AFRICA ART , anthropologie, ethnologie, tribal art,

Posted in AFRIQUE, ARCHIVES AFRICA, ETHNOGRAPHIE ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, ETHNOMUSICOLOGIE, LIENS ETHNOLOGIE ANTHROPOLOGIE with tags , , , on mars 13, 2008 by rodolphepilaert63
Fiji MuseumLocated in the heart of Suva’s botanical gardens, the Fiji Museum holds a remarkable collection which includes archaeological material dating back 3,500 years and cultural objects representing both Fiji’s indigenous inhabitants and other communities that have settled in the island group over the past 100 years.

Oceanic & Pacific art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.fijimuseum.org.fj/

–>

Fiji Museum
Super Mamma Super MammaVente objets art africain et percussion.

African art, Carving – sculptures – statues, African Masks

<!–URL: http://www.supermamma.fr/

–>

 
Mesoweb MesowebAn exploration of Meso american cultures.

Central & South American art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.mesoweb.com/

–>

 
Galerie Yemaya Galerie YemayaGalerie Yemaya

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.galerie-yemaya.com/

–>

 
 Museum of Anthropology  - Michigan Museum of Anthropology – MichiganWelcome to UMMA
The Museum of Anthropology is an international leader in anthropological archaeology research and student training.

Native american art, Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.umma.lsa.umich.edu/umma.html

–>

 
www.stammeskunst.comHerzlich willkommen bei tribal art – Stammeskunst aus Afrika. Die Kollektion umfasst Kunstgegenstände die ich
hauptsächlich in den westafrikanischen Ländern Senegal, Gambia, Sierra Leone, Elfenbeinküste, Benin und Ghana
erstanden habe, – eine Präsentation antiker Kunst, Kultobjekten und dekorativer afrikanischer Kunst.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.stammeskunst.com/

–>

 
Africa & Beyond Africa & BeyondAfrica and Beyond has been voted best art gallery in San Diego. Situated in La Jolla for 16 years, the gallery offers the finest collection of traditional, and contemporary African Art.

African art, African Masks, Textile, Weapons, Musical instruments, Jewellery, Baskets, Carving – sculptures – statues, marka

<!–URL: http://www.africaandbeyond.com/

–>

 
Zebra crafts Zebra craftsWe travel Africa searching for quality crafts, buying from individual craftsmen, co-ops and local markets.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, Baskets

<!–URL: http://www.zebracrafts.com/

–>

 
Lavuun LavuunAfrican tribal and ethnic art gallery Specialized in masks, statues, ethnographics, pots, textiles from Rep.Dem. Congo, Tanzania, Zambia, Uganda, Soudan, Angola, Mozambique, Kenya.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.lavuun.com/

–>

 
www.bs-kunsthandel.deIn a simple functional building on the outskirts of the city of Kamp-Lintfort situated in an industrial area the 400 m2-sized gallery Bernd Schulz presents its African art.

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.bs-kunsthandel.de/english/startframe.html

–>

 
American Museum of Asmat Art American Museum of Asmat ArtAmerican museum of Asmat Art.

Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues, irian jaya

<!–URL: http://www.asmat.org/

–>

 
African people and cultures - tribes African people and cultures – tribesTRIBES & PEOPLE GROUPS
There are many different people groups and tribes across the continent of Africa – with their culture varying from tribe to tribe. We have included only a few on this page and will be adding to the list regularly. Click the title for detailed sections…

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.africaguide.com/culture/tribes/

–>

 
Kalpa de Boer Gallery Kalpa de Boer GalleryKalpa de Boer Galerie (since 1974) offers sculptural art from Africa, and specializes in traditional statues and masks, mainly from West and Central Africa.
The owner of the gallery, Peter de Boer, has longstanding contacts in these countries and is an officially sworn-in and experienced appraiser.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.kalpadeboer.com

–>

 
Aboriginal Art Australia Aboriginal Art AustraliaABORIGINAL ART BOUTIQUE AUSTRALIA, AFFORDABLE QUALITY ABORIGINAL ART, PAINTINGS, DIDGERIDOOS, BOOMERANGS, CLAPSTICKS, BULLROARERS.

Aboriginal art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://ladyrobina.com/

–>

 
African Curiosities African CuriositiesAfrican Curiosities sources products from all over Africa. Ivory Coast, Ghana, Malawi, Zimbabwe, Kenya and South Africa are but a few of the many places that we acquire our pieces from.Authenticity and tradition make up the essence of our products and as all items are hand carved – no two items are identical. We are dealers in Original African Artefacts, wholesalers of African Tribal Art and Curios and manufacturers of Box frames and home décor. We cater for the individual buyer to the importers of large quantities.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, Furniture, Painting

<!–URL: http://www.africancuriosities.com

–>

 
Tribal Art Africa Tribal Art AfricaThe Essence of the People of Africa has been captured by their masks and statues. Tribal Art Africa offers only the finest original works to museums and discriminating private collectors.

African art, Carving – sculptures – statues, African Masks, Tribal art selection

<!–URL: http://www.tribalartafrica.com

–>

 
Genuine Africa Genuine AfricaHere at genuineafrica.com we’ve tried to include a variety of items from all regions of the continent including Benin, Nigeria, Sierra Leone, Egypt, Ghana, Sudan, Mauritania, Congo, Gabon, Senegal, Kenya, Morocco, Algeria, Libya, Cameroon, Ethiopia, and the Ivory Coast. Included are pieces from many the great peoples of Africa: Ashanti, Sidamo, Sande, Yoruba, Bambara, Salanpaso, Salampasu, Bobo, Fanti, Baule, Punu, Fang, Tikar and Kudu, to name a few.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.genuineafrica.com

–>

 
Coup de Foudre Coup de FoudreWelcome to our 11th year on the internet! Established in 1978 as a ‘bricks & mortar’ business, we buy and sell antiquarian books, maps, works on paper, Buddhist art, antiquities and authentic tribal art.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, Weapons, Dolls

<!–URL: http://www.coupdefoudre.com

–>

 
www.christas.dkCHRISTA´S Fine Tribal and Modern Art Gallery has collected and purchased old and modern African and Indian art for some years. Today the gallery offers an unusually broad selection of objects from a wide swath of the African and Indian continents.

African art, Asian & South East Asian art, African Masks, Carving – sculptures – statues, Jewellery, Painting, Textile

<!–URL: http://www.christas.dk/UK/

–>

 
Tribal Culture Tribal CultureA travers ces pièces nous vous présentons une sélection d’objets appréciés par des amateurs d’art africain.
L’histoire des peuples passe par leur art ; nous espérons que par ces œuvres c’est aussi une partie de l’Afrique que vous découvrirez.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, Jewellery, Textile

<!–URL: http://www.tribalculture.org/index.htm

–>

 
Museum ofEtnology Vienna Museum ofEtnology ViennaThe Museum of Ethnology Vienna

African art, Oceanic & Pacific art, Central & South American art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.ethno-museum.ac.at/en/museum.html

–>

 
www.antiqueswords.com

African art, Native american art, Carving – sculptures – statues, African Masks

<!–URL: http://www.antiqueswords.com/Topic%20Pages/Ethnographic.htm

–>

 
West end Antiques West end AntiquesAsian and Tribal Art

Asian & South East Asian art, African art, Native american art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.westendantiques.com

–>

 
F A N G   A R T   T R I B A L ,   S C P F A N G A R T T R I B A L , S C PFang art tribal African art

African art, Carving – sculptures – statues, Masks, African Masks, fang

<!–URL: http://www.dquels.com/fang/antiguitats.html

–>

 
THE LOWELL COLLINS GALLERY THE LOWELL COLLINS GALLERYLowell Collins Gallery opened in 1970 exhibiting emerging younger artists of our region, as well as antiquities, but Lowell Collins’ love of past cultures began to dominate the next 34 years of his directorship at his gallery. His name and gallery became synonymous with pre-Columbian and tribal art. In more recent years, in alliance with his son, and business partner, artist Michael Roque Collins, his vision began to again include exhibitions representing the cutting edge of fine arts.

African art, Pre columbian art, Asian & South East Asian art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://lowellcollinsgallery.com

–>

 
Mémoires Africaines Mémoires AfricainesRichard et Roland COUSINARD vous présentent leur collection d’objets d’art premier des principales ethnies d’Afrique de l’ouest. En parallèle, une section d’art contemporain sur le thème de l’Afrique, vient compléter cette exposition.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.memoires-africaines.com/

–>

 
www.ashanti.com.auAshanti Kingdom – Asanteman
No history of Ghana can be written without the Ashantis. The Ashantis are one section of the people known as the Akans in Ghana. They live in the central part of the country , about three hundred kilometres from the coast. The vast territory they occupy in this position is most densely forested and because of the richness of forest, lands in soil, minerals (Gold), it is known to be the richest in the country. Generally, the Ashantis (Asantes) are very industrious, their innate desire to live independent lives categorizes them as "Most Hardworking People". They are extremely ambitious and determined to succeed in every venture they undertake.

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.ashanti.com.au/

–>

 
African tribes African tribesAfrican tribes : Baga-nimba, kota, dan, senufo, fang, yoruba, dogon

African art, Carving – sculptures – statues, African Masks

<!–URL: http://www.tribal-explorer.com/african_tribes/

–>

 
Etnographie EtnographieTribal art

African art, African Masks, Weapons, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://mobaafrica.chez.tiscali.fr/couvethno.htm

–>

 
Lost Word Arts Lost Word ArtsTribal Art of Papua New Guinea

African art, Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.lostworldarts.com/new_page_2.htm

–>

 
William Jamieson Tribal ArtEthnologist, Musicologist, Antique Tribal Art collector, and dealer. Bill’s interests evolve around the forgotten cultures and customs of the South Pacific, Indonesia, South American and North American.

Native american art, Carving – sculptures – statues, Tribal art selection

<!–URL: http://jamiesontribalart.com

–>

William Jamieson Tribal Art
Burkin'art Burkin’artBronze statues from West Africa.

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.burkin-art.com/

–>

 
Oceania Ethnographica Oceania EthnographicaOceania Ethnographica Oceanic Art Vintage Photographs Rare Books Sound Recordings Pacific cultures Index page.

Oceanic & Pacific art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.oceania-ethnographica.com/

–>

 
adrian schlag home adrian schlag homeTribal art from Africa and Oceania,
Traditional authentic sculptures, masks and ethnographica

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.afrikanischekunst.de/

–>

 
Forum der volker Forum der volkerForum der volker.

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.forum-der-voelker.de/framesets/fs-01.html

–>

 
Das Museum für Völkerkunde Hamburg Das Museum für Völkerkunde Hamburg Das Museum für Völkerkunde Hamburg – Ein Dach für alle Kulturen.

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.voelkerkundemuseum.com/web/afrika.htm

–>

 
African Odissey African OdisseyFurnishing, art and ceramics from africa

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.africanodysseytx.com/

–>

 
bienenstein.com bienenstein.comThe gallery presents fine tribal and Asian art in context with modern and contemporary art, as well as works of art of special provenance.

African art, Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.bienenstein.com/home.html

–>

 
community.middlebury.eduWelcome to AR325 African Art,
On and Off the Walls Featuring Items from the
Charles Derby Collection of African Art

African art, Carving – sculptures – statues, African Masks

<!–URL: http://community.middlebury.edu/~atherton/AR325.html

–>

 
Jan Baum Gallery Jan Baum GalleryTribal art

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.janbaum.com/

–>

 
Tribal King Tribal KingAt Tribal King, we travel the world to bring you, people with distinguished taste, unusual and often one-of-a-kind art and artifacts at very resonable prices.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.tribalking.i8.com

–>

 
Totem il canale Totem il canaleTotem Il Canale starts in 1985 after Totem Gallery’s acquisition of the Gallery Il Canale ,one of the historical contemporary art galleries in Venice.

We deal in different subjects:

African art, Jewellery, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.totemilcanale.com/english.htm

–>

 
West Papua Artifacts West Papua ArtifactsWelcome to http://www.asmat-artifacts.net, proudly presented by west papua artifacts. We offer hundred of hand piched, authentic Asmat artifacts available for purchase through our website.

Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.asmat-artifacts.net/

–>

 
Galerie ARTS&CRAFTS DEPOT Galerie ARTS&CRAFTS DEPOTzeitgenössische Kunst aus Afrika u.a. Steinplastiken der Shona von Mariga, Chiwawa, Kamangira, Takawira, Musekiwa und andere – Holzplastiken von Zephania Tshuma und seinen Schüler aus Simbabwe / Zimbabwe …

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, gurunsi

<!–URL: http://www.arts-crafts-depot.de/

–>

 
L E S L I E   S A C K S   F I N E   A R T L E S L I E S A C K S F I N E A R T LESLIE SACKS FINE ART is a key source for twentieth century masters – modern and contemporary prints, drawings, paintings, and sculpture including artwork by impressionist, post-impressionist, and German expressionist artists

African art, Asian & South East Asian art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://lesliesacks.com/gallery/african_gallery.htm

–>

 
Tribal Arts Brokers Tribal Arts BrokersQuality Tribal Art From Australian Private Collections. Australian art.

Oceanic & Pacific art, African art, Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.tribalartbrokers.net/

–>

 
Michael Campbell Tribal Art. Michael Campbell Tribal Art.Since 1974 we have specialized in the acquisition and sale of museum-quality Oceanic art, especially New Guinea tribal art, as well as Indo-Asian and Native American traditional arts. Our clients include museums and public institutions and important corporate and private collectors.

Oceanic & Pacific art, Native american art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.mctribalart.com/

–>

 
Tamarin TamarinAfrican art virtual gallery

African art, Carving – sculptures – statues, African Masks, kota reliquary

<!–URL: http://www.tamarin.com

–>

 
Arctic Art Sales Arctic Art Sales Your source for Inuit art, soapstone sculptures, tupilaks, masks, jewelry, narwhal- and walrus tusks, polar bear hides, corporate gifts, trophies, taxidermy

Artic art, Carving – sculptures – statues, Jewellery, Masks, other

<!–URL: http://www.arcticartsales.com/

–>

 
The Pitt Rivers Museum - University of Oxford The Pitt Rivers Museum – University of Oxford

African art, Oceanic & Pacific art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.prm.ox.ac.uk

–>

 
D.A. Rubin D.A. RubinMoroccan, Mid-Century European & Ethically Made New Oriental Rugs

Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.darubin.com

–>

 
African Art Gallery African Art GalleryAfrican art gallery

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, Jewellery, Painting, Tribal art african, baga

<!–URL: http://us-africa.tripod.com/art/index.html

–>

 
Verdite African Art Verdite African ArtShona sculptures are perhaps the most exciting new style of art to be introduced to the world this century.
For more than a decade, Verdite African Art is importing these fine quality sculptures from Zimbabwe. Every sculpture is hand carved from a single natural stone, using hand tools.

African art, Carving – sculptures – statues, Tribal art african, decorative shop

<!–URL: http://www.verditeafricanart.com

–>

 
DAVID F. ROSENTHAL ART OF OCEANIA & RELATED BOOKS DAVID F. ROSENTHAL ART OF OCEANIA & RELATED BOOKSSince 1987, David F. Rosenthal has been among the few galleries worldwide devoted exclusively to the fine antique tribal art of Melanesia, Polynesia, Micronesia and Australia. We present authentic works of uncompromising quality, and guarantee the accuracy of the information we provide about them. The gallery shows only material made for tribal use. We also offer a large selection of mostly out-of-print and hard-to-find books on the cultures of Oceania, as well as books on other areas of tribal art.

Oceanic & Pacific art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.oceanic-art.net/

–>

 
Musée de Louvain la neuve Musée de Louvain la neuveMusée de Louvain la neuve.

African art, Oceanic & Pacific art, Native american art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.muse.ucl.ac.be/Collections/Noneuro.html

–>

 
Tribal Renegade Tribal RenegadeTribal Rengade travels the exotic islands of the South Pacific, visiting timeless cultures, collecting quality works of rare and primitive art.

Oceanic & Pacific art, Masks, Carving – sculptures – statues, Shields, Weapons, indonesian

<!–URL: http://www.tribalrenegade.com/

–>

 
Spirits in stone Spirits in stoneWe specialize in Zimbabwe Shona Sculpture, Wosene Kosrof Paintings, Gene Pearson Sculpture, African Masks and Baskets as well as African Inspired Art."

African art, Carving – sculptures – statues, Jewellery, African Masks, Baskets

<!–URL: http://www.spiritsinstone.com/

–>

 
Indigeneous Fine Art Indigeneous Fine ArtIndigenous Fine Arts is located in Sarasota, Florida. The team of experts at IFA has over fifty-five years experience in collecting and authenticating fine art and antiquities. This expertise, care, and attention to detail assures that each item we sell is accurately represented, allowing you to buy with total confidence.

African art, Masks, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.indigenousfinearts.com/

–>

 
Arte Y Ritual Arte Y RitualArte y Ritual is a tribal art gallery specialized in old top quality pieces from Africa, Indonesia and Oceania.

African art, Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues, indonesian art

<!–URL: http://www.arteyritual.com/

–>

 
ABORIGINAL AUSTRALIA ART & CULTURE CENTRE - ALICE SPRINGS ABORIGINAL AUSTRALIA ART & CULTURE CENTRE – ALICE SPRINGSABORIGINAL AUSTRALIA ART & CULTURE CENTRE – ALICE SPRINGS

Aboriginal art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://aboriginalart.com.au/

–>

 

 

TRIBAL ART, anthropologie, ethnologie

Posted in AFRIQUE, ANTHROPOLOGIE, ARCHIVES AFRICA, ETHNOGRAPHIE ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE with tags , , on mars 13, 2008 by rodolphepilaert63

Carving – sculptures – statues

 
  John GrahamPainting and sculpture – fine tribal art
Born in Perth,Western Australia. John Graham is painter, sculptor and film maker skilled in a variety of media and with a broad stylistic range. His work is filled with vivid and colourful images influenced by his travels to Africa, Asia and within Australia. John Graham is also a passionate collector of Tribal Art and has curated several exhibitions featuring works from his collections. Currently living in Melbourne, Australia, John Graham’s work is for sale and he is also available for any illustration or painting commissions.

African art, Asian & South East Asian art, Oceanic & Pacific art, Carving – sculptures – statues, African Masks, Painting, gurunsi

<!–URL: http://johngraham.alphalink.com.au/

–>John Graham

 
  Nubia SpeaksWe specialize in the sale of traditional masks statues jewelry and cloth of Tribal Africa. The tribes include the Dogon, Yoruba, Baule, Bamileke, Kuba, Fang and many more.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, Furniture

<!–URL: http://www.nubiaspeaks-african-art.com/

–>Nubia Speaks

 
  Robert V. Berg CollectionRobert V. Berg Collection of African Art. The collection was formed on an ongoing basis from the 1960’s to the present.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, mossi

<!–URL: http://rberg.smugmug.com/

–>Robert V. Berg Collection

 
  Pacific Asia MuseumPacific Asia Museum

Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues, indonesian art

<!–URL: http://www.pacificasiamuseum.org/cgi-bin/mwebcgi/mweb.exe?request=hier

–>Pacific Asia Museum

 
  B&R CreationsExporters & Retailers of fine African art,african trade beads , antique Venetian glass beads , African made glass / brass / clay beads, Kente Ewe and Ashanti hand weaved cloths , Adinkra cloths , Asafo Frankaa, old African items, traditional Tuareg jewelry from brass and silver, handicraft, tuareg leather goods, bolga baskets, gifts, crafts and many more African art items.

African art, African Masks, Weapons, Carving – sculptures – statues, Dolls, Jewellery, Baskets

<!–URL: http://www.brcreationsonline.com

–>B&R Creations

 
  Dogon-Lobi.chPhotos Albums of Mali, dogon country, Burkina Faso, Lobi country, Egypt, Malian architecture.

African art, Carving – sculptures – statues, dogon

<!–URL: http://www.dogon-lobi.ch/index1.html

–>Dogon-Lobi.ch

 
  Shani Gallery"Shani" means marvelous in Swahili and we hope that you agree with us that the items here are in a word…"marvelous". Shani Gallery is an on-line gallery specializing in quality African and tribal fine art. We offer an array of masks, statuettes, fetishes, ceremonial objects and sculptures to grace your collection.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.shanigallery.com/

–>Shani Gallery

 
  The world of Tribal ArtsThe only magazine dedicated to fine and antique traditional art from the Americas, Africa, Asia, Indonesia, Polynesia, Melanesia and Micronesia

African art, Carving – sculptures – statues, Tribal art selection

<!–URL: http://www.tribalarts.com

–>The world of Tribal Arts

 
  Africa TradeAfrican Tribe Masks, Pictures of African Masks, Recycled Craft Projects, Soapstone Sculpture Carving, Maps on Africa.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, Weapons, Jewellery, baga

<!–URL: http://www.africa-trade.com/

–>Africa Trade

 
  For african artIf African art interests you, you have come to the right place. African Art being our passion involves us with the top African art suppliers and tribal art representatives, thus enabling us to offer you outstanding African art pieces from many regions, tribes and countries.Whether your interest African art lies in contemporary ebony carvings, masks, paintings, sculpture, furniture or older collectable items, your interest in our passion is appreciated by us at for african art.com, it is through your interest that we are able to live out our dream and have a business doing what we love. Click here for our New Arrivals.

African art, Carving – sculptures – statues, Weapons, Painting, Musical instruments, Furniture, Dolls, Tribal art african

<!–URL: http://www.forafricanart.com/

–>For african art

 
  The Art of Burkina FasoThe Art of Burkina Faso

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.uiowa.edu/%7Eafricart/Art%20of%20Burkina%20Faso.html

–>The Art of Burkina Faso

 
  Kerr Museum ProductionKMP was created to aid public institutions and private collections to identify conserve and display their collections utilizing the latest systems and technology.

African art, Carving – sculptures – statues, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://kerrmuseumproductions.com/

–>Kerr Museum Production

 
  Authentic AfricaAfrican art,african tribal art,african tribal masks,african masks,african spearsafrican art,african tribal art,african tribal masks,african masks,african sculptures and art,african sculpture,african furniture,african instruments,african drums,african music,zulu baskets

African art, Jewellery, Baskets, Textile, Carving – sculptures – statues, Dolls

<!–URL: http://www.authenticafrica.com

–>Authentic Africa

 
  Find hand-crafted and authentic African art and masks at AfricanArt.comOur gallery carries hand-crafted, authentic African Art. We pride ourselves on our collection of contemporary and traditional African art including our African masks and abstract sculptures.

African art, Carving – sculptures – statues, Tribal art african

<!–URL: http://africanart.com

–>Find hand-crafted and authentic African art and masks at AfricanArt.com

 
  Africa ImportThe Largest source of African goods anywhere!
You will find more authentic African products here than anywhere else.
You will find from 50 to 150 brand new products every month.
You will find ethnic and cultural items from outside of Africa.
There are over 2,000 successful businesses and individuals in the US right now who are earning all of their income, or extra income, with Africa Imports products.
Because our business only succeeds when our customers do, we provide everything you need to grow your business for free. You get free books and online information on ethnic products. And you get books, videos, and plans, on growing your business. All for free.Who we are

African art, Carving – sculptures – statues, Musical instruments, Jewellery

<!–URL: http://africaimports.info/

–>Africa Import

 
  African Sculptural artAfrican Sculptural Art.

African art, Carving – sculptures – statues, Tribal art african

<!–URL: http://web.onetel.net.uk/~herbertroese/index.html

–>African Sculptural art

 
  Jacqueline et Yves PrigogineTribal art from new guinea

Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues, irian jaya

<!–URL: http://www.jyp-art.com

–>Jacqueline et Yves Prigogine

 
  Tema Tribal ArtAt Tema Tribal Art we endeavour to provide African artefacts of excelent quality at affordable prices. We do not deal in copy items or buy from African runners coming to Europe. As a result of many copy items reaching the art market we are particularly selective in the items we present for sale.

African art, Carving – sculptures – statues, African Masks, Tribal art selection

<!–URL: http://www.tematribalart.com

–>Tema Tribal Art

 
  Michael Hamson Oceanic ArtMichael Hamson Oceanic Art/Material Culture is a private gallery dealing in museum quality art primarily from New Guinea. With a Masters degree in African and Oceanic Art History and years of field experience in the most remote areas of New Guinea I buy and sell older, authentic art that has passed the test of time within the culture that produced and used the piece. From Utilitarian objects such as bowls, plates and drums to the more ceremonial and ritually used items as figures and masks I search for both the unusual and the classic–but always for the beautiful. It is when the local and Western aesthetic notions of quality, utility, clarity, power and elegance meet that one separates the art from the artifact. And it is these works of art that you will find within these pages.

Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.michaelhamson.com

–>Michael Hamson Oceanic Art

 
  Ole Christensen African ArtThis website is the result of my keen interest and fascination with what is simplistically called "primitive art". It is also the outcome of about 20 long years of tireless collection of art objects, mainly from the ever so fertile continent of Africa.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, Tribal art african

<!–URL: http://www.africanart.dk/

–>Ole Christensen African Art

 
  Mushagalusa.com African art galleryArt, Artifact and Rarities
Mushagalusa is a private gallery located 5 minutes from downtown Montreal.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues, Textile, Painting, Tribal art african

<!–URL: http://www.mushagalusa.com/

–>Mushagalusa.com African art gallery

 
  WollondillyWollondilly, Art Gallery, kunstgalerij, aboriginal art, aboriginal.

African art, Oceanic & Pacific art, Aboriginal art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.wollondilly.be/home.html

–>Wollondilly

 
  www.multimedialibrary.comThis page contains thumbnail images from the Benin Bronzes section of the IMAGE Royalty Free CD-ROM Volume 5: Art of Africa and Benin Bronzes from the Metropolitan Museum of Art in New York City. Click on a thumbnail or a photograph name to view a somewhat larger JPEG image of the photograph.

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.multimedialibrary.com/FramesML/IM5B/im5Bpage2.asp

–>

 
  Burrinja GalleryOne of the finest collections of Aboriginal and Oceanic Art in Australia.

Aboriginal art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.burrinja.org.au/burrinja/burrinja01.htm

–>Burrinja Gallery

 
  Musée d’AbomeyDécouvrez le musée d’Abomey, au Bénin : histoire et rois du royaume du Danhomè.

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.epa-prema.net/abomey/

–>Musée d'Abomey

 
  The New Guinea Sculpture Garden at StanfordThe New Guinea Sculpture Garden at Stanford.

Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.stanford.edu/~mjpeters/png/

–>The New Guinea Sculpture Garden at Stanford

 
  Himalayan ArtThe mission of the Himalayan Art Resources is to create a comprehensive research database, a virtual museum, of Himalayan and Tibetan art.

Asian & South East Asian art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.himalayanart.org/search/set.cfm?setID=297

–>Himalayan Art

 
  LA CASA DE AFRICACULTURA AFRICANA nació de la voluntad de unas personas enamoradas de Africa. Han pasado 17 años, y todavía nos parece un regalo diario que un solo continente pueda llenar tanto el corazón. Sigue siendo el mejor sueño y el mejor despertar.
Durante todo este tiempo hemos buscado la manera de estar más cerca de su alma, y de su pellejo, y de momento hemos encontrado estos caminos:

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.culturafricana.com/arte/galeria/indice.htm

–>LA CASA DE AFRICA

 
  Art tribalVoici des objets d’art, bibelots, etc… proposés par des collectionneurs particuliers qui souhaitent vendre ou échanger selon le cas…..Nous attendons votre contact .

African art, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://monsite.wanadoo.fr/web_art_collector/

–>Art tribal

 
  Art KongoMasques du Pays Kongo.

African art, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.nekongo.org/musee/collection.html

–>Art Kongo

 
   


TRIBAL ART, anthropologie, ethnologie

Posted in AFRIQUE, ANTHROPOLOGIE, ARCHIVES AFRICA, ETHNOGRAPHIE ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE with tags , , on mars 13, 2008 by rodolphepilaert63
  Arts.vs
  Art Africain AntiquitésNotre magasin est à Anvers en Belgique (ville portuaire touristique) nous sommes spécialisés en art anciens & et Ethnographiques du monde entier.

African art, Oceanic & Pacific art, Asian & South East Asian art, Masks

<!–URL: http://artafricain.ifrance.com

–>

Art Africain Antiquités
  Ethnotribalart armes africaines art tribal couteaux de jet appui tête bijoux ethniques masquesArmes d’Afrique, appuie-tête, bijoux ethniques, objets rituels du Tibet, textiles, statues, masques…

African art, Masks, Weapons, Furniture, Textile, Tribal art selection

<!–URL: http://ethnotribalart.com

–>

Ethnotribalart armes africaines art tribal  couteaux de jet appui tête bijoux ethniques masques
  F A N G A R T T R I B A L , S C PFang art tribal African art

African art, Carving – sculptures – statues, Masks, African Masks, fang

<!–URL: http://www.dquels.com/fang/antiguitats.html

–>

F A N G   A R T   T R I B A L ,   S C P
  Musée du masque – BelgiqueLes bâtiments occupés par le Musée International du Carnaval et du Masque servirent durant plusieurs siècles d’établissement d’enseignement. Au XVIIIème siècle, ils abritaient un collège placé sous la direction des Augustins.

African art, African Masks, Masks

<!–URL: http://www.museedumasque.be/

–>

Musée du masque - Belgique
  Maison GerardMaison Gerard Ltd. specializes in Fine French & American
Art Deco Furniture and objets d’Art.

African art, Masks, marka

<!–URL: http://www.maisongerard.com/exhibitions/african/

–>

Maison Gerard
  Via Mundivia-mundi art afrique gallerie peinture contemporaine masque batik bronze statue.

African art, Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.via-mundi.com/

–>

Via Mundi
  Etnographic antique dealsAcutions

African art, Native american art, Oceanic & Pacific art, Masks, Carving – sculptures – statues, African Masks

<!–URL: http://ethnographic.antique-deal.com/

–>

Etnographic antique deals
  Papua New Guinea HANDCRAFT EXPORTSPapua New Guinea HANDCRAFT EXPORTS Suppliers of quality traditional-style Melanesian artifacts and handcrafts.

Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Weapons, Shields, Masks

<!–URL: http://pnghandcrafts.8k.com/

–>

  Papua New Guinea HANDCRAFT EXPORTS
  Tribal Art WorksArt works from new guinea, africa, and around the world

African art, Native american art, Oceanic & Pacific art, Asian & South East Asian art, Masks, Tribal art selection

<!–URL: http://www.tribalartworks.com

–>

Tribal Art Works
  Cultural Art WorksCultural Artworks is committed to offering authentic, high quality
artworks from many cultures of the world.

African art, Native american art, Carving – sculptures – statues, Masks, Carpets-rugs

<!–URL: http://www.culturalartworks.com

–>

Cultural Art Works
  NovicaShop for Tribal Art at NOVICA.com Shop for world art and home décor at NOVICA.Connect with world artists of handcrafted home décor,unique jewelry,and original art from Asia,Africa,and Latin America. .

African art, Asian & South East Asian art, Central & South American art, Masks, Jewellery, Furniture, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.novica.com

–>

Novica
  Brightpath – Brightpath Fine Tribal Arts of Africa , IndonesiaAuthentic African Tribal Art including masks and sculpture, Authentic Precolumbian Art and artifacts , Tibetan buddhist arts and ritual objects, Indonesian Tribal art , Oceanic Tribal art and Native American art and relics.
On line gallery and Monthly internet auctions.

African art, Asian & South East Asian art, Pre columbian art, Native american art, Oceanic & Pacific art, Weapons, Textile, Masks, Tribal art selection

<!–URL: http://www.brightpath.net

–>

Brightpath - Brightpath Fine Tribal Arts of Africa , Indonesia
  SujaroNorth America’s premier retailer of African masks, statues, beadwork, textiles and more.

African art, Masks, Carving – sculptures – statues, Textile, Jewellery, Terra cotta, beadworks

<!–URL: http://www.sujaro.com/

–>

Sujaro
  J.P. Willborg J.P. Willborg – Antique rugs & carpets – Textiles – African Art

African art, Asian & South East Asian art, Masks

<!–URL: http://www.jpwillborg.com/

–>

J.P. Willborg
  Indigeneous Fine ArtIndigenous Fine Arts is located in Sarasota, Florida. The team of experts at IFA has over fifty-five years experience in collecting and authenticating fine art and antiquities. This expertise, care, and attention to detail assures that each item we sell is accurately represented, allowing you to buy with total confidence.

African art, Masks, African Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.indigenousfinearts.com/

–>

Indigeneous Fine Art
  Abdou MFOPA POUNTOUGNIGNI Abdou knows many of the artists in and around his hometown of Foumban, including ceramists, metal casters, and wood carvers. He is interested in selling their work. All of the pieces on this page were made in or around Foumban, some in the style of surrounding areas. Abdou is also a fantastic tourguide.

African art, African Masks, Masks, Carving – sculptures – statues, Furniture

<!–URL: http://iweb.tntech.edu/cventura/abdou.htm

–>

Abdou MFOPA POUNTOUGNIGNI
  Tribal Art ForumTribal Art Forum,where lovers of tribal art can share their knowledge and enthusiasm.Articles and discussion of tribal art from Africa,for all collectors,novice through expert …Tribal Art Forum.Welcome to Tribal Art Forum,dedicated to tribal arts of the world,where collectors …

African art, Masks, Tribal art selection

<!–URL: http://www.tribalartforum.org

–>

Tribal Art Forum
  CaravanWe are specialized in African art: masks, figures, fetishes, shields, headdresses, weapons, Zulu earplugs, Zulu beerpots, beadwork, African furniture and household objects.

African art, Masks, Weapons, Furniture

<!–URL: http://www.caravan-tribalart.com/

–>

Caravan
  Tribal ArtifactsTRIBAL ARTIFACTS, INC. offers a broad spectrum of high quality, unique articles from the many cultures of southeast Asia.

Oceanic & Pacific art, Asian & South East Asian art, Masks

<!–URL: http://www.tribalartifacts.com/

–>

Tribal Artifacts
  ZyamaAfrican art museum.Tribal masks and statues of Africa.African art museum.Major collecton of tribal masks,statues,sculptures and bronzes….Welcome to the collection of African tribal art featuring over 1,200 artifacts from 100 ethnic groups …Learn about art,culture and history of each ethnic group….

African art, Masks, African Masks

<!–URL: http://www.zyama.com

–>

Zyama
  Art YetiArt from the Himalayas

Asian & South East Asian art, Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.artyeti.com/

–>

Art Yeti
  Gallery IpponGallery Ippon, founded in 1976, is one of the leading antique galeries in Europe, mainly specialised in Japanese and primitive art.

African art, Oceanic & Pacific art, African Masks, Masks

<!–URL: http://www.ippon.com/

–>

Gallery Ippon
  Oceanic Arts AustraliaWe specialise in Museum quality Oceanic and Aboriginal Tribal Art & Artefacts, from; Papua New Guinea, Irian Jaya (West Papua), Solomon Islands, Vanuatua, Fiji, Polynesia and Micronesian, and the Australian Aboriginal cultural groups.

Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Masks, irian jaya

<!–URL: http://www.oceanicartsaustralia.com/

–>

Oceanic Arts Australia
  MatomboSkulpturen & Kunsthandwerk
aus Afrika

African art, Carving – sculptures – statues, Jewellery, Textile, Furniture, Masks, shona sculptures

<!–URL: http://www.matombo.at/angebot.htm

–>

Matombo
  Art & Vision d’océanieBienvenue sur notre site,
En visitant la galerie, vous aurez un aperçu de nos collections.
Chaque pièce est une oeuvre unique réalisée à la main par d’authentiques artistes océaniens.
Si vous cherchez un objet particulier ne figurant pas dans la galerie ou déjà vendu, nous sommes en mesure de répondre à votre attente, aussi n’hésitez pas à nous contacter.

Oceanic & Pacific art, Masks, Shields, Pottery, Jewellery, Weapons, other

<!–URL: http://www.art-vision-oceanie.com/

–>

Art & Vision d'océanie
  SJSU Digital Art LobbyWelcome to the SJSU Digital Art Lobby.

African art, Masks, African Masks, marka

<!–URL: http://gallery.sjsu.edu/exhibits/

–>

SJSU Digital Art Lobby
  ExbaliExporters of High Quality, Bali Bamboo Furniture, Teak Furniture, Bali Rattan and Bamboo Furniture, Fabrics, Bali Fashion Accessories, Interior, Exterior Balinese Decor and Home-wares, Bali Handicrafts, Ceramics, Bali Pottery, Bali Stone and Balinese Wood Carving Products from Indonesia.

Asian & South East Asian art, Furniture, Masks, decorative shop, indonesian

<!–URL: http://www.exbali.com

–>

Exbali
  Medicine Man Galleryarly Native American, Contemporary, American Indian Art gallery. Specializing in Maynard Dixon, Taos Society of Artists, Navajo Rugs, Indian Pottery, Indian Baskets.

Native american art, Carpets-rugs, Masks, Jewellery, Baskets

<!–URL: http://medicinemangallery.com

–>

Medicine Man Gallery
  AAOARTS.COM MARIE – CATHERINE DAFFOS &JEAN – LUC ESTOURNEL Since 1993, we assist various auctioneers in the selection of the objects, the drafting of the catalogues and the organization of their sales of Primitive arts and Arts of Asia.
In 1995 the growing development of this activity has temporarily constrained us to put a term at that of Galeristes which was our since 1984, up to the recent reopening of AAOARTS.gallery.
Since then, we ensure a mission of expertise, near the auctioneers, but also of consulting near the eager private individuals wishing:

African art, Oceanic & Pacific art, Asian & South East Asian art, Papua & New Guinea art, Masks, Auctions

<!–URL: http://www.aaoarts.com

–>

AAOARTS.COM  MARIE - CATHERINE DAFFOS &JEAN - LUC ESTOURNEL
EthnixETHNIX is an African Art and Tribal Artifacts gallery located in New York City.
Our collection currently houses artifacts from 120 ethnic groups
spanning 40+ countries from around the world.
This site contains extensive ethnographic information and cultural studies.

African art, Masks, Carving – sculptures – statues, Jewellery, Textile, African Masks

<!–URL: http://www.ethnix.com

–>

  Ethnix
  Tikis of HawaiAloha and welcome! Tikis of Hawaii is pleased to offer genuine Hawaiian Tikis and other hand carved Polynesian wooden sculptures from the exotic South Seas.

Oceanic & Pacific art, Masks

<!–URL: http://www.tikis.net/

–>Tikis of Hawai

 
  Gallery Primitivetribal art gallery specialising in masks and sculptures from papua new guinea, indonesia and oceania, gallery primitive is located in Cairns Australia masks of interest are yam masks, waken masks, spirit masks, gable masks, mwai masks, minja masks, yena masks.

Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Masks

<!–URL: http://www.tikowi.com.au/

–>Gallery Primitive

 
  Gone BeyondGonebeyond.com is the website for P.A. Milton, dealer in antique art and artifacts from around the word, with a focus on southeast Asia and Oceania

African art, Oceanic & Pacific art, Masks

<!–URL: http://www.gonebeyond.com

–>Gone Beyond

 
  Arctic Art Sales Your source for Inuit art, soapstone sculptures, tupilaks, masks, jewelry, narwhal- and walrus tusks, polar bear hides, corporate gifts, trophies, taxidermy

Artic art, Carving – sculptures – statues, Jewellery, Masks, other

<!–URL: http://www.arcticartsales.com/

–>Arctic Art Sales

 
  Africa CurioAFRICAN PRIMITIVE TRIBAL ETHNIC ART – PRIMITIVE MONEY AFRICAN MONEY

African art, Masks

<!–URL: http://www.africacurio.com/

–>Africa Curio

 
  Tribal art Forum
THE FIRST ONLINE AUCTION HOUSE FOR TRIBAL ART

African art, Oceanic & Pacific art, Carving – sculptures – statues, Jewellery, Masks, Terra cotta, textile

<!–URL: http://www.tribalartforum.com/

–>Tribal art Forum

 
  BC galleriesAncient Art and Antiquities, Tribal Art and Ethnographica

African art, Oceanic & Pacific art, Aboriginal art, Papua & New Guinea art, Artic art, Textile, Masks, Shields, inuit-eskimo

<!–URL: http://www.bcgalleries.com.au

–>BC galleries

 
  Ethnic ArtsEthnic Arts offers extensive collections of ethnic textiles, cotton batiks, silk and cotton ikats, wayang puppets, masks, wooden carvings, hand made paper, baskets, folk art greeting cards, jewelry and more from Asia, Africa, Latin America and India.

African art, Asian & South East Asian art, Papua & New Guinea art, Textile, Baskets, Masks, Carving – sculptures – statues, Jewellery, Painting, African Masks, marka

<!–URL: http://www.ethnicarts.com/

–>Ethnic Arts

 
  Pacific ArtefactsPacific Artefacts

Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Masks

<!–URL: http://www.pacificartefacts.com/

–>Pacific Artefacts

 
  TabwaTribal Artvisit this site for tribal rugs and kilims and tribal art such as ikat,batik,pottery,masks and sculpture.

African art, Asian & South East Asian art, Masks, Jewellery, Textile, terra cotta

<!–URL: http://www.tabwa.com

–>Tabwa

 
  Merton Simpson GalleryThe Gallery has an extensive and excellent collection of African art from numerous regions. We have, over the past forty seven years, provided quality objets d’art to museums, collectors, and corporations throughout the world. Our particular specialty lies in important pieces from Benin, but we also carry pieces from Gabon, Zaire, Ivory Coast, Ethiopia, Congo and other regions.

African art, Oceanic & Pacific art, Masks

<!–URL: http://www.mertonsimpsongallery.com/

–>Merton Simpson Gallery

 
  Tribal MasksMask information for collectors, buyers and those who love old and new masks

African Masks, Masks

<!–URL: http://www.mask-and-more-masks.com/tribal-masks.html

–>Tribal Masks

 
  Alcheringa GalleryAlcheringa Gallery; exhibitions of fine tribal art by Northwest Coast, Aboriginal Australian, and Papua New Guinea artists.

Oceanic & Pacific art, Aboriginal art, Papua & New Guinea art, Jewellery, Masks, Painting, Textile

<!–URL: http://www.alcheringa-gallery.com/

–>Alcheringa Gallery

 
  Tribal-Artifacts.com & NewGuineaArt.comTribal-Artifacts.com, NewGuineaArt.com – Art from New Guinea and Panama

Papua & New Guinea art, Central & South American art, Oceanic & Pacific art, Aboriginal art, Masks, Carving – sculptures – statues, Weapons, Painting, Tribal art selection

<!–URL: http://www.newguineaart.com

–>Tribal-Artifacts.com & NewGuineaArt.com

 
  Rain Forest JewelsTribal Art from the RainforestVisit our galleries of tribal art,directly from Panama,molas,tagua and cocobolo carvings,beads (chaquiras),chacara bags,and pre-Columbian pottery. .

Central & South American art, Masks, Baskets, Painting, Pottery, pre-colombian art

<!–URL: http://www.rainforestjewel.com

–>Rain Forest Jewels

 
  Indigo ArtsIndigo is a store and gallery of international Folk Art located in Philadelphia

African art, Asian & South East Asian art, Central & South American art, African Masks, Masks, Textile

<!–URL: http://www.indigoarts.com

–>Indigo Arts

 
  Totem Meneghelli GalleryAuthentic african art

African art, Masks, Jewellery, Textile

<!–URL: http://www.totemgallery.co.za/

–>Totem Meneghelli Gallery

 
  Museum for African ArtMuseum for African art long island

African art, Masks, Carving – sculptures – statues, Tribal art african

<!–URL: http://www.africanart.org/

–>Museum for African Art

 
  Haitian ArtOn this web site you can find a short introduction of Haiti, its culture and history as well as an overview of the typical art of the country.

Oceanic & Pacific art, Masks, vaudou

<!–URL: http://haitianart.cjb.net

–>Haitian Art

 
  Tribal RenegadeTribal Rengade travels the exotic islands of the South Pacific, visiting timeless cultures, collecting quality works of rare and primitive art.

Oceanic & Pacific art, Masks, Carving – sculptures – statues, Shields, Weapons, indonesian

<!–URL: http://www.tribalrenegade.com/

–>Tribal Renegade

 
  Missing link collectionEstablished in 1970, the Missing Link
Collection includes authentic,
museum quality objects originating
from the traditional cultures of Africa,
Asia, Oceania and the Americas.
Proprietor and collector Frank Breuer
and curator Michael Cichon have
more than fifty years combined
experience in the field of Tribal and
Ancient arts. Many objects from the
Collection reside in important private
collections throughout the U.S.,
Canada and Europe.

African art, Native american art, Asian & South East Asian art, Oceanic & Pacific art, Central & South American art, African Masks, Masks, Carving – sculptures – statues

<!–URL: http://www.missinglinkcollection.com/

–>Missing link collection

 
  Tribal Art Collectortribal art, african art, art gallery, traditional, authentic, high quality, african masks, african sculptures, tribe, statues, headresses, costumes, textiles, stools, beadwork, bronzes, currency, zulu, xhosa, zaramo, tembu, makonde, zande, yaka, tabwa, suku, pende, fante, grebo, guro, ibibio, igbo, ibo, mama, mende, mumuye, temne, toma, yaure, yoruba, fang, kongo, congo, kota, mbete, punu, yombe, hemba, kuba, lega, luba, asante, ashante, baule, bamileke, bamum, bafum, bwa, baga, bete, chokwe, dogon, lobi, mossi, senufo, songye, dan, eket

African art, Masks, Carving – sculptures – statues, Tribal art selection

<!–URL: http://www.tribalartcollector.com

–>Tribal Art Collector

 
  fernandez Leventhal GalleryThank you for visiting the FernandezLeventhal gallery online, where you will find an exciting selection of archaeological items, tribal and ethnographic art. Our offerings are indeed as eclectic as the cultures they represent.

African art, Pre columbian art, Masks, African Masks

<!–URL: http://www.fernandezleventhal.com

–>fernandez Leventhal Gallery

 
  Masks of the worldAn on-line shop for mask collectors and folk art lovers featuring tribal masks from Africa, India, the Himalayas, Asia, China, Korea, Java, Bali, New Guinea, Northwest Coast America, Mexico, Guatemala, the Caribbean, and Native America. Also included are masks for Halloween, Party, Drama, Art, and Protection.

African art, Oceanic & Pacific art, Native american art, Central & South American art, African Masks, Masks

<!–URL: http://www.masksoftheworld.com

–>Masks of the world

 
  Colombus & CookOceanic Art and ArtifactsPrimitive and oceanic art from Asia and Indonesia.Excellent quality,low prices.View our online inventory with prices and dimensions now.Hundreds of items to choose from….

Asian & South East Asian art, Oceanic & Pacific art, Masks

<!–URL: http://www.columbusandcook.com

–>Colombus & Cook

 
  Carovane Tribal Art AntiquesPRIMITIVE ART FROM MELANESIA, MICRONESIA, POLINESIA, masks, shield, body ornaments, bowls, clubs, axe, and more old and particolar items

Oceanic & Pacific art, Papua & New Guinea art, Carving – sculptures – statues, Jewellery, Masks, Shields, Weapons

<!–URL: http://tribalart.roma.it

–>Carovane Tribal Art Antiques

 
  Galeria NamuGalería Namu online shopping for indigenous and folk art from Costa Rica. Includes Costa Rican ceremonial masks

Central & South American art, Masks, Weapons, Textile, mossi

<!–URL: http://www.galerianamu.com/

–>Galeria Namu

 
  Zena Kruzick Tribal ArtZena Kruzick Tribal Art – A world of exotic objects: ethnic silver jewelry, tribal artifacts and textiles

African art, Asian & South East Asian art, Oceanic & Pacific art, Textile, Masks, Tribal art selection

<!–URL: http://www.zenakruzick.com/

–>Zena Kruzick Tribal Art

 
  Ethno GalleryEthno Gallery offers fine handcrafted products from South America, Africa and Asia. We specialize in folk art, tribal artifacts, and ethnic crafts with an emphasis on authenticity and quality. Our offerings change frequently, depending upon where our travels take us, but we strive to maintain a consistent yet broad range of unique products.

African art, Central & South American art, African Masks, Weapons, Textile, Masks

<!–URL: http://www.ethnogallery.comEthno Gallery

–>

 

TRIBAL ART

Posted in AFRIQUE, ANTHROPOLOGIE, ARCHIVES AFRICA, ETHNOGRAPHIE ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, ETHNOMUSICOLOGIE with tags on mars 13, 2008 by rodolphepilaert63

Tribal Art Forum Tribal Art Forum

Igbo "Beautiful Maiden" Masks Igbo "Beautiful Maiden" Masques

by John Monroe Par John Monroe

I. Introduction I. Introduction

For me, one of the most enjoyable aspects of getting to know African art is the process of "eye sharpening" that happens as you learn more about the material. Knowledge and experience can open up whole new worlds – it’s a matter of learning how to see a particular kind of beauty that isn’t readily accessible to someone accustomed to European art. Pour moi, un des aspects les plus agréables de découvrir l’art africain est le processus consistant à «aiguiser l’oeil" ce qui se passe lorsque vous en savoir plus sur le matériel. La connaissance et l’expérience peuvent ouvrir de nouveaux mondes entier – il est question de formation à distance Voir un type particulier de la beauté qui ne sont pas aisément accessibles à une personne habituée à l’art européen. When collectors and dealers refer to this process of eye-training, they generally talk about learning to distinguish the "authentic" from the "fake," with the presupposition that authenticity is also a marker of esthetic quality. Lorsque les collectionneurs et marchands se référer à ce processus de formation de l’oeil, elles sont généralement parler de l’apprentissage à distinguer les "authentiques" du "faux", avec le présupposé que l’authenticité est aussi un marqueur de l’esthétique. From this perspective, if it’s authentic, made by a particular group for its own use, then it’s beautiful; if it’s fake, made for sale to visitors, then it’s kitsch. De ce point de vue, si elle est authentique, faite par un groupe en particulier pour son propre usage, alors il est beau, et si c’est faux, faite à la vente aux visiteurs, alors il est kitsch.

This assumption makes me uncomfortable. Cette hypothèse me rend mal à l’aise. I prefer to leave open the possibility that there are some excellent pieces made for sale to visitors, and that African creativity can flourish in the contemporary international marketplace just as it once flourished in the narrower colonial one. Je préfère laisser ouverte la possibilité qu’il existe d’excellents morceaux réalisés à la vente aux visiteurs, et que les Africains puissent s’épanouir la créativité contemporaine dans le marché international tout comme elle, une fois régnait dans la plus étroite coloniale. When I’m deciding on a piece, my main concern is not "is this sculpture authentic," but rather "is this sculpture beautiful." Quand on me décider sur un morceau, ma principale préoccupation est de ne pas "cette sculpture est authentique", mais "cette sculpture est belle."

At the same time, however, it’s impossible to avoid the question of "authenticity" if you are interested in collecting fine pieces of African art. This is true for both esthetic and financial reasons. First, the esthetic. In my experience, I’ve found that the pieces African people have made for their own use generally tend to be finer and more subtle than those made for sale to visitors. Dans le même temps, toutefois, il est impossible d’éluder la question de "l’authenticité" si vous êtes intéressé à la collecte de belles pièces d’art africain. Cela est vrai à la fois pour des raisons esthétiques et financières. Premièrement, l’esthétique. Selon mon expérience, je ‘ Ve a constaté que les pièces peuples africains ont fait pour leur propre usage en général ont tendance à être plus fine et plus subtile que celles qui sont faites à la vente aux visiteurs. Second, the financial. Authentic pieces, for reasons I’ll try to explain a bit, fetch far higher prices than pieces deemed to be inauthentic. Deuxièmement, la financière. Authentiques pièces, pour des raisons que je vais essayer d’expliquer un peu, aller chercher beaucoup plus élevés que les prix des pièces jugées authentiques. Therefore, knowing how to recognize authenticity is crucial to being an informed buyer. Par conséquent, savoir reconnaître l’authenticité est crucial d’être en connaissance de l’acheteur. How, then, do you tell what’s "authentic" from what’s not? This is a complicated question to answer in a general way. There are certain basic principles (you can see a list of them at David Norden’s website ), but they are not the whole story. Comment, alors, dites-vous ce qui est "authentique" de ce qui ne va pas? C’est compliqué de répondre à cette question d’une manière générale. Il ya certains principes de base (vous pouvez voir la liste de ces noms à David Norden le site Web), mais elles ne sont pas Toute l’histoire. In addition to general rules of thumb, you need specific knowledge about the particular type of object that interests you. En plus des règles générales de pouce, vous avez besoin de connaissances spécifiques concernant le type d’objet qui vous intéresse. What I’ll try to do here is provide a clearer sense of how to assess authenticity by looking closely at three examples of a single type of object, the Igbo Agbogho Mmwo Mmwo (or "Beautiful Maiden") mask. Ce que je vais essayer de faire ici, c’est d’avoir une meilleure idée de la façon d’évaluer l’authenticité en regardant de près les trois exemples d’un seul type d’objet, l’igbo Agbogho Mmwo Mmwo (ou "Beautiful Maiden") masque.

II. Two Masks II. Deux masques

A few years ago, my wife and I decided it might be fun to own a piece of traditional African sculpture. Il ya quelques années, ma femme et moi avons décidé qu’il pourrait être amusant de posséder un morceau de la sculpture traditionnelle africaine. We had read an article in the Village Voice , describing a warehouse in Chelsea that serves as a distribution hub for art importers from Africa (often called "runners"), and we decided that it would be a good place to find something. After visiting a number of stalls, and being led to storage units by individual dealers, each crammed with tribal objects of all descriptions, we saw our first Mmwo mask, though we didn’t realize at the time what it was. Nous avions lu un article dans le Village Voice, décrivant un entrepôt de Chelsea qui sert de centre de distribution pour l’art importateurs de l’Afrique (souvent appelés «coureurs»), et nous avons décidé que ce serait un bon endroit pour trouver quelque chose. Après avoir visité Un certain nombre de décrochages, et étant donné lieu à des unités de stockage par des négociants individuels, chaque tribu bourrée d’objets de tous genres, nous avons vu notre premier Mmwo masque, si nous ne l’avons pas réalisé à l’époque ce que c’était. A protracted bargaining session ensued; we finally bought the mask for $250.00. Une longue séance de négociation s’est ensuivi, nous avons finalement acheté le masque pour 250,00 $.

The man who sold it to us, a young trader just getting his start, made a show of dismay at the "low price" he had given us – a bit of theatricality often encountered in the bargaining process, it turns out – but in fact he must have been quite pleased. My wife and I had paid rather more than the mask’s market value. Pieces of its kind, decorative and made specifically for export or sale to tourists, are quite common, and could reasonably be expected to fetch anywhere from $80 to $150, depending upon their quality and the place they are sold. Here is a picture of the mask: L’homme qui a vendu à nous, un jeune commerçant vient de démarrer ses débuts, a fait une démonstration de consternation devant le «bas prix», il nous avait donné – un peu de théâtralité souvent rencontrées dans le processus de négociation, il se trouve – mais en fait, Il doit avoir été très heureux. Ma femme et moi avons payé un peu plus que le masque de la valeur du marché. Les morceaux de son genre, décoratives et sont faits spécialement pour l’exportation ou la vente aux touristes, sont assez communs, et on peut raisonnablement s’attendre à récupérer à partir de n’importe quel endroit $ 80 à $ 150, en fonction de leur qualité et de l’endroit où il est vendu. Voici une photo du masque:

An observer with a little experience looking at Mmwo masks would be able to identify this as a recently made export piece quite easily. It has several obvious marks of "inauthenticity." First, the face. This particular face, with its heart shaped smile, seems to be a specialty of at least one workshop devoted to the tourist trade. I have never seen a tribally used mask with a face like this, but similar export pieces crop up quite frequently. Second, there is the carving. While the overall form is balanced and well-proportioned, the detail work, especially on the coiffure, is cursory. Instead of the elaborate patterns of braiding that often appear on tribally-used examples, there are a few spirals shallowly incised into the surface. Third, the patina: the black, white, red and blue polychrome on this mask is quite common on Igbo pieces made for export; the same color combination, however – at least of this brightness – is rare on pieces made for tribal use. In addition, the white kaolin on the face and the black coloring on the coiffure are clean and uniform in a way that the surfaces of tribally-used masks tend not to be. Fourth, in a tribal context, these masks are usually worn attached to cloth costumes. Un observateur avec un peu d’expérience regardant Mmwo masques seraient en mesure d’identifier cela comme un morceau d’exportation récemment fait assez facilement. Il possède plusieurs marques évidentes de "inauthenticité." Premièrement, le visage. Ce visage particulier, avec son cœur en forme de sourire, Semble être une spécialité d’au moins un atelier consacré à l’industrie du tourisme. Je n’ai jamais vu un masque de la tribu utilisé avec un visage comme celui-ci, mais l’exportation de pièces similaires surgissent assez fréquemment. Deuxièmement, il ya la sculpture. Bien que la forme globale Est équilibré et bien proportionné, le travail de précision, en particulier sur la coiffure, est superficielle. Au lieu d’élaborer les schémas de tressage qui, souvent, apparaissent à la tribu des exemples utilisés, il ya quelques spirales shallowly incisés dans la surface. Troisièmement, la patine : Noir, blanc, rouge et bleu polychrome sur ce masque est assez fréquent sur igbo morceaux réalisés à l’exportation, la même combinaison de couleurs, toutefois – du moins de cette luminosité – est rare sur des morceaux réalisés pour utiliser tribales. En outre, le blanc Kaolin sur le visage et la coloration noire sur la coiffure sont propres et uniforme d’une façon que les surfaces de la tribu des masques utilisés ont tendance à ne pas l’être. Quatrièmement, dans un contexte tribal, ces masques sont généralement attachées à porter des costumes en tissu. A tribally-used example should have holes all around its rim, so the costume’s neck can be stitched to the mask. Fifth, there is the inside of the mask, which appears to have been waxed to a uniform, smooth finish: Une tribu exemple utilisé doit avoir des trous tout autour de sa jante, donc le costume du cou peut être cousue au masque. Cinquièmement, il existe à l’intérieur du masque, qui semble avoir été cirées à l’uniforme, lisse:

The insides of tribally-used examples are also sanded smooth, but left unfinished. À l’intérieur de la tribu des exemples utilisés sont aussi poncés lisses, mais laissée inachevée. They often have perceptible areas of wear at the places where they would have come in contact with the wearer’s face. Ils ont souvent perceptible zones de résistance à l’usure, aux endroits où ils sont entrés en contact avec la porte. These signs of wear can be difficult to see in photographs, because they are often quite subtle. An excessively visible patch of wear, in fact, can often be a sign that a mask has been artificially aged. Finally, there is the odor. Ces signes d’usure peuvent être difficiles à voir dans les photographies, parce qu’ils sont souvent très subtiles. Un patch trop visibles d’usure, en fait, est souvent un signe qu’un masque a été vieilli artificiellement. Enfin, il ya l’odeur. At the time we bought it, the mask had a pronounced smoky smell, typical of recently-made pieces from Africa. Au moment où nous avons acheté il, le masque a une forte odeur enfumée, typique de ceux faits sur mesure récemment de l’Afrique.

Whatever this mask’s shortcomings from a connoisseur’s perspective, my wife and I found it intriguing, and it inspired us to begin studying the Igbo people and their masquerades in more depth. We dug around in a nearby university library for books on the subject (a few particularly good ones are listed at the end). Quelles que soient les insuffisances de ce masque d’un connaisseur de vue, ma femme et j’ai trouvé cela fascinant, et il nous a inspiré pour commencer l’étude de l’igbo personnes et leurs mascarades de manière plus approfondie. Creusées autour de nous dans une université voisine de bibliothèque pour les livres sur le sujet (à quelques Particulièrement bons sont énumérés à la fin). These masks, we learned, called "Agbogho Mmwo," represent the Igbo ideal of female beauty. In addition to indicating otherworldly origins, their white faces symbolize purity and virtue. This form, a three-quarters helmet with an elaborate crest, inspired by traditional Igbo women’s coiffures, is particularly common the northern portion of Igboland. The men who wear the masks – and they are always worn by men – dance in a style that strikes the Igbo as being both "feminine" and considerably more virtuosic than ordinary women’s dancing. In the old days, these masks appeared at second burial ceremonies, often in conjunction with "fierce" black masks called "Mgbedike." The Mgbedike is the Agbogho Mmwo opposite – ugly instead of beautiful, aggressive instead of graceful. These two masks embody the difference between male and female qualities, but also between wilderness and civilization: the Mgbedike , a monstrous, bestial figure, wears a costume of leaves. The Agbogho Mmwo , on the other hand, wears a suit of elaborately-appliquéd cloth, which evokes the elaborate designs, called "uli," that Igbo women sometimes paint on their bodies with vegetable dye. Ces masques, nous avons appris, dit "Agbogho Mmwo," représentent la igbo idéal de la beauté féminine. En plus d’autre indiquant origines, leurs faces blanches symbolisant la pureté et la vertu. Ce formulaire, un casque de trois-quarts avec une crête élaborer, inspiré par Traditionnelle igbo coiffures féminines, est particulièrement fréquente la partie nord de Igboland. Les hommes qui portent des masques – et ils sont toujours portés par les hommes – la danse dans un style qui frappe l’igbo comme étant à la fois «féminin» et considérablement plus que la simple virtuosité féminines Danse. Dans l’ancien temps, ces masques est apparu en deuxième enterrement des cérémonies, souvent en collaboration avec "féroce" noire masques appelés "Mgbedike." The Mgbedike est le Agbogho Mmwo contraire – au lieu de belles laides, agressives au lieu de gracieux. Ces deux masques Incarnent la différence entre les hommes et les femmes des qualités, mais aussi entre la nature et la civilisation: le Mgbedike, un monstrueux, bestial chiffre, porte un costume de feuilles. Agbogho Le Mmwo, d’autre part, porte un costume de tissu appliqué en détail-, qui Évoque la élaborées, appelé "again", que parfois les femmes igbo peinture sur leurs corps avec la teinture végétale.

As we began studying images in books and auction catalogues, my wife and I realized that our mask was in fact a rather crude, stylized copy. Comme nous avons commencé à étudier des images dans les livres et les catalogues de ventes aux enchères, ma femme et je me suis rendu compte que notre masque était en fait un peu brut, la copie stylisée. It migrated from the living room to the attic. We began looking for a better example, and after many months found the following, from the estate of a man in New York: Il a émigré de la salle de séjour au grenier. Nous avons commencé la recherche d’un meilleur exemple, et après de nombreux mois sur le produit, provenant de la succession d’un homme à New York:

This mask has certain clear stylistic similarities to the first one we purchased, but is of much higher quality. The first and clearest sign of this quality is the fineness of the carving. There is nothing "primitive" about this mask. On the contrary, it is a refined piece of work. Here, the carver has taken the time to realize the coiffure much more fully, carefully rendering each coiled braid in a regular pattern that shows considerable technical virtuosity, and creatively elaborating the struts of the crest. Ce masque a certaines similitudes stylistiques clair à la première, nous avons acheté, mais il est de bien meilleure qualité. Le premier et le plus évident signe de la qualité est la finesse de la sculpture. Il n’ya rien de «primitif» à propos de ce masque. Au contraire, C’est un raffinement de son travail. Ici, le sculpteur a pris le temps de réaliser le plus pleinement coiffure, soin rendant chaque tresse enroulée dans un schéma régulier considérable qui montre la virtuosité technique, de créativité et d’élaborer les mâts de la crête. He (Igbo carvers are traditionally men) has taken the time to pierce the mask at the centers of the ears, in order to give the dancer wearing it better visibility. The facial features have also been carved in great detail, down to the nostrils and delicate teeth, and are more expressive than the other mask’s schematic smile. Il (igbo sculpteurs sont traditionnellement les hommes) a pris le temps de percer le masque au centre de l’oreille, afin de donner le danseur porte une meilleure visibilité. Les traits du visage ont également été sculptée dans les moindres détails, jusqu’aux narines et Délicat dents, et sont plus expressifs que les autres schématique du masque de sourire.

On a structural level, the quality of the execution is clear in the walls of the mask, which are uniformly thin. Au niveau structurel, la qualité de l’exécution est claire dans les murs du masque, qui sont uniformément mince. The carver has also exercised a little artistic license, while staying true to the form. Instead of the more common triple crest, he has added a playful array of phallic protrusions. Le sculpteur a aussi exercé un peu de liberté artistique, tout en restant fidèle à la forme. Au lieu de la façon la plus commune triple crête, il a ajouté une panoplie ludique de phallique saillies.

This mask also shows signs of tribal use. It has very small holes carefully and regularly pierced around its rim, some of which still hold the thread that once attached it to its costume. On the outside edges of the mask, the areas the fabric would have rested against are rubbed smooth. The patina on the outside of this mask is subtler than it is on the other – the whole piece has clearly received multiple layers of color. This accretion is most visible on the face, but is also noticeable in the crannies of the coiffure. Ce masque montre également des signes d’utilisation tribales. Il a de très petits trous percés soigneusement et régulièrement autour de sa jante, dont certains occupent encore une fois le fil qui l’attache à son costume. Sur les bords extérieurs du masque, les zones de la trame serait Ont reposé contre sont frottées lisse. La patine à l’extérieur de ce masque est plus subtile qu’elle ne l’est sur l’autre – le morceau a clairement reçu plusieurs couches de couleur. Cette accrétion n’est plus visible sur le visage, mais elle est également perceptible dans le Crannies de la coiffure.

The front portion of the crest, visible in the first picture of the mask, has a spot of wear at exactly the place where it would be most logical for someone picking up the mask to grab it. Inside, there are areas of subtle wear in the places the dancer’s face would have rubbed the wood. La partie avant de la crête, visible dans la première image du masque, a une tache de porter exactement à l’endroit où il serait plus logique pour quelqu’un ramasser le masque pour la saisir. Al’intérieur, il existe des domaines de l’usure dans les subtiles Les lieux le visage du danseur aurait frotté les bois.

The interior is hard to photograph, and I’m not sure this picture is very revealing. In general, the marks of wear on mask interiors are subtle, and often only appear under certain angles of light. L’intérieur est difficile à photographier, et je ne suis pas sûr que ce tableau est très révélateur. De manière générale, les marques d’usure sur le masque intérieurs sont subtiles et, souvent, apparaissent uniquement sous certains angles de lumière. Masks used in more vigorous dances show more wear, but in general it is worth being suspicious if there is a single ostentatiously smooth patch inside the mask. Des masques utilisés dans plus vigoureuses danses preuve de plus de l’usure, mais en général il vaut la peine d’être suspect s’il ya un seul bon patch avec ostentation l’intérieur du masque.

III. A Third Example III. Un troisième exemple

At this point, I should note that for many collectors of African art, signs of use can be a crucial part of the esthetic whole a particular sculpture presents, and therefore add considerably to its value. In some fields of collecting – baseball cards, say – the only valuable pieces are those in "mint condition." An African sculpture in "mint condition," on the other hand, is worth much less than a well-used piece. In part, this comes from the role sculpture tends to play in African cultures. Generally, in Africa, the category of "art object" as we know it doesn’t exist, or only began existing recently. Traditional objects tended to be made (and still tend to be made, in many cases) to serve a particular purpose, whether magical, utilitarian, or as props in a larger spectacle that integrates sculpture with music, dance, and drama (like the Mmwo masks I’m talking about here). The best-loved objects, which also tend to be the most beautiful, are the ones that show signs of having been used. A ce point, je dois constater que pour de nombreux collectionneurs d’art africain, des signes d’utilisation peut être un élément essentiel de l’esthétique d’un ensemble de la sculpture présente, et donc d’ajouter considérablement sa valeur. Dans certains domaines de la collecte – les cartes de baseball, disons — Les seules pièces précieuses sont celles qui sont en "état neuf." Une sculpture africaine dans "l’état neuf", d’autre part, vaut beaucoup moins qu’un morceau bien utilisé. En partie, ceci provient du rôle de la sculpture tend à jouer Dans les cultures africaines. En général, en Afrique, la catégorie des «objet d’art» tel que nous le connaissons n’existe pas, ou seulement commencé récemment existants. Traditionnel objets tendance à être (et ont encore tendance à être déployés, dans de nombreux cas) à Servir un but particulier, si magique, utilitaire, ou comme accessoires dans un grand spectacle qui intègre la sculpture avec de la musique, la danse et le théâtre (comme les masques Mmwo je parle ici). Les plus beaux objets, qui ont également tendance à Être les plus belles, sont celles qui présentent des signes d’avoir été utilisés.

Signs of use add another dimension as well, one that’s a product of non-African perception. As the pioneering African art dealer Paul Guillaume noticed early in the last century, signs of rubbing, encrustation, abrasion and so on create surface textures – patinas – that are very rich and subtle. A nice patina, like the one on the face of the second mask above, adds a great deal to an African sculpture’s esthetic presence. When African objects first started being collected in Europe, this patina was seen as "dirt" and removed; thanks to the efforts of connoisseurs like Guillaume, sensibilities changed. Signes de l’utilisation d’ajouter ainsi une autre dimension, celle qui est un produit de la non-perception d’Afrique. En tant que pionnier de l’art africain revendeur Paul Guillaume remarqué au début du siècle dernier, des signes de frottement, incrustations, à l’abrasion et ainsi de suite créer des textures de surface – patines — Qui sont très riches et subtiles. Une belle patine, comme celle sur le visage de la deuxième masque ci-dessus, ajoute beaucoup à l’esthétique de la sculpture africaine présence. Lorsque les objets africains a commencé à être recueillies en Europe, cela a été considéré comme patine " Saleté »et enlevé; grâce aux efforts déployés par les connaisseurs comme Guillaume, sensibilités changé. For me as a collector today, the sheer beauty and uniqueness of the surfaces of African objects is one of their major attractions. Pour moi, en tant que collectionneur aujourd’hui, la beauté et le caractère unique de la surface des objets africains est l’une de leurs principales attractions.
In the time since we found our second Mmwo mask, my wife and I have continued collecting, and have gathered together a number of other examples. Depuis le moment où nous avons trouvé notre deuxième Mmwo masque, ma femme et moi avons continué la collecte, et ont rassemblé un certain nombre d’autres exemples.

One is a much newer piece, collected by a Peace Corps volunteer in the late 1960s. It is also "authentic" but makes a very different impact from the last piece I discussed. L’une est une pièce beaucoup plus récente, recueillies par un bénévole du Corps de la Paix à la fin des années 1960. Il est aussi "authentique", mais fait un impact très différent de la dernière pièce, j’ai discuté. Many collectors, in fact, would be turned off by its flamboyance. De nombreux collectionneurs, en fait, serait désactivé par sa flamboyance.

Here, as you can see, the surface is painted with European enamel and the crest is made of papier mâché over bent coathangers. Ici, comme vous pouvez le voir, la surface est peinte avec européenne émail et la crête est faite de papier mâché PELLES plus tordue. The carver has decided to add flash by using crocheted doilies in bright colors, along with an array of trade goods, including metallic Christmas tinsel, lampshade fringe, filmy blue nylon, and a mirror framed in chartreuse plastic. Le sculpteur a décidé d’ajouter à l’aide de flash napperons crochetés en couleurs vives, avec une gamme de biens commerciaux, y compris les guirlandes de Noël métallique, abat frange, filmy nylon bleu, et un miroir encadré chartreuse en plastique. While some collectors might find this mask inferior because it seems less "purely African," I appreciate the sheer exuberance with which it appropriates and transforms an array of items non-Africans might write off as "gaudy" or "cheap." Bien que certains collectionneurs pourraient trouver ce masque inférieure parce qu’elle semble moins «purement africaine», j’apprécie le simple exubérance avec laquelle elle s’approprie et transforme un tableau d’objets non-Africains pourraient radier "voyantes" ou "bon marché". The combination of elements shouldn’t work, but somehow, in my opinion, it forms a surprisingly harmonious whole, one that remains clearly identifiable as Igbo even with all the novel ingredients from far-off places. La combinaison d’éléments ne devraient pas travailler, mais d’une certaine manière, à mon avis, il forme un ensemble harmonieux étonnamment, celui qui reste clairement identifiable comme Igbo même avec tous les ingrédients du roman de lointains endroits.

Because of the way the mask is made, signs of use are more difficult to identify on this piece. Cause de la façon dont le masque est fait, les signes d’utilisation sont plus difficiles à identifier sur cette pièce. The papier mâché elements attached to the mask are so fragile that they probably would have disintegrated if left a long time in the humid conditions of southern Nigeria. The carved face and wire superstructure, on the other hand, appears to have been used multiple times – the face has at least three layers of white paint beneath the one currently visible, and the wire is either tarnished or wound in layers of weathered cloth. The carved portion of the mask shows little wear on the interior, because it seems to have been designed to sit on top of the wearer’s head like a cap. In this case, a dancer’s face would be covered by the translucent nylon, rather than the mask itself. Le papier mâché éléments attachés à la masque sont tellement fragiles qu’elles auraient probablement désintégré s’il reste longtemps dans les conditions humides du sud du Nigeria. Le visage sculpté et fils superstructure, en revanche, semble avoir été utilisée à plusieurs reprises — Face a au moins trois couches de peinture blanche sous celle actuellement visible, et le fil est soit ternie ou blessure dans les couches de tissu altéré. Sculpté La portion du masque montre peu d’usure à l’intérieur, car il semble avoir été conçu À s’asseoir sur le dessus de la tête du porteur comme un capuchon. Dans ce cas, une danseuse du visage seraient couverts par le nylon translucide, plutôt que le masque lui-même. Head-crest masks of this kind are fairly common among the Igbo. Chef de crête-masques de ce type sont assez fréquentes chez les Igbo.

This mask, then, in addition to being a favorite of mine, also gets us back to the broader question of "authenticity" that began this essay. Ce masque, puis, en plus d’être un favori de la mienne, nous emmène aussi à la question plus large de "l’authenticité" qui a commencé cet essai. It shows clear signs of tribal use, but even so would leave a large number of collectors and dealers cold. Elle montre des signes évidents d’utilisation tribales, mais tout de même laissera un grand nombre de collectionneurs et marchands froid. The African art most highly valued in the marketplace is generally the art that seems to have come from a world that pre-dates European contact. Older pieces are more highly sought-after, and often strike non-African observers as being somehow "purer" than newer ones. In my opinion, however, creative intelligence is in fact a far more resilient thing – it can show up in all sorts of unexpected places. L’art africain plus grande valeur sur le marché est généralement de l’art qui semble provenir d’un monde qui datent d’avant le contact européen. Âgées morceaux sont plus très recherché, et frappent souvent des observateurs non africains comme étant en quelque sorte "pur" Que les plus récents. À mon avis, toutefois, l’intelligence créatrice est en fait une beaucoup plus grande chose – il peut apparaître dans toutes sortes d’endroits inattendus. The challenge is to recognize it, and that is a matter of learning to speak another culture’s language of beauty. Le défi est de le reconnaître, et c’est une question d’apprendre à parler une autre langue de la culture de la beauté.

IV. Sources of Further Information IV. Sources d’informations

Finally, here are two suggested references: Enfin, voici deux références suggérées:

Aniakor, Chike and Herbert Cole. Igbo Arts: Community and Cosmos (University of California Press, 1984). Aniakor, Chike et Herbert Cole. Igbo Arts: Communauté et Cosmos (University of California Press, 1984).

An excellent website compiling photographs taken by the colonial administrator GI Jones, who was also an early scholar of Igbo arts: http://www.siu.edu/~anthro/mccall/jones/index.html Un excellent site compilation de photographies prises par l’administrateur colonial GI Jones, qui était aussi un érudit du début igbo arts: http://www.siu.edu/ ~ anthro / mccall / jones / index.html

 

 

Tribal Art Forum Archived Essays and Discussions

Most of the discussions on our public forums deal with issues that are not of long term interest, and are deleted when they have been inactive for awhile (usually about a month).  Those that seem to me to have lasting value as resource material for collectors at various levels are preserved here.

General Tribal Arts

Dating the age of wood. by Ingo Barlovic (September 12, 2006)

BRUNEAF XVI: A Report. by David Zemanek (July 12, 2006)

Bugs. by Matt Scheiner. (August 5, 2005)

BRUNEAF XV: A Report. by David Zemanek (July 8, 2005)

BRUNEAF XIII: A Report.  by David Zemanek (July 3, 2003)

Weaving and Wood: A Short Course in Tribal Arts. by Steve Price (July 28, 2002)

African Tribal Arts

Essay: The Power and Politics of Colour: Opinions of an Intuitive Collector. by Andrew Turley (July 13, 2006)

Liberian brass figure. by Brendan Sowerby. (December 8, 2005)

Preservation of Africa’s cultural heritage. by Steve Price ( August 26, 2005)

Stellate "bronze" bracelet. by Scott Shepperd (July 24, 2005)

The Authenticity of African Sculptures. by Henri Kamer (June 22, 2005)

Bleeding Bena Lulua Figure.  by Gavin Alcott (April 19, 2005)

Igbo "Beautiful Maiden" Masks. by John Monroe (September 19, 2004)

Brass figure. by James Peacock  (July 17, 2004)

Kru money revisited.  by Scott Shepperd (June 15, 2004)

Yoruba Carvers – Past and Present. by David Zemanek (May 18, 2004)

Figure of masquerader. by Ian Young (March 22, 2004)

Artistic Ethnographic Tourist Art: Cameroon Metal Figures. by Steve Price (February 17, 2004)

An Authentic Fake, with Provenance.  by Steve Price (March 28, 2003)

The Sejen bird figures of the Senufo People, Ivory Coast.  by David Zemanek (February 5, 2003)

Collectable Masks, Do They Have to be Old? by Ian Young (November 25, 2002)

The Yoruba Ibedji Twin Cult. by David Zemanek (August 27, 2002)

Design Ambiguity in a Mama Mask. by Steve Price (August 3, 2002)

Asian Tribal Arts

Tribal Statues (India). by Laetitia Verbeek (April 7, 2006)

 

POLITIQUE INTERNATIONAL, SOCIOLOGIE, GEOPOLITIQUE, 11 SEPTEMBRE

Posted in géopolitique, INVESTIGATIONS, sociologie with tags , , , on mars 13, 2008 by rodolphepilaert63

LE TERRORISME N’EST PAS UNE CIVILISATION

 
Entretien avec François LEOTARD
Député du Var.
conduit par
Nadège Ragaru
Chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), en charge du programme B

Nadège Ragaru - Après les attentats de New York et Washington, on a beaucoup dit que le monde ne serait jamais plus le même. L’effet de stupeur une fois dissipé, pensez-vous que la date du 11 septembre est appelée à marquer une rupture majeure dans l’histoire contemporaine ?

François Léotard - J’ai, depuis plusieurs années, contesté la thèse — très étrange, à la limite de l’imposture — selon laquelle nous serions confrontés à la « fin de l’histoire » (1). Pourquoi l’histoire des humains s’arrêterait-elle un jour parce que l’économie de marché et le capitalisme triompheraient ? L’histoire continue. Or, malheureusement, l’histoire c’est la tragédie. Ce qui s’est passé le 11 septembre est une tragédie dont les répercussions seront à bien des égards fondamentales. Je pense que nous devrions observer dans les mois à venir des reconfigurations d’alliances sur la scène internationale. L’une des plus importantes sera probablement un rapprochement à moyen et long termes entre la Russie et les États-Unis, notamment en matière de lutte contre le terrorisme. Avec les Républiques d’Asie centrale sur leur flanc sud, les Russes sont particulièrement sensibles à une menace terroriste ou islamiste. On pourrait également observer un rapprochement avec des États considérés, par le passé, comme des adversaires. Le processus a d’ailleurs déjà été engagé. Je pense par exemple à l’Iran, à la Chine aussi. Le premier mouvement géopolitique majeur, c’est donc une sorte de dérive des continents. Mais celle-ci porte en elle le risque d’une aggravation de la confrontation Nord-Sud. Vous avez peut-être observé que les réactions en Amérique latine, en Afrique et au Proche-Orient n’ont pas été de la même nature émotionnelle que celles observées en Europe…

N. R. - Nombreux sont les analystes qui, s’interrogeant sur les clivages de demain, ont plutôt évoqué un nouvel affrontement entre civilisations musulmanes et occidentales, un « choc des civilisations » pour reprendre le terme du politologue américain Samuel Huntington. Que pensez-vous de cette grille de lecture ?

F. L. - Le « choc des civilisations » n’est pas une expression adaptée. Car on ne saurait assimiler une action terroriste à une civilisation. C’est même le contraire. Pour moi, il y a une différence très nette entre ceux qui utilisent la violence — et qui sont tout sauf « civilisés » — et le monde musulman qui, lui, est une civilisation. Avec l’attentat du 11 septembre, nous sommes en fait confrontés à un phénomène nouveau : le recours à la terreur pour atteindre un objectif qui demeure très flou. Quelle était la finalité des terroristes du World Trade Center, si ce n’est d’affirmer une haine qui n’a d’autre aboutissement qu’elle-même ? Nos sociétés vivaient depuis la chute du communisme dans l’illusion qu’elles en avaient fini avec le temps de la peur, que l’univers était entré dans une ère rationnelle. Or ce à quoi nous assistons aujourd’hui, c’est tout simplement à un retour de la peur et de l’irrationnel. Dorénavant, il faudra apprendre à vivre avec cette peur. Et probablement avec une haine d’un nouveau type. Surtout, il va falloir s’interroger sur les racines profondes des attentats récents. Et, à ce titre, je crois qu’il conviendrait d’ajouter au « pacte anti-terroriste », parfaitement nécessaire, une sorte de « pacte anti-pauvreté ». S’il y a, en effet, une origine — qui n’est en aucune façon une justification — aux actions terroristes, c’est souvent l’humiliation liée à la pauvreté, cette pauvreté étant elle-même devenue insupportable dans un monde extrêmement médiatisé. Jadis, la misère était relativement acceptée par les uns et par les autres. Aujourd’hui, elle nourrit d’énormes frustrations auxquelles il va falloir trouver une réponse. Ces questions sont à l’œuvre dans de nombreuses sociétés, y compris à l’intérieur même des nôtres.

N. R. - L’identification des causes — ou, plus précisément, du « nouvel ennemi » — était, en effet, au cœur des préoccupations des dirigeants américains au lendemain des attentats. Comme toujours on a cherché un coupable, qu’il s’agisse d’un individu ou d’un État — en l’occurrence Ben Laden et l’Afghanistan. Que vous inspire cette tentative visant à faire entrer dans les cadres d’analyse traditionnels — une guerre, un ennemi — une action terroriste qui relève pour partie d’une logique différente, celle des réseaux, de la déterritorialisation et du transnational ?

F. L. - Tempérons l’analyse. On pouvait difficilement au lendemain de la nuit de Cristal dire que les Allemands n’étaient pour rien dans la montée du nazisme ! Pardonnez le rapprochement… Sans parler de Ben Laden, la situation sociale, économique, humaine des hommes et, particulièrement, des femmes d’Afghanistan est en elle-même tout à fait intolérable. Que les Occidentaux l’acceptent sans mot dire est incompréhensible. C’est plus que de l’humiliation, c’est de l’esclavage. Ce seul motif aurait dû inciter les dirigeants occidentaux à adopter une attitude radicalement différente envers les Talibans, bien avant les attentats. Pour ce qui concerne, maintenant, la question des responsabilités dans les événements du 11 septembre, il me semble que là aussi les preuves s’accumulent petit à petit. Que l’on cherche dans un système de forte médiatisation populaire un visage, une identité, est inévitable. Le procédé relève tout autant des médias que des gouvernements. J’ai été très frappé de voir et revoir sans cesse sur CNN les mêmes images de Ben Laden s’entraînant avec son fusil mitrailleur. Cela étant, un faisceau assez troublant si ce n’est de preuves, du moins de présomptions, est en train d’apparaître. Le premier attentat contre le World Trade Center remonte à 1993. Il était déjà très probablement imputable au même personnage. L’argent qu’a nécessité l’opération du 11 septembre était difficile à rassembler en dehors d’un État ou d’une organisation du type de celle de Ben Laden. Qui plus est, les suspects arrêtés et interrogés jusqu’à présent paraissent appartenir à cette nébuleuse. Ne soyons pas non plus trop lents dans l’attribution des responsabilités. L’homme qui a commandité ces attentats les avait annoncés ! Et il ne s’agit pas d’une force anonyme. L’idée d’anonymat dans les conditions présentes est d’ailleurs un peu malfaisante, car elle peut limiter les chances de riposte précise. Personnellement, je suis convaincu qu’il y a des hommes derrière ces actions, avec des visages, des noms, des pièces d’identité, et ce sont eux qu’il faut arriver à détruire.

N. R. - Vous évoquez la nécessité d’une riposte. Les dirigeants américains ont annoncé une réponse durable et coûteuse en hommes. Cette déclaration laisse-t-elle anticiper des changements stratégiques d’envergure ?

F. L. - Sans aucun doute. Nous sommes passés de l’ère de la dissuasion — « si vous tirez, je vous vitrifie » — à celle de la riposte — « je réponds à votre menace » — et il s’agit là d’un changement profond de concept stratégique. La décennie passée a été dominée par la « thèse du zéro mort » qui, notons-le au passage, ne tenait pas compte des morts dans le camp adverse. A l’avenir, il faudra accepter une autre façon de faire la guerre. Cette remise en question est rendue d’autant plus nécessaire par le fait que, désormais, un certain déséquilibre dans la terreur subsistera. Car ceux qui sont prêts à recourir à la violence terroriste disposent de l’avantage de l’initiative. On n’est plus dans la logique de la relation du faible au fort, mais dans celle du fou au fort. Ce qui est qualitativement différent. Quel est le niveau de déséquilibre mental, psychologique ou même religieux au-delà duquel on peut décider de porter ainsi atteinte aux intérêts d’un État ? En matière de renseignement également, des réformes s’imposent. La dimension humaine du renseignement — l’infiltration des réseaux qui suppose de longues années de travail — a été trop négligée. Il faudra essayer à l’avenir d’identifier plus tôt les réseaux potentiellement dangereux et d’y placer des hommes.

N. R. - A la veille des attentats du 11 septembre, un lent processus d’autonomisation de l’Europe par rapport aux États-Unis semblait être en cours, favorisé par l’attitude de la nouvelle équipe Bush en matière de politique étrangère. Il semble que le choc du World Trade Center ait mis un coup d’arrêt à ce processus en invitant les États occidentaux à resserrer les rangs. Comment voyez-vous, dans ces conditions, l’évolution des relations transatlantiques ? Peut-on escompter des États-Unis un abandon de la position unilatéraliste des derniers mois et un retour au multilatéralisme ?

F. L. - Avant de répondre à votre question, je crois qu’une remarque importante s’impose. Dans les relations transatlantiques, il faut essayer de distinguer la relation entre les États de la relation entre les peuples. Nous avons le devoir de rappeler en permanence aux peuples européens la dette qui est la leur envers les États-Unis. Il ne s’agit pas simplement d’une question morale ; c’est une question d’histoire, de communauté de civilisation. Nous sommes tous occidentaux ; nous partageons les mêmes valeurs. A cet égard, nous tous sommes également blessés par la tragédie du 11 septembre. Certes, il peut y avoir des divergences d’intérêts entre les États. Mais il ne peut pas y avoir de divergence profonde entre les peuples européens et le peuple américain. J’ai d’ailleurs toujours regretté les manifestations d’anti-américanisme qui surgissent parfois en Europe. Toutefois, ce sentiment de solidarité ne remet nullement en cause le désir de l’Union européenne d’être une puissance politique. Nous n’avons pas à nous en cacher, ni à nous excuser d’exister. Que cette puissance européenne soit alliée des États-Unis, c’est évident. Et personne n’a jamais dit autre chose, mais elle veut s’affirmer, en particulier dans les domaines diplomatique et militaire. Elle le fait actuellement dans les Balkans, avec le consentement de Washington. Elle le fait au Moyen-Orient, également avec l’aval américain. Cet aval, cependant, nous deviendra peu à peu moins nécessaire. Nous avons l’intention de mettre en avant nos propres objectifs — lesquels peuvent, à certains moments, différer de ceux des gouvernants américains. Nous avons assurément des reproches à faire à la politique étrangère américaine. Mais je pense que ce n’est pas le moment de les exprimer publiquement. Comment ne pas ressentir comme très fâcheuse l’attitude qui consiste, en l’espace de quelques mois, à rejeter le protocole de Kyoto (2), à refuser de ratifier la Cour pénale internationale (3) et à remettre en cause le traité ABM de 1972 (4) ? Ces décisions, qui sont le reflet d’une attitude solitaire des États-Unis, ne sont guère de nature à favoriser le dialogue nécessaire entre les nations. Dans les chancelleries, il est tout à fait naturel que de telles questions soient soulevées. Gestes de solidarité envers le peuple américain et interrogations sur la politique étrangère américaine ne sont pas incompatibles. Je suis convaincu que, dans les profondeurs mêmes de l’opinion internationale, l’image des États-Unis a été fortement dégradée par leur position sur le protocole de Kyoto.

N. R. - Vous n’avez pas évoqué la question de la NMD (5)…

F. L. - L’omission était volontaire, car je considère que les États-Unis ont le droit de mettre en place un mécanisme qui pourrait les protéger — notez l’usage du conditionnel. Mon avis est que nous devrions plutôt nous engager dans la voie d’une coopération militaire avec les Américains, notamment en matière de recherche technologique. Je sais que le projet de NMD a ému et la Russie et certains pays européens. Cependant, pour connaître un peu l’histoire militaire du monde, laissez-moi vous dire que vous n’empêcherez jamais la lutte du bouclier et de la lance, ni cette espèce de déplacement constant de la lance et du bouclier. Le phénomène nous échappe. Les États-Unis feront ce qu’ils ont envie de faire sur ce sujet. On peut, bien sûr, penser que la NMD mériterait d’être plus largement discutée. Mais il n’est pas entièrement à notre désavantage d’y participer.

N. R. - L’un des points sur lesquels les Américains pourraient reconsidérer leurs priorités extérieures concerne leur engagement dans des crises périphériques. Je pense ici à la Macédoine. Vous êtes depuis le début du mois de juillet l’envoyé spécial de l’Union européenne à Skopje. La situation est sans précédent : c’est la première fois que l’Union prend le leadership dans la gestion d’un conflit balkanique. Surtout, c’est la première fois qu’elle se décide à intervenir avant qu’une crise balkanique ne bascule dans la guerre civile. A votre avis, qu’est-ce qui a motivé une mobilisation aussi rapide ?

F. L. - Vous avez raison. Au début de ces crises, il y a presque dix ans maintenant, les Européens ont fait preuve d’aveuglement. Je me permets de rappeler que dans certaines chancelleries — y compris en France — la gravité des événements de 1991-1992 en Yougoslavie a été totalement sous-estimée. La destruction de Vukovar, la première ville entièrement rasée après 1945, avec des populations déportées, des patients assassinés dans les hôpitaux, remonte à novembre 1991 (6). Et, en dix ans, les guerres de succession d’ex-Yougoslavie ont fait près de 300 000 morts, soit davantage que la guerre froide. Certes, ces crises balkaniques sont intervenues au lendemain de la chute du communisme alors que l’on était confronté au premier ébranlement de la dérive des continents que j’évoquais tout à l’heure. Les Européens ont été surpris et n’ont, malheureusement, pas répondu de manière aussi forte qu’ils l’auraient dû pour faire valoir le droit des minorités ou la reconnaissance des États issus de l’ex-Yougoslavie. Dans le cas de la Macédoine, tout le monde était conscient qu’à moins d’une intervention rapide, on risquait de voir les équilibres péniblement acquis dans l’ouest des Balkans remis en question. Les États-Unis l’ont bien compris, eux qui ont été les premiers à dépêcher une sorte de cordon militaire en Macédoine en septembre 1993. Car la Macédoine, c’est la fin de toute une série de dominos. Le conflit est parti de Slovénie et de Croatie, puis a touché la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, le Monténégro et maintenant Skopje. Or ces dominos peuvent très bien se renverser. En cas d’échec en Macédoine, certains pourraient chercher à créer un nouvel État, une sorte de « Grande Albanie » qui rassemblerait l’ensemble des populations albanophones. Ce qui, à mon avis, serait désastreux pour la région. Maintenant, j’essaie de considérer le côté positif de la situation. Ce que nous avons accompli en Macédoine peut être exemplaire dans l’émergence d’une diplomatie européenne. La désignation et la mise en place très rapide d’une Task Force diplomatique européenne dotée des compétences et de la culture historique nécessaires, le tout sous l’autorité d’un envoyé spécial désigné par le Conseil des ministres et non pas par la Commission européenne — la nuance est de taille, car le Conseil renforce la dimension politique du choix — est une démarche qui a montré son efficacité. Et cela, en étroite concertation avec les États-Unis. J’ai veillé personnellement à ce que l’on ne puisse pas disloquer l’équipe que nous formions avec l’ambassadeur américain sur place. Nous sommes donc en présence d’un exemple de gestion si ce n’est en amont de la crise, du moins en amont de la guerre. Ce type de formule devrait être mis en place dans d’autres points chauds du globe. A l’heure actuelle, nous sommes, je crois, seulement trois envoyés spéciaux de l’Union européenne dans le monde. Il y en a un au Proche-Orient et un autre en Afrique. Je pense que, sous l’autorité de M. Javier Solana, le Haut représentant pour la politique extérieure de l’Union européenne, les Quinze devraient s’affirmer davantage dans ce genre de situation.

N. R. - La mission que vous avez acceptée était très délicate. Certains l’imaginaient vouée à l’échec. Qu’est-ce qui vous a donné envie de relever le défi ?

F. L. - J’ai vu trop de morts en Bosnie, des civils, des femmes, des enfants. J’étais alors ministre de la Défense. Il y avait à Sarajevo des spécialistes du tir sur enfants et la cruauté humaine que j’ai redécouverte, si j’ose dire, à cette occasion m’a beaucoup frappé. N’oublions pas que, pour la France seule, le bilan a été de 600 blessés et de plusieurs dizaines de morts. Toute mon enfance a été marquée par la guerre et par la lutte contre le nazisme. Je suis né en 1942. La phrase d’Aragon est très belle : « Ce siècle a sur la mort quarante-deux fenêtres. » Avec les événements de Macédoine, j’ai pensé que cela recommençait, que les Européens vivaient dans une espèce de fatalité du malheur et de la haine ethnique ou raciale. J’ai voulu servir à quelque chose, plus facilement peut-être ou de façon plus authentique que ce n’est le cas dans la politique nationale. J’ai donc proposé ma candidature, que la France a décidé de soutenir, et qui a reçu l’aval des Quinze.

N. R. - Vous avez, conjointement avec l’envoyé spécial des États-Unis, James Pardew, négocié un accord de désarmement de la guérilla albanaise. Connu sous le nom d’« accord du 13 août » (7), ce document prévoit des réformes importantes en faveur de la minorité albanaise de Macédoine. Quels ont été les principaux obstacles que vous avez eu à surmonter ?

F. L. - La première chose qui nous a étonnés, les Américains et moi, c’est l’absence de dialogue interne entre les partis politiques. Ils sont tous constitués sur des bases ethniques. De fait, la Macédoine est l’un des rares pays au monde dans lequel, pour discuter d’un parti à un autre, il faut un Américain et un Européen. Pour l’essentiel, nous avons négocié avec quatre formations — l’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne (la VMRO-DPMNE) du premier ministre Ljubco Georgievski, et l’Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM), côté macédonien ; le Parti démocratique albanais (PDA) et le Parti pour la démocratie et la prospérité (PDP), côté albanais — qui détenaient à elles seules les deux tiers des sièges de l’Assemblée. Mais l’autisme des deux communautés était impressionnant. A la différence du Kosovo ou de la Bosnie, il n’y a pas en Macédoine de mariages mixtes. La première difficulté a donc été de faire prévaloir le dialogue. La seconde était de convaincre nos interlocuteurs de renoncer à la violence. Dans chaque camp, il y avait des jusqu’au-boutistes qui pensaient que seule la guerre était de nature à résoudre la crise. Or, nous sommes persuadés qu’il ne saurait y avoir d’issue militaire à la crise. Cela serait un désastre, car ce serait une guerre civile. Elle avait en partie commencé. La troisième difficulté tient simplement au fait que nous ne sommes pas au Kosovo. On a parfois le sentiment que chaque nouvelle crise reproduit la précédente. Mais, en fait, elles sont toutes de nature très différente. En Macédoine, il y a un État, un président de la République, un Parlement, des lois. Bernard Kouchner, lui, est arrivé au Kosovo en tant que gouverneur nommé par la communauté internationale. Il disposait d’une marge de manœuvre certaine. Il a d’ailleurs incontestablement réussi. Alors que l’ambassadeur américain et moi-même sommes venus comme simples facilitateurs. Nous devions parvenir à rapprocher les points de vue tout en tenant compte des lois et de la situation politique existante. La dernière difficulté, enfin, concerne le droit. Il nous fallait être porteurs de droit face à la violence. Et je suis fier que nous soyons arrivés à proposer une dizaine de lois sur l’autonomie locale, la langue, la police, et une réforme de la Constitution sur la base des propositions de M. Robert Badinter. Munis de ce package de changements législatifs, nous avons dû passer cinquante jours et cinquante nuits à négocier, point par point, l’ensemble des textes.

N. R. - Vous avez, à plusieurs reprises, évoqué la qualité de votre coopération avec les États-Unis. Cela signifie-t-il que Washington partage la même vision de l’avenir des Balkans que les Européens ?

F. L. - Les États-Unis ont reconnu en Macédoine que, dans les négociations politiques, le leadership se devait d’être européen. Cette attitude a amplement facilité notre tâche. De mon côté, j’avais exprimé le souhait que notre leadership s’étendît non seulement à la gestion politique, mais également à l’effort de reconstruction économique et aux questions militaires. Sur ce troisième point, je n’ai pas été entendu. Les Américains savent hélas très bien que si la situation dégénère, c’est à leur logistique, à leurs satellites et à leurs hélicoptères que l’on fera appel, en Macédoine comme ailleurs. Personnellement, je trouve tout à fait regrettable que les Européens renoncent à exercer la plénitude de leurs responsabilités sur leur propre continent. Il n’en reste pas moins que, pour le moment, et aussi désagréable que cela puisse nous paraître, les Européens ne sont pas en mesure de s’affranchir de la tutelle militaire américaine. Et cette réalité n’échappe ni au Pentagone, ni au Département d’État. Enfin, tout le monde, à Washington comme à Bruxelles, sait que l’un des centres névralgiques des trafics de drogue, d’armes et de prostituées se trouve en Macédoine. La drogue transite par la Turquie, en provenance notamment des hauts plateaux afghans ; et les circuits passent sans doute par la Macédoine. Donc, tout en venant défendre des convictions, Européens et Américains venaient également défendre des intérêts communs. Nul n’a intérêt à ce qu’un État voyou s’installe à une heure de Rome et à deux heures de Paris. Ni à ce que les pratiques mafieuses deviennent monnaie courante. Il faut impérativement éviter qu’une plaie ne vienne gangrener les flancs de l’Europe.

N. R. - La nécessité de prévenir une dérive violente ne fait aucun doute. Pourtant, la communauté internationale semble réticente à engager des hommes sur le terrain. Le 27 septembre, l’opération « Moisson essentielle » de l’Otan, chargée de récupérer les armes de la guérilla albanaise, est venue à son terme. Et, pour l’heure, on ne prévoit qu’une présence internationale très faible de 200 à 350 hommes pour une durée non déterminée. Est-ce réaliste ?

F. L. - Le problème est, en effet, d’importance. Nous avons à l’heure actuelle entre 40 et 50 000 soldats de toutes nationalités déployés dans l’ensemble des Balkans et je ne suis pas certain que, s’ils partaient, les équilibres existants pourraient être maintenus. Tout ce puzzle entre le sud de la Croatie et le nord de la Grèce ne tient que par la présence de forces militaires de la communauté internationale. C’est donc une question majeure pour l’Europe politique. Voilà un ensemble d’États qui représente l’un des plus gros PNB du monde, avec plus de militaires sous les drapeaux que les États-Unis, qui exprime depuis des années l’ambition de pouvoir déployer 60 000 hommes à l’horizon 2003 sur n’importe quel point de la planète, et qui hésite à afficher son pavillon pour sécuriser les accords de paix en Macédoine ! Il est vrai que les responsabilités britannique et française dans le monde se chiffrent à plusieurs dizaines de milliers de soldats. Mais il serait temps de savoir ce que l’on veut. Soit on souhaite que l’Europe soit une puissance et, alors, elle doit se donner les moyens de régler les problèmes sur son propre continent ; soit on arrête de faire des discours et on se résigne à n’être que des alliés secondaires des États-Unis. Je me suis prononcé depuis des semaines pour que l’Europe reste militairement présente en Macédoine, sous sa bannière. Les 4 400 soldats déployés sur le terrain dans le cadre de l’opération « Moisson essentielle » étaient tous européens sans aucune exception (8). J’aurais souhaité que, pour prendre leur relais, environ 1 000 soldats, européens eux aussi, au nom de l’Union et en accord avec l’Otan, fussent envoyés sur place. Ils auraient été chargés de protéger les moniteurs de l’OSCE dans des conditions bien moins dramatiques qu’elles ne l’étaient au Kosovo et en Bosnie, et avec l’assentiment de la partie albanophone, une fois l’accord du 13 août ratifié par le Parlement. Dans la gestion de la crise, ce troisième volet militaire (après le politique et l’économique) aurait pu avoir une signature de l’Union européenne. Cela n’a pas été possible. Je le regrette.

N. R. - Dans les conditions actuelles, c’est-à-dire compte tenu du manque de moyens et de volonté politique que vous venez de souligner, comment voyez-vous l’évolution de la Macédoine ? Pourra-t-on éviter une partition ?

F. L. - Personne, ni les Nations unies, ni l’Union européenne, ni les États-Unis, ni l’Otan, n’acceptera le moindre changement de frontières dans cette région. Si nous ne disons pas cela dès le départ, nous mettons le doigt dans un engrenage infernal. C’est le premier postulat. Le second, c’est que le retour aux standards européens est un processus de longue haleine. A supposer que les élections générales prévues pour le 27 janvier 2002 aient bien lieu à cette date, la question ne sera pas résolue pour autant. Pour parvenir à créer un humus démocratique, il faut beaucoup de temps. Souvent, les leaders albanais et macédoniens prennent la Suisse pour modèle en matière de gestion des relations intercommunautaires. Mais depuis combien de temps les Suisses ont-ils appris à vivre ensemble pacifiquement ? La coexistence multiethnique démocratique ne s’improvise pas. Elle résulte d’un long apprentissage. Les conditions d’application de l’accord du 13 août ont été clairement définies et j’ai confiance dans leur mise en œuvre. Mais le retour des réfugiés — un élément capital —, la reconstruction des villages détruits, le déminage, la réduction du niveau d’armement des deux communautés, le retour au droit et la réforme de la police sont des mesures qui prendront du temps. Pour certains, le fait de placer un policier sous l’autorité d’un juge et de ne pas permettre l’usage de la violence contre les personnes interpellées dans un commissariat constitue une nouveauté qui implique un effort assez peu naturel. Il faudra que les comportements proposés par les Européens s’intègrent progressivement dans les esprits. Le problème est que vous avez encore en Macédoine des gens qui pensent que la guerre peut être une solution et qui sont malheureusement, pour quelques-uns d’entre eux, aux leviers de commande. Ce sont ces gens-là qu’il faudra dissuader. Il faudra bien un jour que la communauté internationale se pose des questions à leur sujet. On a évoqué la possibilité que le Tribunal international de La Haye se penche sur certains crimes commis par des Albanais. Je pense que l’on pourrait, plus largement, s’interroger sur des crimes commis des deux côtés. Il faudrait que leurs inspirateurs sachent qu’ils pourront un jour ou l’autre se retrouver devant un juge, comme cela a été le cas pour Milosevic.

N. R. - Concrètement, si, dans quelques mois, des représentants de la communauté albanaise et des groupes de paramilitaires macédoniens en viennent aux mains, faisant basculer le pays dans la guerre civile, est-ce qu’une force d’intervention internationale massive de l’Otan et/ou de l’Union européenne sera dépêchée sur place ?

F. L. - Vous avez raison d’évoquer cette hypothèse. J’ai reçu tous les ministres des Affaires étrangères occidentaux à Skopje. Je leur ai expliqué que le retour en force de l’Otan et de l’Europe après une guerre civile serait dix fois plus onéreux, en hommes et en moyens militaires, que ne l’est la formule de prévention que nous proposons aujourd’hui. Il s’agit d’une force légère, non territorialement disposée, pouvant intervenir rapidement si l’un des observateurs de l’OSCE est menacé et dotée d’une capacité d’extraction. Nous savons faire cela et les soldats sont déjà sur place. Mais l’idée que l’on va partir et qu’il faudra revenir si jamais la crise s’intensifie à nouveau est absurde. Il faut accompagner la tenue des élections en janvier, protéger les observateurs sur place, et faire en sorte que cette présence devienne superflue au fur et à mesure que l’armée et la police macédoniennes seront multiethnicisées. Nous reviendrons alors vers des standards européens.

N. R. - Vous employez souvent, au sujet des négociations, le terme de « multiculturalisme » qui paraît pour le moins ambigu. Si l’accord du 13 août s’oppose au principe d’un démembrement de l’État de Macédoine, il n’en orchestre pas moins un développement séparé et communautariste des populations qui présage mal d’un retour à l’intégration…

F. L. - Je ne sais plus quel est le diplomate qui disait qu’un bon compromis, c’est celui qui mécontente les deux parties. N’oubliez pas que les positions de départ étaient totalement antagonistes. Les Albanais réclamaient l’établissement d’un État bi-national, avec un vice-président de l’une des deux communautés et une police sous autorité albanaise dans les régions albanophones. Côté macédonien, certains refusaient l’idée même de réforme. Qu’il y ait dans le texte négocié des dispositions spécifiques, liées uniquement à la situation particulière de la Macédoine, c’est incontestable. Mais, une fois encore, il faut tenir compte de la société dont on parle. Celle-ci est très marquée par le bilinguisme. Le point était particulièrement sensible pour la minorité albanophone pour laquelle la langue tient lieu de monument historique, de lieu de mémoire essentiel. Il était important de respecter cette dimension affective et de ne pas la traiter de façon technocratique. Nous avons donc autorisé la pratique de la langue albanaise dans les régions où plus de 20 % de la population parlent une langue qui n’est pas celle de la majorité — le terme « albanais » lui-même ne figure pas dans le texte. Nous avons également prévu le vote à la majorité qualifiée des lois mettant en cause les intérêts d’une communauté. Il était très difficile de ne pas faire référence à la notion de « communautés », au moins dans un premier temps. Mais parallèlement, nous avons rappelé l’intégrité du territoire macédonien et l’autorité de l’État sur l’ensemble des citoyens. En bref, la formule retenue reflète bien la situation qui prévaut aujourd’hui en Macédoine.

N. R. - En deux mots, croyez-vous à la paix en Macédoine ?

F. L. - Très franchement, oui. Je ne crois pas au malheur balkanique. Je ne crois pas qu’il y ait, inscrit dans les gènes de ces peuples, une sorte de fatalité. Il faut isoler les violents, généralement des « coqs de village » ou des chefs de guerre qui ont une pratique très ancienne de la force et le goût de la vengeance. Car la société civile n’est pas animée par la haine. Je vais vous dire une chose évidente : on n’écoute jamais assez les femmes. Que veulent-elles ? Elles veulent des écoles pour leurs enfants, des hôpitaux et des visas pour qu’ils puissent étudier à l’étranger. Je n’ai jamais vu, moi, une femme tirer sur un enfant. Il est fondamental de parvenir à faire entendre la voix de cette société civile — paisible, tolérante et respectueuse de l’autre — présente dans les grandes démocraties.

Notes :
(1) La thèse de la « fin de l’histoire » a été vulgarisée par le politologue américain, Francis Fukuyama, dans un ouvrage vivement débattu entre 1992 et 1995 : The End of History and the Last Man, New York, Free Press, 1992 (le livre a paru en français sous le titre La Fin de l’histoire et le dernier homme, Flammarion, 1992).
(2) Le protocole de Kyoto constitue le premier traité international visant à réglementer des émissions de gaz qui contribuent au réchauffement de la planète. Signé en 1997 par les pays industrialisés, il prévoit, d’ici à 2012, une réduction des émissions de gaz à effet de serre, notamment du dioxyde de carbone, de 5,2 % en moyenne par rapport au niveau de 1990. Le texte devait entrer en vigueur en 2002, après ratification par les parlements des pays signataires. Fin mars 2001, le président des États-Unis, George W. Bush, a toutefois annoncé son intention de ne pas ratifier un traité jugé contraire aux intérêts de son pays, remettant en question la portée et la viabilité du compromis laborieusement échafaudé en 1997.
(3) L’idée d’une justice pénale internationale permanente n’est pas récente. Elle remonte à l’époque des tribunaux militaires de Nuremberg et de Tokyo. Ce n’est toutefois qu’en 1993 qu’un premier projet de Cour a été soumis à l’Assemblée générale des Nations unies et en juin 1998, lors de la conférence de Rome, que la Cour pénale internationale a vu le jour. Les États-Unis figurent parmi les sept États qui ont voté contre le statut de la Cour pénale internationale du 18 juillet 1998 (120 voix pour, 21 abstentions). Le 31 décembre 2000, Washington a finalement accepté de signer le traité. Depuis lors, cependant, les États-Unis de George W. Bush ont signifié leur réticence à ratifier l’acte fondateur d’une institution dont la légitimité leur paraît contestable.
(4) Le traité antimissile balistique (traité ABM) signé à Moscou le 26 mai 1972 s’inscrivait dans le cadre des efforts américano-soviétiques pour limiter la course aux armements de la guerre froide. Il visait notamment à prévenir la construction de systèmes destinés à intercepter des missiles stratégiques balistiques. En fournissant une protection contre la menace des missiles, ceux-ci auraient risqué de rompre un « équilibre de la terreur » — la peur de la « destruction mutuelle assurée » — qui présidait au fondement de la dissuasion nucléaire.
(5) La NMD (National Missile Defense, Défense antimissile du territoire) est un projet de bouclier antimissile lancé par les États-Unis sous la présidence Clinton et relancé avec force par George W. Bush depuis son arrivée à la Maison Blanche. La recherche d’éléments de sanctuarisation du territoire américain dans l’éventualité d’une attaque nucléaire n’est pas nouvelle. Elle date des années 60 et avait connu un épisode marquant sous Ronald Reagan, avec la SDI (Strategic Defense Initiative) de 1983. La réactivation du projet de NMD se veut une réponse aux menaces de prolifération nucléaire observées depuis la chute du communisme. Le projet, dont la viabilité et l’efficacité n’ont pas encore été établies avec certitude par les scientifiques, a été vivement contesté par la Russie, la Chine, des puissances régionales comme l’Irak et la Corée du Nord, ainsi que par plusieurs États européens. Pour plus de détails, voir Michel Tatu, « La bataille des antimissiles », Politique Internationale, no 91, printemps 2001, pp. 175-208.
(6) Après la déclaration d’indépendance de la Croatie, le 25 juin 1991, le pouvoir de Milosevic prend argument des frustrations des minorités serbes de Krajina et de Slavonie orientale pour déclarer la guerre à sa voisine et prendre le contrôle de la Krajina à l’automne 1991. Ville de Slavonie orientale, à proximité de la frontière serbo-croate, Vukovar constitue un enjeu territorial important. Elle sera assiégée et bombardée par l’Armée populaire yougoslave aidée de milices serbes pendant près de trois mois. Au lendemain de son occupation par les forces serbes, le 18 novembre 1991, Vukovar est vidée de sa population à coup d’exécutions et d’exodes forcés. En 1991, on estimait à 44 639 habitants la population de la ville. Le siège aurait fait entre 1 500 et 1 850 victimes, 2 600 disparus et 43 000 réfugiés. Côté serbe, les pertes sont évaluées entre 6 000 et 8 000 soldats. Chiffres cités dans le Quid France, disponible sur Internet à l’adresse http ://quidfrance.com/WEB/ETATS/HR/Q028120.HTM
(7) L’accord du 13 août porte notamment sur la langue albanaise, la police et la Constitution macédoniennes. Il prévoit ainsi que dans les zones où les Albanais représentent plus de 20 % de la population, l’albanais (dont le nom n’est pas explicitement mentionné dans les accords) sera reconnu comme langue officielle. L’usage de l’albanais devrait également être autorisé au Parlement et les lois rédigées en macédonien et en albanais. La police, tout en restant sous le contrôle du ministère de l’Intérieur, devrait intégrer environ 1000 recrues albanaises d’ici à 2003 pour atteindre un quota de 23 % d’Albanais (leur part dans la population selon le dernier recensement officiel). En outre, la Constitution sera amendée pour permettre aux représentants des minorités de s’opposer à l’adoption de lois qui contreviendraient à leurs droits. Toute loi touchant à leur statut sera dorénavant adoptée à la majorité qualifiée. En contrepartie, est prévu un désarmement de l’Armée de libération nationale (UÇK) albanaise et une amnistie partielle. C’est dans le cadre de la mise en œuvre de cet accord qu’a été déployée à partir du 27 août 2001 une Task Force de l’Otan chargée de collecter, de stocker et de détruire les armes des guérilleros (voir note 8). Notons enfin que l’ensemble des mesures législatives prévues par l’accord devait être ratifié par le Parlement dans les 45 jours suivant la signature. En dépit de quelques retards de calendrier, l’essentiel des changements législatifs était obtenu à la mi-octobre.
(8) La Task Force Harvest (TFH), placée sous la responsabilité du général britannique Barney White-Spunner, a mobilisé environ 4 500 hommes pour une période d’un mois, non extensible. C’est la Grande-Bretagne qui a été désignée nation pilote de l’opération, elle qui a fourni près de la moitié du contingent. Quatre bataillons multinationaux ont été déployés : britannico-néerlandais, grec, italo-turc et franco-germano-espagnol. Le rôle des États-Unis dans cette opération s’est limité à un soutien logistique (santé, hélicoptères et renseignement)
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 483 autres abonnés