestiniens auraient des hôpitaux pour soigner les citoyens au lieu de se plaindre qu’ils doivent être fouillés chaque fois qu`ils traversent un « check point ». Si Arafat avait été honnête, aujourd’hui les Palestiniens seraient dotés de ports, d’industries, d’aéroports et d’une infrastructure économique normale.
Un État palestinien en paix avec Israël ne profiterait nullement à Arafat car il ne pourrait plus voler son peuple librement. En résumé, l’Autorité palestinienne est le plus grand obstacle au succès des Palestiniens.
Source : Reportage « 60 Minutes », chaîne américaine CBS, novembre 2003 http://www.cbsnews.com/stories/2003/11/07/60minutes/main582487.shtml
LA FORTUNE DE L’EMPIRE ARAFAT
Source : http://www.cidinfo.org
Un peuple palestinien appauvri, affamé…Une économie palestinienne étouffée, asphyxiée…tant de qualificatifs trop souvent employés et qui contrastent non seulement avec la situation sur le terrain, par rapport à bien d’autres régions du globe, mais surtout avec le train de vie des cadres de l’Autorité Palestinienne et particulièrement de son président Yasser Arafat. Un PNB par habitant seize fois supérieur à celui du Burundi, un dirigeant dont la fortune personnelle est deux fois supérieure au PNB global de la Sierra Leone, la Palestine n’est pas l’archétype de l’État pauvre. Les tableaux ci-dessous, partie émergée de ses finances, permet de nous en rendre compte…

Exemples de versements à l’Autorité palestinienne
(sources : Jérusalem Post, Maariv, L’Humanité, Le Monde, Le Figaro, BBC, Yediot Aharonot)
Source Date Somme
États du Golfe 1979 – 1988 1 milliard 700 millions $
USA 1994 – 2001 500 millions $
Saddam Hussein 1995 50 millions $
États qui soutiennent Oslo 1995 2 milliards 300 millions $
Israël 1996 865 millions $
Europe 2000 – 2004 2,2 millions $ par mois
France 2000 230 millions de francs
Allemagne 2001 250 millions de marks
Arafat. l’Autorité palestinienne et le reste du monde
Pays PNB/habitant (2001)
Autorité palestinienne (AP) 1 610 $
Russie 1 610 $
Bulgarie 1 520 $
Ègypte 1 490 $
Maroc 1 180 $
Chine 840 $, soit 2 fois moins que l’AP
Inde 450 $
Rwanda 230 $
Somalie 100 $, soit 16 fois moins que l’AP
Pays – Individu PNB global (2001)
Yasser Arafat (fortune personnelle) 1 milliard 300 millions
Togo 1 milliard 300 millions
Centrafrique 1 milliard 30 millions
Burundi 730 millions
Sierra Leone 650 millions

Enquête préliminaire du parquet de Paris sur l’épouse d’Arafat

PARIS (Reuters) – Le parquet de Paris a ouvert en octobre dernier une enquête préliminaire de police afin d’éclaircir des mouvements de fonds suspects sur les comptes bancaires de Soha Arafat, épouse du président de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat, révèle mercredi le Canard enchaîné.
Le parquet de Paris a confirmé l’information à Reuters.
La procédure fait suite à un signalement adressé fin septembre au procureur par la Banque de France et Tracfin, l’organisme du ministère des Finances chargé de la lutte contre le blanchiment.
D’importants versements provenant d’un établissement suisse et d’un montant total d’environ neuf millions d’euros ont été enregistrés entre juillet 2002 et juillet 2003 sur deux comptes bancaires de l’Arab Bank et de la BNP détenus par Soha Arafat à Paris, où elle réside.
Les versements se seraient poursuivis après l’été dernier.
L’enquête préliminaire, confiée à un procureur, vise à établir si des éléments sommaires laissant penser que des infractions ont été commises doivent donner lieu à une enquête plus approfondie.
Selon l’hebdomadaire, une partie de l’argent de Soha Arafat a été crédité sur le compte bancaire d’un décorateur connu mais ce dernier a affirmé à l’hebdomadaire satirique n’avoir « jamais travaillé pour Yasser Arafat ou sa famille ».
L’Union européenne a également ouvert depuis plus d’un an une enquête sur les financements accordés par les Quinze à l’Autorité palestinienne, qui représentent plusieurs centaines de millions d’euros par an.
Les résultats devraient être connus dans quelques mois. Une équipe de l’Office européen de lutte anti-fraude se trouverait actuellement à Jérusalem pour conduire les investigations.
Dans un entretien au quotidien israélien Haaretz, le président palestinien admet pour la première fois publiquement qu’Israël doit conserver son caractère juif
Arafat est d’origine juive : c’est, selon le quotidien hébreu Yediot Aharonot, ce qu’affirme le secrétaire du département juridique de l’OLP, Ghazi Hussein, dans un ouvrage intitulé « Yasser Arafat et la solution sioniste à la crise de la Palestine »

3 Réponses to “SCANDALE ORIGINE JUIVE MAROCAINE DE YASSER ARAFAT”

  1. Quel délire!!!!!!!!

  2. you want me blelive this shit !!!

  3. sobhano’llah ce n’est pas la première fois que ça arrive mais les musulmans (et moi même) sont trop facile à influencer ou à corrompre par ignorance de la religion. Il faut aller dans les mosquées plus souvent faire des recherches toujours demander des sources de ce que avance… Ne vous laissez plus borner!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :