scandales antidépresseurs

Antidepressant bookS

Home Accueil

Medication Side Effects! Les effets secondaires des médicaments! Medication Addiction! Médication Addiction! Medication Withdrawal! Retrait de médicaments! Medication Damage! Dommages médicaments! Medication Deaths! Décès médicaments!

« The Food and Drug Administration was also negligent in the Vioxx case, » said Grassley, who has proposed making the drug safety office more independent. « La Food and Drug Administration a également fait preuve de négligence dans l’affaire Vioxx », a déclaré Grassley, qui a proposé de rendre le bureau de la sécurité des médicaments, plus indépendant. « Those running the nation’s public safety agency repeatedly dismissed the concerns of their own scientists and seemed to do everything possible to keep the public in the dark about emerging problems with Vioxx. » « Ceux marche de la nation publique de l’Agence de sécurité à maintes reprises rejeté les préoccupations de leurs propres scientifiques et semble faire tout son possible pour maintenir le public dans l’ignorance de nouveaux problèmes avec Vioxx».

Sen. Charles E. Grassley – Washington Post [PDF] Sénateurs Charles E. Grassley – Washington Post [pdf]

antidepressolutionantidepresssantfactbookconfessionsdeedsoftrustcoverprozac panacé ou Pendorepsychedoutbookcoverroadbackcovertalkbacktoprozactranquillisants et antidepresseursTruthaboutDrugcompaniesyour drug may be your problemmedecines out of controlPrescription for DisasterThe Shooting Drugs - Prozac and its Generation Exposed on the InternetLet Them Eat Prozacantidepressantprosacpanace ou pandoroverdose
24 décembre

Les dealers

« un grossiste (le pharmacien), un dealer (le médecin) et un consommateur de drogues (l’assuré), sous la surveillance de deux organisations criminelles nationales (l’Etat et l’Industrie du médicament). »
Remboursement : système complexe de racket, de blanchiment et de recyclage de devises entre un producteur (le laboratoire pharmaceutique), un grossiste (le pharmacien), un dealer (le médecin) et un consommateur de drogues (l’assuré), sous la surveillance de deux organisations criminelles nationales (l’Etat et l’Industrie du médicament).
5 décembre

antidepresseur

374 manières de ne pas être normal

Il devient de plus en plus difficile d’être normal.

Si vous êtes agité, vous n’êtes pas normal : vous êtes hyperactif, et c’est une maladie mentale. Et si vous n’êtes pas d’accord, si vous râlez, c’est encore plus grave : vous êtes paranoïaque. Si votre enfant a des problèmes de lecture, il n’est pas normal non plus : il souffre d’un trouble de l’apprentissage, le pauvre. Si vous êtes enthousiaste, mais pas tout le temps, vous n’êtes pas normal : vous êtes bipolaire. Et si vous croyez en Dieu, là non plus vous n’êtes pas normal : vous souffrez d’une des nouvelles maladies qui vient de sortir… elle a un nom que j’ai oublié, un nom mystérieux comme un titre de film d’espionnage.

Pour l’instant, il y a trois cent soixante quatorze manières de ne pas être normal, trois cent soixante quatorze troubles mentaux énumérés dans le manuel officiel des troubles mentaux (DSM-IV). Mais ce chiffre est en augmentation constante…

Pour être normal, il n’y aura bientôt plus que deux possibilités :

1/ être mort

2/ être psychiatre. Dès que vous êtes mort, vous redevenez normal : un cadavre comme les autres, pas plus enthousiaste, hyperactif, paranoïaque, borderline, etc., que les autres. Dès que vous êtes psychiatre, vous redevenez normal aussi, car c’est vous qui décidez qui l’est et qui ne l’est pas. Et qui oserait prétendre que le juge est coupable ou que le psychiatre est fou ?

« Vous prendrez trois cachets d’effexor tous les soirs… et si ça ne suffit pas, on augmentera les doses. Les effets secondaires ?… Quels effets secondaires ?… Ne vous occupez pas de ça, ça ne vous regarde pas. »

« Vous ne voulez pas prendre de cachets ?… Vous ne voulez pas voir un psy ?… Alors, ne venez pas vous plaindre, car au fond, vous ne voulez pas aller mieux ! Vous vous complaisez dans votre malheur, et puisque vous ne voulez rien faire pour vous, on ne peut rien faire pour vous. Allez, dégage, ton malheur on s’en fout !« 

http://marre-de-la-vie.blogspot.com/

2 décembre

Bilan des effets dangereux des antidépresseurs ISRS

« Cela fait douze ans et demi que j’apporte aux tribunaux mes témoignages d’expert dans les procès impliquant des affaires avec ce typede drogues. Il est clair, depuis le début des recherches sur la sérotonine,
que la chose la plus nocive qui puisse être faite contre le système
sérotoninergique105 est de déséquilibrer sa capacité à métaboliser106 la
sérotonine, c’est pourtant ainsi que fonctionnent les antidépresseurs
ISRS.
Les recherches montrent depuis plusieurs décennies que le déséquilibre
du métabolisme de la sérotonine entraîne des cauchemars, des éruptions cutanées, des migraines, des douleurs cardiaques, des difficultés
respiratoires, des complications pulmonaires, l’hypertension et l’anxiété
qui se manifestent sans aucune raison, la dépression, le suicide, en
particulier des actes suicidaires très violents ainsi que des tentatives de
suicides répétées, l’hostilité, la perpétration de meurtres violents,
d’incendies, les toxicomanies comme le besoin insatiable d’alcool et
d’autres drogues, la psychose, les manies, des maladies du cerveau,
l’autisme, l’anorexie, la conduite automobile irresponsable, la maladie
d’Alzheimer, des comportements impulsifs où l’on perd la notion de la
faute, et des comportement antagonistes.Comment a-t-on pu penser qu’il pouvait être thérapeutique de provoquer
chimiquement ces réactions, cela me dépasse ; pourtant ces réactions,
qui résultent de la généralisation de ces drogues, sont précisément ce que
nous observons dans notre société depuis ces quinze dernières années. »

Docteur Ann Blake Tracy


http://www.opimed.org/IMG/Extraits.pdf

ISRS : C’est un holocauste national.

Une étude de l’Université de la Californie du Sud, datant de 1996, s’est penchée sur un groupe de souris mutantes issues du génie génétique107. Dans une expérience qui a mal tourné, elles étaient devenues les créatures les plus violentes de toutes celles que nous avons observées. Elles étaient nées privées de l’enzyme MAOA108 qui métabolise la sérotonine. Le résultat aurait été le même si on leur avait donné un antidépresseur ISRS qui inhibe le métabolisme de la sérotonine. C’est un holocauste national. Cela doit cesser. Ce sont des drogues extrêmement dangereuses qui auraient dû être interdites comme l’ont été dans le passé les drogues similaires.http://www.opimed.org/IMG/Extraits.pdf
22 novembre

Les médicaments pire que les drogues de rue !

« Ce que nous savons, c’est que la plupart des drogues de rue[c’est-à-dire: l’héroïne et la cocaïne] sont solubles dans l’eau. Ainsi, on peut aller dans en Detox Center et se sevrer de ces drogues en quelques jours . Ce n’est pas possible avec les ISRS, car le médicament met des mois pour se libérer de l’organisme.La drogue n’est plus absorbé, mais elle est stockée dans diverses parties du corps, comme les ISRS sont liposolubles et que ces drogues sont connus pour se lier à la protéine. Nous n’avons aucun moyen de savoir quand cette situation se termine parce que beaucoup ont connus l’expérience « des poches de drogues » où la drogue qui a été stocké dans le corps et rejetés – en raison de l’exercice, la perte de poids, sueurs, ou un certain nombre d’autres raisons. Le corps naturel expulse ce qui est anormal et toxiques. Cela semble être une raison que ces drogues peuvent être si difficile a sevrer. »

http://translate.google.com/translate?hl=fr&langpair=en%7Cfr&u=http://tapersafely.org/protracted_withdrawal
18 novembre

« Dr. Joseph Glenmullen and Dr. David Healy discuss SSRI’s »

FlashDetection.handleEmbedCode(« 28a0b8a6-01ef-4fa1-bea7-98a3bc4fa386 », ‘x3cembed wmodex3dopaque srcx3dx22httpx3ax2fx2fwww.youtube.comx2fvx2f1XHNJyti1gEx26ampx3brelx3d1x26ampx3bborderx3d0x22 typex3dx22applicationx2fx-shockwave-flashx22 heightx3d355 widthx3d425 pluginspagex3dx22httpx3ax2fx2fwww.macromedia.comx2fgox2fgetflashplayerx22 allowscriptaccessx3dnever allownetworkingx3dinternalx3e’, ‘httpx3ax2fx2fsc4.sclive.netx2f00.0.0000.0000x2fWebx2fimagesx2fnoflash.gif’);
10 novembre

L’escroquerie des antidepresseurs ISRS

l’avis
du fabriquant de
l’antidepresseur ISRS Prosac :
« Considérant
les avantages et ….
les risques, nous pensons
que
cette préparation est

totalement inadaptés pour

             …………. le traitement de la .dépression…. ».


‘- 25 mai 1984 la communication de Lilly Lilly US de Bad Homburg par B v.Keitz contenant une traduction non officielle d’un commentaire reçu des soins médicaux sur la Fluoxétine Application à la réglementation allemande.

traduction google du site du professeur david Healy
http://translate.google.com/translate?u=http://www.healyprozac.com/&langpair=en|fr&hl=fr&ie=UTF-8&oe=UTF-8&prev=/language_tools
orginal en anglais :
http://www.healyprozac.com/

les soi-disant antidépresseurs « Des neuroleptiques déguisés »

Richard Abrams, M.D., professeur de psychiatrie, a mis en évidence que « Les antidépresseurs tri-cycliques sont chimiquement des modifications mineures de la chlorpromazine [Largatil] et furent introduits comme des neuroleptiques potentiels » (in: B. Wolman, The Therapist’s Handbook (Le manuel du thérapeute), op. cit., p. 31). Dans son livre Psychiatric Drugs: Hazards to the Brain(Médicaments Psychiatriques: Dangers pour le cerveau), le Dr. Breggin appelle les soi-disant antidépresseurs « Des neuroleptiques déguisés » (p. 166). Le psychiatre Mark S. Gold, M.D., a dit que les antidépresseurs peuvent causer la dyskinésie tardive. (The Good News About Depression (La bonne nouvelle à propos da la dépression), Bantam, 1986, p. 259).http://lemondedhirondelle.niceboard.com/les-cris-du-coeur-de-messager-f39/psychiatrie-danger-manipulation-de-l-etre-t756.htm
5 novembre

professeur david Healy : antidepresseur

FlashDetection.handleEmbedCode(« 461a4444-f7b2-4dbb-b403-608320ae6b9c », ‘x3cembed wmodex3dopaque srcx3dx22httpx3ax2fx2fwww.youtube.comx2fvx2fSstoa406Oa0x26ampx3brelx3d1x22 typex3dx22applicationx2fx-shockwave-flashx22 heightx3d355 widthx3d425 pluginspagex3dx22httpx3ax2fx2fwww.macromedia.comx2fgox2fgetflashplayerx22 allowscriptaccessx3dnever allownetworkingx3dinternalx3e’, ‘httpx3ax2fx2fsc4.sclive.netx2f00.0.0000.0000x2fWebx2fimagesx2fnoflash.gif’);

L’évaluation de l’efficacité et de la sécurité des médicaments psychotropes avant leur mise en marché ne s’effectue pas en toute impartialité

L’impartialité des essais cliniques sur les psychotropes est mise en doute par un chercheur

L’évaluation de l’efficacité et de la sécurité des médicaments psychotropes avant leur mise en marché ne s’effectue pas en toute impartialité. Effectuée sous l’influence des compagnies pharmaceutiques qui les ont conçus et les produisent, elle est partiale, a affirmé David Cohen, chercheur au GEIRSO-UQAM dans le cadre du congrès international sur la Chaîne des médicaments qui se déroulait la semaine dernière à Montréal.

http://www.ledevoir.com/2007/10/22/161438.html

30 octobre

La verite sur les antidepresseurs (video anglais)

Pouquoi la verité sur les antidépresseurs est elle reservée
aux personnes qui parlent anglais et à la télévision anglaise ???
4 octobre

Les inhibiteurs de recapture de serotonine peuvent entrainer un dysfonctionnement sexuel permanent. Une video de michael Moore

FlashDetection.handleEmbedCode(« 634c601f-7204-4425-96b1-ec4df1ada23b », ‘x3cembed srcx3dx22httpx3ax2fx2fwww.youtube.comx2fvx2fXlm1TnMJwZAx22 widthx3d425 heightx3d350 typex3dx22applicationx2fx-shockwave-flashx22 wmodex3dopaque pluginspagex3dx22httpx3ax2fx2fwww.macromedia.comx2fgox2fgetflashplayerx22 allowscriptaccessx3dnever allownetworkingx3dinternalx3e’, ‘httpx3ax2fx2fsc4.sclive.netx2f00.0.0000.0000x2fWebx2fimagesx2fnoflash.gif’);
Vidéo de michael Moore

Les témoignages de la pétition internationale deroxat

« Deroxat / Paxil est terrible. Je comprends maintenant ce que ressentent les vrais toxicomanes. Je n’ai jamais été informé sur la façon dont seraient les symptômes horribles de sevrage, ou la façon dont il m’affecterait négativement tandis que je le prenais. Quel gaspillage de 4 ans de 1/2. »
« Les criminels et les menteurs prouvés ne devraient pas lancer des drogues sur le marché. Vous : L’entité de corporation connue sous le nom de Glaxo Smith Kline ont été chargées criminel du marketing Seroxat par l’Attorney General d’état pour New York, du fait vous avez criminellement lancé cette drogue dans sa juridiction en retenant délibérément les données d’essai qui se sont avérées votre antidépresseur causé des personnes devenir suicidaire. Vous vous êtes précipités de la cour pour payé la somme excédant six millions de dollars. »
« C’est la drogue la plus terrible que je n’ai jamais employée. Mes cheveux tombent, mon cuir chevelu brûle et je ne peux pas descendre de lui. Les syptomes de retrait sont si grave, j’ai pensé que je mourais. Est allé au Dr. et elle essaye de me sevrer au loin. Je me sens si hidious avec ma tête balding et me sens si stupide d’avoir commencé cette drogue. Je me suis même enquis de quand elle m’a été donnée. Le Dr. m’a dit qu’elle était très bien et les effets secondaires étaient très bas. Bull* ? /* ! ! ! ! ! »
« Mon bébé a souffert des symptômes graves de sevrage de deroxat / Paxil. Il a passé 16 sur ses 19 premiers jours dans l’hôpital. Il est presque mort en raison de ce sevrage. Maintenant j’éprouve quelques symtomes graves de retrait moi-même. »
« deroxat / seroxat presque 32 mois après mon arrêt, je souffre toujours de ses effets »
La suite des 9875 témoignages :
16 septembre

symptômes de sevrage aux antidépresseurs

« Environ 55% des adultes qui cessent de consommer des antidépresseurs éprouvent des symptômes de sevrage »
extrait du livre : guide critique des médicaments de l’âme. Du professeur david Cohen et suzane Cohen
22 août

antidepresseurs

« la deuxième étude réalisée en Amérique latine, en Europe et ailleurs, révélait que
le placebo était plus
efficace que
l’antidepresseur« 
L’envers de la pilule de j-claude Saint-onge
31 juillet

prosac

pétition internationale (piratée) prosac
« Eli Lilly a sciemment et frauduleux cachés des faits entourant les effets secondaires mortels de sa drogue. »
Nous, les sous-signés, exigeons une recherche sérieuse sur la conduite au sujet de Prozac de la part d’Eli Lilly, le fabricant de la drogue. Spécifiquement, nous affirmons qu’Eli Lilly a su de et s’est engagé dans la suppression de la vérité au sujet de la capacité de la drogue de causer le suicide et l’ideation suicidaire. Nous affirmons qu’Eli Lilly a des faits sciemment et frauduleusent cachés les effets secondaires mortels de sa drogue. Les résultats documentés de couvrir-lève soutenir notre demande incluent, mais ne sont pas limités à, ce qui suit : Le · Eli Lilly a su l’akathisia de causes de Prozac (fluoxetine), défini comme sentiment subjectif extrême d’agitation intérieure. Cette condition a été longtemps connue pour être provoquée par les drogues antipsychotiques et pour être identifiée comme menant aux sentiments suicidaires et meurtrier-suicidaires. La propre exposition interne des documents de Lilly la condition a été identifiée en association avec Prozac dès 1978. Le · le 2 août 1978, quand seulement trois épreuves étaient en cours, compte rendu d’une réunion de l’équipe de projet de Fluoxetine (Prozac) a lu : « Il y a eu un nombre assez grand de rapports des réactions défavorables… Une autre psychose développée par patient diminuée… L’Akathisia et l’agitation ont été rapportés dans quelques patients. » Une réunion semblable a tenu 10 énoncés plus tôt de jours, « … quelques patients ont converti de la dépression grave en agitation dans quelques jours ; dans un cas l’agitation a été marquée et le patient a dû être [] drogue enlevée. » Les minutes promeuvent l’état, « … dans des études de futur l’utilisation des benzodiazépines de commander l’agitation seront autorisées. » De ce point dessus, les sujets d’essai de Lilly ont été mis sur des tranquillisants pour les obtenir au-dessus de l’akathisia éprouvé par certains en jours tôt sur la drogue. Ceux qui ont développé l’akathisia ou qui ont eu toutes les tendances suicidaires ont été exclus des données d’essai sur la base qu’elles obscurciraient autrement les résultats du succès de la drogue en traitant la dépression. Documents internes de Lilly de ·, 25 mai 1984 – sur examing les résultats d’essai de Prozac, l’autorité d’autorisation allemande (le Bundes Gesundheit Amt (BGA)) a publié un énoncé de lettre : « Pendant le traitement avec la préparation [Prozac], 16 tentatives de suicide ont été faites, deux de ces derniers avec le succès. Car des patients présentant un risque de suicide ont été exclus des études, il est probable que cette proportion élevée puisse être attribuée avec une action de la préparation [Prozac]. » Le · le janvier 1985, les Allemands a indiqué à Lilly qu’elles n’autoriseraient pas la drogue, citant « le risque suicidaire » en tant qu’une des raisons de leur décision. Les scientifiques de Lilly ont continué d’essayer de persuader le BGA pour accorder un permis, mais ont concentré la plupart de leurs efforts sur les USA. Pour le mois de août 1989, ils étaient clairs à Lilly que le BGA exigerait que Prozac portent un avertissement aux médecins généralistes (généralistes) ces ils devrait se rendre compte du risque de suicide à moins qu’ils aient donné à des patients la sédation avec Prozac. Un avertissement d’un « risque de suicide » est finalement allé sur l’insertion allemande de paquet en 1992. Il a également énoncé, « pour sa propre sûreté, le patient doit être suffisamment observé, jusqu’à ce que l’effet antidépressif des ensembles le po de Fluctin [Prozac] prenant un sédatif additionnel puisse être nécessaire. » Le · pendant le processus de autorisation aux USA Lilly n’a pas indiqué la FDA des soucis allemands. Le · Lilly a à plusieurs reprises essayé de suggérer que le suicidality reflète les désordres du patient. Cependant, le propre scientifique de Lilly, John Heiligenstein, a écrit dans une note interne le 14 septembre 1990 : « Nous nous sentons que l’attention devrait être exercée dans un rapport que « le suicidality et les actes hostiles dans les patients prenant Prozac reflètent le désordre et pas un rapport causal du patient avec Prozac ». les rapports de Poteau-marketing [rapports des généralistes des suicides et de la violence dans les patients sur la drogue] sont de plus en plus brouillés et nous ont assigné, « oui, raisonnablement relié », sur plusieurs rapports. Le · cette note de Heiligenstein a été écrit deux ans après qu’on a accordé Prozac un permis par la FDA, et des mois justes après qu’un rapport d’étude par Martin Teicher, Jonathan Cole et hymne de louange Glod ait été édité. Selon l’étude, 6 patients présentant une histoire de dépression sont devenus violemment suicidaires d’une manière dont s’est étonné et leurs médecins tandis que sur la drogue. Le rapport a noté que les pensées suicidaires se sont produites dans des jours ou des semaines d’aller sur Prozac, ou de avoir le dosage accru au delà d’un certain niveau, et que de telles pensées ont disparu quand le patient a cessé de prendre la drogue. Lilly a insisté sur le fait que Prozac n’a pas causé l’akathesia ; la compagnie a affirmé que le lien entre l’akathesia et le suicide est incertain.

Les documents internes de Lilly de · de ce temps prouvent que la critique publique menaçait le succès de la drogue. Certains sortaient du R-U.

Le · une note interne de Leigh Thompson, un des scientifiques en chef de Lilly, indiqué, « quelque chose qui se produit au R-U peut menacer cette drogue [Prozac] aux USA et dans le monde entier… » « Nous déployons maintenant d’énormes efforts défendant outre des attaques en raison de 1) rapport avec le meurtre et 2) induisant l’ideation suicidaire [le comportement suicidaire]. »

· Qu’une autre note de Thompson a couru : « Je suis préoccupé par des rapports que j’obtiens au sujet de l’attitude BRITANNIQUE vers la sûreté de Prozac. Leber [DR Paul Leber de la FDA] a suggéré qu’il y a quelques minutes nous employions la base de données de CSM [comité britannique de la sûreté des médecines] pour comparer l’agression de Prozac et l’ideation suicidaire à d’autres antidépresseur au R-U. Bien qu’il soit un ventilateur de Prozac et croie que beaucoup de ceci est des ordures, il est clairement une créature politique et devra répondre aux pressions. J’espère que Patrick [probablement un employé de Lilly, mais non identifié entièrement dans la note] se rend compte que Lilly peut descendre les tubes si nous perdons Prozac, et juste un événement au R-U peut nous coûter cela. »

(Tous les points décrits ci-dessus sont soutenus par des résultats documentés édités dans le gardien ; « Ils ont dit que c’était sûr » ; Sarah Boseley ; 30 octobre 1999)

DAVANTAGE D’ÉVIDENCE DE SUPPORT :

1.As cité au-dessus de, en 1990, Martin Teicher et autres, d’école médicale de Harvard, a rapporté six cas « de préoccupation suicidaire intense » dans les patients qui avaient été prescrits la drogue. Selon les auteurs, « aucun de ces patients n’avait jamais éprouvé un état semblable pendant le traitement avec n’importe quelle autre drogue psychotrope. » (Journal américain de psychiatrie, février 1990)

2. Dr. David Graham, chef de la branche de l’épidémiologie de la FDA, a écrit sur septembre 11, 1990, que les données de Lilly sur le suicide et le Prozac, et les données ont recueilli d’une étude par le jeu rouleau-tambour. Maurizio Fava et Jerrold Rosenbaum d’hôpital général du Massachusetts (la citation d’aucune différence significative dans « l’ideation suicidaire » dans les patients a traité avec le fluoxetine comparé à ceux recevant d’autres antidépresseur) étaient insuffisants pour montrer que Prozac était sûr. Dans une note interne de FDA, Graham a écrit : « En raison de la couverture insuffisante à grande échelle apparente, l’analyse de l’entreprise ne peut pas être considérée comme montrant que le fluoxetine et le comportement violent sont indépendants. » L’objectivité de Rosenbaum a été remise en cause. Non seulement son étude sur Prozac et suicide a-t-elle été critiquée par au moins deux ensembles de chercheurs aussi bien que la FDA, mais également les documents obtenus par le globe de Boston illustrent le rapport incertain de Rosenbaum avec Lilly. Il a servi de chercheur de Prozac et s’est assis sur un panneau indicateur de vente pour Lilly avant que Prozac ait été lancé. (Leah R. Garnett ; « Comme la drogue obtient refaite, des soucis concernant la surface de suicides » ; Globe de Boston, 5/7/2000)

3. En septembre 1991, un Comité consultatif du Prozac dégagé par FDA. « L’ideation suicidaire » et « les comportements violents » ont été ajoutés à l’étiquette comme « rapportés, mais non avérés. » (Robert Bourguignon MD ; « Problèmes avec Prozac » ; http://www.camtech.net.au/malam/reports/prozac.htm)

4. En 1994, David Healy (puis conseiller à Eli Lilly) a édité un article intitulé « la polémique de Fluoxetine et de suicide, un examen de l’évidence » dans ce qu’il a déclaré que les antidépresseur, Prozac inclus, peuvent en effet induire le comportement suicidaire. (Drogues de CNS, mars 1994)

5. L’événement défavorable De la FDA rapportant le système (AERS) indique 28.623 événements défavorables de Prozac (ADEs) (recueilli des données a recueilli par l’intermédiaire de la liberté d’acte de l’information) :
le · 63% des 1.734 décès rapportées – 1.089 – ont été attribués aux suicides.
Tentatives de suicide de · numéro 1.885.
Le · plus de 10% du total 28.623 ADEs rapporté ont été attribués aux suicides et aux tentatives de suicide.

6. Par admissions du bureau de comptabilité de gouvernement propres, rapportées FDA des événements défavorables de drogue refléter seulement un 1% environ, à un 10% conservateur d’événements réels, et « il est peu susceptible être représentant du nombre beaucoup plus grand d’événements non rapportés. » (« Événements défavorables de drogue – l’importance du risque sanitaire est incertaine en raison de la date limitée d’incidence », jan. 2000 ; GAO/HEHS-00-21) Donné ce manque de données réelles, des nombres de Prozac ont pu être projetés pour être dans le secteur des 10.890 décès par suicide et de 18.850 tentatives de suicide à 10% rapportant. À 1% rapportant, 108.900 suicides et 188.500 tentatives de suicide ont pu être projetés.

7. Les études récentes indiquent plus de 50.000 décès liées à Prozac et estiment qu’entre 7% et 10% d’individus exposés à Prozac aura un certain genre de réaction défavorable. (le globe de Boston ; « Comme la drogue obtient refaite, des soucis concernant la surface de suicides » ; Leah R. Garnett, personnel de globe ; 7 mai 2000 ; Copyright de © Globe 2000 Newspaper Company)

8. Selon les documents internes et autre a documenté le matériel rendu disponible au globe de Boston, (Leah R. Garnett, personnel de globe ; « Comme la drogue obtient refaite, des soucis concernant la surface de suicides » ; Le globe de Boston, 5/7/2000) :

Le · en 1990, scientifiques de Lilly ont été pressurisés par les cadres de corporation pour changer des disques sur des expériences de médecin avec Prozac, changer des mentions de suicide essaye « de prendre une overdose » et des pensées suicidaires « dépression. » Dans un communiqué électronique (obtenu par Dr. Joseph Glenmullen, jeu de denture d’auteur de Prozac) de Claude Bouchy, un employé de Lilly en Allemagne, à trois cadres de corporation de Lilly aux sièges sociaux d’Indianapolis de Lilly, datés du 13 novembre 1990 : Bouchy indique que lui et un collègue « ont des problèmes avec les directions que nos personnes de sûreté obtiennent du groupe de sociétés (unité d’épidémiologie de drogue) et demandent que nous changeons l’identification des événements comme elles sont rapportées par les médecins. » Il en outre a rapporté, « notre personnel de sûreté est prié de changer le terme d’événement « tentative de suicide » [comme rapporté par le médecin] « au surdosage. » « Il a ajouté, « … il est prié que nous changeons… « l’ideation suicidaire » en « dépression. » « Il a informé ses collègues des USA Lilly : « Je ne pense pas que je pourrais expliquer au BGA, à un juge, à un journaliste ou même à ma famille pourquoi nous ferions ceci particulièrement sur la question sensible du suicide et de l’ideation suicidaire. Au moins pas avec les explications qui ont été données à notre personnel jusqu’ici. »

Le · trois ans avant que l’approbation reçue par Prozac par l’administration de nourriture et de drogue des USA vers la fin de 1987, le BGA allemand a eu de telles réservations sérieuses au sujet de la sûreté de Prozac qu’elle a refusé d’approuver l’antidépresseur basé sur les études de Lilly prouvant que les patients précédemment non-suicidaires qui ont pris la drogue a eu un taux plus élevé quintuple de suicides et de tentatives de suicide que ceux sur des antidépresseur plus anciens, et un taux plus élevé triple que ceux prenant des placebos.

Chiffres de Lilly de · propres indiquent que ce 1 dans 100 patients précédemment non-suicidaires qui ont pris la drogue dans des épreuves cliniques tôt a développé une forme grave d’inquiétude et l’agitation a appelé l’akathisia, les entraînant essayer ou commettre le suicide pendant les études.

· A brevet pour nouveau Prozac (l’USA brevet No. 5.708.035), R-fluoxetine, prévu pour être lancé sur le marché par Lilly commençant en 2002, (en date du rapport 2000 de globe) énonce que la nouvelle version ne produira pas plusieurs effets secondaires existants comprenant le « akathisia, pensées suicidaires, et individu-mutilation… une de ses effets secondaires plus significatifs. » C’est le même effet Lilly a à plusieurs reprises nié s’être produit de n’importe quelle manière substantielle dans environ 200 procès contre eux l’excédent la décennie passée. La plupart des costumes ont été précipitées de la cour et les limites ont maintenu confidentiel.

Le · Lilly payera Sepracor, Inc., qui tient le brevet pour le nouveau Prozac, un paiement d’upfront et une redevance de $20 millions et des $70 millions additionnel basés sur la progression de la drogue. Lilly aura des droits exclusifs du monde à la drogue, sera responsable du développement, la fabrication de produit, les soumissions de normalisation, et la vente et les ventes – Sepracor pour recevoir des redevances selon un communiqué de presse de Sepracor daté du 13 avril.

Dr. Martin Teicher de ·, dont le début des années 90 étudie a lié Prozac à l’akathisia et au suicide, est un Co-inventeur du nouveau Prozac, avec Timothy J. Barberich, du PRÉSIDENT de Sepracor Inc., (une compagnie de drogue de Marlborough), et des jeunes de James W. Ils ont classé leur brevet en août 1993, les mêmes drogues d’antidépresseur éditées par Teicher d’année « et l’apparition des tendances suicidaires », qui ont conclu que les patients sur Prozac étaient au moins trois fois plus probablement de devenir suicidaires que ceux sur des antidépresseur plus anciens. (Sûreté de drogue de journal)

Le · figure dans un Lilly 1984 où le document a indiqué cet akathisia, l’agitation grave qui peut mener au suicide, se produit en au moins 1 pour cent de patients, un niveau a considéré « fréquentent » l’événement, et comme tels doivent être révélés en insertions de littérature et de paquet du produit d’une compagnie. Mais il n’y a aucune une telle révélation en littérature des USA de Prozac. L’Akathisia est énuméré en littérature de produit des USA de Lilly, mais comme événement peu fréquent dans des utilisateurs de Prozac. Aucune mention n’est faite en son rapport potentiel avec le suicide.

En conclusion, nous croyons que la FDA et l’Eli Lilly doivent être jugés responsable quant à leurs activités négligentes, frauduleuses et cover-up au sujet de cette drogue mortelle. Etant donné les résultats ci-dessus cités, nous croyons fermement que c’est seulement par une recherche de fortune grande que les droites du public consumant américain confiant peuvent mieux être servies, que la douleur injuste de futur peut être évitée, et beaucoup de vies être sauvées. Nous, le sous-signé, demandons le plus sincèrement qu’une recherche complète sur Eli Lilly et les pratiques en matière de la FDA au sujet de Prozac, après et de présent, soit vigoureusement poursuivie selon les puissances investies dans toi pour faire ainsi. Les vies innocentes innombrables dépendent de elle…

4 Réponses to “scandales antidépresseurs”

  1. Mais…quand nos médecins vont arrêter de nous empoisonner gratuitement ?

    Les médicaments ça tue !

    http://news.webshots.com/photo/2516440750087385694xOjTGX

  2. le partage d’excellentes

  3. […] (anglais) effexor activiste conseils sevrage, infos effexor et antidpresseurs, justice… scandales antidépresseurs rodolphe Pilaert (France) Cette entrée a été publiée dans Non […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :